Clicks97

ENQUETE : Le Parcours du Terroriste de Christchurch + Liens avec Al Qaida

Selon un média arabe, le terroriste de Nouvelle Zélande est musulman

Publié par Dreuz Info le 20 mars 2019


« L’auteur du massacre en Nouvelle Zélande est un musulman daeshite erdoganiste » :

c’est le titre d’un article signé par Sarsbindar al-Sindy, un auteur arabophone connu pour ses analyses du phénomène de l’islamisme et sa critique de la pensée religieuse.

Ce texte est publié sur le site arabophone ahewar.org le 18 mars 2019.

L’original se trouve dans le lien suivan
t :
www.ahewar.org/debat/show.art.asp

Nous le reproduisons ici en français sans commentaire ni modification.



Introduction :

La première entrée en matière en science de criminologie, c’est la question suivante : « Qui est le bénéficiaire…et pourquoi maintenant ? »

Entrée en matière :

Aucun musulman sage et juste ne se demande :

« Pourquoi [l’assassin] a voulu tuer Recep Erdoğan et pas l’ayatollah Ali Khamenei, ni Abou Bakr al-Baghdadi [le « calife » autoproclamé de l’organisation terroriste État islamique] ?

( Dans un chapitre du manifeste rempli de haine de Tarrant, il a appelé à l'assassinat du président turc Recep Tayyip Erdogan, déclarant "qu'il doit saigner pour la fin". )


Pourquoi a-t-il gravé sur son arme la date des défaites de l’État ottoman, comment et où les a-t-il connues ? »

Le sujet :

Les investigations effectuées à propos de l’auteur du massacre en Nouvelle-Zélande confirment qu’il est athée, qu’il avait adhéré à Daesh en Turquie après sa conversion à l’islam grâce à un membre de Daesh de nationalité turque (certes, un agent de renseignement) après avoir été endoctriné par l’idéologie islamiste terroriste.

La grande surprise pour les musulmans et le monde entier réside dans le fait que le massacre en question a été planifié et exécuté par Daesh contre le groupe d’al-Ahmadiyya dont le leader est Mirza Ghulam Ahmad[1].

Celui-ci avait prétendu qu’il était à la fois le Mahdi[2] attendu par les chiites, ou le Christ que les chrétiens croient à son retour sur terre. Il avait également prétendu être un prophète et le véritable sceau des prophètes.

Les deux mosquées ciblées dans la ville du Christchurch appartiennent aux adeptes du mouvement d’al-Ahmadiyya.


Ce qui est encore plus curieux dans l’enquête est que les services de renseignements occidentaux ont diffusé une photo du criminel avec des cadres de Daesh en Turquie et sous le drapeau turc.

The newZeland Terrorist in Turkey with Al Nusra jpg (109.99 كيلو بايت, 453x600 - زيارته 205 مرات.)

Dès la diffusion de cette information surprenante, Recep Tayyip Erdoğan tente par tous les moyens possibles de l’occulter et d’attribuer toute la responsabilité au gouvernement néozélandais.

Erdogan provoque la fureur de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande par ses propos sur Christchurch

Erdogan projette sur écran géant le massacre de la mosquée

www.youtube.com/watch


Il qualifie de Fake news l’investigation concernant la raison de la présence de ce criminel daeshite en Turquie. C’est sa manière de ruser et de manigancer. Il est maître et bon connaisseur du principe stratégique qui dit : Le meilleur moyen de se défendre c’est l’offensive.

Le plus étrange est que l’attentat a ciblé une mosquée nommée « Masjid al-Nour » [Mosquée « La Lumière »]. C’est le même nom de la mosquée au Pakistan qui a été visée en 2010.

Les deux attentats ont eu lieu un jour de vendredi et de la même manière. La seule différence est le nombre des victimes : une centaine au Pakistan et une cinquantaine en Nouvelle Zélande. Au Pakistan, les criminels ont utilisé les bombes et les mitraillettes que celui de la Nouvelle Zélande n’a pas pu les utiliser.

Quant à la réaction dans la rue islamique, tout le monde condamne et dénonce cet acte lâche et réclame vengeance pour cet attentat qui a eu lieu dans un pays occidental.

