Clicks588
AJPM

BERGOGLIO DÉMASQUÉ -4-

Album ACTU
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez !

* * *

Où BERGOGLIO a ENTERRÉ sa MENTOR COMMUNISTE :
J'ai VISITÉ sa TOMBE à l'ÉGLISE de SANTA CRUZ à BUENOS AIRES.

par George Neumayr, rédacteur en chef de The American Spectator et auteur de The Political Pope.

(suite de 3- Un COMMUNISTE INFILTRÉ ! )

>>> Un bon résumé par VALLI : catholique.forumactif.com/t489-enquete-de…


« J'ai rencontré beaucoup de marxistes dans ma vie qui sont de bonnes personnes, donc je ne me sens pas offensé », a dit le Pape François en réponse à l'accusation qu'il est communiste. Comme je l'ai déjà dit, mais il vaut la peine de le répéter dans ce contexte, le pape François a grandi dans une Argentine socialiste, une expérience qui lui est restée gravée dans la mémoire :

Il a dit aux journalistes latino-américains Javier Camara et Sebastian Pfaffen qu'en tant que jeune homme, il « lisait les livres du Parti communiste que ma patronne dans le laboratoire m'avait donnés » et qu'« il y avait une période où j'attendais avec anxiété le journal La Vanguardia, qui ne pouvait être vendu avec les autres journaux et nous était apporté par les militants socialistes ».

La « patronne » à laquelle le Pape François fait référence est Esther Ballestrino de Careaga. Il l'a décrite comme une « Paraguayenne » et une « communiste fervente ». Il la considère comme l'un de ses plus importants mentors. « Je dois beaucoup à cette grande femme », a-t-il dit, en disant qu'elle « m'a tant appris sur la politique ». (Il a travaillé pour elle comme assistant au laboratoire Hickethier-Bachmann à Buenos Aires après avoir obtenu l'équivalent d'un diplôme d'études secondaires en chimie.)

« Elle me lisait souvent des textes du Parti communiste et me les donnait à lire. J'ai donc aussi appris à connaître cette conception très matérialiste. Je me souviens qu'elle m'a également donné la déclaration des communistes américains pour la défense des Rosenberg, qui avaient été condamnés à mort », a-t-il dit. Apprendre le communisme, dit-il, « grâce à une personne courageuse et honnête m'a été utile. J'ai réalisé certaines choses, un aspect du social, que j'ai ensuite trouvé dans la doctrine sociale de l'Église. »

En d'autres termes, il a trouvé dans sa conception déformée de l'Église l'enseignement du communisme auquel Ballestrino l'a introduit.

En tant qu'archevêque de Buenos Aires, il était fier de l'avoir aider à cacher la littérature marxiste de la famille aux autorités qui enquêtaient sur elle. Selon l'écrivain James Carroll, Bergoglio aurait introduit clandestinement ses livres communistes, dont Das Kapital de Marx, dans une « bibliothèque jésuite ». (J'espère la visiter.)

Après que Ballestrino se soit retrouvée du mauvais côté de l'État en 1977, elle a été jetée hors d'un avion et son corps a finalement été emporté sur la rive. Le correspondant du Vatican John Allen a rapporté ce qui s'est passé ensuite :

« Près de trois décennies plus tard, lorsque ses restes ont été découverts et identifiés, Bergoglio a autorisé son inhumation dans le jardin d'une église de Buenos Aires appelée Santa Cruz, l'endroit où elle avait été enlevée. Sa fille a demandé que sa mère et plusieurs autres femmes y soient enterrées parce que « c'était le dernier endroit où elles avaient été libres ». Bien qu'il savait très bien que Ballestrino n'était pas une catholique croyante, le futur pape y consentit volontiers. »

Lundi, j'ai visité cette tombe à l'église de Santa Cruz. Ce fut une visite éclairante. La mentor communiste du pape est représentée dans toute l'église et est mise à l'honneur dans son cimetière.

L'église elle-même est devenue un sanctuaire pour elle et d'autres radicaux communistes, dont les images et les reliques y sont omniprésentes. J'ai remarqué que les stations du chemin de la croix dans l'église ont été politisées de façon comique, plaçant Jésus-Christ dans un contexte contemporain. Il est dépeint comme un martyr communiste, crucifié par les militaristes et les capitalistes avides.

