Clicks19
gerard57

Enseignement de Notre Seigneur relatif à Son Eglise et à la Fin des Temps

Réfléchissez à ce qu’est le Prêtre, au bien qu’il peut faire, au mal qu’il peut faire. Vous avez eu l’exemple de ce que peut faire un Sacerdoce déchu de son caractère sacré (le cas de Judas).

En vérité je vous dis qu’à cause des fautes du Temple cette nation (Israël) sera dispersée.

Mais je vous dis aussi en vérité que la Terre sera pareillement détruite quand l’abomination de la désolation
[9] entrera dans le nouveau Sacerdoce (l'Eglise telle que nous la connaissons en nos jours) en conduisant les hommes à l’apostasie pour embrasser les doctrines d’enfer.

Alors surgira le fils de Satan et les peuples gémiront dans une terrible épouvante, un petit nombre restant fidèle au Seigneur, et alors aussi, dans des convulsions horribles, viendra la fin avec la victoire de Dieu et de ses élus peu nombreux, et la colère de Dieu sur tous les maudits. Malheur, trois fois malheur si pour ce petit nombre il n’y aura pas des saints, les derniers pavillons du Temple du Christ ! Malheur, trois fois malheur si, pour réconforter les derniers chrétiens, il n’y aura pas de vrais Prêtres comme il y en aura pour les premiers.

En vérité la dernière persécution sera horrible, car ce ne sera pas une persécution d’hommes mais du fils de Satan et de ses partisans. Des prêtres ? Plus que prêtres devront être ceux de la dernière heure, tellement féroce sera la persécution des hordes de l’Antéchrist.


Semblable à l’homme vêtu de lin qui est assez saint pour rester au côté du Seigneur, dans la vision d’Ezéchiel[10], ils devront, infatigables, marquer par leur perfection un Tau sur les esprits des peu nombreux fidèles pour que les flammes de l’enfer n’effacent pas ce signe[11]. Des prêtres ? Des anges. Des anges agitant l’encensoir chargé des encens de leurs vertus pour purifier l’air des miasmes de Satan. Des anges ? Plus que des anges : d’autres Christ, d’autres Moi-même, pour que les fidèles du dernier temps puissent persévérer jusqu’à la fin. C’est cela qu’ils devront être.

Mais le bien et le mal à venir ont leur racine dans le présent (au temps où parle Jésus dans ce texte) Les avalanches commencent par un flocon de neige. Un prêtre indigne, impur, hérétique, infidèle, incrédule, tiède ou froid, éteint, fade, luxurieux, fait dix fois plus de mal qu’un fidèle coupable des mêmes péchés et entraîne beaucoup d’autres au péché. Le relâchement dans le Sacerdoce, l’accueil de doctrines impures, l’égoïsme, l’avidité, la concupiscence dans le Sacerdoce, vous savez où cela débouche : dans le déicide. Or, dans les siècles futurs, le Fils de Dieu ne pourra plus être tué, mais la foi en Dieu, l’idée de Dieu, oui. Ainsi s’accomplira un déicide encore plus irréparable parce que sans résurrection. Oh ! il pourra s’accomplir, oui. Je vois... Il pourra s’accomplir à cause des trop nombreux Judas de Kériot des siècles à venir. Horreur !...

Mon Église sortie de ses gonds par ses propres ministres ! Et Moi qui la soutiens à l’aide des victimes. (situation actuelle, apparitions et mystiques véritables)

Et eux, les Prêtres, qui auront uniquement l’habit et non l’âme du Prêtre, qui aident le bouillonnement des eaux agitées par le serpent infernal contre ta barque, ô Pierre. Debout ! Lève-toi ! Transmets cet ordre à tes successeurs : "La main au timon, le fouet sur les naufragés qui ont voulu naufrager, et tentent de faire naufrager la barque de Dieu". Frappe, mais sauve et avance. Sois sévère, car il est juste de frapper les brigands. Défends le trésor de la foi. Tiens en haut la lumière comme un phare au-dessus des eaux bouleversées, pour que ceux qui suivent ta barque voient et ne périssent pas. Pasteur et timonier pour les temps redoutables, recueille, guide, soulève mon Évangile parce que le salut se trouve en lui et pas dans une autre science.

