Clicks339

CHRONIQUE HUMORISTIQUE de VALLI - 26 -

Album ACTU
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez !

* * *

Les BONS HOMMES aux BONS ENDROITS - 26 -

Bonjour tout le monde, et bienvenue. Les bons hommes aux bons endroits démarrent aujourd’hui avec un évêque. Il s’appelle Wilhelm Krautwaschl, il est autrichien et, dans une interview accordée à Diepresse, il a ressenti avec arrogance la nécessité de déclarer qu’ « un cardinal ne doit pas nécessairement être évêque, il peut aussi être une femme ».

Eh bien, nous pensons que nous devrions remercier cet évêque. Alors que de nombreux membres de l’Église catholique continuent de faire face à des problèmes sans aucune pertinence (comme la crise doctrinale, le déclin des fidèles et des vocations, l’ignorance religieuse, l’avancée de l’athéisme), il est réconfortant de constater que certains pasteurs posent de véritables questions, se mettant du côté des fidèles. Qui est ce catholique, en fait, qui le matin, en commençant un nouveau jour, ne demande pas au bon Dieu que l’Église ait enfin des femmes cardinales ? Et qui est ce fidèle qui ne prie pas sans cesse pour que les femmes cardinales puissent bientôt faire partie du Collège sacré ?

Très bien, très bien ! Laissant à Krautwaschl ce qui est à Krautwaschl, changeons de sujet et de continent : passons de l’ancien au nouveau monde, de l’Autriche à l’Amazonie, une terre toujours plus au centre de l’attention en vue du prochain synode qui sera justement consacré à cette immense région.

Notre homme de confiance au bon endroit est en l’occurrence l’évêque brésilien Fernando Guimarães, qui, au cours d’une cérémonie, a reçu l’ordre d’un saint homme de ne pas faire moins que la macumba !

Comme on peut le voir dans la vidéo, Monseigneur Guimarães apparaît, heureux, à côté d’un pai de santo, une sorte de médium de la religion afro-brésilienne, qui à un certain moment met un collier « sacré » au cou de l’archevêque, afin qu’il puisse lui-même faire la macumba. L’ambiance est festive et tout le monde est très heureux, même quand le pai de santo dit qu’il est sûr d’avoir fait le geste d’« ordination » à l’archevêque car inspiré par des voix « d’en haut ». Comme c’est beau !

Qu’est-ce à dire ? Que la macumba, rite fétichiste lié à l’occultisme, est vraiment connue pour être aussi une malédiction diabolique ? Et que vous feriez la macumba à certains évêques ?

Eh bien, je m’attendais à ce genre d’observation de votre part, vieux camarades qui avez été les promoteurs de la coprophagie sanglante du restaurationnisme. C’est une bonne chose que des pasteurs ouverts et avant-gardistes comme Monseigneur Guimarães nous rappellent le devoir de l’Église aujourd’hui : « Faire, comme le Pape François, des propositions audacieuses », comme, par exemple, inviter le pai de santo au synode. Merveilleux ! Donc, si nous n’avons pas de saints pasteurs, nous aurons au moins quelques gourous.

Très bien, très bien ! Et restons sur le sujet amazonien pour rappeler le point de vue intéressant d’un missionnaire italien qui, sur la base d’une longue expérience chez les Yanomami, déclare de façon convaincante que ces populations « aident l’Église à se nettoyer et à défendre ce monde », à « construire une écologie intégrale » et à « établir des ponts entre les connaissances traditionnelles et les connaissances modernes et écologiques de la société occidentale ». C’est pourquoi, ajoute le missionnaire, l’Église catholique devrait « prêter attention à la façon dont les peuples autochtones vivent l’expérience communautaire, les relations sociales, l’organisation du leadership ». En fait « les yanomami sont pour nous un témoignage pour pouvoir apprécier la valeur de la vie communautaire ».

Qu’est-ce à dire ? Que peut-être, avec tout le respect que je vous dois, il est un peu risqué de dire que l’Église doit apprendre des peuples primitifs dominés par le chamanisme et l’animisme ? Que les Yanomans utilisent couramment les hallucinogènes pour guérir les maladies et communiquer avec les esprits ? Qu’ils pratiquent l’infanticide et le cannibalisme rituel ?

Ici, vous ne manquez pas votre chance de manifester que vous êtes des chrétiens idéologues et triomphalistes, des momies de musée, des élites à longue face pessimiste. Comment ne pouvez-vous pas comprendre que ces peuples constituent un modèle d’évangélisation et que de leur proximité à la Mère Terre peut venir le salut pour nous ? C’est une bonne chose que le synode amazonien approche, et puis il faut du yakoana pour tous !

Qu’est-ce à dire ? Que serait le yakoana ? Certainement, vous les chrétiens, fermés avec le visage d’un homme mariné, effrayés de danser, ayant peur de tout, vous ne pouvez pas savoir. C’est l’hallucinogène qui permet d’entrer en transe, d’avoir des visions et de rencontrer des esprits, appelés xapiripë. Les Yanomami l’utilisent habituellement. Et cela fera certainement du bien à l’Église en sortie !

Passons maintenant à l’Ordre Souverain de Malte, dont le Grand Maître a décrété que toutes les cérémonies liturgiques au sein du glorieux Ordre religieux doivent être célébrées selon le novus ordo « et non selon le rite extraordinaire ». La directive est contenue dans une lettre du 10 juin adressée aux supérieurs de l’Ordre, qui doivent veiller au respect de cette décision.

Qu’est-ce à dire ? Que tout cela est en contradiction avec le motu proprio de Benoît XVI Summorum Pontificum ?

Eh bien, vous êtes des chrétiens traditionnels enfantins et craintifs, des chrétiens enfermés, des petits monstres, des idéologues, des fondamentalistes abstraits, des idolâtres onctueux et corrompus ! Si le Grand Maître l’a décidé, il doit en être ainsi ! Sinon, de quel Grand Maître s’agirait-il ?

Et nous concluons par ce texte incontournable qu’est Homme et Femme il les créa. Pour une forme de dialogue sur la question du genre dans l’éducation, un document, signé par les responsables de la Congrégation pour l’éducation catholique, qui se veut « un outil pour aborder le débat sur la sexualité humaine et les défis qui émergent de l’idéologie du genre, dans un contexte d’urgence éducative ».

Dans le document, qui était vraiment nécessaire, il y a un passage décisif à un moment donné. En fait, les bons hommes écrivent au bon endroit : « En conclusion, le chemin du dialogue - qui écoute, raisonne et propose - apparaît comme le chemin le plus efficace pour une transformation positive des angoisses et des malentendus en une ressource pour le développement d’un environnement relationnel plus ouvert et humain. Au contraire, l’approche idéologique des questions délicates du genre, tout en déclarant le respect de la diversité, risque de considérer les différences elles-mêmes de manière statique, les laissant isolées et imperméables les unes aux autres. »

Qu’est-ce à dire ? Tu veux savoir ce que ça veut dire ?

Ça suffit ! Ça suffit ! Je ne vous permettrai pas de poser d’autres questions scandaleuses. Vous n’êtes que l’habituel chrétien stérile, avare et mesquin, au cœur noir, faible jusqu’à pourrir !

En fait, tu vois ce que je veux dire ? Comme pénitence, vous écrirez cent fois : « Je veux une Église qui sorte. »

Et la ferme !

Aaah ! Je t’ai entendu !

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Audio à télécharger : "Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages) *

>>> Le Ciel ouvert par les TROIS AVE MARIA du matin et du soir
& La NEUVAINE EFFICACE


Bonjours tristesse .
@GChevalier , c'est cela "êtres Catholique ?"