Clics686
Symphytum
2

La probabilité est insuffisante pour l'administration d'un sacrement.

Bienheureux Pape Innocent XI (1676-1689)

C'est une grave responsabilité pour tous les catholiques d'avoir la preuve que les sacrements auxquels ils assistent sont licites aux yeux de l'Église du Christ, car si les catholiques s'approchaient des sacrements sans savoir avec certitude que les ministres étaient [les deux] validement consacrés et ont reçus * l'approbation canonique [autorisation de fonctionner], ils se mettent en dehors de l'Église.

* AUTORITÉ DE L'ÉGLISE. Ceux qui sont reçus dans la hiérarchie ecclésiastique ne sont pas choisis par le peuple ou par l'autorité séculière, mais sont placés dans les degrés de pouvoir des ordres par l'ordination sacrée. Dans le pontificat suprême, la personne légalement élue, et acceptant librement l'élection, reçoit le pouvoir de juridiction par droit divin. Tous les autres reçoivent leur compétence par mission canonique (Canon 109, 1917 Code de droit canonique).

Usage d'une opinion probable:

Chapitre VII, Section I: Opinion Probable de validité.

En conférant les sacrements (comme aussi dans la consécration à la messe), il n'est jamais permis d'adopter une ligne de conduite probable quant à la validité et d'abandonner le cours le plus sûr. Le contraire a été explicitement condamné par le pape Innocent XI. Agir ainsi serait un grave péché contre la religion, c'est-à-dire un acte d'irrévérence envers ce que le Christ notre Seigneur a institué; ce serait un grave péché contre la charité, car le destinataire serait probablement privé des grâces et de l'effet du sacrement; ce serait un grave péché contre la justice, puisque le récipiendaire a droit à des sacrements valides, chaque fois que le ministre, ex officio ou non, entreprend de conférer un sacrement. Dans les sacrements nécessaires, il n'y a pas de doute sur le triple péché; dans les sacrements qui ne sont pas nécessaires, il y aura toujours le sacrilège grave contre la religion.

Henry Davis, S.J

Théologie Morale et Pastorale
Londres: Sheed & Ward, 1935
Volume III, p 27.

L'erreur suivante est condamnée par le Bienheureux Innocent XI le 4 mars 1679:

1. Il n'est pas illégal de conférer des sacrements pour suivre une opinion probable concernant la valeur du sacrement, l'opinion plus sûre étant abandonnée, à moins que la loi ne l'interdise, convention ou le danger d'encourir de graves dommages. Il ne faut donc pas se servir des opinions probables seulement pour conférer des ordres de baptême, sacerdotaux ou épiscopaux. (Denzinger 1151)
Symphytum
@JeanDC Je vous assure que ce fardeau je le porte moi même tout les jours, comme notre Seigneur nous l'a commandé, "qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive". De plus tout catholique est tenu de connaitre et aimer sa sainte loi et ses décrets. Il est téméraire de les qualifier de "fardeau".
Je ne comprend pas votre argumentation bien que j'ai l'impression que vous m'accusez d'une morale Janséni…Plus
@JeanDC Je vous assure que ce fardeau je le porte moi même tout les jours, comme notre Seigneur nous l'a commandé, "qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive". De plus tout catholique est tenu de connaitre et aimer sa sainte loi et ses décrets. Il est téméraire de les qualifier de "fardeau".
Je ne comprend pas votre argumentation bien que j'ai l'impression que vous m'accusez d'une morale Janséniste.
Dieu est infiniment bon, il est aussi infiniment juste, et il hait infiniment le péché. C'est pour cette raison que "la crainte du Seigneur est le commencement de la Sagesse".
L'Eglise n'a jamais eu besoin de VII, ce n'est pas parce que la société est devenue impie, que l'Eglise devait s'y accommoder, ceux qui ont causé des soucis à l'Eglise sont ceux qui ont prétendus apporter une solution par ce fameux VII.
Je préfère largement les cavernes obscures de la foi, que les superbes tabernacles du mensonge.
JeanDC
Jean 1:44
... Malheur aussi à vous, docteurs de la loi ! car vous chargez les hommes de fardeaux que vous mêmes ne soulevez pas du petit doigt.
...47 Malheur à vous ! car vous bâtissez les sépulcres des prophètes, que vos pères ont tués.

Enfin de compte il n'y a que ceux qui se sentent juste et sans péché "en état de grâce" qui pourraient recevoir les sacrements.

Le pharisien s’est mis en march…Plus
Jean 1:44
... Malheur aussi à vous, docteurs de la loi ! car vous chargez les hommes de fardeaux que vous mêmes ne soulevez pas du petit doigt.
...47 Malheur à vous ! car vous bâtissez les sépulcres des prophètes, que vos pères ont tués.

Enfin de compte il n'y a que ceux qui se sentent juste et sans péché "en état de grâce" qui pourraient recevoir les sacrements.

Le pharisien s’est mis en marche vers le temple, il est sûr de lui mais il ne se rend pas compte qu’il a perdu le chemin de son cœur. Le publicain en revanche, se présente dans le temple l’âme humble et repentie : il « se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine ». Sa prière est très brève, elle n’est pas aussi longue que celle du pharisien : « Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis ! ».

Et Jésus de conclure. « Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste. (en État de Grâces)

J'ai lu que Jean XXIII avait dit qu'il était surpris que des chrétiens aient peur de Dieu; moi je me disais en moi-même : "parce qu'on nous l'a enseigné ainsi ce dieu vengeur et pervers".

Et c'est bien pour cela que l'Église avait besoin de Vatican II.
Ouvrez grand les portes, faites aérer!

Il semble qu'on veuille retourner à l'obscurité d'une caverne poussiéreuse, mal aérée où les faux prophètes manipulent les ombres en disant: " ceci est dieu, cela est la loi, n'allez pas vers la lumière car vous serez aveuglés et vous périrez".

J'aime mieux la Lumière et vivre dans mon temps; car comme le disait le chartreux aveugle dans le film Le Grand Silence: "Dieu est bon".