Langue
Clics
387
AJPM

Steve, le Saint-Siège et le Pape c'est tout un, donc ce truc c'est François !

Le Bureau de Presse du Saint-Siège
a foiré sa gestion de l'histoire Ploumen


Quand pourrons-nous avoir
un Vatican dirigé par des adultes ?


Par : Steve Skojec
Éditorialiste en chef de
One Peter Five
Le 16 janvier 2018


Au cours des derniers jours, nous avons couvert une histoire qui a réussi, malgré la lassitude indignée du monde Catholique, à choquer et à bouleverser les fidèles. L'histoire est documentée ici, donc je ne vais pas perdre cet article dans les détails. Qu'il suffise de dire que Lilianne Ploumen — une politicienne Hollandaise pro-avortement avide si dévouée à sa cause qu'elle a amassé 300 millions de dollars en seulement six mois pour des services de planification familiale et d'avortement dans le monde — a néanmoins reçu le prix du Vatican de l'Ordre de Saint Grégoire le Grand. Ce prix est décrit comme « le prix préféré pour reconnaître le service méritoire particulier d'un individu à l'Église ». De plus, il s'agit d'un prix pontifical qui, bien sûr, laisse entendre que le Pape approuve sa remise ( même si sa remise passe par le Secrétariat d'État du Vatican ).

Ploumen s'est ensuite mise à se vanter auprès des médias après l'avoir reçu qu'elle l'avait obtenu du Vatican, même si elle était à peu près certaine qu'ils étaient au courant de ses efforts pour promouvoir l'avortement. Elle a félicité le Pape à quel point il était progressiste pour ce faire. Elle a dit qu'elle le voyait comme une confirmation de son travail.

Le Vatican, quant à lui, maintenait un silence glacial sur toute l'affaire jusqu'à ce que, après la pression combinée du reportage de l'Institut Lepanto et de notre site One Peter Five ( et les points de vue qui ont été repris par la suite par d’autres ), le Vatican a publié une déclaration laconique. On en dira un peu plus sur cette déclaration dans une seconde.

Je voudrais d'abord noter quelque chose que je trouve mesquin, non professionnel et franchement juvénile dans tout cela. ( Malheureusement, cependant, pas du tout surprenant ).

J'ai écrit à Greg Burke, l'Américain qui sert maintenant de Directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège, samedi soir dernier, un jour après la publication de notre premier rapport. J'ai écrit :

« Cher Greg,

Cette histoire est, pour des raisons évidentes, controversée :

Voir : https ://onepeterfive.com/pope-François-awards-architect-safe-abortion-fund-pontifical-honor/

Nous aimerions beaucoup avoir une déclaration du Vatican sur la question de savoir si le Pape savait qu'elle recevait ce prix, et pourquoi.

Et si elle ne l'a pas reçu du Vatican mais se l’est procuré dans une vente d'occasion, ce serait bon à savoir aussi.

Nous sommes impatients de publier un article qui pourrait corriger toute partie de notre article si nous nous sommes trompés. Ce serait horrible de penser qu'une femme avec des références aussi pro-avortement significatives recevrait une décoration papale.
»

Assez simple, non ? Une occasion d’épurer l'air. Fournir l'information sur ce qui s'est réellement passé au public le plus concerné. Pour montrer que, dans ce cas au moins, le Vatican était le bon gars.

Mais je n'ai reçu aucune réponse. Maintenant, je sais que les gens du Vatican lisent notre site et qu’ils ne sont certainement pas des grands fans de nos critiques. Mais j'ai interagi avec Greg auparavant quand il voulait qu’un article soit corrigé, donc ce n'est pas comme s'il était au-dessus d'une réponse brusque et bougonne quand la situation le justifie. Pas dans ce cas, cependant. Rien.

Et pourtant hier, quand je suis rentré d'une soirée à rendre visite à des amis, j'ai vu un tout nouvel article chez National Catholic Register ( qui, à ma connaissance, n'avait rien rapporté de cette histoire avant hier soir ) disant que le Vatican a publié une déclaration :

« L'honneur de l'Ordre Pontifical de Saint Grégoire le Grand reçu par Madame Lilianne Ploumen, ex-Ministre du Développement, en juin 2017 lors de la visite des Royaux Néerlandais au Saint-Père, répond à la pratique diplomatique de l'échange d’honneurs entre les délégations à l'occasion des visites officielles des Chefs d'État ou des Gouvernements au Vatican ».

« Par conséquent, ce n'est pas du tout un placet [ une expression d'assentiment ] à la politique en faveur de l'avortement et du contrôle des naissances que promeut Mme Ploumen ».


Curieux, j'ai vérifié à nouveau mon email pour voir si j'avais raté quelque chose. Rien là. Je suis allé sur le site du Bureau de Presse du Saint-Siège. Rien. J'ai finalement envoyé un message à un contact à Rome qui m'a dit que, à sa connaissance, la déclaration avait été envoyée directement aux journalistes qui avaient manifesté de l'intérêt pour cette histoire et qu’elle ne se trouvait nulle part ailleurs.

Ça, c'est drôle. Je suis à peu près certain que mon courriel à Greg Burke et les deux rapports complets sur ce sujet qui ont paru sur notre site constituaient un « intérêt pour cette histoire ».

Mais, bien sûr, le « Shadowbanning » [ définition : exclure une personne d’une discussion sans qu’elle le sache ] fait fureur ces jours-ci et l'appareil de communication du Vatican — qui est le tyran dans la cour — semble simplement m'ignorer. Si tel est le cas, je l'interprète comme un signe que a) Il n'y avait aucune raison de se dépêcher de mettre à jour nos articles compte tenu de la déclaration et b) Il n'y a aucune raison de considérer leur déclaration comme un signe de bonne foi pour rectifier cette histoire, mais il s’agissait simplement pour eux de se couvrir les fesses.

