Langue
Clics
626
GChevalier

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -3-



La mafia de Saint-Gall ?

Qu'est-ce que c'est, quand a-t-elle été formée, par qui et pourquoi ?


« Le groupe de Saint-Gall est en quelque sorte un nom chic », a dit Danneels, pour le plaisir du public. « Mais en réalité, nous nous sommes appelés nous-mêmes et ce groupe : la mafia. » Le cardinal parlait dans une émission de télévision belge. Dans la brève vidéo téléchargée sur internet contenant les remarques de Danneels, une voix off résumait la nature du groupe qui « se réunissait chaque année depuis 1996 » à Saint-Gall, en Suisse, à l'invitation de l'évêque de la ville, Ivo Fürer et du célèbre jésuite et universitaire italien, le cardinal Carlo Maria Martini, archevêque de Milan.

« Ensemble, ils organisèrent la "résistance" secrète contre le cardinal Ratzinger, alors bras droit de Jean-Paul II », à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

« Lorsque le pape Jean-Paul II mourut en 2005, le groupe poussa déjà le pape actuel [François] au devant de la scène », bien que cette première tentative échoua à mettre Jorge Mario Bergoglio sur le trône. Face à l'élection de Ratzinger comme Pape Benoît XVI, « Danneels ne pouvait guère cacher sa déception », dit le narrateur.

Danneels a donné l'interview pour promouvoir sa biographie autorisée, et a ajouté que le groupe de Saint-Gall avait des évêques et des cardinaux, « trop nombreux à nommer ». Mais tous poursuivaient le même objectif général : la mise en œuvre d'un agenda « libéral/progressiviste », l'opposition au Pape Benoît XVI et la direction d'un conservatisme doctrinal modéré. Bien qu'on ait nié plus tard que le groupe était secret, Danneels a dit : « Les choses ont été discutées très librement ; aucun rapport n'a été fait pour que tout le monde puisse se défouler. »

Le programme a interviewé le biographe de Danneels, Jurgen Mettepenningen, en disant que d'ici 2013, avec la démission de Benoît XVI : « Vous pouvez dire qu'à travers sa participation à ce groupe, le Cardinal Danneels a été l'un de ceux qui ont été les pionniers du choix du Pape François. »

Les auteurs de la biographie de Danneels ont cité les préoccupations du groupe comme « la situation de l'Église », « la primauté du Pape », « la collégialité » et « la succession de Jean-Paul II ». Le Vaticaniste anglais Edward Pentin écrit qu'ils « ont également discuté du centralisme dans l'Église, de la fonction des conférences épiscopales, du développement du sacerdoce, de la moralité sexuelle [et] de la nomination des évêques ». Un schéma plus ou moins identique à celui qui devait être rendu public aux deux Synodes sur la Famille convoqués par le Pape François en 2014 et 2015.

La biographie autorisée du cardinal a été co-écrite par Mettepenningen et Karim Schelkens. La biographie de Danneels, l'un des prélats catholiques les plus puissants d'Europe et l'une des voix dominantes du camp libéral dominant de l'épiscopat européen, présentait un grand intérêt public. L'existence et le but général de la "mafia" de Saint-Gall ont été confirmés le lendemain par Schelkens dans un entretien avec une station de radio locale de Saint-Gall (2).

Pentin résume, en écrivant dans le National Catholic Register (3) : « Les personnalités et les idées théologiques des membres divergeaient parfois, mais une chose les unissait : leur aversion pour le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Cardinal Joseph Ratzinger. »

Pentin a écrit : « Le groupe voulait une réforme radicale de l'Église, beaucoup plus moderne et actuelle, sous la direction de Jorge Bergoglio, le pape François. Ils ont eu ce qu'ils voulaient. » Pentin ajoute dans un article ultérieur que si le groupe de Saint-Gall a officiellement cessé ses réunions en 2006, il ne fait aucun doute que son influence s'est poursuivie jusqu'en 2013. « On peut dire sans se tromper qu'il a aidé à former un réseau qui a ouvert la voie au moins sept ans plus tard à favoriser le Cardinal Bergoglio au Conclave. »

En 2015 (4), l'auteur allemand et expert du Vatican Paul Badde l'a confirmé en disant (5) qu'il avait reçu des « informations fiables » que trois jours après l'enterrement du pape Jean-Paul II, les cardinaux Martini, Lehmann et Kasper d'Allemagne, Backis de Lituanie, van Luyn des Pays-Bas, Danneels de Bruxelles et Murphy O'Connor de Londres « se sont réunis à la Villa Nazareth de Rome, la maison du cardinal Silvestrini ; ils discutèrent ensuite en secret d'une tactique pour éviter l'élection de Joseph Ratzinger. »

Suite aux révélations de Danneels, une lettre (6) quelque peu confuse est apparue du diocèse de Saint-Gall qui a partiellement rétracté l'affirmation selon laquelle le groupe avait influencé la démission du pape Benoît XVI. La lettre confirmait que l'élection de Jorge Bergoglio comme Pape François en 2013 « correspondait à l'objectif poursuivi à Saint-Gall », notant que cette information provenait de la biographie du Cardinal Danneels. « Cela est confirmé par l'évêque Ivo Fürer », poursuit la lettre, qui a dit que sa « joie au choix de l'Argentin n'a jamais été un secret ».

