Clicks1.5K
fr.sourire
41

Pseudo interview du Pape François par Scalfari

Par Jean-Marie Guénois le 22/11/2013 du Figaro.fr

Eugenio Scalfari, ancien directeur de La Repubblica, a finalement reconnu avoir prêté au pape François des propos que ce dernier n'a jamais tenus dans une interview pourtant publiée en Italie le 1er octobre dernier.

L'imbroglio de la vraie fausse interview du pape François, le 1er octobre dernier, dans La Repubblica, quotidien de gauche italien, continue de faire des vagues. Le site officiel du Vatican vient de la retirer pour éviter toute confusion entre des «propos journalistiques» et «le magistère du pape». Quant à l'auteur de l'interview, Eugenio Scalafari, 89 ans, fondateur de ce journal, il a reconnu, jeudi, avoir «mis entre guillemet» des phrases qui n'ont jamais été prononcées par le pape tout en affirmant qu'il avait reporté fidèlement l'essentiel de ce que lui avait dit François dans une conversation à bâton rompu. Et, surtout, qu'il avait reçu le feu vert, avant la publication, de l'un des deux secrétaires personnels du pape.

Mais il apparaît désormais clairement que le rendez-vous accordé par François à ce journaliste était d'ordre personnel et qu'il n'avait jamais été prévu pour une interview en bonne et due forme. Sans note et sans enregistrement, Eugenio Scalfari a donc reconstruit une interview, comme il l'a reconnu jeudi à Rome, affirmant qu'il a toujours travaillé comme cela au long de sa brillante carrière.
Un imbroglio embarrassant

Il apparaît aussi nettement que l'un des deux secrétaires du pape, mis publiquement en cause par Scalfari, a donné son feu vert à la publication. Le journaliste avait en effet tenu à soumettre le texte final avant publication mais François, placé devant le fait accompli, n'aurait pas pris le temps de relire, «faisant confiance» selon Scalfari, à son travail.

Bref, un imbroglio du début à la fin, qui embarrasse aujourd'hui hautement le Vatican: récupération et manipulation d'une conversation privée pour la transformer à l'insu du pape en interview ; autorisation à l'évidence tronquée du pape pour la publication d'un texte qu'il n'a pas revu lui même ; justification de l'auteur, pourtant l'une des références du journalisme italien, visant à se couvrir alors qu'il a écrit de mémoire, du début à la fin, cette «interview».

Dans l'Église catholique, cette «interview» publiée sur trois pages de ce quotidien avait suscité une profonde incompréhension et un grand malaise. Les formules chocs et sans nuance du pape François le faisaient apparaître comme un véritable «progressiste», sur la ligne dite de «l'esprit» du Concile Vatican II, donc en rupture totale avec le pontificat de Benoît XVI.

Lire la suite de cet article ICI
Sainte Croisade likes this.
fr.sourire
@Spina Christi 2 et apparentés, je vous défie de trouver le moindre propos dans mes commentaires de GTV qui s'oppose à la dite "herméneutique de la continuité" du Concile Vatican II prônée par Benoit XVI. Avant d'être "trop catholique" (dixit "Perceval") encore faudrait-il commencer par être catholique...
fr.sourire
Spina Christi (l'intervenant évoqué ci-dessous) a répondu : "je me demandais par quelle pirouette vous pouviez vous sortir de l'embarras dans lequel vous vous étiez mis tout seul !Un adepte de l'esprit progressiste de Vatican II comme vous témoigner bien malencontreusement CONTRE cet esprit ! Trop risible !"

Pirouette et embarras ? C'est vous qui vous êtes vous-même, bien bêtement il faut le …More
Spina Christi (l'intervenant évoqué ci-dessous) a répondu : "je me demandais par quelle pirouette vous pouviez vous sortir de l'embarras dans lequel vous vous étiez mis tout seul !Un adepte de l'esprit progressiste de Vatican II comme vous témoigner bien malencontreusement CONTRE cet esprit ! Trop risible !"

Pirouette et embarras ? C'est vous qui vous êtes vous-même, bien bêtement il faut le dire, placé dans une situation difficile et ridicule que je n'ai eu ensuite qu'à mettre en lumière avec humour. Situation de laquelle vous sortez ici, comme d'habitude hélas quand vous êtes au pied du mur, par la bassesse insultante et calomnieuse (en me traitant de progressiste, moi qui suis sur la ligne magistérielle de Benoit XVI) et dans l'incohérence (vos derniers propos confirment encore involontairement que le Concile Vatican II peut être traditionnel, vous qui par ailleurs lui crachez dessus...)
One more comment from fr.sourire
fr.sourire
Un intervenant aux convictions lefebvristes a écrit "Merci fr.sourire !" après avoir cité, en en soulignant des mots, ce passage de mon article : "Dans l'Église catholique, cette «interview» publiée sur trois pages de ce quotidien avait suscité une profonde incompréhension et un grand malaise. Les formules chocs et sans nuance du pape François le faisaient apparaître comme un véritable «progr…More
Un intervenant aux convictions lefebvristes a écrit "Merci fr.sourire !" après avoir cité, en en soulignant des mots, ce passage de mon article : "Dans l'Église catholique, cette «interview» publiée sur trois pages de ce quotidien avait suscité une profonde incompréhension et un grand malaise. Les formules chocs et sans nuance du pape François le faisaient apparaître comme un véritable «progressiste», sur la ligne dite de «l'esprit» du Concile Vatican II, donc en rupture totale avec le pontificat de Benoît XVI."

Ce à quoi je répondrai : mais je vous en prie cher monsieur, vous m'en voyez ravi de vous voir soutenir, malgré vous semble-t-il, le Concile Vatican II, celui qu'a défendu le Magistère, notamment Benoit XVI en parlant d'une interprétation du Concile dans la continuité de la Tradition. Vous auriez mieux fait de poster ici-même ces paroles pro-conciliaires, fussent-elles involontaires !
fr.sourire
Eugenio Scalfari, ancien directeur de La Repubblica, a finalement reconnu avoir prêté au pape François des propos que ce dernier n'a jamais tenus dans une interview pourtant publiée en Italie le 1er octobre dernier.
dvdenise likes this.