Clicks812

VIGANO accuse directement l'Antéchrist, mais LifeSite et Tosatti prennent peur...

Album ACTU

* * *

NOUVEAU TÉMOIGNAGE de VIGANO :
Le VATICAN a DISSIMULÉ des ALLÉGATIONS d’ABUS SEXUELS
sur les ENFANTS de CHŒUR du PAPE


3 juillet 2019 (LifeSiteNews) - Note de la rédaction : L’entrevue de l’archevêque Carlo Maria Viganò avec le Washington Post, publiée le 10 juin [dont la traduction intégrale en français est ici : catholique.forumactif.com/t36p30-l-affaire-vigano ], contenait une réponse que le Post a décidé de retirer de l’interview. Cette réponse contenait des informations importantes concernant des accusations non traitées d’abus sexuels contre un haut fonctionnaire du Saint-Siège, ainsi que le camouflage d’un ancien séminariste, aujourd’hui prêtre, accusé d’abus sexuels sur des adolescents pré-séminaristes qui exerçaient comme enfants de chœur du Pape. Le texte intégral des réponses de Viganò, non-publiées par le Washington Post, suit. Le texte a été légèrement modifié pour inclure les majuscules normalement utilisées en anglais. Le nom d’une personne a été retiré par LifeSite parce que LifeSite n’a pas été en mesure de trouver des preuves suffisantes pour étayer l’accusation portée contre lui à ce stade. [Même LifeSite a peur des représailles ! Et pourtant nous savons que Viganò n’invente rien. Tosatti a fait la même chose : www.marcotosatti.com/…/nuove-gravi-riv… ]

I.b. Voyez-vous des signes que le Vatican, sous le pape François, prend des mesures appropriées pour faire face aux graves problèmes d’abus ? Si non, que manque-t-il ?

Les signes que je vois sont vraiment inquiétants. Non seulement le pape François ne fait presque rien pour punir ceux qui ont commis des abus, mais il ne fait absolument rien pour dénoncer et traduire en justice ceux qui, pendant des décennies, ont facilité et couvert les auteurs de ces abus. Pour ne citer qu’un exemple : Le cardinal Wuerl, qui a couvert les abus de McCarrick et d’autres personnes pendant des décennies, et dont les mensonges répétés et flagrants ont été révélés à tous ceux qui y ont prêté attention, a dû démissionner dans la honte à cause de l’indignation populaire. Pourtant, en acceptant sa démission, le pape François l’a loué pour sa « noblesse ». Quelle crédibilité a laissé le pape après ce genre de déclaration ?

Mais un tel comportement n’est pas du tout le pire. Pour en revenir au sommet et à l’accent qu’il met sur la maltraitance des mineurs, je voudrais maintenant attirer votre attention sur deux cas récents et vraiment horribles impliquant des allégations d’infractions contre des mineurs pendant le mandat du pape François. Le pape et de nombreux prélats de la Curie sont bien au courant de ces allégations, mais dans aucun cas une enquête ouverte et approfondie n’a été autorisée. Un observateur objectif ne peut s’empêcher de soupçonner que des actes horribles sont dissimulés.

1. Le premier aurait eu lieu à l’intérieur même des murs du Vatican, au pré-séminaire Pie X, situé à quelques pas de la Domus Sanctae Marthae, où vit le pape François. Ce séminaire forme des mineurs qui servent comme enfants de chœur dans la basilique Saint-Pierre et lors des cérémonies papales.

Un des séminaristes, Kamil Jarzembowski, colocataire de l’une des victimes, affirme avoir été témoin de dizaines d’agressions sexuelles. Avec deux autres séminaristes, il dénonça l’agresseur, d’abord en personne à ses supérieurs du pré-séminaire, puis par écrit aux cardinaux, et enfin en 2014, toujours par écrit, au Pape François lui-même. L’une des victimes était un garçon, qui aurait été maltraité pendant cinq années consécutives, à partir de l’âge de 13 ans. L’agresseur présumé était un séminariste de 21 ans, Gabriele Martinelli.

