Clicks970
fr.news
3

Benoît XVI : un texte exclusif sur l'origine des abus homosexuels

L’effondrement de la moralité sexuelle, appelé "liberté sexuelle", promu par l’État, a commencé dans les années 1960. . C’était le contexte de la propagation des abus homosexuels dans l’Église, écrit Benoît XVI dans un long article publié dans le journal bavarois Klerusblatt

Il remarque que "la pédophilie a été diagnostiquée comme autorisée et appropriée" alors que la théologie morale catholique "a subi un effondrement" qui a rendu l'Église "sans défense contre ces changements de la société".

"Dans divers séminaires, des clubs homosexuels ont été créés", ajoute Benoît. Et, "un évêque, qui était auparavant directeur de séminaire, a organisé la projection de films pornographiques aux séminaristes."

Il se souvient que "dans pas mal de séminaires, les étudiants surpris à lire mes livres étaient considérés comme inadaptés à la prêtrise. Mes livres étaient cachés, comme de la mauvaise littérature, et ils ne les lisaient que sous le bureau."

Benoît a souligné que les abus homosexuels sur des mineurs (Ratzinger utilise le terme trompeur de "pédophilie") ne sont pas devenus critiques avant la seconde moitié des années quatre-vingt.

Et le "droit pénal délibérément mal structuré du nouveau Codex [de droit canonique]" n'a pas aidé à résoudre le problème.

Selon Benoît, les abus homosexuels ont été encouragés par "l'absence de Dieu" qui est même entrée dans la liturgie. Benoît donne un exemple,

"L’Eucharistie est dévalorisée en un simple geste de cérémonie quand il est pris pour acquis que courtoisie exige qu’Il soit offert lors de fêtes de famille ou lors d’occasions telles que des mariages et des funérailles à toutes les personnes invitées pour des raisons familiales."

Cependant, Ratzinger lui-même semble ne pas trouver l'Église de Dieu dans la liturgie, mais dans "beaucoup de gens qui croient, souffrent et aiment humblement".

Il conclut en remerciant le pape François "pour tout ce qu'il a fait pour nous montrer, encore et encore, la lumière de Dieu, qui n'a pas disparu, même aujourd'hui. Merci, Saint Père !"

Image: © Mazur/catholicnews.org.uk, CC BY-NC-SA, #newsIowezsfodj
Eva
Benoît XVI n'a fait que développer la réponse donnée à Peter Seewald en 2010 dans Lumière du monde
DDFG5
Vatican II est tout ces "papes" doivent aller à la poubelle, une bonne purification s'impose
A suivre...