Clicks662
fr.news
61

François "flirte avec l'hérésie", "exige une obéissance aveugle"

Le petit camp catholique ne peut plus faire de concessions au Pape François alors que celui-ci "flirte avec l'hérésie", a déclaré le romancier allemand Martin Mosebach à Lifesitenews.com (12 juin).

Mosebach explique qu'il y a des phrases simples dans l'Evangile que François transforme en leur contraire :

"Allez, enseignez toutes les nations et baptisez-les..." ne signifie pas vraiment "Que toutes les nations gardent leur foi parce que Dieu l'a voulu ainsi et les a créés avec cela en tête ; il n'est donc pas nécessaire de les baptiser...". [Déclaration d'Abou Dhabi]
Ou :

"Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare" ne signifie probablement pas "Ce que Dieu a uni, l'homme est autorisé à le séparer". [Amoris Laetitia]

Mosebach décrit François comme un "chef" qui exige "soumission" et "obéissance aveugle". Il agit comme un "agent d'une révolution du sommet vers la base".

Image: Martin Mosebach, © Henning Schlottmann, CC BY-SA, #newsKssrqiyajp
C'est ce pourquoi il a été institué : le chaos ! Et il y est arrivé avec la soumission aveugle des cardinaux.
Et en prônant la liberté religieuse, que sont ses prédécesseurs ?
Tant qu'à faire communier les non-catholiques, il conviendrait d'abord de les baptiser ! Qu'on leur explique tous les autres sacrements. Mt 7,6: « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer.
Pour exiger l'obéissance absolue, il faut montrer patte blanche. Le seul habit blanc ne suffit pas. Georges Flieg du MSM l'a très bien expliqué dans une lettre en 1995 ! Quand le pape vise à offrir l'Eucharistie aux non-catholiques, autrement dit à tout le monde, donc sans aucune balise, il faudrait applaudir ? Et si on proteste, on risque de se faire excommunier ? Ceux qui ne sont pas en état …More
Pour exiger l'obéissance absolue, il faut montrer patte blanche. Le seul habit blanc ne suffit pas. Georges Flieg du MSM l'a très bien expliqué dans une lettre en 1995 ! Quand le pape vise à offrir l'Eucharistie aux non-catholiques, autrement dit à tout le monde, donc sans aucune balise, il faudrait applaudir ? Et si on proteste, on risque de se faire excommunier ? Ceux qui ne sont pas en état de la recevoir consomme leur perte ! Voir le texte ci-dessous du Catéchisme en Image. C'est simple à lire et à comprendre. Manifestement, le pape est rendu ailleurs...
LES SACREMENTS

L’EUCHARISTIE

L’Eucharistie


1. L’Eucharistie est un sacrement qui contient réellement le corps, le sang, l’âme, et
la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ sous les espèces du pain et du vin.
2. Jésus-Christ a institué l’Eucharistie : 1° pour demeurer continuellement avec
nous ; 2° pour s’offrir en sacrifice à Dieu son Père ; 3° pour être la nourriture
spirituelle de nos …More
LES SACREMENTS

L’EUCHARISTIE

L’Eucharistie


1. L’Eucharistie est un sacrement qui contient réellement le corps, le sang, l’âme, et
la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ sous les espèces du pain et du vin.
2. Jésus-Christ a institué l’Eucharistie : 1° pour demeurer continuellement avec
nous ; 2° pour s’offrir en sacrifice à Dieu son Père ; 3° pour être la nourriture
spirituelle de nos âmes.

