Tous frères

Encyclique du pape: «La fraternité universelle n’est possible que si elle se construit autour d’…

Mathieu Detchessahar est professeur des Universités à l’IAE de l’Université de Nantes. Il y a, me semble-t-il, deux manières de lire la dernière ency…
Tous frères
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Je vous cite : « Toi et moi -et le Ciel- savons que tu es un menteur chronique »

Cher frère ou sœur (en Adam plus qu’en Jésus-Christ au vu de votre comportement) vos paroles procèdent d’une autopersuasion à but diffamatoire et d’un raisonnement mentalement confus. Je rappelle que vous aviez vu dans …More
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Je vous cite : « Toi et moi -et le Ciel- savons que tu es un menteur chronique »

Cher frère ou sœur (en Adam plus qu’en Jésus-Christ au vu de votre comportement) vos paroles procèdent d’une autopersuasion à but diffamatoire et d’un raisonnement mentalement confus. Je rappelle que vous aviez vu dans mon premier commentaire, qui ne vous était pas adressé et qui était composé intégralement de citations de Papes de la première moitié du XXe siècle, déjà cet « Emmanuel » « progressiste » que je ne suis pas.

Vos insultes diffamatoires sont en effet des mauvaises œuvres qui sont incompatibles avec le comportement d’un véritable frère de Jésus-Christ. « Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » (Luc 3.21)

Il existe en effet de faux chrétiens comme il existe de faux juifs (voir Apocalypse 3.9). Pour rappel, Jésus lui-même prophétisa sur l’existence de faux chrétiens se considérant pourtant comme des vrais chrétiens : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité ! ».

Mettre à la « poubelle » l’expression « tous frères » reviendrait à mettre à la poubelle entre autres l’enseignement de l’Église catholique sur le sujet de la fraternité universelle, lequel enseignement n’oppose pas la fraternité naturelle et universelle en Adam à la fraternité surnaturelle et universelle en Jésus-Christ. La foi catholique est inclusive (la foi ET les œuvres, etc.) tandis que l’hérésie procède toujours par séparation et par sélection arbitraire parmi toutes les vérités qui composent la vérité entière révélée.

Après avoir espéré, en vain, un peu d’auto-correction de votre part, je ne peux tolérer plus longtemps votre attitude obstinément diffamatoire. Vous serez donc effectivement persona non grata sur mes publications grâce à la fonction « bloquer » que j’ai trouvée.
Spina Christi 2
@ Emmanuel, "Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"affublé d’une fausse identité suivie ridiculement d’une fausse liste de pseudonymes"
Toi et moi -et le Ciel- savons que tu es un menteur chronique.

Le comble de ton vice jouissif est que tu ne prends même pas la peine de modifier quoi …
More
@ Emmanuel, "Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"affublé d’une fausse identité suivie ridiculement d’une fausse liste de pseudonymes"
Toi et moi -et le Ciel- savons que tu es un menteur chronique.

Le comble de ton vice jouissif est que tu ne prends même pas la peine de modifier quoi que ce soit de tes expressions et tournures de phrases.
Aurais-tu changé ta position quant à la tolérance à une forme d'union civile unisexe ? Je ne le crois pas vu ton état de délabrement spirituel...


"Je n’ai jamais nié que la fraternité surnaturelle en Jésus-Christ et la fraternité naturelle en Adam soient deux réalités distinctes."
Donc... Tous frères = poubelle ! 🥴

"Vos mauvaises œuvres de chrétien auto-proclamé témoignent que vous n’êtes pas un véritable frère de Jésus-Christ"
De la part d'un progressiste schismatique adepte d'une forme d'union civile unisexe, d'un défenseur de la "liberté religieuse" et d'un menteur chronique, c'est une joie d'être ainsi jugé !
Tous frères
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Cher frère ou soeur qui faites le perroquet, oui, si vous étiez vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d’Abraham, vous ne commettriez pas sans scrupule moral les mauvaises œuvres de la diffamation et de l’insulte (exemple : « crétin de progressiste apostat »), en m’ayant en …More
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Cher frère ou soeur qui faites le perroquet, oui, si vous étiez vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d’Abraham, vous ne commettriez pas sans scrupule moral les mauvaises œuvres de la diffamation et de l’insulte (exemple : « crétin de progressiste apostat »), en m’ayant en outre affublé d’une fausse identité suivie ridiculement d’une fausse liste de pseudonymes (dont la mienne ci-dessus se fait l’écho humoristique) et en m’attribuant des positions que je n’ai pas défendues, comme la prétendue légitimité d’une union civile pour les homosexuels dont je suis censé me réjouir (alors que je la récuse personnellement) au motif que le pape François y est (démagogiquement ou sentimentalement à mon avis) favorable à titre personnel dit-il, en contradiction d’ailleurs avec l’enseignement des précédents Papes.

Je n’ai jamais nié que la fraternité surnaturelle en Jésus-Christ et la fraternité naturelle en Adam soient deux réalités distinctes. Mes commentaires ici en font foi. Mais « distincte » ne veut pas dire antagoniste en soi sinon ces Papes de la première moitié du XXe siècle par exemple n’auraient pas prôné cet esprit de fraternité universelle à l’adresse de tous les gens de bonne volonté d’où qu’ils viennent.

Vos mauvaises œuvres de chrétien auto-proclamé témoignent que vous n’êtes pas un véritable frère de Jésus-Christ tandis que les bonnes œuvres de non-chrétiens apparents témoignent au contraire qu’ils cheminent sous l’influence de la grâce prévenante de Dieu et dans l’âme de l’Église invisible.
Etienne bis
Tiens donc.
Vous avez donc... autorité pour désigner les mauvais qui - à tort - se prétendent chrétiens...
De qui tenez-vous cette autorité ? S'il vous plaît, soyez précis. Merci par avance.

Quant à moi, je m'associe à la prière donné ci-dessous par "CoeurdeFrance".

Par ailleurs, jusqu'à preuve du contraire, je tiens Bergomachin pour un vieux clown qui n'est même pas comique tellement il est …More
Tiens donc.
Vous avez donc... autorité pour désigner les mauvais qui - à tort - se prétendent chrétiens...
De qui tenez-vous cette autorité ? S'il vous plaît, soyez précis. Merci par avance.

Quant à moi, je m'associe à la prière donné ci-dessous par "CoeurdeFrance".