Par contre, lorsqu’un acte similaire s’est déroulé avec une barbarie inouïe contre la plus grande mosquée d’al-Ahmadiyya au Pakistan en 2010, la réaction hypocrite de la rue islamique n’était rien d’autre que la satisfaction, l’approbation et l’agrément en général, et très souvent l’indifférence.


www.youtube.com/watch

www.youtube.com/watch

En 2010, de grands médias arabes, également hypocrites, se sont contentés de qualifier l’attentat au Pakistan « d’attaque contre un temple d’al-Qadiyaniyya » au Pakistan ayant fait 100 victimes, sans jamais prononcer le mot « musulman ».

Or ces médias, de façon étrange, ont utilisé le mot « masjid » [mosquée], comme ce fut le cas dans la version anglaise de la télévision Aljazeera, alors que dans la version arabe de cette même chaine, c’est le mot « temple » qui a été utilisé [sous-entendre : non musulman, d’infidèles].

Conclusion :


Il faut savoir que le terrorisme islamique demeure le mal et son traitement doit être l’électrochoc, car toutes ses victimes sont des innocents.

_____________________________________________________________________________

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de
Maurice Saliba pour Dreuz.info.

[1] Mouvement réformiste musulman messianiste fondé par Mirz Ghulam Ahmad à la fin du XIXe siècle au Penjab, alors sous domination britannique. Mirza Ghulam Ahmad (1835-1908), un musulman né à Qâdiyân au Panjâb, fait la paix avec les Anglais et stoppe tout autre prosélytisme en se présentant comme une réapparition du Messie (Jésus pour les chrétiens, Avatâr de Vishnou pour les hindous).

[2] « Le guide attendu » est le rédempteur eschatologique attendu de l’ensemble des confessions musulmanes, à l’exception des coranites, et identifié au dernier imam dans le chiisme duodécimain.


______________________________________________________________________________

Nouvelle-Zélande : le terroriste est d’extrême-gauche

www.lesalonbeige.fr/nouvelle-zeland…

_____________________________________________________________________________

Les services de renseignements turcs révèlent le voyage du terroriste néo-zélandais Brenton Tarrant

DAILY SABAH

ANKARA
Publié le 19.03.2019 18:38


Dans cette photo d'archives prise le 16 mars 2019, Brenton Tarrant, l'homme accusé du massacre de Christchurch, fait un signe à la caméra lors de sa comparution devant le tribunal de district de Christchurch. (Photo AFP)

Après avoir été identifiés comme les auteurs des attentats terroristes de la semaine dernière en Nouvelle-Zélande, des agents des services de renseignements turcs ont révélé les récents voyages de Brenton Tarrant et tentent maintenant d'identifier tous les lieux qu'il a visités.

Le terroriste australien âgé de 28 ans s'est rendu en Turquie à plusieurs reprises et a passé une longue période de temps dans le pays il y a environ trois ans

Selon des informations parues à Yenişafak, Tarrant s'est rendu à Ağrı, Ankara, Edirne, Sivas, Mersin, Tokat, Istanbul, Izmir et Konya lors de ses visites en Turquie les 17 et 20 mars et du 13 au 25 septembre 2016.

Sa motivation ou son but de visiter ces provinces est encore inconnu. Tarrant s'est rendu dans trois des plus grandes villes de Turquie - Istanbul, Ankara et Izmir - mais il a également visité des provinces centrales telles que Sivas, Tokat et la province du Nord-Est d'Ağrı. Cela a suscité des questions sur ses intentions, car ces destinations ne sont pas très populaires parmi les touristes.

Les unités de renseignement ont formé une équipe spéciale qui examine la route du terroriste et les personnes avec lesquelles il aurait pu avoir des contacts en cours de route. Des sources de sécurité ont également commencé à ré-enquêter sur deux attaques terroristes perpétrées à Istanbul pendant la période où Tarrant était resté dans la ville.

Les officiers présument que Tarrant a retrouvé des personnalités anti-ottomanes lors de sa visite dans les provinces centrales de Tokat, a rapporté le site Internet Süperhaber.