Franchement, du point de vue des relations publiques, c'est une déclaration terrible. Ça ne fait que reconnaître ce que nous avions déjà rapporté — que Ploumen a reçu le prix comme faisant partie d’un groupe — tout en faisant une excuse anémique sur la façon dont cela ne signifie pas ce que cela signifie.

En attendant, ça ne répond à aucune des questions suivantes :

- Pourquoi aucun processus de validation n'a-t-il été appliqué à la distribution de ces honneurs ?

- Une décoration papale ancienne de 186 ans a-t-elle été créée pour accorder un honneur suprême à ceux qui ont servi le bien-être de l'Église comme une boule à neige commémorative du Vatican ou un stylo du Pape dans un sac de cadeaux pour les visiteurs VIP ?

- Pourquoi n'y a-t-il pas eu de déclaration condamnant ou écartant le Vatican des commentaires publics de Ploumen dans lesquels elle dit avoir reçu un « prix » de la part d'un Vatican qui savait probablement de quoi il s'agissait et qui confirmait son travail ?

- Pourquoi n'y avait-il aucune expression de remords qu'une récompense ait été donnée à l'une des promotrices les plus efficaces de l'avortement dans le monde aujourd'hui ?

- Pourquoi cette médaille n'a-t-elle pas été rappelée ?

- Si la récompense ne pouvait être rappelée sans créer une crise diplomatique, pourquoi rien dans la déclaration n'encourageait Ploumen à la rendre volontairement ou, à tout le moins, cesser de l'utiliser pour induire les gens en erreur en pensant que le Pape approuverait son agenda sans discussion ?

La déclaration, si elle peut être caractérisée simplement, ne fait que deux choses : elle dit au monde que la récompense elle-même est maintenant vide de sens, donc pas de gros problème ; et elle exprime que le Vatican est vraiment contrarié que ces gamins perturbateurs posent des questions à ce sujet et comment osent-ils penser qu'il devrait y avoir un lien entre les valeurs Catholiques réelles et l'octroi d'une récompense papale ? !

C'est encore un autre échec dans une longue série d'échecs dans les communications du Vatican. Je pense qu'avec les milliards d'euros qu'ils ont cachés sous les matelas, ils pourraient embaucher une équipe compétente de professionnels. Mais je suppose que jusqu'à ce qu'ils puissent trouver un Pape qui agisse comme un Catholique, je devrais garder mes attentes basses.

Pendant ce temps, beaucoup de fidèles qui ont entendu l'histoire sont allés de l'incrédulité ouverte ( « Comment quelque chose de si mauvais peut-être vrai ? » ) à l'excuse ( « Le Pape ne pouvait pas savoir ! » ) à, après la déclaration du Vatican , en disant : « Vous voyez ? Ce n'était vraiment pas un gros problème après tout ! »

Eh bien, c'était vrai, et c'est un gros problème, mais quant à savoir si le Pape savait ? C'est quelque chose qui mérite d'être abordé brièvement ici.

Je pense que, d'une certaine manière, il est presque indifférent qu'il en soit informé ou non. Il s'est intentionnellement entouré d'hommes corrompus et lâches. Ils sont, dans l'ensemble, paresseux, vicieux et intéressés — et ne se soucient simplement pas de faire ce qui est juste.

Et donc, quand une telle chose vient à la lumière, le Vatican, plutôt que d'exprimer l'horreur et l'inquiétude appropriées, agit essentiellement de façon indigne simplement parce que, croient-ils, ils ont même été interpellés pour donner des réponses ! L'attitude semble être : « Qui pensez-VOUS être pour poser des questions, espèces de prolo [ prolétaires ] ? »

Seulement, ce n'est plus comme ça que ça fonctionne et ils ne contrôlent pas le message. Un de ces jours, ils vont comprendre cela. Ne pas répondre aux courriels ne va pas m'empêcher, ni d'autres écrivains Catholiques, de suivre activement ces histoires. Cela va cependant nous encourager à penser qu'ils sont fourbes. Il y a une vieille règle évidente : si vous ne voulez pas que les gens pensent que vous faites quelque chose de mal, n'agissez pas comme si vous aviez quelque chose à cacher. Assez basique.

Le Pape, bien sûr, est introuvable dans tout cela. Aucune indication de regret dans l'avion papal où il est trop occupé à plaisanter avec les journalistes, il ne va pas chez un médecin pour sa santé, mais va voir une sorcière. ( Non, je n'invente rien ). Aucune affirmation qu'il fera en sorte que le Vatican soit plus diligent. Aucune indignation morale qu'une femme qui a recueilli 300 millions de dollars pour l'avortement en 6 mois et qui affirme qu'il soutient son travail.

Terminé. Radio. Silence.

Même si le Pape n'était pas activement, indéniablement engagé presque chaque jour dans la déconstruction de l'ensemble de l'enseignement moral Catholique, son silence face au scandale après scandale dirait aux fidèles qu'il est parfaitement d'accord avec tout ce qui se passe.

Le Pape Félix III nous a dit exactement ce qu'il fallait penser de ce genre de comportement :
« C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister ; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre... Quiconque cesse de s'opposer à un forfait manifeste peut en être regardé comme le complice secret ».

Source : dieuetmoilenul.blogspot.com/…/le-bureau-de-pr…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

Votre commentaire
GChevalier a mentionné cette publication dans ACTU.