Par ailleurs, jusqu'à preuve du contraire, je tiens Bergomachin pour un vieux clown qui n'est même pas comique tellement il est prévisible.
😡
Tous frères
Je tiens ce jugement de valeur quant à la nature du véritable chrétien, c’est-à-dire du véritable frère de Jésus-Christ, du catéchisme de l’Église ainsi que de la Parole de Jésus lui-même dont j’ai cité des passages. Voir aussi les paroles de saint Augustin que j’ai citées plus bas dans un commentaire. Une chose est de se dire chrétien, une autre est de l’être réellement en actes et sans …More
Je tiens ce jugement de valeur quant à la nature du véritable chrétien, c’est-à-dire du véritable frère de Jésus-Christ, du catéchisme de l’Église ainsi que de la Parole de Jésus lui-même dont j’ai cité des passages. Voir aussi les paroles de saint Augustin que j’ai citées plus bas dans un commentaire. Une chose est de se dire chrétien, une autre est de l’être réellement en actes et sans illusion. Je comprends que le pape François puisse irriter et choquer des catholiques sincères au travers de paroles et actions personnelles critiquables voire blâmables en conscience, mais je me garde de le traiter avec mépris de qualificatifs infamants car il reste malgré tout le vicaire officiel du Christ sur terre dans la charge du ministère pontifical, vicaire du Christ auquel je dois tout mon respect en tant que catholique. Voilà.
Spina Christi 2
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

Cher Emmanuel, si tu étais vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d'Abraham, tu ne persisterai pas dans tes mensonges ni tes thèses hérétiques comme quoi "Jésus enseigna à tolérer entre-autres le péché d'adultè…More
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

Cher Emmanuel, si tu étais vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d'Abraham, tu ne persisterai pas dans tes mensonges ni tes thèses hérétiques comme quoi "Jésus enseigna à tolérer entre-autres le péché d'adultère", ni à défendre une "opinion favorable à une forme d'union civile unisexe".

"en m’ayant en outre affublé d’une fausse identité suivie d’une fausse liste de pseudonymes dont la mienne ci-dessus se fait l’écho humoristique"
Oui, mais dont la mienne (la tienne !) n'est absolument pas humoristique mais réelle.

"vous ne m’auriez pas qualifié de « progressiste » et d’« Emmanuel » à la suite de mon premier commentaire composé intégralement de citations de Papes"
Erreur, Emmanuel ! Si je t'ai qualifié de progressiste -ce que tu es- c'est en raison de tes centaines de coms postés ici depuis plusieurs années sous ces divers pseudos.

"Vous n’êtes donc pas l’un de ses frères véritables mais vous agissez en chrétien de papier qui s’expose à se voir dire un jour par le Seigneur ce genre de terribles paroles"
De 1) tu admets donc que TOUS les hommes peuvent ne pas être frères en Jésus-Christ ! Merci.
De 2) Ne crois pas un seul instant que tes menaces de l'enfer m'empêcheront de révéler tes anciens pseudos.


"Le magistère de l’Église affirme que des personnes d’autres religions..."
"DES" personnes, mais pas toutes ! Et ce malgré -et non grâce- à leur religion.

"Ces personnes qui agissent selon le Coeur de Jésus en agissant en faveur de « ces plus petits qui sont (ses) frères », sont eux-mêmes des frères de Jésus-Christ qui s’ignorent."
"CES" personnes, mais pas toutes !
Donc, répètes après moi : tous les hommes ici-bas ne sont pas frères.


"Et si vous ne saluez QUE vos frères..."
Qui a dit qu'il ne fallait pas saluer ceux qui ne sont pas nos frères ?! Là n'est pas le propos. Le propos est qu'il te faut bien noter comme ici le Seigneur révèle en creux qu'en effet, tous les hommes ici-bas ne sont pas frères et que donc l'encyclique de François est une verrue humaniste à la sauce maçonnique.
Tous frères
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Cher frère ou soeur, si vous étiez vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d’Abraham, vous ne commettriez pas sans scrupule moral les mauvaises œuvres de la diffamation et de l’insulte (exemple : « crétin de progressiste apostat »), en m’ayant en outre affublé d’une fausse …More
@« Germaine » @« Augustine » @« Marie-Chantale » @« Adolphe » @« Robert » @« Psaume 0 » etc.

Cher frère ou soeur, si vous étiez vraiment libre en Jésus-Christ et de la descendance spirituelle d’Abraham, vous ne commettriez pas sans scrupule moral les mauvaises œuvres de la diffamation et de l’insulte (exemple : « crétin de progressiste apostat »), en m’ayant en outre affublé d’une fausse identité suivie d’une fausse liste de pseudonymes (dont la mienne ci-dessus se fait l’écho humoristique).

Si vous étiez guidé par la saine rationalité et la sainte charité chrétienne, et non par la passion de diffamer et de polémiquer, vous ne m’auriez pas qualifié de « progressiste » et d’« Emmanuel » à la suite de mon premier commentaire composé intégralement de citations de Papes de la première moitié du XXe siècle sur le sujet de la paternité et de la fraternité universelles.

Ainsi, vous n’écoutez pas ni n’observez la Parole de Jésus. Vous n’êtes donc pas l’un de ses frères véritables mais vous agissez en chrétien de papier qui s’expose à se voir dire un jour par le Seigneur ce genre de terribles paroles : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité ! ».

Le magistère de l’Église affirme que des personnes d’autres religions qui n’appartiennent pas à l’Église visible peuvent appartenir cependant à l’Église invisible, à son Âme, parce qu’elles s’efforcent d’obéir, autant que cela leur est possible au sein de déterminismes divers, à leur droite raison naturelle et précisément à la loi morale universelle qui commande spécialement de ne pas nourrir de l’indifférence à l’égard de la détresse des nécessiteux (voir ladite parabole de Jésus du jugement dernier). Ces personnes qui agissent selon le Coeur de Jésus en agissant en faveur de « ces plus petits qui sont (ses) frères », sont eux-mêmes des frères de Jésus-Christ qui s’ignorent.

Être pleinement frère de et en Jésus-Christ au sens spirituel et surnaturel, cela ne relève en aucun cas d’un statut acquis une fois pour toutes à la faveur d’un certificat de baptême catholique ni même en soi d'une pratique sacramentelle assidue (voir les paroles de saint Augustin d'Hippone citées plus bas dans un commentaire). C’est une vocation, un chemin de croissance sur lequel il y a certes des chutes et sur lequel il est hélas possible de faire marche arrière et de fuir tout en croyant avancer en s’aveuglant.

« Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être VRAIMENT les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

S'agissant du sujet de fond, j'en ai dit assez.
Spina Christi 2
"Tous frères", vraiment ?

"Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui.
Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements.
Car tel est l’amour de Dieu : garder ses Commandements ; et ses Command…
More
"Tous frères", vraiment ?

"Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui.
Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements.
Car tel est l’amour de Dieu : garder ses Commandements ; et ses Commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi.
Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?
C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité."
(I Jean 5 : 1 à 6)
Etienne bis
Décidément, "Tous frères" est un gros bavard et bergogliomane.
Les deux choses sont permises.
Par contre celle d'embobiner le populo avec les louanges à son idole... C'est raté : ça fait rire.
Notez que, très généralement, le rire est bon pour la santé, et que, comme clown, son idole est de classe mondiale.
Tous frères
Peut-être suis-je « bavard » à vos yeux parce que mes commentaires irritent et contrarient de façon argumentée et dérangeante vos opinions manifestement bergogliophobiques ? Je préfère des paroles « bavardes » et étayées à des paroles lapidaires (dans tous les sens du terme) et à l'emporte-pièce. Si j'étais « bergogliomane » je n'aurais pas reconnu que son encyclique puisse être critiquée par …More
Peut-être suis-je « bavard » à vos yeux parce que mes commentaires irritent et contrarient de façon argumentée et dérangeante vos opinions manifestement bergogliophobiques ? Je préfère des paroles « bavardes » et étayées à des paroles lapidaires (dans tous les sens du terme) et à l'emporte-pièce. Si j'étais « bergogliomane » je n'aurais pas reconnu que son encyclique puisse être critiquée par des catholiques sincères surtout pour n’avoir pas suffisamment et clairement insisté de mon point de vue dans son encyclique sur la fraternité surnaturelle en Jésus-Christ en qui seul se trouve le salut éternel.
Etienne bis
@Tous frères

Cher ami.
Me voilà pratiquement hérétique... Si vous le dites.