On pense par exemple que le château de Tokat serait le lieu où Vlad l'Empaleur, mieux connu sous le nom de Comte Dracula, a été emprisonné au début du XVe siècle par le sultan ottoman Mehmed II.

Connu pour ses habitudes cruelles, dont l'empalage de ses victimes en guise de punition, Vlad l'empaleur s'est battu à plusieurs reprises contre l'armée ottomane dans les Balkans. On pense qu'il a une fois empalé 20 000 prisonniers ottomans.


Des rapports antérieurs ont indiqué que Tarrant avait voyagé en Asie et en Europe entre 2009 et 2011, alors qu'il était entraîneur personnel. Selon le rapport de Yenişafak, le Portugal, l'Espagne, la France, la Bulgarie, l'Afghanistan, le Pakistan, la Chine et la Corée du Nord figurent parmi ses visites.

www.dailysabah.com/…/turkish-intelli…

_____________________________________________________________________________

Le département de police d'Istanbul et l'Organisation nationale du renseignement turque (MİT) ont entamé de nouvelles inspections pour consulter les registres à partir de 2016, après avoir visionné une séquence vidéo de Tarrant quittant l'aéroport de la métropole d'Istanbul.

L’enquête a révélé que Tarrant avait visité la capitale Ankara, la province septentrionale de Tokat, la province orientale d’Ağrı, la province méridionale de Mersin, la province égéenne d’Izmir et les provinces de Konya et Sivas situées au centre de l’Anatolie centrale. emplacement Istanbul.

Au cours de sa visite, Tarrant a visité le château historique de Tokat, où le prince valachien Vlad III l'empaleur, également connu sous le nom de Dracula, serait retenu captif au début du XVe siècle, ont annoncé des responsables.

La direction de la sécurité provinciale de Tokat effectue des travaux pour déterminer les motivations de Tarrant pour son arrivée en ville et les relations qu’il a établies pendant son séjour.

Il a séjourné dans un hôtel quatre étoiles dans la chambre 403 pendant un jour et est parti le 19 septembre 2016.

Tarrant s'est également rendu en Serbie, au Monténégro, en Croatie, en Bosnie-Herzégovine et en Bulgarie après sa visite en Turquie en 2016.

En outre, Tarrant était en Bulgarie du 9 au 15 novembre 2018, où il s'est rendu sur les champs de bataille où l'Empire ottoman s'était affronté avec les armées chrétiennes.

Après avoir révélé que l'attaquant s'était également rendu dans les pays des Balkans, les responsables se sont penchés sur le lien possible entre Tarrant et les groupes d'extrême droite de ces pays.

Des responsables turcs auraient suggéré de créer un comité mixte avec des unités de sécurité des États des Balkans pour approfondir les détails des voyages de Tarrant .

«Ce terroriste est entré deux fois en Turquie . Dans le premier, il est resté trois jours et lors de sa deuxième visite, il est resté en Turquie ainsi que dans les pays voisins pendant 43 jours pour mener des «travaux», a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdoğan le 18 mars.

Les hautes autorités néo - zélandaises devraient participer à la réunion de l'OCI


Dans le même temps, le comité exécutif de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) tiendra une réunion avec les ministres des Affaires étrangères des États - Unis le 22 mars à Istanbul pour discuter des causes, des impacts et de la stratégie future à la suite des tirs en Nouvelle - Zélande .

Le ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre néo - zélandais , Winston Peters, devrait également assister à la réunion en tant qu’observateur.


La Turquie condamne le "silence" de l'Europe sur les attaques terroristes en Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande , attaque d'une mosquée , Brenton Tarrant , Turquie

_____________________________________________________________________________
Newly emerged CCTV footage shows Christchurch terror attack expanding beyond mosques
www.tvnz.co.nz/…/newly-emerged-c…
____________________________________________________________________________

Brenton Tarrant: d'entraîneur de gymnastique à un suspect de meurtre
Un Australien accusé de meurtre dans une fusillade en Nouvelle-Zélande


Par BEN WESTCOTT, JENNI MARSH, TARA MULHOLLAND ET SOPHIA SAIFI DE CNN, CONTRIBUANT À CE RAPPORT.

