Clicks651
fr.news
2

Le Vatican a-t-il soutenu les détracteurs du cardinal Pell ?

Certains pensent que les ennemis du cardinal George Pell ont utilisé accusations infondées contre lui, écrit Henry Sire dans son livre de 2017 Le Pape Dictateur.

Il signale des coïncidences remarquables entre les flambées dans l'affaire des abus sexuels et les moments de pression dans les luttes intestines contre Pell, engagé par le Secrétariat à l'économie afin d'assainir les finances du Vatican.

En février 2015, Pell avait découvert dans divers dicastères du Vatican 1,4 milliard d'euros qui ne figuraient pas dans les bilans.

Selon Sire, cela a réveillé les adversaires de Pell, en particulier les cardinaux Calcagno, Versaldi, Bertello et Parolin, qui considéraient Pell comme "leur principal ennemi".

Pell a demandé à plusieurs reprises à Francis le renvoi de Calcagno du poste de président de l'administration du patrimoine du Saint-Siège. François a répondu qu'il aurait besoin de preuves de malversations. Malgré l'amoncellement de preuves, François a protégé Calcagno avec qui il dînait presque tous les soirs.

En Australie, la police a poursuivi Pell avec une vigueur extraordinaire sur des accusations totalement artificielles. Un groupe de travail spécial a interrogé Pell à Rome en 2016.

En juin 2017, il a été décidé de poursuivre Pell. Il est retourné en Australie où il a été condamné pour une agression sexuelle dont la véracité est factuellement impossible

Selon Henry Sire, le cardinal Parolin a appris le 19 juin 2017, par l'intermédiaire du nonce australien, que Pell devait faire l'objet d'un procès. Un jour plus tard, il a forcé Libero Milone le bras droit de Pell dans le nettoyage des finances du Vatican, à démissionner.

Image: George Pell, © Mazur/catholicnews.org.uk, CC BY-SA, #newsQsjzqrbggc
GChevalier
Et donc, comme je l'ai dit ailleurs, l'Antéchrist veut la peau de Pell et il l'aura, d'autant plus que ce dernier s'est élevé contre lui au premier Synode sur la Famille.