Au fait, vous ai-je traité d'hérétique ?
Je me contente de douter de la validité du conclave de 2013.
Doutes que j'ai plus d'une fois justifiés, ici et ailleurs.
Partant, le pachamamesque vatican me fait plus penser à un clown qu'autre chose.

Je vous aime donc, cher ami, comme j'aime Bergoglio ; uniquement "en Jésus-…More
@Tous frères

Cher ami.
Me voilà pratiquement hérétique... Si vous le dites.

Au fait, vous ai-je traité d'hérétique ?
Je me contente de douter de la validité du conclave de 2013.
Doutes que j'ai plus d'une fois justifiés, ici et ailleurs.
Partant, le pachamamesque vatican me fait plus penser à un clown qu'autre chose.

Je vous aime donc, cher ami, comme j'aime Bergoglio ; uniquement "en Jésus-Christ".
Tous frères
En quoi vous ai-je traité d’hérétique ? Je ne vois pas. Mon respect fraternel en Jésus-Christ.
Spina Christi 2
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"Tous frères", vraiment ?

Merci de confirmer par cette citation que tous les hommes, s'ils sont frères en Adam, dans le péché et la mort, ne le sont évidemment pas en Jésus-Christ qui est la Vie :


"Chrétiens, donc voués à révéler à …More
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"Tous frères", vraiment ?

Merci de confirmer par cette citation que tous les hommes, s'ils sont frères en Adam, dans le péché et la mort, ne le sont évidemment pas en Jésus-Christ qui est la Vie :


"Chrétiens, donc voués à révéler à tous les êtres humains, au travers de bonnes œuvres en Dieu, que nous sommes non seulement « tous frères » sur le plan naturel, sur le plan d’une fraternité naturelle universelle, reconnue et prônée par le magistère catholique lui-même (cf mes citations plus bas de Papes de la première moitié du XXe siècle), tous frères sous l'unique paternité d’un Père Divin parfait car compatissant, entre autres vertus divines, envers tous, faisant briller son soleil sur les bons et sur les méchants, mais aussi et surtout voués à leur révéler qu’ils ont vocation à être « tous frères » sur le plan surnaturel, c’est-à-dire en Jésus-Christ, fils éternel de Dieu le Père et « premier né d'une multitude de frères » (Romains 8,29)"

Je répète : "ils ont vocation à être « tous frères » sur le plan surnaturel, c’est-à-dire en Jésus-Christ"

S'ils ont TOUS vocation en effet, c'est à dire si Dieu désire que TOUS les hommes soient sauvés, TOUS ne le sont hélas pas.
Ainsi tout individu a vocation a être appelé à être fils de Dieu dans l'adoption en Jésus-Christ, ce à quoi il ne pourra cependant prétendre que lorsqu'il sera baptisé et marchera sous l'Esprit de Dieu.
Tel n'est pas le cas des antichrists mahométans et juifs qui ont -fut-ce de manière spirituelle- le diable pour père.


😇 🥴
Tous frères
Citation d’une autre page me citant : « Tous frères, vraiment ? »

Réponse : « Je veux habituer tous les habitants, à me regarder comme leur frère, le frère universel… Ils commencent à appeler la maison "la fraternité", et cela m'est doux… » (Père Charles de Foucauld, Lettre à A Marie de Bondy, 7 janv. 1902 à Béni Abbès en Algérie)

Oui, « tous frères » et « frère de tous », « frère universe…More
Citation d’une autre page me citant : « Tous frères, vraiment ? »

Réponse : « Je veux habituer tous les habitants, à me regarder comme leur frère, le frère universel… Ils commencent à appeler la maison "la fraternité", et cela m'est doux… » (Père Charles de Foucauld, Lettre à A Marie de Bondy, 7 janv. 1902 à Béni Abbès en Algérie)

Oui, « tous frères » et « frère de tous », « frère universel » par vocation chrétienne selon la belle expression ci-dessus du père saint Charles de Foucauld cité dans l’encyclique pontificale récente intitulée « Fratelli tutti » (Tous frères).

Chrétiens, donc voués à révéler à tous les êtres humains, au travers de bonnes œuvres en Dieu, que nous sommes non seulement « tous frères » sur le plan naturel, sur le plan d’une fraternité naturelle universelle, reconnue et prônée par le magistère catholique lui-même (cf mes citations plus bas de Papes de la première moitié du XXe siècle), tous frères sous l'unique paternité d’un Père Divin parfait car compatissant, entre autres vertus divines, envers tous, faisant briller son soleil sur les bons et sur les méchants, mais aussi et surtout voués à leur révéler qu’ils ont vocation à être « tous frères » sur le plan surnaturel, c’est-à-dire en Jésus-Christ, fils éternel de Dieu le Père et « premier né d'une multitude de frères » (Romains 8,29). Fraternité surnaturelle en Jésus-Christ qui est bien présente dans cette encyclique du Pape mais davantage en pointillé qu'explicitement, ainsi qu'il en a jugé bon de le faire. Ce qui certes peut toutefois être légitimement et filialement critiqué de la part de fidèles catholiques sincères.

Jésus-Christ qui nous a révélé qu’il est spécialement et mystérieusement présent dans tous les êtres humains nécessiteux et en détresse, qui sont ses frères et donc nos frères (cf. la citation plus bas de Matthieu chap. 25)

Ne nous targuons pas d’être de la descendance d’Abraham et d’être libres en Jésus-Christ si nous n’accomplissons pas les œuvres de la foi en Jésus qui sont charité dans leur essence. Tout comme ces faux croyants juifs que dénonça très vivement Jésus, qui se vantaient d’être de la descendance d’Abraham sans en produire les oeuvres, et qui sans doute n’auraient pas porté assistance à un blessé laissé pour mort sur leur chemin car étant à leurs yeux un hérétique, un non-frère, un non-prochain ou un ennemi, comme dans la parabole du Bon Samaritain aux significations plurielles et complémentaires.

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »
Tous frères
S’agissant dans cette encyclique de la reconnaissance de tout ce qui dans les autres traditions religieuses erronées comprend toutefois du positif, rappelons quelques faits.

Le pape Pie XII a enseigné :

« Soyez un témoin de Jésus-Christ. Faites-le clairement comprendre que tout ce qui peut être vrai et bon dans les autres religions trouve son sens le plus profond et le complément parfait en …More
S’agissant dans cette encyclique de la reconnaissance de tout ce qui dans les autres traditions religieuses erronées comprend toutefois du positif, rappelons quelques faits.

