Clicks716
fr.news
2

De nouvelles accusations contre le cardinal Rodriguez Maradiaga

Le cardinal de Tegucigalpa Oscar Andrés Rodriguez Maradiaga - un proche allié du pape François - est un complice du système corrompu du Honduras, selon le père espagnol Bernardo Font Ribot dans une lettre du 5 juillet à François. Font vit à Amapala, au Honduras.

Il écrit qu’il a fait faillite après avoir placé ses biens patrimoniaux hérités de sa famille sous l’ordre de Rodríguez entre les mains du cardinal. Quand il ne resta plus rien, Rodríguez le rejeta et le suspendit à la prêtrise après 50 ans de service pastoral. Par conséquent, Font a intenté une action civile contre Rodríguez.

Rodríguez a nommé Font comme secrétaire exécutif des médias catholiques au Honduras. Font utilise son propre argent hérité de ses parents (biens immobiliers, actions et autres) pour exécuter sa tâche.

Il a également contribué au grand séminaire de Notre-Dame de Suyapa et à une paroisse de l'archidiocèse de Tegucigalpa.

Dès le début, Font a informé Rodríguez de ses activités commerciales à Porto Rico. Rodríguez lui a dit : "N'abandonnez pas vos affaires, aidez-nous plutôt."

Après un conflit commercial qui a été résolu par la suite, Rodríguez et l’évêque auxiliaire Juan José Pineda ont suspendu Font en 2005 sans explication

Font écrit que dans l'Église hondurienne, il y a des abus contre les prêtres et une crise dramatique qui consiste, par exemple, en une infiltration homosexuelle du Grand séminaire de Notre-Dame de Suyapa.

Il déclare également que ces religieux sont marginalisés et persécutés, sans lien avec le gouvernement, et que la hiérarchie, à quelques exceptions près, est complice du gouvernement dictatorial, en particulier du cardinal Rodríguez.

Image: Bernardo Font Ribot, © criterio.hn, #newsRziffeibra
GChevalier
Et ce voyou de Maradiaga est dans le C9 réunit en ce moment et qui vient d'annoncer, c'est officiel, qu'une explication de tous ces trucs était imminente, dixit Vatican News, dont je ne mets pas le lien pour ne pas ajouter à la paresse des astronautes...
Etienne bis
Pas de chance dans les choix de ses proches. Comme c'est triste.