La Communion

3. Pour instituer l’Eucharistie, Jésus-Christ prit du pain et dit à ses apôtres : Prenez
et mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite le calice où il y avait du vin, et dit :
Prenez et buvez, ceci est mon sang. Faites ceci en mémoire de moi.
4. Par ces paroles : Ceci est mon corps, ceci est mon sang, Jésus-Christ changea, par
sa toute-puissance, le pain en son corps et le vin en son sang. Notre-Seigneur
ajouta : Faites ceci en mémoire de moi, pour donner aux apôtres et aux prêtres le
pouvoir de changer, à son exemple, le pain en son corps et le vin en son sang.
5. Ce changement se fait à la Messe, lorsque le prêtre prononce sur le pain et sur le
vin les paroles de la consécration.
6. Communier, c’est recevoir Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le sacrement de
l’Eucharistie.
7. Les dispositions nécessaires pour bien communier sont de deux sortes : les unes
regardent l’âme, et les autres le corps.
8. La principale disposition de l’âme pour bien communier, c’est d’être en état de
grâce, c’est-à-dire de n’être coupable d’aucun péché mortel.
9. Ceux qui se sentent coupables de quelque péché mortel avant de communier
doivent se confesser et recevoir l’absolution.
10. Communier en état de péché mortel, c’est un horrible sacrilège semblable à
celui de Judas.
11. Quelques instants avant de communier, il faut s’exciter à une véritable
dévotion ; pour cela, il est bon de réciter les actes préparatoires à la Communion.
12. Les dispositions du corps pour bien communier sont d’être à jeun, c’est-à-dire de
n’avoir ni bu ni mangé depuis minuit, et d’avoir un extérieur modeste et recueilli.
13. Après avoir communié, il faut adorer Jésus-Christ présent en nous, le remercier,
s’offrir à lui, et lui demander les grâces dont on a besoin ; cet exercice s’appelle
action de grâces.
14. Il est important de faire l’action de grâces après la Communion : 1° parce qu’il
serait bien inconvenant de nous occuper d’affaires étrangères sans rendre nos
devoirs à Jésus-Christ présent en nous ; 2° c’est le moment le plus favorable pour
nous entretenir avec Notre-Seigneur et obtenir des grâces.

La Messe

15. La Messe est un sacrifice où l’on offre à Dieu le corps et le sang de Notre-
Seigneur Jésus-Christ sous les espèces du pain et du vin.
16. Jésus-Christ a institué le sacrifice de la messe, pour représenter et continuer
parmi nous le sacrifice qu’il a offert sur la croix.
17. Entre le sacrifice de la messe et celui de la Croix, il y a cette différence que, sur la
Croix, Jésus-Christ s’est offert lui-même, en répandant son sang, au lieu qu’à la
messe il s’offre par le ministère du prêtre, sans répandre son sang.
18. Le sacrifice de la messe ne peut être offert qu’à Dieu seul, parce que le sacrifice
est un acte d’adoration qui n’est dû qu’à Dieu.

Explication du tableau

19. Nous voyons, au milieu de ce tableau, Notre-Seigneur instituant l’Eucharistie le
Jeudi-Saint, veille de sa mort, dans le Cénacle, à Jérusalem. Nous voyons sur ce
tableau, en haut, à gauche, l’apôtre infidèle se pendre à un arbre après avoir fait
une Communion sacrilège.
20. Nous voyons, au bas de ce tableau, un prêtre qui distribue, pendant la messe, la
sainte Communion aux fidèles.s21. Le principal effet de la Communion, qui est de nourrir spirituellement nos âmes, est figuré sur ce tableau, en haut, à droite, dans la personne du prophète Élie. Nous voyons un ange lui donner du pain cuit sous la cendre et un vase d’eau, en lui
disant : Lève-toi et mange, car il te reste encore beaucoup de chemin à faire. Élie,
s’étant levé, mangea et but ; fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours
et quarante nuits jusqu’à Horeb, la montagne de Dieu. – Le pain d’Élie était la figure
de l’Eucharistie, qui fortifie notre âme, nous aide à faire saintement le voyage de
cette vie et nous conduit au bonheur du ciel.

Catéchisme en Images, édition 1908 - PDF - Toutes les pages.

Et aussi en version Textes transcrits:
Catéchisme en Images, édition 1908 - PDF - Textes transcrits.
"Il agit comme un "agent d'une révolution du sommet vers la base"." Et un de ses prédécesseurs a mis à bas la Liturgie bimillénaire et changé les rites des sacrements.....détruisant ainsi les canaux de la grâce, tout en relativisant la doctrine par le faux œcuménisme...Le poisson pourrit par la tête
CoeurdeFrance likes this.