Le pape Pie XII a enseigné :

« Soyez un témoin de Jésus-Christ. Faites-le clairement comprendre que tout ce qui peut être vrai et bon dans les autres religions trouve son sens le plus profond et le complément parfait en Christ; tandis que la foi catholique révèle une connaissance de la vérité divine et un pouvoir de sauver, de sanctifier et d’unir l’homme avec Dieu, ce qui la rend infiniment supérieure. » vatican.va/…e_19521231_apostoli-india.html

« Tout ce qui est vrai et bon dans d'autres confessions religieuses, y compris les non-chrétiennes, trouve sa signification profonde et son accomplissement dans l'Église catholique. ». (Pape Pie XII, Message radio à l’allemand LXXVII Katholikentag, 2 septembre 1956)

« Sans aucun doute, la paix ne peut être réalisée que dans la vérité et la justice. Cela suppose le respect pour les droits d'autrui, pour des positions et traditions particulières, en particulier dans le domaine religieux, et pour l'accomplissement précis des devoirs et obligations auxquels toute famille d'habitants est liée. » (Discours devant les délégués de la Commission suprême arabe de Palestine, 3 août 1946).

Le célèbre théologien thomiste Père Garrigou-Lagrange : « Les Hébreux et les Mahométans admettent non seulement le monothéisme, mais ils conservent des fragments de révélation primitive et de révélation mosaïque. Ainsi, ils peuvent croire en un Dieu surnaturel, suprême, gratifiant et, avec l'aide de la grâce, faire un acte de contrition. Et parmi les païens eux-mêmes, ceux qui sont dans l'ignorance non coupable de leur religion, et qui s'efforcent d'observer la loi naturelle, Dieu ne cesse de leur offrir ses moyens surnaturels connus, afin qu'ils puissent atteindre le salut éternel. » (La vie éternelle et la profondeur de l’âme, 330).

Le saint cardinal Newman : « Les vieilles maximes des nations, les préceptes majestueux de la philosophie, les normes lumineuses de la loi, les oracles de la prescience individuelle, les règles traditionnelles de la vérité, de la justice et de la religion, même corrompues et contaminées par l'orgueil du monde, dénotent l'œuvre de Dieu et ses présence éternelle. Dans la mesure où il y a rébellion habituelle contre Lui, ou dépravation sociale contagieuse, les explosions secrètes et héroïques de la vertu, ainsi que les aspirations du cœur et le pressentiment du vrai remède, doivent être attribuées à l'auteur de tout bien. Les anticipations ou les réminiscences de sa gloire submergent l'esprit du sage autosuffisant et du païen fanatique. Ses paroles sont sur le mur, à la fois de la pagode indienne et du portique de la Grèce. Il apparaît lui-même, à son gré, au bon moment, dans les crises de doute, de superstition et de faux culte, changer le caractère des actions par sa puissante interférence. Il accepte, mais ne sanctionne pas, les autels et les sanctuaires de l'imposture et par Son «fiat» remplace leur sorcellerie. Il parle au milieu des sorts de Balão, soutient l'esprit de Samuel dans la fosse aux sorcières, prophétise le Messie par la bouche de la Sibylle, force la Pythie à reconnaître ses ministres et baptise par la main de l'incroyant. Il est avec le dramaturge païen quand il crie contre l'injustice et la tyrannie, et offre une vengeance divine pour le crime. Même dans les légendes improbables de la mythologie populaire, il jette son ombre et est nébuleusement présent dans l'ode ou dans l'épopée, comme dans les eaux troubles et les rêves fantastiques. Tout ce qui est bon, tout ce qui est vrai, tout ce qui est beau, tout ce qui est bénéfique, grand ou petit, complet ou fragmentaire, naturel ou surnaturel, spirituel ou matériel, vient de Lui.» (John Henry Newman, discours 3, 7. L’idée d’une université)

Olivier Lacombe, philosophe catholique et indianiste français : « Alors que les religions qui ne sont pas nées de la vocation d'Abraham, religions auxquelles appartient et a toujours appartenu une si grande partie de l'humanité, on voit que les mythes et les rites prolifèrent en elles, spéculations et règles de vie. L'effort humain a essayé d'exprimer ce que la révélation divine ne leur a pas dit. Parfois ces constructions «seront ouvertes aux visites du Dieu vivant et se laisseront baigner dans sa grâce, et parfois elles se retireront et se dresseront volontairement dans des expériences de salut, elles essaieront de supplanter la Rédemption par le Christ. Seul Dieu peut reconnaître le sien ici, puisque c'est le secret des cœurs les plus mystérieux, l'expérience spirituelle la plus intime. » (Lacombe Olivier, Chemins de l’Inde et Philosophie chrétienne, Paris, Alsatia, 1956, pp. 29 et 34).
Spina Christi 2
Hasard ou avertissement de la Providence ?
CoeurdeFrance
L'Église, Épouse de l'Agneau Immaculé,

La voici saturée d'amertume et abreuvée de poison par des ennemis très rusés;
Ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'Elle désire de plus sacré.

Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité,

Là, ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété,

En sorte que, le Pasteur étant frappé,

Le troupeau puisse être …
More
L'Église, Épouse de l'Agneau Immaculé,

La voici saturée d'amertume et abreuvée de poison par des ennemis très rusés;
Ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'Elle désire de plus sacré.

Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité,

Là, ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété,

En sorte que, le Pasteur étant frappé,

Le troupeau puisse être dispersé.

Ô Saint Michel,

Chef invincible,

Rendez-vous donc présent au peuple de Dieu
Qui est aux prises avec l'esprit d'iniquité,

Donnez-lui la Victoire et faites-le triompher

Amen.
Spina Christi 2
Le franc-maçon révolutionnaire communiste anticlérical pro-immigration islamo-gauchiste Jean-Luc Mélenchon approuve l'encyclique "Fratelli tutti" de François !
Quoi d'étonnant puisque l'un et l'autre, immigrationnistes mondialistes endurcis, sont ennemis de la Chrétienté.

lefigaro.fr/…utti-du-pape-francois-20201010


"L'encyclique peut ouvrir un salutaire temps de réflexions partagées»
Ses mots …
More
Le franc-maçon révolutionnaire communiste anticlérical pro-immigration islamo-gauchiste Jean-Luc Mélenchon approuve l'encyclique "Fratelli tutti" de François !
Quoi d'étonnant puisque l'un et l'autre, immigrationnistes mondialistes endurcis, sont ennemis de la Chrétienté.