16 Mars 2019

L’Australien accusé de meurtre lié à la fusillade terroriste perpétrée dans deux mosquées néo-zélandaises faisant des dizaines de morts était un voyageur assidu qui a séjourné au Pakistan, en Turquie et en Bulgarie, entre autres pays ces dernières années.

Cinquante personnes ont été tuées et 50 autres blessées dans l'attaque, a annoncé dimanche le commissaire de la police néo-zélandaise, Mike Bush.

Contenu connexe

Manifeste reçu quelques instants avant l'attaque
Un homme s'est enfui en Nouvelle-Zélande pour trouver refuge
Le Premier ministre néo-zélandais déclare: "Nos lois sur les armes à feu vont changer"

Dans le cadre de la fusillade, Brenton Harrison Tarrant a été inculpé du chef de meurtre commis devant un tribunal de Christchurch samedi. Tarrant a été placé en détention provisoire pour réapparaître devant le tribunal le 5 avril, des responsables ayant déclaré qu'il ferait face à de nouvelles accusations.

Peu de temps avant le début du tournage, un manifeste de 87 pages a été publié sur les médias sociaux sous le nom de Brenton Tarrant. Le document était criblé de sarcasmes, de harengs rouges apparents et d'allusions à la culture de la mémoire en ligne, suggérant une évolution de la haine nationaliste sur Internet.

Aucun casier judiciaire en Nouvelle-Zélande ou en Australie

Pour les habitants de son ancienne ville natale, Tarrant, 28 ans, semblait une personne "relativement normale".

Il n'avait pas d'antécédents criminels en Nouvelle-Zélande ni en Australie et n'avait pas attiré l'attention de la communauté du renseignement pour ses opinions extrémistes.

Il travaillait auparavant au Big River Squash & Fitness Centre dans la ville de Grafton, au nord de la Nouvelle-Galles du Sud.

La directrice du gymnase, Tracey Gray, qui a employé Tarrant pendant plusieurs années à la fin des années 2000, a déclaré à la filiale de CNN, Nine News, qu'elle avait été choquée par son rôle présumé dans les attaques.

Il était «aussi normal qu'une personne à la suivante», a déclaré Gray. "Il n'a jamais montré d'extrémistes d'opinions extrémistes ni de comportement fou."

Gray s'est demandé si Tarrant aurait pu se radicaliser lors d'un voyage en Europe et en Asie au début des années 2010.

"Je ne peux pas croire que quelqu'un avec qui j'ai probablement affaire quotidiennement ... soit capable de faire quelque chose d'aussi extrême", a ajouté Gray.


Le voyage de Tarrant en Turquie, au Pakistan et dans d'autres pays
Tarrant s'est rendu plusieurs fois en Turquie et "a passé une longue période dans le pays", a déclaré samedi à CNN un haut responsable turc.

Il a récemment visité la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie, a déclaré à la presse le procureur général bulgare Sotir Tsatsarov, selon l'agence de presse officielle BTA. En 2016, Tarrant s'est rendu au Monténégro et en Serbie, a déclaré Tsatsarov.

Tarrant aurait également séjourné dans le nord du Pakistan. S'adressant à CNN samedi, le propriétaire de l'hôtel Osho Thang à Nagar, dans la région du Gilgit-Baltistan, la plus septentrionale du Pakistan, a déclaré que Tarrant avait visité son hôtel en octobre 2018. Le propriétaire de l'hôtel, qui ne voulait pas être nommé pour des raisons de sécurité, a expliqué Tarrant en tant que "touriste régulier".

"Tout ce dont je me souviens, c'est qu'il était fan de la cuisine locale. Il quitterait l'hôtel le matin et reviendrait le soir", a-t-il déclaré.


La famille de Tarrant à Grafton, Australie
Le père de Tarrant, Rodney Tarrant, est décédé d'un cancer à 49 ans en avril 2010, selon une notice nécrologique du Daily Examiner à Grafton. Il a été décrit comme un "homme de famille dévoué" et un "athlète de compétition". Selon la notice nécrologique, le père de Tarrant s'est séparé de sa mère quand il était jeune.

La famille de Tarrant "assiste et coopère" actuellement aux enquêtes de Grafton, à près de 400 km au nord de Sydney, a déclaré la police locale à CNN.