Ce pré-séminaire est sous la responsabilité du diocèse de Côme et est géré par l’Association Don Folci. Une enquête préliminaire a été confiée au vicaire judiciaire de Côme, Don Andrea Stabellini, qui a trouvé des éléments de preuve justifiant une enquête plus approfondie. J’ai reçu des informations de première main indiquant que ses supérieurs lui avaient interdit de poursuivre l’enquête. Il peut témoigner lui-même, et je vous conseille d’aller l’interroger. Je prie pour qu’il trouve le courage de partager avec vous ce qu’il a si courageusement partagé avec moi.

En plus de ce qui précède, j’ai appris comment les autorités du Saint-Siège ont traité cette affaire. Après que Don Stabellini eut recueilli des preuves, l’affaire fut immédiatement camouflée par l’évêque de Côme de l’époque, Diego Coletti, et le cardinal Angelo Comastri, vicaire général du pape François pour la Cité du Vatican. De plus, le Cardinal Coccopalmerio, alors président du Conseil Pontifical pour les Textes Législatifs, consulté par Don Stabellini, l’a fortement exhorté à arrêter l’enquête.

Vous vous demandez peut-être comment cette horrible affaire a été classée. L’évêque de Côme a relevé Don Stabellini de ses fonctions de vicaire judiciaire ; le dénonciateur, le séminariste Kamil Jarzembowski, a été expulsé du séminaire ; les deux autres séminaristes qui l’avaient rejoint dans la dénonciation ont quitté le séminaire ; et l’auteur présumé des abus, Gabriele Martinelli, a été ordonné prêtre en juillet 2017. Tout cela s’est passé entre les murs du Vatican, et pas un mot n’en est sorti pendant le sommet.

Le sommet a donc été terriblement décevant, car il est hypocrite de condamner les abus à l’encontre des mineurs et de prétendre sympathiser avec les victimes tout en refusant de regarder les faits en face avec franchise. Une revitalisation spirituelle du clergé est des plus urgentes, mais elle sera finalement inefficace s’il n’y a pas la volonté de s’attaquer au vrai problème.

2. Le deuxième cas concerne l’archevêque Edgar Peña Parra, que le pape François a choisi comme nouveau suppléant à la Secrétairerie d’État, faisant de lui la troisième personne la plus puissante de la curie. Ce faisant, le pape a essentiellement ignoré un dossier terrifiant qui lui avait été envoyé par un groupe de fidèles de Maracaibo, intitulé "¿Quién es verdaderamente Monseñor Edgar Robinson Peña Parra, Nuevo Sustituto de la Secretarîa de Estado del Vaticano" ("Qui est vraiment Mgr Edgar Robinson Peña Parra, le nouveau suppléant du Secrétariat d’État du Vatican"), signé du Dr. Enrique W. Lagunillas Machado, au nom du "Grupo de Laicos de la Arquidiócesis de Maracaibo por una Iglesia y un Clero según el Corazón de Cristo" ("Groupe de laïcs de l’archidiocèse de Maracaibo pour une Église et un Clergé selon le Cœur du Christ"). Ces fidèles ont accusé Peña Parra d’immoralité terrible, décrivant en détail ses crimes présumés. Il pourrait même s’agir d’un scandale dépassant celui de McCarrick, et il ne faut pas que ce scandale soit couvert par le silence.

Certains faits ont déjà été publiés dans les médias, notamment dans l’hebdomadaire italien L’Espresso . Je vais maintenant ajouter les faits connus par la Secrétairerie d’État du Vatican depuis 2002, que j’ai appris lorsque j’étais Délégué pour les Représentations pontificales.

En janvier 2000, le journaliste de Maracaibo Gastón Guisandes López a porté de graves accusations contre certains prêtres du diocèse de Maracaibo, dont Mgr Peña Parra, pour abus sexuels sur mineurs et autres activités éventuellement criminelles.

En 2001, Gastón Guisandes López a demandé à deux reprises à être reçu par le nonce apostolique (ambassadeur du Pape) au Venezuela, l’archevêque André Dupuy, pour discuter de ces questions, mais celui-ci a refusé inexplicablement de le recevoir. Il a toutefois signalé à la Secrétairerie d’État que le journaliste avait accusé Mgr Peña Parra de deux crimes très graves, décrivant les circonstances.