Autrefois, église remarquable du XIXe siècle, Santa Cruz n'est plus qu'un accessoire de propagande pour la bande de clercs communistes du pape François. C'est pitoyable et cela me rappelle ce qu'une adolescente précoce m'a dit l'autre jour après que je lui ai demandé ce qu'elle pensait du pape : « Il est si mauvais et ridicule que je ne pense pas qu'il soit le Pape. Rien de ce qu'il fait n'est comme ce que les autres Papes ont fait. »

C'est un refrain courant dans les milieux conservateurs. J'ai demandé à un professeur traditionaliste pourquoi Bergoglio s'est mis sous la tutelle d'une radicale outrée comme Ballestrino. Il a répondu : « Bergoglio voulait impressionner les gauchistes du monde entier, surtout à une époque où l'on apprenait qu'il avait laissé l'État tuer deux jésuites communistes pendant la sale guerre. »

Cette dernière question est trop compliquée à résoudre pour moi. Mais je comprends son point de vue. En 2013, Bergoglio avait hâte de mettre en avant ses qualités de gauchiste pour diluer l'impression qu'il était un crapaud pour des voyous argentins. De toute évidence, en tant qu'ecclésiastique avide de pouvoir, qui se rangeait instinctivement du côté de l'État argentin profond, Bergoglio était capable de faire des compromis grossiers.

Mais en tant que pape, il veut que le public le considère comme un socialiste héroïque et doté de principes. Encore une fois, dans ma chronique de 2017 sur les influences communistes du pape François :

« Je dois dire que les communistes ont volé notre drapeau. Le drapeau des pauvres est chrétien », a-t-il dit de façon scandaleuse en 2014. Un tel commentaire aurait dégoûté ses prédécesseurs. Ils ne voyaient pas le communisme comme une bénigne exagération. Ils y voyaient une menace mortelle pour la liberté donnée par Dieu, car elle exhorte les gouvernements à éliminer de larges pans de la liberté individuelle, de la propriété privée et des affaires afin de produire "l'égalité" d'une société sans classes économiques.

Au début du XXe siècle, alors que le socialisme de Marx se répandait dans le monde, le pape Pie XI anathématisait le communisme : « Personne ne peut être à la fois un bon catholique et un vrai socialiste. » Le Pape François croit le contraire : que personne ne peut être à la fois un bon catholique et un opposant au socialisme.

« L'inégalité est la racine du mal », a écrit le pape François sur son compte Twitter en 2014. Karl Marx serait d'accord. Mais les papes du passé auraient jeté un seau d'eau sur n'importe quel prêtre assez fou pour dire ça. Selon la théologie catholique traditionnelle, la racine de tout mal ne vient pas de l'inégalité mais du refus de Satan d'accepter l'inégalité. Par envie de la supériorité de Dieu, Satan s'est rebellé. Il ne pouvait pas supporter son statut inférieur.

Il fut en effet le premier révolutionnaire, c'est pourquoi l'agitateur socialiste Saul Alinsky - un mentor de Barack Obama, Hillary Clinton, et d'innombrables autres nuisances publiques - offrit une « reconnaissance » dans son livre, Rules for Radicals, à Satan. Alinsky l'a vu comme le premier champion des « démunis ».

Lors de la visite du pape François en Bolivie en juillet 2015, il a reçu d'Evo Morales, fier président marxiste bolivien, un crucifix sacrilège de Jésus-Christ sculpté sur un marteau et une faucille. Morales a décrit ce don comme une copie d'un crucifix conçu par un prêtre décédé, le P. Luis Espinal, qui appartenait à l'ordre des Jésuites (comme le Pape François) et qui avait consacré sa vie à la fusion du marxisme avec la religion. (Le pape François a honoré la mémoire d'Espinal à son arrivée en Bolivie.)

Si Jean-Paul II aurait reçu une croix aussi grotesque, il se serait peut-être cassé le genou. Pas le pape François. Il accepta volontiers la croix marteau et faucille, disant à la presse sur le vol de retour à Rome que « je comprends ce travail » et que « pour moi, ce n'était pas une offense ». Après la visite, Morales se réjouit : « J'ai l'impression d'avoir maintenant un Pape. Je ne le sentais pas avant. »

J'ai pensé à tout cela en traversant l'église de Santa Cruz. Litière de polémiques communistes - un livre de Leonardo Boff sur la théologie de la libération accueille les visiteurs dans le presbytère du curé - la paroisse est la preuve de l'infiltration communiste de la Sainte Mère l'Église - une infiltration qui a fait tomber un disciple d'Esther Ballestrino sur la Chaire de Saint-Pierre.

>>> The DICTATOR POPE ou LE PAPE DICTATEUR par Marcantonio Colonna (Henry Sire) : catholique.forumactif.com/f15-dictator-pope

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Audio à télécharger : "Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages) *

>>> Le Ciel ouvert par les TROIS AVE MARIA du matin et du soir

& La NEUVAINE EFFICACE