Le maire suppléant de Clarence Valley en Australie, Jason Kingsley, a déclaré que les actions présumées de Tarrant ne reflétaient ni Grafton ni l'Australie. Kingsley a appelé à l'unification à la suite d'un "jour très sombre" et à la considération pour la famille et les amis de "l'individu".
Le maire de Christchurch, Lianne Dalziel, a déclaré que le suspect visait la Nouvelle-Zélande pour sa réputation d'espace sécurisé.

"Ce genre d'extrémisme n'est pas quelque chose que nous avons vu ici. Mais il n'est pas d'ici", a-t-elle déclaré. "Il est venu ici avec la haine dans son cœur et l'intention de tuer dans son esprit. Donc, il n'a pas développé sa haine ici. Il est venu ici pour accomplir cet acte de terrorisme."


Comment Tarrant a eu ses armes
Le tireur a utilisé cinq armes à feu, dont deux armes semi-automatiques et deux fusils de chasse - des armes acquises légalement, a déclaré Ardern.

Le Premier ministre a déclaré que le tireur possédait un permis d'arme à feu "Catégorie A", obtenu en novembre 2017. Selon la police, un permis d'arme à feu standard permet à son détenteur d'obtenir un nombre quelconque de fusils et de carabines de sport.

Les autorités ont indiqué qu'au moins une des armes à feu utilisées lors de la fusillade semblait avoir été modifiée.

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a promis de modifier les lois du pays sur les armes à feu - considérées comme relativement détendues par rapport à la plupart des pays occidentaux autres que les États-Unis - en réponse à l'attaque.


www.cnn.com/…/index.html

_____________________________________________________________________________

Christchurch mosque linked to al-Qaida suspect

Une mosquée de Christchurch a été liée au meurtre par drone du suspect néo-zélandais d'Al-Qaida, Daryl Jones.


A Christchurch mosque has been linked to the drone killing of New Zealand al-Qaida suspect Daryl Jones.

Les parents d'un Australien tué aux côtés de Jones ont déclaré que leur fils avait appris l'islam radical à Christchurch, où il avait également rencontré M. Jones.

Christopher Havard a été tué aux côtés de M. Jones par un drone américain au Yémen l'année dernière.

Ses parents, Neill et Bronwyn Dowrick, affirment que leur fils leur a dit qu'il avait appris le premier l'islam radical à la mosquée Al Noor à Addington.

M. Havard a quitté l'Australie pour la Nouvelle-Zélande en 2010. On se souvient de lui à la mosquée du nom de Saleem Khattab.

"[Il n'était] pas différent des autres", a déclaré le président de la mosquée, Mohamed Jama. "C'était un homme normal."

Les parents de M. Havard disent que c'est à la mosquée qu'il a rencontré un autre converti, M. Jones, connu de Muslim Bin John.

Mais la mosquée ne se souvient pas de M. Jones et nie avoir enseigné l’islam radical.

Il semble que des espions kiwis aient surveillé la mosquée.

"Je ne parlerai pas des entités individuelles ni des opérations menées par le SIS ou le GCSB", a déclaré le Premier ministre John Key.
en.wikipedia.org/…/Archive_3

La police fédérale australienne (AFP) a ouvert une enquête sur la possible implication de M. Havard dans l'enlèvement présumé d'al-Qaida de trois Occidentaux au Yémen.

Les documents montrent: "MM. Havard et Nin John étaient de longue date un intérêt pour l’AFP en raison de leurs activités évaluées au Yémen et appréciées par Al-Qaïda".encyclopediadramatica.rs/index.php

Tout ce que l'on sait de M. Jones, c'est qu'il avait 31 ans, est néo-zélandais et que sa famille est toujours là.


______________________________________________________________________________

en.wikipedia.org/wiki/Talk%3aAl_Noor_…

en.wikipedia.org/…/Archive_1

en.wikipedia.org/…/Archive_2

en.wikipedia.org/…/Archive_3

encyclopediadramatica.rs/index.php

archive.is/7sStb


______________________________________________________________________________

Deux hommes tués en 2013 par une frappe de drone auraient été radicalisés à la mosquée de Christchurch

Par cloverchronicle le 16 mars 2019

Selon un reportage sur stuff.co.nz , deux militants islamistes ont été tués lors d'une frappe de drone américain au Yémen en 2013.