D’abord, Edgar Peña Parra fut accusé d’avoir séduit, le 24 septembre 1990, deux petits séminaristes de la paroisse de San Pablo, qui devaient entrer au Grand Séminaire de Maracaibo la même année. L’événement aurait eu lieu dans l’église de Nuestra Señora del Rosario, où le pasteur José Severeyn était curé. Le Révérend Père Severeyn a ensuite été retiré de la paroisse par l’archevêque de l’époque, Mgr Roa Pérez. Le cas a été signalé à la police par les parents des deux jeunes hommes et a été traité par le pasteur Enrique Pérez, alors recteur du grand séminaire, et par le pasteur Emilio Melchor, alors directeur spirituel. Le révérend Pérez, interrogé par la Secrétairerie d’État, a confirmé par écrit l’épisode du 24 septembre 1990. J’ai vu ces documents de mes propres yeux.

Deuxièmement, Edgar Peña Parra aurait été impliqué, avec [NOM ENLEVÉ], dans la mort de deux personnes, un médecin et un certain Jairo Pérez, qui a eu lieu en août 1992, sur l’île de San Carlos, au lac Maracaibo. Ils ont été tués par une décharge électrique, et il n’est pas clair si les décès étaient accidentels ou non. Cette même accusation est également contenue dans le dossier susmentionné envoyé par un groupe de laïcs de Maracaibo, avec le détail supplémentaire que les deux cadavres ont été retrouvés nus, avec des preuves de rencontres homosexuelles macabres et obscènes. Ces accusations sont pour le moins extrêmement graves. Non seulement Peña Parra n’a pas eu à les affronter, mais il a été autorisé à continuer dans le service diplomatique du Saint-Siège.

Ces deux accusations ont été rapportées à la Secrétairerie d’État en 2002 par le nonce apostolique vénézuélien de l’époque, Mgr André Dupuy. La documentation pertinente, si elle n’a pas été détruite, se trouve dans les archives du personnel diplomatique de la Secrétairerie d’État où j’ai occupé le poste de Délégué pour les Représentations pontificales, et dans les archives de la nonciature apostolique au Venezuela, où les archevêques suivants ont servi comme nonces depuis : Giacinto Berloco, de 2005 à 2009, Pietro Parolin, de 2009 à 2013 et Aldo Giordano, de 2013 à ce jour. Ils ont tous eu accès aux documents faisant état de ces accusations contre le futur suppléant, de même que les cardinaux secrétaires d’État Sodano, Bertone et Parolin et les suppléants Sandri, Filoni et Becciu.

Particulièrement flagrant est le comportement du cardinal Parolin qui, en tant que secrétaire d’État, ne s’est pas opposé à la récente nomination de Peña Parra comme suppléant, faisant de lui son plus proche collaborateur. Plus encore : des années auparavant, en janvier 2011, en tant que nonce apostolique à Caracas, Parolin ne s’était pas opposé à la nomination de Peña Parra comme archevêque et nonce apostolique au Pakistan. Avant ces nominations importantes, un processus d’information rigoureux est mis en place pour vérifier l’aptitude du candidat, de sorte que ces accusations ont certainement été portées à l’attention du cardinal Parolin.

De plus, le Cardinal Parolin connaît les noms de plusieurs prêtres de la Curie qui sont sexuellement inacceptables, violant les lois de Dieu qu’ils se sont solennellement engagés à enseigner et à pratiquer, et il continue à détourner le regard.

