53:34

Mariam de Bethléem

Mariam Baouardy Sœur Marie de Jésus Crucifié, une Sainte entre Terre et Ciel Sainte Marie de Jésus Crucifié (1846 + 1878) Mariam Baouardyمريم العذراء البواردي naît le 5 janvier 1846 à Abellin, petit …More
Mariam Baouardy Sœur Marie de Jésus Crucifié, une Sainte entre Terre et Ciel
Sainte Marie de Jésus Crucifié (1846 + 1878)
Mariam Baouardyمريم العذراء البواردي naît le 5 janvier 1846 à Abellin, petit village situé entre Nazareth et le Mont Carmel, et meurt à Bethléem à 32 ans.
Orpheline à 2 ans, elle est emmenée par l’un de ses oncles en Égypte. A 13 ans on veut la marier mais elle refuse et fait le vœu de se donner totalement au Seigneur. Elle doit alors s’enfuir (elle survit à un égorgement), et une vie d’errance commence pour elle. Ses pas l’amènent successivement à Alexandrie, Beyrouth, puis Marseille, où elle travaille comme domestique dans des familles chrétiennes. A 21 ans elle entre au Carmel de Pau et prend le Nom de Sœur Marie de Jésus Crucifié. Elle participe à la fondation du Carmel de Mangalore en Inde, puis de celui de Bethléem où elle y meurt.
Le Carmel en France (carmel.asso.fr) : « Sa vie remplie d’extraordinaires grâces mystiques ne souligne qu’une chose : la fraîche…More
shazam
« Jésus choisit les faibles. Et comme je suis faible, il m’a choisi. »

Sœur Anne-Françoise prieure du Carmel de Bethléem :
« Ce que j’aime beaucoup en elle c’est qu’il y a toujours cet équilibre entre l’humanité et la divinité. »

« Où est la charité, Dieu est aussi. Si vous pensez à faire le bien pour votre frère, Dieu pensera à vous. Si vous faites un trou pour votre frère, vous y tomberez ; …More
« Jésus choisit les faibles. Et comme je suis faible, il m’a choisi. »

Sœur Anne-Françoise prieure du Carmel de Bethléem :
« Ce que j’aime beaucoup en elle c’est qu’il y a toujours cet équilibre entre l’humanité et la divinité. »

« Où est la charité, Dieu est aussi. Si vous pensez à faire le bien pour votre frère, Dieu pensera à vous. Si vous faites un trou pour votre frère, vous y tomberez ; il sera pour vous. Mais, si vous faites un ciel pour votre frère, il sera pour vous. »

« Le Moi est ce qui perd le monde. Ceux qui ont le Moi, portent la tristesse, l’angoisse, avec eux. On ne peut pas avoir Dieu et le Moi ensemble. Si on a le Moi on a pas Dieu, et si on a Dieu, on n’a pas le Moi. Vous n’avez pas deux cœurs, vous n’en avez qu’un. Tout réussit à celui qui n’a pas le Moi, tout le contente. Ou il y a le Moi, il n’y a pas l’humilité, ni la douceur, ni aucune vertu. On prie, on supplie, et la prière ne monte pas, n’arrive pas à Dieu. Celui qui n‘a pas le Moi a toutes les vertus, et la paix, et la joie. »

Le Seigneur lui réserve des expériences, comme la Transverbération du cœur : « Je ne puis me contenir, j’ai eu une paix, une joie si grande, je ne sais pas ce que j’ai, ni ou je suis. Mon cœur, et tout en moi, se fond comme l’huile la plus claire qui s’écoule doucement en moi : Je suis en Dieu, et Dieu est en Moi. Je voudrais un cœur plus grand que l’univers !... »

« J’entendis une voix, qui, de cette Lumière admirable a dit : « Si tu veux me chercher, me connaître me suivre, invoque la Lumière, c’est à dire l’Esprit saint qui a éclairé mes disciples, qui éclaire tous les peuples qui l’invoquent. »