Clicks291

Le cinéaste François Ozon, ouvertement homosexuel, crache dans son dernier film calomnieux « grâce à Dieu» toute sa haine contre l’église catholique.

Je ne suis certes pas un « fan » de Nietzsche dont le travail de déconstruction aura en grande partie favorisé le déni du réel actuel. Pour autant il aura tout de même eu raison d’insister sur la nécessité de faire une approche généalogique d’un philosophe ou d’un artiste avant d’étudier sa vision du monde ou son œuvre. Seule la généalogie (c'est-à-dire l’étude précise de la vie du philosophe en question avant de s’intéresser à son travail proprement dit) permettra d’avoir une vision en quelque sorte objective (dans une sorte de donnée corrigée) de l’œuvre. C’est que bien souvent, en effet, la philosophie d’une personne ne se résume en dernière analyse qu’à une simple (quand bien même inconsciente) tentative apologétique du hasard de ce qu’elle est. Ainsi, une personne pauvre et issue d’un milieu communiste, sera souvent communiste. Une femme qui se sera fait avorter tendra à défendre le droit à l’avortement et ainsi de suite.

Le cinéaste François Ozon est une caricature allant dans ce sens. En effet ce Monsieur, qui ne cache pas son homosexualité, vient de réaliser un film sur un cas de pédophilie dans l’Église qui aurait été commis par un prêtre (dont le procès dans la réalité n’a même pas encore commencé). Cela, même dans nos républiques féministo-maçonnique-LGBT, est une grande première. Avant même que ne commence le « procès » de ce prêtre (procès qui d’ailleurs n’aurait jamais du avoir lieu) on l’accuse par le truchement d'un film de propagande anticatholique (alors qu’il devrait être présumé innocent comme tout accusé pas encore jugé) d’avoir commis un crime…Pas mal non ? C’est que Mr François Ozon ne doit pas apprécier que la Sainte Église Catholique soit cette petite voix qui lui rappelle qu’il est dans le péché et que si tout le monde était homosexuel, la procréation et la vie s’arrêteraient sur terre. Eh oui, l'Église dérange, donc il faut discréditer l'Eglise...Comme d'habitude.
...Et pendant que ce cinéaste du pire politiquement correct se permet en toute impunité de faire un film pour accuser un homme dont le procès n’a même pas encore commencé, les catholiques sous dénonciations des trolls des milieux LGBT sont censurés par les modérateurs des réseaux sociaux pour éviter les « discours de haine ».
Enfin, il convient de rappeler que les cas de pédophilie dans l’Église sont inférieurs à ceux qui se trouvent dans les éducations nationales de toutes démocraties de l’ouest confondues ou dans les partis politiques écologiques européens.
Photo: François Ozon