Langue
Clics
735
fr.news

Des purges d'Amoris Laetitia dans une université catholique

En novembre, deux chercheurs externes ont reçu un avertissement de l'Université catholique de Milan en raison de leur adhésion à la correction filiale. Marco Tosatti a publié une lettre de l'un d'entre eux sur son blog.

En décembre, ils ont découvert qu'ils avaient été éliminés de la liste des collaborateurs de l'université. Contrairement à ce qui leur avait été promis, ils n'ont pas reçu de contrat pour janvier. Les deux n'ont jamais été contactés personnellement. Entre-temps, l'université a supprimé leurs activités précédentes de sa page Web.

L'une des victimes est le Dr Giuseppe Reguzzoni. Il a été pendant plus de vingt ans un éditeur de l'édition italienne de la revue Communio et de son secrétaire avant sa fermeture. Il a traduit des textes de Kasper, Schönborn, Ratzinger et d'autres. L'autre victime est le professeur Andrea Sandri.

Image: Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, © Gabriele Barni, CC BY, #newsVmlxuzofrl

Votre commentaire…
GChevalier
On n'est pas encore à la purge de 1937 en URSS mais on s'y dirige allègrement.
gerard57 aime ça.