Si les responsabilités du Cardinal Parolin sont graves, celles du Pape François le sont encore plus pour avoir choisi pour un poste extrêmement important dans l’Église un homme accusé de crimes aussi graves, sans insister d’abord sur une enquête ouverte et approfondie. Il y a un autre aspect scandaleux à cette histoire horrible. Peña Parra est étroitement liée au Honduras, et plus précisément au cardinal Maradiaga et à l’évêque Juan José Pineda. Entre 2003 et 2007, Peña Parra a servi dans la nonciature de Tegucigalpa, où il a été très proche de Juan José Pineda, qui a été ordonné évêque auxiliaire de Tegucigalpa en 2005, devenant le bras droit du cardinal Maradiaga. Juan José Pineda a démissionné de son poste d’évêque auxiliaire en juillet 2018, sans aucune raison donnée aux fidèles de Tegucicalpa. Le Pape François n’a pas publié les résultats du rapport que le Visiteur apostolique, l’évêque argentin Alcides Casaretto, lui a remis directement et seulement il y a plus d’un an. Comment interpréter la décision ferme du pape François de ne pas parler ou répondre à une question à ce sujet, si ce n’est pour camoufler les faits et protéger un réseau homosexuel ? De telles décisions révèlent une terrible vérité : plutôt que de permettre des enquêtes ouvertes et sérieuses sur les personnes accusées d’offenses graves contre l’Église, le pape laisse souffrir l’Église elle-même.

Pour en revenir à votre question. Vous me demandez si je vois des signes que le Vatican, sous le pape François, prend des mesures appropriées pour faire face aux graves problèmes d’abus. Ma réponse est simple : Le pape François lui-même couvre les abus en ce moment même, comme il l’a fait pour McCarrick. Je le dis avec une grande tristesse. Lorsque le roi David prononça que l’homme riche et avide dans la parabole de Nathan était digne de mort, le prophète lui dit sans ambages : « Tu es l’homme » (2 Sam 12:1-7). J’avais espéré que mon témoignage serait reçu comme celui de Nathan, mais il a été reçu comme celui de Michée (1 Rois 22:15-27). Je prie pour que cela change.

>>> L'AFFAIRE VIGANO en 33 articles

* * *

Audio à télécharger : "Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages) *

>>> Le Ciel ouvert par les TROIS AVE MARIA du matin et du soir
& La NEUVAINE EFFICACE


On peut faire dire absolument n'importe quoi à une photo, c'est d'ailleurs la grande technique des médias....
@blanche52 « Vous ne le savez peut-être pas mais vous pratiquez constamment la morphopsychologie car, dès que vous rencontrez une personne pour la première fois, vous appréciez de manière subconsciente, son caractère en vous fondant sur les traits de son visage. Vous paraît-il sympathique ou distant ? Apathique ou plein d'énergie ? Ce procédé intuitif et spontané vous aide à décider en qui …More
@blanche52 « Vous ne le savez peut-être pas mais vous pratiquez constamment la morphopsychologie car, dès que vous rencontrez une personne pour la première fois, vous appréciez de manière subconsciente, son caractère en vous fondant sur les traits de son visage. Vous paraît-il sympathique ou distant ? Apathique ou plein d'énergie ? Ce procédé intuitif et spontané vous aide à décider en qui avoir confiance, avec qui vous aimeriez travailler, passer un moment lors d'un réception... » (Source : carolinebressolles.wixsite.com/…/Morphopsycholog…)
Ludovic Denim likes this.
Quand je regarde cette photo de Mgr Vigano, ci-dessus, j'en garde surtout l'impression de son regard dur (voire ténébreux) qui ne m'inspire aucune confiance; sa volonté de nuire au pape François perce à l'évidence dans ses publications accusatrices (le diable n'est-il pas lui aussi un grand accusateur?) dont le but est celui de miner la crédibilité du pape François...; cela étant sans doute (?) …More
Quand je regarde cette photo de Mgr Vigano, ci-dessus, j'en garde surtout l'impression de son regard dur (voire ténébreux) qui ne m'inspire aucune confiance; sa volonté de nuire au pape François perce à l'évidence dans ses publications accusatrices (le diable n'est-il pas lui aussi un grand accusateur?) dont le but est celui de miner la crédibilité du pape François...; cela étant sans doute (?) dans le vain espoir qu'un autre personnage (à l'image et à la ressemblance de lui, Mgr Vigano) pourra un jour succéder au pape François. Je pense que Mgr Vigano a besoin de nos prières... afin qu'il retrouve (le plus tôt possible) un "coeur pur et transparent de la vie de Dieu".
@pierrestan48 : si vous croyez vraiment à ce que vous écrivez, le problème de l’eglise Est beaucoup plus grave qu’on le croit. (Si vous êtes dans l’Eglise Catholique bien entendu. Quelle tristesse!
Ludovic Denim likes this.