lefigaro.fr/…utti-du-pape-francois-20201010


"L'encyclique peut ouvrir un salutaire temps de réflexions partagées»
Ses mots ressemblent assez aux miens pour que j'en sois ému»
L'élu rejoint également le chef de l'Église catholique dans sa volonté de redéfinir la notion de «peuple» qui «intègre une valorisation positive des liens communautaires et culturels», selon le pape François. «Le peuple est une construction sociale et culturelle. Dans notre théorie de l'ère du peuple, il est l'acteur nouveau de ce moment de l'histoire», affirme Jean-Luc Mélenchon.
Tous frères
Que Jean-Luc Mélenchon ait apprécié, au travers d’une lecture biaisée et partiale, sans dire l'approuver in extenso, cette encyclique du Pape n’est bien sûr pas un argument qui plaide de soi-même en défaveur de cette encyclique, laquelle sur plusieurs points importants contredit directement les opinions de ce politicien. Le saint Evangile lui-même a fait l’objet au cours de l'histoire d’une …More
Que Jean-Luc Mélenchon ait apprécié, au travers d’une lecture biaisée et partiale, sans dire l'approuver in extenso, cette encyclique du Pape n’est bien sûr pas un argument qui plaide de soi-même en défaveur de cette encyclique, laquelle sur plusieurs points importants contredit directement les opinions de ce politicien. Le saint Evangile lui-même a fait l’objet au cours de l'histoire d’une multitude d’interprétations idéologiques biaisées et sélectives de la part d'écoles de pensée erronées (par exemple marxistes et révolutionnaires) se déclarant pourtant en faveur de l'Evangile et de Jésus.
tintine
Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien (1 Corinthiens 13, 3)
Tous frères
“ Quel est le vêtement de noces dont parle l’évangile ? Très certainement cette robe est une chose que possèdent ceux qui doivent participer au festin. Seraient-ce les sacrements ? Le baptême ? Mais certains reçoivent le baptême et n’arrivent pas jusqu’à Dieu… Peut-être ce que l’on reçoit à l’autel ? Mais en recevant le corps du Seigneur certains mangent et boivent leur propre condamnation (1 …More
“ Quel est le vêtement de noces dont parle l’évangile ? Très certainement cette robe est une chose que possèdent ceux qui doivent participer au festin. Seraient-ce les sacrements ? Le baptême ? Mais certains reçoivent le baptême et n’arrivent pas jusqu’à Dieu… Peut-être ce que l’on reçoit à l’autel ? Mais en recevant le corps du Seigneur certains mangent et boivent leur propre condamnation (1 Corinthiens 11:29)… Qu’est-ce alors ? Le jeûne ? Des méchants jeûnent aussi… La fréquentation de l’église ? Des méchants vont à l’église comme les autres… Qu’est-ce donc que ce vêtement de noces ? L’apôtre Paul nous dit : « Les préceptes n’ont d’autre fin que la charité qui naît d’un cœur pur, d’une bonne conscience et d’une foi sans feinte » (1 Timothée 1:5). Le voilà, le vêtement de noces ! Il ne s’agit pas de n’importe quel amour, car souvent on voit des malhonnêtes en aimer d’autres, mais on ne voit pas chez eux cette charité-là qui est le vêtement de noces. « J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, dit l’apôtre Paul, s’il me manque l’amour je ne suis que de l’airain qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, connaître tous les mystères et toute la science, et avoir la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour je ne suis rien. » ” (Saint Augustin, père et docteur de l'Eglise, Sermon 90)

“ Veux-tu honorer le corps du Christ ?... Ne commence pas par le mépriser quand il est nu. Ne l’honore pas ici avec des étoffes de soie en le négligeant dehors où il souffre du froid et de la nudité. Car celui qui a dit : "Ceci est mon corps" est le même qui a dit : "Vous m’avez vu affamé et vous ne m’avez pas nourri". Quelle utilité à ce que la table du Christ soit chargée de coupes d’or, quand il meurt de faim ? Rassasie d’abord l’affamé et orne ensuite sa table. Tu fabriques une coupe d’or et tu ne donnes pas une coupe d’eau. En ornant sa maison, veille à ne pas mépriser ton frère affligé : car ce temple-ci est plus précieux que celui-là… Qui pratique l’aumône exerce une fonction sacerdotale. Tu veux voir ton autel ? Cet autel est constitué par les propres membres du Christ. Et le corps du Seigneur devient pour toi un autel. Vénère-le. Il est plus auguste que l’autel de pierre où tu célèbres le saint sacrifice… Et toi, tu honores l’autel qui reçoit le corps du Christ. Cet autel-là, partout il t’est possible de le contempler, dans les rues et sur les places ; et à toute heure tu peux y célébrer ta liturgie. ” (Saint Jean Chrysostome, père et docteur de l'Eglise, homélie)
Spina Christi 2
"Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge !"
Tous frères
« Germaine » la diffamatrice alias Spina Christi 2, la Sainte Bible dans d'autres passages condamne de même les diffamateurs qui sont aussi des menteurs. Ces autres pseudonymes ne m'appartiennent pas. Vous êtes d'évidence animé de la passion d'agresser et de diffamer votre prochain. Vous aimez accuser votre prochain de faits dont vous êtes incapable de prouver la réalité. Le simple fait d’avoir…More
« Germaine » la diffamatrice alias Spina Christi 2, la Sainte Bible dans d'autres passages condamne de même les diffamateurs qui sont aussi des menteurs. Ces autres pseudonymes ne m'appartiennent pas. Vous êtes d'évidence animé de la passion d'agresser et de diffamer votre prochain. Vous aimez accuser votre prochain de faits dont vous êtes incapable de prouver la réalité. Le simple fait d’avoir publié un premier commentaire composé intégralement de citations de Papes de la première moitié du XXe siècle sur le sujet de la paternité et de la fraternité universelles m'a valu d'être taxé de « progressiste » par vous et m'a valu d'être appelé faussement Emmanuel et par la suite donc d'être affublé ridiculement et répétitivement par vous d'une liste fausse de pseudonymes. Vos attaques personnelles diffamatoires trahissent votre incapacité à répondre de manière solide et sereine aux citations et arguments contenus dans mes commentaires. Pour votre gouverne, vos diversions dérisoires et risibles ne m'empêcheront pas d'exprimer ma pensée.
Tous frères
J'ai lu aujourd'hui un autre article intéressant sur cette toute récente encyclique papale, en plus de celui publié ici, écrit par l'abbé Guillaume de Tanouarn : fr.aleteia.org/…-francois-ou-la-vertu-dutopie/
Tous frères
Ceux qui critiquent cette encyclique l’ont-ils lue intégralement ? Je pense à cette parole de Stendhal : « La France est un pays où il est plus important d'avoir une opinion sur Homère que d'avoir lu Homère. »

Quelques citations : « Dans le Nouveau Testament, le précepte d’Hillel est exprimé positivement : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux …More
Ceux qui critiquent cette encyclique l’ont-ils lue intégralement ? Je pense à cette parole de Stendhal : « La France est un pays où il est plus important d'avoir une opinion sur Homère que d'avoir lu Homère. »

Quelques citations : « Dans le Nouveau Testament, le précepte d’Hillel est exprimé positivement : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux : voilà la Loi et les Prophètes » (Mt 7, 12). Cet appel est universel ; il vise à inclure tous les hommes uniquement en raison de la condition humaine de chacun, car le Très-Haut, le Père qui est aux cieux, « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons » (Mt 5, 45). En conséquence, il est demandé : « Montrez-vous compatissants, comme votre Père est compatissant » (Lc 6, 36). »

« Il faut reconnaître que les fanatismes qui conduisent à détruire les autres sont également le fait de personnes religieuses, sans exclure les chrétiens, qui « peuvent faire partie des réseaux de violence verbale sur Internet et à travers les différents forums ou espaces d’échange digital. Même dans des milieux catholiques, on peut dépasser les limites, on a coutume de banaliser la diffamation et la calomnie, et toute éthique ainsi que tout respect de la renommée d’autrui semblent évacués ». Qu’apporte-t-on ainsi à la fraternité que le Père commun nous propose ? »

« Dans d’autres textes du Nouveau Testament, nous pouvons remarquer que, de fait, les communautés primitives, plongées dans un monde païen saturé de corruption et de dérives, avaient le sens de la patience, de la tolérance, de la compréhension. Certains textes sont très clairs à cet égard : on invite à reprendre les adversaires « avec douceur » (2 Tm 2, 25). On exhorte à « n’outrager personne, éviter les disputes, se montrer bienveillant, témoigner à tous les hommes une parfaite douceur. Car, nous aussi, nous étions naguère des insensés » (Tt 3, 2-3). Le livre des Actes des Apôtres affirme que les disciples, persécutés par certaines autorités, « avaient la faveur de tout le peuple » (2, 47 ; cf. 4, 21.23 ; 5, 13).