Les parents de l'un des hommes ont affirmé qu'il avait été "radicalisé" dans la mosquée de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, récemment terrorisée. par le suspect du meurtre Brenton Harrison Tarrant, un citoyen australien âgé de 28 ans. 49 personnes sont mortes lors de l'attaque et 20 ont été grièvement blessées.

Après avoir entendu parler des allégations selon lesquelles deux de leurs membres auraient été initiés à l'islam radical à Christchurch, les dirigeants de la mosquée ont immédiatement répondu en affirmant qu'ils étaient modérés et non extrémistes.

Selon l' article sur stuff.co.nz :
L'Australien Christopher Havard, âgé de 27 ans, et le double ressortissant néo-zélandais Daryl Jones ont été tués par un missile lancé par un drone américain en novembre 2013.

Selon le journal australien ABC
News,
les deux hommes figuraient déjà sur une liste de surveillance de la police fédérale australienne en raison de leurs liens avec Al-Qaïda dans le groupe terroriste Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQAP).

Havard et Jones - connus sous le nom de Muslim John John - se seraient rencontrés à Christchurch après la conversion de Havard à l'islam.

Bronwen et Neill Dowrick, la mère et le beau-père de Havard, ont déclaré que leur fils avait rejoint la mosquée locale et leur avait dit que c'était là qu'il avait rencontré pour la première fois l'islam radical.

Dans une interview avec ABC News , les parents de Havard ont déclaré que lorsqu'il avait commencé à visiter la mosquée, il avait "compris à quoi ils essayaient de convertir les gens".

À l'époque, Hisham el Zeiny, imam de la mosquée de Christchurch, avait déclaré qu'il n'avait vu aucun signe d'islam radical enseigné à ses membres. Au lieu de cela, il pensait que Havard et Jones étaient très probablement radicalisés sur Internet, où il était «facile de s’égarer».

Mohamed Jama, président de l'Association musulmane de Canterbury, a déclaré que Havard était "toujours à la mosquée" pendant son séjour à Christchurch et semblait "normal".

L' article continue:
Le Dr Mohammad Alayan, ancien membre éminent de la mosquée de Christchurch, a déclaré que les affirmations d'un islam radical à Christchurch n'étaient «pas vraies».

«La mosquée de Christchurch est très opposée à cela. L'islam est tout au sujet de la paix. "

Farid Ahmed, qui prononce des sermons hebdomadaires à la mosquée, s'est dit "troublé" par les allégations et inquiet des conséquences que cela pourrait avoir sur la façon dont les gens perçoivent la communauté musulmane.

«Je n'y crois pas. Notre communauté ici, la plupart d'entre eux sont des réfugiés; Je suis moi-même venu du Bangladesh il y a 26 ans.

Nous sommes très reconnaissants parce que ce pays nous a ouvert le cœur. "

Des orateurs radicaux pourraient être trouvés en ligne, mais ce matériel "n'a rien à voir avec la mosquée ou la communauté de mosquées", a-t-il déclaré.

"Si [la famille de Havard] a des preuves, elle devrait les fournir afin que nous puissions nous en occuper, car nous voulons les en empêcher."

Lors d'un discours, le Premier ministre néo-zélandais, John Key, a déclaré qu'il ne croyait pas que l'islam radical existait à Christchurch, mais des agents des services de sécurité et de renseignement (SIS) étaient sur place (à l'époque) pour surveiller d'éventuelles pistes.

«Si le gouvernement a des raisons de croire qu'il dispose d'informations pertinentes, vous pouvez en déduire que nous prendrions les mesures appropriées pour surveiller ces informations», a déclaré Key.