Il viendra des temps où, comme pour nous d’Israël et encore plus profondément, le Sacerdoce croira être une classe choisie parce qu’il connaît le superflu et ne connaît plus l’indispensable, ou le connaît dans la forme morte dans laquelle maintenant (au temps de Jésus) les Prêtres connaissent la Loi : dans son vêtement, exagérément alourdi de franges, mais pas dans son esprit. Il viendra des temps où tous les livres se substitueront au Livre, et celui-ci on s’en servira seulement comme quelqu’un qui doit forcément employer un objet le manie mécaniquement, comme un paysan laboure, ensemence, récolte sans méditer sur la merveilleuse providence qu’est cette multiplication de semences qui chaque année se renouvelle : une semence, jetée dans la terre que l’on a remuée, qui devient tige, épi, puis farine et puis pain grâce au paternel amour de Dieu. Qui, en mettant dans sa bouche une bouchée de pain, élève son esprit vers Celui qui a créé la première semence et depuis des siècles la fait renaître et croître, en dosant les pluies et la chaleur pour qu’elle s’ouvre et se dresse et mûrisse sans pourrir ou sans brûler ?

De même il viendra un temps où on enseignera l’Évangile scientifiquement bien, spirituellement mal. Or qu’est la science si la sagesse fait défaut ? C’est de la paille. De la paille qui gonfle et ne nourrit pas. Et en vérité je vous dis qu’un temps viendra où trop de Prêtres seront semblables à des paillers gonflés, paillers orgueilleux qui plastronneront dans leur orgueil d’être tellement enflés, comme s'ils s’étaient donnés d’eux-mêmes tous ces épis qui ont couronné la paille, ou comme si les épis se trouvaient encore à l’extrémité des brins de paille, et croiront être tout parce que, au lieu de la poignée de grains, la vraie nourriture qu’est l’esprit de l’Évangile, ils auront toute cette paille : un monceau ! Un monceau ! Mais la paille peut-elle suffire ? Elle ne suffit pas même pour le ventre des bêtes de somme, et si leur maître ne fortifie pas les animaux avec de l’avoine et des herbes fraîches, les animaux nourris de la seule paille dépérissent et finissent par mourir.

Et je vous dis pourtant qu’un temps viendra où les Prêtres, oubliant qu’avec peu d’épis j’ai appris aux esprits la Vérité, et oubliant aussi ce qu’a coûté à leur Seigneur ce vrai pain de l’esprit, tiré tout entier et seulement de la Sagesse Divine, dit par la Divine Parole, digne dans sa forme doctrinale, se répétant inlassablement, pour que ne se perdent pas les vérités une fois dites, humble dans sa forme, sans oripeaux de science humaine, sans explications supplémentaires historiques et géographiques, où ces prêtres ne se soucieront pas de son âme, mais du vêtement pour le couvrir, afin de montrer aux foules combien de choses ils connaissent, et l’esprit de l'Évangile se perdra sous ces avalanches de science humaine.

Et s’ils ne le possèdent pas, comment pourront-ils le transmettre ? Que donneront aux fidèles ces paillers gonflés ? De la paille. Quelle nourriture en auront les esprits des fidèles ? Autant qu’il en faut pour traîner une vie languissante. Quels fruits mûriront de cet enseignement et de la connaissance imparfaite de l’'Évangile ? Un refroidissement des cœurs, une substitution de doctrines hérétiques, de doctrines et d’idées encore plus qu’hérétiques, à l’unique, véritable doctrine, une préparation du terrain pour la Bête pour son règne éphémère de gel, de ténèbres et d’horreurs.

En vérité je vous dis que, comme le Père et Créateur multiplie les étoiles pour que le ciel ne se dépeuple pas à cause de celles qui périssent, une fois leur vie terminée, de même je devrai évangéliser cent et mille fois des disciples que je disséminerai parmi les hommes et dans les siècles. Et je vous dis aussi en vérité que leur sort sera semblable au mien : la synagogue et les orgueilleux les persécuteront comme ils m’ont persécuté. Mais, aussi bien eux que Moi, nous avons notre récompense : celle de faire la Volonté de Dieu et de le servir jusqu’à la mort de la croix pour que sa gloire resplendisse et que sa connaissance ne périsse pas.

Mais toi, Pontife, et vous, Pasteurs, veillez sur vous et sur vos successeurs pour que ne se perde pas l’esprit de l’Évangile et priez inlassablement l’Esprit-Saint, pour qu’en vous se renouvelle une continuelle Pentecôte — vous ne savez pas ce que je veux dire, mais bientôt vous le saurez — afin que vous puissiez comprendre tous les idiomes, afin que vous puissiez choisir mes voix et les distinguer de celles du Singe de Dieu :
Satan.

Et ne laissez pas tomber dans le vide mes futures voix. Chacune d’elles est une miséricorde de ma part pour vous venir en aide, et elles seront d’autant plus nombreuses que pour des raisons divines je verrai que le Christianisme a besoin d’elles pour surmonter les bourrasques des temps.

(Tome 10 Maria Valtorta)