Cependant, quand nous réfléchissons sur le pardon, la paix et la concorde sociale, nous nous trouvons face à une affirmation de Jésus-Christ qui nous surprend : « N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Car je suis venu opposer l’homme à son père, la fille à sa mère et la bru à sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa famille » (Mt 10, 34-36). Il est important de situer cette affirmation dans le contexte du chapitre où elle se trouve. De toute évidence, le thème qui y est abordé est celui de la fidélité à un choix, sans honte, même si cela comporte des contrariétés, et même si des proches s’opposent au choix en question. Par conséquent, cette affirmation n’invite pas à rechercher les conflits, mais simplement à supporter le conflit inéluctable, pour que le respect humain ne conduise pas à s’écarter de la fidélité en vue d’une supposée paix familiale ou sociale. Saint Jean-Paul II a déclaré que l’Église « n’entend pas condamner tout conflit social sous quelque forme que ce soit : l’Église sait bien que les conflits d'intérêts entre divers groupes sociaux surgissent inévitablement dans l'histoire et que le chrétien doit souvent prendre position à leur sujet avec décision et cohérence »

« Pour les chrétiens, les paroles de Jésus ont encore une autre dimension transcendante. Elles impliquent qu’il faut reconnaître le Christ lui-même dans chaque frère abandonné ou exclu (cf. Mt 25, 40.45). En réalité, la foi fonde la reconnaissance de l’autre sur des motivations inouïes, car celui qui croit peut parvenir à reconnaître que Dieu aime chaque être humain d’un amour infini et qu’« il lui confère ainsi une dignité infinie ». À cela s’ajoute le fait que nous croyons que le Christ a versé son sang pour tous et pour chacun, raison pour laquelle personne ne se trouve hors de son amour universel. Et si nous allons à la source ultime, c’est-à-dire la vie intime de Dieu, nous voyons une communauté de trois Personnes, origine et modèle parfait de toute vie commune. Sur ce point, il y a des développements théologiques de grande portée. La théologie continue de s’enrichir grâce à la réflexion sur cette grande vérité. »

« Nous, croyants, nous pensons que, sans une ouverture au Père de tous, il n’y aura pas de raisons solides et stables à l’appel à la fraternité. »

« Il faut reconnaître que « parmi les causes les plus importantes de la crise du monde moderne se trouvent une conscience humaine anesthésiée et l’éloignement des valeurs religieuses, ainsi que la prépondérance de l’individualisme et des philosophies matérialistes qui divinisent l’homme et mettent les valeurs mondaines et matérielles à la place des principes suprêmes et transcendants ». Il est inadmissible que, dans le débat public, seuls les puissants et les hommes ou femmes de science aient droit à la parole. Il doit y avoir de la place pour la réflexion qui procède d’un arrière-plan religieux, recueillant des siècles d’expérience et de sagesse. « Les textes religieux classiques peuvent offrir une signification pour toutes les époques, et ont une force de motivation » mais de fait « ils sont dépréciés par l’étroitesse d’esprit des rationalismes ».
276. C’est pour cela que, même si l’Église respecte l’autonomie de la politique, elle ne limite pas pour autant sa mission au domaine du privé. Au contraire, « elle ne peut ni ne doit […] rester à l’écart » dans la construction d’un monde meilleur, ni cesser de « réveiller les forces spirituelles » qui fécondent toute la vie sociale. Les ministres religieux ne doivent certes pas faire de la politique partisane, qui revient aux laïcs, mais ils ne peuvent pas non plus renoncer à la dimension politique de l’existence qui implique une constante attention au bien commun et le souci du développement humain intégral. L’Église « a un rôle public qui ne se borne pas à ses activités d’assistance ou d’éducation », mais qui favorise « la promotion de l’homme et de la fraternité universelle ». Elle n’entend pas revendiquer des pouvoirs temporels mais s’offrir comme « une famille parmi les familles, – c’est cela, l’Église – ouverte pour témoigner au monde d’aujourd’hui de la foi, de l’espérance et de l’amour envers le Seigneur et envers ceux qu’il aime avec prédilection. Une maison avec les portes ouvertes. L’Église est une maison qui a les portes ouvertes, car elle est mère ». Et comme Marie, la Mère de Jésus, « nous voulons être une Église qui sert, qui sort de chez elle, qui sort de ses temples, qui sort de ses sacristies, pour accompagner la vie, soutenir l’espérance, être signe d’unité […] pour établir des ponts, abattre les murs, semer la réconciliation ».

[ VS. Le Pape Pie XI (dans l'encyclique Divini Redemptoris en 1937) : « Dans ce combat engagé par la puissance des ténèbres contre l’idée même de la Divinité, Nous gardons l’espérance que la lutte sera vaillamment soutenue, non seulement par ceux qui se glorifient de porter le nom du Christ, mais aussi par tous les hommes (et ils sont l’immense majorité dans le monde) qui croient encore en [l’existence de] Dieu [Deum esse credunt] et l’adorent. Nous renouvelons donc l’appel lancé, il y a cinq ans, dans Notre Encyclique Caritate Christi, que tous les croyants s’emploient avec loyauté et courage “à préserver le genre humain du grave péril qui le menace”. Car, disions-Nous alors, “la foi en Dieu [Dei agnitione] est le fondement inébranlable de tout ordre social et de toute responsabilité sur la terre ; aussi tous ceux qui ne veulent pas de l’anarchie et du terrorisme doivent travailler énergiquement à empêcher la réalisation du plan ouvertement proclamé par les ennemis de la religion. » ]

« Pour de nombreux chrétiens, ce chemin de fraternité a aussi une Mère, appelée Marie. Elle a reçu au pied de la Croix cette maternité universelle (cf. Jn 19, 26) et elle est pleine de sollicitude, non seulement pour Jésus, mais aussi pour le « reste de ses enfants » (Ap 12, 17). Forte du pouvoir du Ressuscité, elle veut enfanter un monde nouveau où nous serons tous frères, où il y aura de la place pour chacun des exclus de nos sociétés, où resplendiront la justice et la paix.