--------------------------------------------------------------------------------

MISE À JOUR N ° 1: Voici un article de Newshub décrivant le lien possible entre la mosquée de Christchurch et l’islam radical -

Christchurch mosque linked to al-Qaida suspect
Archive links for both articles in case they get 404’d –
archive.is/AOGDe
archive.is/pMCnA
UPDATE #2: Townsville Bulletin article –

Townsville man’s alleged fundamentalist journey began in NZ
archive.is/tTLdZ
NZ Herald

Radical took refuge in NZ
archive.is/elL4W
Sunday Star-Times via pressreader –

The extraordinary life and death of Daryl Jones
Imgur backup link
Pingback: Geller Report
H/T: HushHushSweet, Raggedyman, hiddenNZ, jadedANDcynical
Image Credit: John Kirk-Anderson/Stuff

_____________________________________________________________________________

Al Qaida publie une vidéo de propagande sur des habitants de la Nouvelle-Zélande tués au cours d'une frappe de drone

Chris Cooke
Apr 21, 2016

Une vidéo d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique a révélé des images de deux résidents néo-zélandais et les a identifiés comme des combattants tués lors d'une frappe de drone américain au Yémen.

Al-Qaeda releases propaganda video of NZ fighters killed in US drone strikes in Yemen
www.tvnz.co.nz/…/al-qaeda-releas…


Cette vidéo est la première fois que le groupe terroriste identifie la paire. Source: Al-Qaïda dans la péninsule arabique

C'est la première fois que AQAP identifie la paire.

Darryl Jones est photographié dans la vidéo et sous-titré avec le nom Abu Suhaib Australi et qu'il a été tué lors d'un raid américain à Hadramaout, au Yémen.

La mère kiwi de Darryl Jones a déjà déclaré dimanche à TVNZ que la police avait déclaré que son fils avait utilisé ce nom au Yémen et que les résultats de l’ADN avaient confirmé sa mort lors d’une frappe de drone contre-terroriste aux États-Unis en 2013.

On lui a dit qu'il avait été tué avec des individus impliqués dans des activités extrémistes islamiques, notamment l'Australien Christopher Havard.


Qui était Christopher Havard? Et pourquoi a-t-il quitté la Nouvelle-Zélande? Regardez l'enquête de dimanche ici

Darryl Jones, qui a pris le pseudonyme de Abu Suhaib Australi. Il a été tué lors d'un raid américain à Hadramout. Source: fourni

Havard est également décrit dans la vidéo produite par Al-Qaïda et s'appelle Abu Salma Australi.

Dimanche dernier, dimanche, Havard vivait ici et avait épousé un Néo-Zélandais avant de partir pour le Yémen en 2012, où lui et d'autres combattants d'Al-Qaïda avaient enlevé un couple finlandais.

Atte et Leila Kaleva ont été libérés au bout de trois mois, mais ont réussi à faire sortir clandestinement une mèche de cheveux roux distincte de Harvard.


Les tests ADN révélèrent plus tard son identité.

Dimanche, Latifah Keen, l'épouse convertie de Havard à Christchurch, a déclaré que son mari était gentil et attentionné et qu'il était parti en annonçant qu'il avait l'intention d'enseigner l'anglais au Yémen.

Elle ne pouvait accepter son implication dans l'enlèvement malgré les preuves ADN.

Dimanche, Mme Keen a reçu le lien vers la vidéo d'Al-Qaïda qu'elle a visionnée.


Christopher Havard s'est marié avec un Néo-Zélandais avant de partir pour le Yémen en 2012. Il a été tué lors d'un raid américain à Hadramout. Source: fourni

Elle a dit qu'elle ne voulait pas discuter de ce qu'il y avait dedans.

Espions "exécutés"

La vidéo liée à l'AQAP, produite par leur fondation Al-Malahem Media, décrit des drones américains avec une voix off affirmant que des espions yéménites sont utilisés pour attacher des dispositifs de suivi aux voitures transportant des "Mujahideen" (impliqués dans le Jihad) afin que les drones puissent cibler et tue-les.

Jones et Havard sont présentés avec d'autres décrits comme des moudjahidines et tués par des frappes de drones américains. Ils affirment avoir été identifiés et suivis par des espions.

Jones et Havard voyageaient dans une voiture lorsque celle-ci a été touchée par un missile lancé par un drone.

Deux hommes, décrits comme des espions, sont présentés dans la vidéo de 20 minutes qui aurait confessé leurs actes.

La vidéo affirme qu'ils sont exécutés peu de temps après.

______________________________________________________________________________



_____________________________________________________________________________