Langue
Clics
466
Montfort AJPM

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -20-

Une réforme paralysée

En février 2014, les enquêtes de la Commission mises en place l’été précédent ont révélé, entre autres, que 94 millions d’euros avaient été trouvés à la Secrétairerie d’État et n’étaient pas comptabilisés dans les états financiers (70). Cela ne constituerait que la pointe de l’iceberg. Sur la base des consultations qui avaient été faites, le Conseil a formulé des recommandations globales pour la réforme des structures financières du Vatican. En tant qu’organe de supervision générale, il devait y avoir un Conseil pour l’Économie, composé de huit prélats et de sept laïcs, qui se réunirait tous les deux mois. La réforme structurelle la plus radicale a été la création d’un Secrétariat pour l’Économie, doté de pouvoirs très étendus. Il devait être placé sur un pied d’égalité avec la Secrétairerie d’État, relevant directement du Pape, et il devait assumer des responsabilités étendues jusqu’ici assumées par les autres organismes. Il absorberait la Préfecture des Affaires Économiques et prendrait le relais de l’ensemble de la « section ordinaire » de l’APSA , la gestion des biens immobiliers et du personnel. Plus ambitieusement encore, il assumerait les responsabilités financières et humaines de la Secrétairerie d’État, dans le cadre d’une réduction globale du pouvoir de ce dernier qui était proposé à l’époque.

Mais les Cardinaux au cœur de la Curie étaient trop puissants pour permettre un tel bouleversement. Le Cardinal Parolin, que le Pape François avait nommé Secrétaire d’État en octobre 2013, s’est battu avec acharnement pour défendre les intérêts de sa trop grande puissance. Le mythe selon lequel le Pape François, en tant que réformateur radical qui met de côté les intérêts acquis, est réfuté par la suite. Quoi de plus facile que d’accepter un plan élaboré sur la base des recommandations d’éminentes sociétés de conseil – KPMG, McKinsey & Co., Ernst & Young, Promontory Financial Group – ayant une compétence reconnue en matière d’efficacité et de transparence ? Mais le Pape François a laissé une clique de cardinaux entraver la réforme dès le début. Ses principales directives ont été mises en place – la création du Conseil et du Secrétariat pour l’Économie – mais des parties importantes ont été écartées. Par exemple, il a été souligné qu’un organisme purement administratif tel que l’APSA n’avait pas besoin d’avoir un cardinal à sa tête ; mais cette condition était trop précieuse pour être abandonnée, et l’APSA continue d’être dirigée par un cardinal (Domenico Calcagno, dont les actes seront inspectés sous peu). L’APSA n’a pas cédé sa gestion immobilière au Secrétariat pour l’Économie, mais a cédé le contrôle des revenus locatifs. Le Gouvernorat et la Congrégation de la Propagande restaient autonomes. La Secrétairerie d’État a résisté à toutes les tentatives de réduction et, dans le domaine financier, elle a gardé le contrôle du Denier de Saint-Pierre, les dons faits au Saint-Siège par les fidèles du monde entier, soit plus de 50 millions d’euros par an (71).

Le Cardinal australien George Pell, qui avait la réputation d’être un administrateur solide, a été nommé à la tête du Secrétariat pour l’Économie en février 2014, avec un mandat de cinq ans. Avec son allié, le laïc français Jean-Baptiste de Franssu, responsable de l’IOR, Pell commença rapidement à influencer les affaires du Vatican. En quelques mois, le Cardinal a annoncé ouvertement qu’il avait trouvé 936 millions d’euros dans les divers dicastères du Vatican qui n’avaient pas été inscrits au bilan, et en février 2015 le chiffre avait été porté à 1,4 milliard (72). Ces révélations ne le rendirent pas populaire auprès des fonctionnaires qui l’entouraient. Le Cardinal Pell n’a jamais été un maître de la diplomatie, et les Italiens ne sont pas familiers avec la personnalité d’un anglo-saxon franc et honnête, dont ce modèle a été donné parmi eux.

---
(70) Gianluigi Nuzzi, "Merchants in the Temple" (Les Marchands du Temple), p. 76. [Via Crucis p.97]

(71) Nuzzi, op.cit., p.56. [Via Crucis p.72]

(72) Nuzzi, op. cit., p.202. [Via Crucis p.265]


(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -19-
>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -21-

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

Votre commentaire…
GChevalier a mentionné cette publication dans ACTU.