Nous, chrétiens, nous demandons la liberté dans les pays où nous sommes minoritaires, comme nous la favorisons pour ceux qui ne sont pas chrétiens là où ils sont en minorité. Il y a un droit fondamental qui ne doit pas être oublié sur le chemin de la fraternité et de la paix. C’est la liberté religieuse pour les croyants de toutes les religions. Cette liberté affirme que nous pouvons « trouver un bon accord entre cultures et religions différentes ; elle témoigne que les choses que nous avons en commun sont si nombreuses et si importantes qu’il est possible de trouver une voie de cohabitation sereine, ordonnée et pacifique, dans l’accueil des différences et dans la joie d’être frères parce que enfants d’un unique Dieu »
Tous frères
A propos de la question migratoire par exemple, cette encyclique est plus nuancée que ce que veulent en dire certains. Ne pas oublier que le Pape est un pasteur universel dont la voix veut se faire entendre au-delà de l’Eglise visible jusqu’aux hommes de bonne volonté parmi tous les peuples. Il ne peut ainsi pas dire d’un côté qu’une migration serait bonne au motif qu'il s’agit de migrants à …More
A propos de la question migratoire par exemple, cette encyclique est plus nuancée que ce que veulent en dire certains. Ne pas oublier que le Pape est un pasteur universel dont la voix veut se faire entendre au-delà de l’Eglise visible jusqu’aux hommes de bonne volonté parmi tous les peuples. Il ne peut ainsi pas dire d’un côté qu’une migration serait bonne au motif qu'il s’agit de migrants à dominante catholique et chrétienne (par exemple les millions de sud-américains hispaniques qui émigrent aux USA mais qui au passage sont des boucs-émissaires du discours politique de la présidence actuelle états-unienne) et de l’autre côté stigmatiser en bloc telle autre migration au motif qu’il s’agit de migrants à dominante musulmane composite.

Citations de cette encyclique : « Aussi bien dans les milieux de certains régimes politiques populistes que sur la base d’approches économiques libérales, on soutient que l’arrivée des migrants doit être évitée à tout prix. Dans le même temps, on affirme que l’aide aux pays pauvres devrait être limitée, pour qu’ils touchent le fond et décident de prendre des mesures d’austérité. On ne se rend pas compte qu’au-delà de ces déclarations abstraites difficiles à étayer, de nombreuses vies sont détruites. Beaucoup de personnes fuient la guerre, les persécutions, les catastrophes naturelles. D’autres, à juste titre, « sont en quête d’opportunités pour [elles] et pour leur famille. [Elles] rêvent d’un avenir meilleur et désirent créer les conditions de sa réalisation ».

Malheureusement, d’autres « sont attirées par l'Occident en nourrissant parfois des attentes irréalistes qui les exposent à de lourdes déceptions. Des trafiquants sans scrupules, souvent liés aux cartels de la drogue et des armes, exploitent la faiblesse des migrants qui, au long de leur parcours, se heurtent trop souvent à la violence, à la traite des êtres humains, aux abus psychologiques et même physiques, et à des souffrances indicibles ». Ceux qui émigrent « vivent une séparation avec leur environnement d’origine et connaissent souvent un déracinement culturel et religieux. La fracture concerne aussi les communautés locales, qui perdent leurs éléments les plus vigoureux et entreprenants, et les familles, en particulier quand un parent migre, ou les deux, laissant leurs enfants dans leur pays d’origine ». Par conséquent, il faut aussi « réaffirmer le droit de ne pas émigrer, c’est-à-dire d’être en condition de demeurer sur sa propre terre ».

Et pour comble, « dans certains pays d’arrivée, les phénomènes migratoires suscitent des alarmes et des peurs, souvent fomentées et exploitées à des fins politiques. Une mentalité xénophobe de fermeture et de repli sur soi se diffuse alors ». Les migrants ne sont pas jugés dignes de participer à la vie sociale comme toute autre personne, et l’on oublie qu’ils ont la même dignité intrinsèque que quiconque. […] On ne dit jamais qu’ils ne sont pas des êtres humains, mais dans la pratique, par les décisions et la manière de les traiter, on montre qu’ils sont considérés comme des personnes ayant moins de valeur, moins d’importance, dotées de moins d’humanité. Il est inacceptable que des chrétiens partagent cette mentalité et ces attitudes, faisant parfois prévaloir certaines préférences politiques sur les convictions profondes de leur foi : la dignité inaliénable de chaque personne humaine indépendamment de son origine, de sa couleur ou de sa religion, et la loi suprême de l’amour fraternel.

Les migrations constitueront un élément fondamental de l’avenir du monde ». Mais, de nos jours, elles doivent compter avec la « perte du ‘‘sens de la responsabilité fraternelle’’ sur lequel est basé toute société civile ». L’Europe, par exemple, risque fort d’emprunter ce chemin. Cependant, « aidée par son grand patrimoine culturel et religieux, elle a les instruments pour défendre la centralité de la personne humaine et pour trouver le juste équilibre entre le double devoir moral de protéger les droits de ses citoyens, et celui de garantir l’assistance et l’accueil des migrants .

Je comprends que, face aux migrants, certaines personnes aient des doutes et éprouvent de la peur. Je considère que cela fait partie de l’instinct naturel de légitime défense. Mais il est également vrai qu’une personne et un peuple ne sont féconds que s’ils savent de manière créative s’ouvrir aux autres... »
Tous frères
La vipère au sens figuré, qui diffame de façon venimeuse et qui se répand en paroles insultantes, c’est vous ! Ces pseudonymes ne m'appartiennent pas. N’avez-vous pas compris ? Vous êtes sur mes pages persona non grata. Allez donc inoculer ce venin ailleurs si ce besoin n’est pas maîtrisable. Vos éventuels autres commentaires seront donc ici supprimés.
Spina Christi 2
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"faites preuve en premier lieu d'un minimum de politesse au lieu de vous inviter sur ma page"
Fais preuve en premier lieu de transparence, d'honnêteté et de vérité au lieu de te re-pointer sur ce site catholique, d'y nier ce que nous …More
@Tous frères ("Psaume 62" "la louange de mes lèvres" "fr.sourire" "Abbapère" "YvesdeDieu" Franck Constant" "Françoislamy" "couscous" "siloane" "tantumergo" etc.)

"faites preuve en premier lieu d'un minimum de politesse au lieu de vous inviter sur ma page"
Fais preuve en premier lieu de transparence, d'honnêteté et de vérité au lieu de te re-pointer sur ce site catholique, d'y nier ce que nous sommes plusieurs à savoir, et d'y re-défendre tes sempiternelles mêmes idées progressistes hérétiques vénéneuses !

"en me tutoyant"
Voir ton ancien pseudo "couscous" !

"en m’insultant"
Dire que tu es un menteur (chronique endurci), une vipère (capable d'en appeler le Ciel à Témoin pour tenter de justifier un mensonge !!!!!) et un crétin de progressiste apostat est une réalité.
Tous frères
Pour ce qui concerne la question plus spécifique de la nature de la vie religieuse des juifs et des musulmans, bien disposés spirituellement, ce passage d’un article d’apologétique catholique en langue portugaise apologistascatolicos.com.br/…-contra-o-concilio-vaticano-ii est très intéressant.

41. Les musulmans adorent le Dieu unique

«La proposition de salut (propositum salutis) inclut égaleme…More
Pour ce qui concerne la question plus spécifique de la nature de la vie religieuse des juifs et des musulmans, bien disposés spirituellement, ce passage d’un article d’apologétique catholique en langue portugaise apologistascatolicos.com.br/…-contra-o-concilio-vaticano-ii est très intéressant.

41. Les musulmans adorent le Dieu unique

«La proposition de salut (propositum salutis) inclut également ceux qui reconnaissent le Créateur et parmi eux, principalement (in primis), les musulmans qui déclarent garder la foi d'Abraham, adorer avec nous le seul Dieu miséricordieux, qui jugera les hommes au dernier jour (qui fidem Abrahae se tenentes profitentes, nobiscum Deum adorant unicum etc ...) » (Lumen Gentium 16).