La biographie de Danneels dit que le groupe a commencé à se former bien avant 1996. En 1982, Danneels a assisté pour la première fois aux réunions du Conseil des Conférences Épiscopales d'Europe (CCEE) et a rencontré Martini et Ivo Fürer, qui est décrit comme « le secrétaire zélé et discret du CCEE ». Martini a pris les rênes du CCEE en 1987 ; sa direction était décidément libérale et, en 1993, le pape avait décidé que le secrétaire du groupe serait un évêque nommé par Rome, que les prélats curiaux assisteraient aux réunions et enfin que le lieu devrait être déplacé à Rome.

En 1993, le pape transféra la présidence du CCEE des mains de Martini à celles de Miroslav Vlk, archevêque de Prague. Il est possible que cela ait été provoqué par la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'Union soviétique, avec la volonté d'impliquer les évêques d'Europe de l'Est. Vlk n'aurait probablement pas été intéressé par le type de réforme cher à Martini et Hume.

Ces changements ont gêné le CCEE comme véhicule de pression libérale sur l’Église et c'est à partir de cette période que Danneels s'en est dégagé. Le groupe de Saint-Gall a commencé à se réunir en 1996 à l'invitation d'Ivo Fürer – nommé évêque de Saint-Gall en 1995 – trois ans après ce changement de direction.

Plus tard, les deux biographes de Danneels ont partiellement rétracté leur description du groupe de Saint-Gall en tant que groupe de "lobby" libéral. Mais même ainsi, la même ambiguïté que dans la lettre du diocèse de Saint-Gall qu'ils ont citée dans leurs déclarations. Le 26 septembre 2015, Pentin rapportait (7) que les biographes avaient répété la lettre officielle du diocèse, disant que « l'élection de Bergoglio correspondait aux objectifs de Saint-Gall ; il n' y a aucun doute là-dessus. Et l'esquisse de son programme était celle de Danneels et de ses confrères qui en discutaient depuis dix ans. » Ils ont déclaré que l'échec de l'élection de Bergoglio en 2005 a entraîné la dissolution du groupe. Pentin souligne toutefois que certains membres de Saint-Gall ou leurs proches ont été nommés plus tard par le biographe pontifical anglais Austen Ivereigh, dans le cadre du "Team Bergoglio", le groupe de cardinaux qui a finalement mené à bien le projet de Saint-Gall au Conclave de 2013.

---
(2) Rapport dans FM1 Today, 29 Septembre 2015 : "Geheime Papstwahl in St. Gallen" ("Élections papales secrètes à Saint-Gall"). www.fm1today.ch/…/36070

(3) Article dans National Catholic Register, 24 Septembre 2015 : Edward Pentin, "Cardinal Danneels Admits to Being Part of 'Mafia' Club Opposed to Benedict XVI". www.ncregister.com/…/cardinal-dannee…

(4) Article dans LifeSiteNews, 24 Octobre 2015 : Maike Hickson, "The themes of the 'Synod, the themes of the Sankt Gallen 'Mafia club"'. www.lifesitenews.com/opinion/the-themes-of-t…

(5) Rapport de Catholic News Agency Deutsch, 10 Octobre 2015 : Anian Christoph Wimmer, "Was Paul Badde über die Gruppe 'Sankt Gallen' wusste - Und : Wer die Synode entscheidet". ("Ce que Paul Badde savait du groupe de Saint-Gall – Et : Qui décide du Synode.") de.catholicnewsagency.com/story/was-paul-badde-…

(6) www.bistum-stgallen.ch/index.php

(7) Article dans National Catholic Register, 26 septembre 2015 : Edward Pentin, « Les biographes du cardinal Danneels retirent les commentaires sur le groupe de Saint-Gall. Mais l'affirmation du cardinal selon laquelle le groupe secret de type mafieux existait et s'opposait à Joseph Ratzinger tient toujours. » www.ncregister.com/…/st.-gallen-grou…

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )


>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -2-
>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -4-

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

Votre commentaire…
AJPM
Lisez ce livre pendant que vous en avez le temps car les pressions sont fortes pour supprimer et le livre et son auteur, et je ne parle pas en l'air !!!
GChevalier a mentionné cette publication dans ACTU.