L'objection est que les musulmans ne peuvent pas croire et adorer Dieu, et il est ajouté presque toujours que les juifs ne peuvent pas non plus croire et adorer Dieu. Mais les théologiens et le magistère sont clairs à cet égard.

Le pape saint Grégoire le Grand à Anazir, roi de Mauritanie (musulman) dit que les musulmans confessent, louent et adorent le Dieu unique avec nous : «Cette affection que nous avons les uns pour les autres d'une manière plus particulière que envers les personnes d'autres races, parce que nous croyons et confessons le Dieu unique, bien que de différentes manières, et nous le louons et l'adorons quotidiennement en tant que créateur et dirigeant de ce monde. Car, selon les paroles de l'Apôtre: "Il est notre paix, qu'il a faite des deux". (Epist.III, 21 ad Anazir (Al-Nãşir), Governor Mauritaniae, éd. E. Caspar in MGH, Ep.Sel.II (1920) I, p. 288, 11-15; PL 148, 451 A.)

Le Catéchisme de Saint Pie X dit que les musulmans admettent le seul vrai Dieu:

"225) Qui sont les infidèles?
Les infidèles sont ceux qui n'ont pas été baptisés et qui ne croient pas en Jésus-Christ, soit parce qu'ils croient et adorent de fausses divinités, comme des idolâtres; soit parce que bien qu’ils admettent le seul vrai Dieu, ils ne croient pas au Christ Messie, ni venant en la personne de Jésus-Christ, ni encore à venir: tels sont les mahométans et autres »


Le pape Pie XI dit qu'en plus des chrétiens, d'autres adorent croire et adorer Dieu: "Des millions d'hommes, dans la croyance de lutter pour l'existence, s'accrochent à de telles théories dans un déni total de la vérité et crient contre Dieu et la Religion. Et ces assauts ne sont pas seulement dirigés contre la religion catholique, mais contre quiconque reconnaît encore Dieu comme Créateur du ciel et de la terre, et comme l'absolu de toutes choses "(Caritate Christi Compulsi, n. 5) Et plus loin: "Dans une telle union d'esprits et de forces, naturellement ceux qui se vantent du nom de chrétiens devraient naturellement être les premiers, rappelant la glorieuse tradition des temps apostoliques, lorsque la multitude de croyants formaient un cœur et une âme; mais aussi rivalisent loyalement et cordialement tous les autres qui admettent encore Dieu et l'adorent , pour éloigner de l'humanité le grave danger qui menace tout le monde , car en fait, croire en Dieu est la base indestructible de tout ordre social et de toute responsabilité sur terre; quiconque ne veut pas d'anarchie et de terreur doit lutter vigoureusement pour que les ennemis de la religion n'atteignent pas le but qu'ils proclament si ouvertement »(n. 7)

Le Pape Pie XI dans un autre document dit: «Mais dans cette lutte menée par la puissance des ténèbres contre l'idée même de la Divinité, nous espérons avec confiance que tous ceux qui collaboreront, en plus de tous ceux qui se vantent du nom de chrétien, croient en Dieu et adorent Dieu , qui sont toujours la grande majorité des hommes. " (Divini Redemptoris).

Le Pape Pie XII, évoquant à un moment donné, les félicitations reçues pour son élévation à la cathédrale de Pierre: "Nous ne voulons pas laisser passer sous silence que des échos de reconnaissance émue ont suscité dans nos cœurs l'augure de ceux qui, bien qu'ils n'appartiennent pas à Corps visible de l'Église catholique, n'ont pas oublié dans leur noblesse et leur sincérité de ressentir tout ce qui nous unit ou dans l'amour de la Personne du Christ, ou dans la croyance en Dieu ". (Summi Pontificatus)

Le Père Penido dit: "Dans le paragraphe susmentionné de Mystici Corporis, Pie XII se réfère à sa première encyclique dans laquelle il fait allusion" à ceux qui n'appartiennent pas au corps visible de l'Église ", mais qui sont unis au Pape," ou pour l'amour de la personne du Christ ou par sa croyance en Dieu "(trad. Vozes, n. 7). De là, nous en déduisons que parmi les "ordonnés" à l'Église ne se trouvent pas seulement des dissidents, mais aussi des non-chrétiens qui croient en Dieu et cherchent à le servir » (P. Penido, Qui est membre de l'Église?. REV, 1951, p 559)

Le théologien Francisco Suarez (l'un des plus grands scolastiques après saint Thomas d'Aquin) dit que les musulmans et autres infidèles adorent vraisemblablement le vrai Dieu dans certains cas :

"De cette façon, c'est la religion juive et peut-être de nombreuses manifestations religieuses des mahométans et autres infidèles similaires, qui adorent le seul vrai Dieu (verum Deum adorant)."

"Ces arguments en général prouvent la thèse selon laquelle des mahométans et autres infidèles connaissent et adorent le seul vrai Dieu, dès lors que leurs rites ne sont pas opposés à la raison naturelle. (Source: Suárez, pensée politique hispano-américaine, Selección de Defensio Fidei et autres ouvrages, année 1966, pages 392-401)


Saint Thomas d'Aquin dit que les musulmans admettent l'omnipotence de Dieu et non un faux dieu: «Mais si quelqu'un n'admet pas l'omnipotence de Dieu, nous n'essayons pas de discuter avec lui dans ce travail. Nous argumentons ici contre les musulmans et d'autres qui admettent l'omnipotence de Dieu". (De rationibus fidei contre Saracenos, Graecos et Armenos ad Cantorem Antiochenum).

Saint Robert Bellarmin, docteur de l’Église, dit aussi: " Jérémie a prédit qu'un temps viendrait, le temps du Nouveau Testament, où tous les hommes connaîtront le Dieu unique, ce que nous voyons maintenant accompli . Car les Gentils sont convertis à la foi; et bien qu'ils soient impies, les Juifs et les Turcs adorent un seul Dieu " (Controverses de la foi chrétienne, volume 1, Les règles de la foi, livre 3, chap. 10).
Tous frères
« Germaine », faites preuve en premier lieu d'un minimum de politesse au lieu de vous inviter sur ma page en me tutoyant, en m’insultant et en me diffamant sans gêne, comme si vous vous invitiez dans la maison d’autrui en vous installant sur son canapé en rotant et en pétant. Je publie de nouveau mes commentaires publiés sur une autre page qui répondaient à vos opinions personnelles qui n’…More
« Germaine », faites preuve en premier lieu d'un minimum de politesse au lieu de vous inviter sur ma page en me tutoyant, en m’insultant et en me diffamant sans gêne, comme si vous vous invitiez dans la maison d’autrui en vous installant sur son canapé en rotant et en pétant. Je publie de nouveau mes commentaires publiés sur une autre page qui répondaient à vos opinions personnelles qui n’engagent que vous-même. Vous êtes désormais sur mes pages persona non grata car l’hospitalité fraternelle est conditionnée à un minimum de savoir-vivre et de correction personnelle.
Tous frères
1) Le simple fait d’avoir publié un commentaire composé intégralement de citations de Papes de la première moitié du XXe siècle sur le sujet de la paternité et de la fraternité universelles fait donc de moi un « progressiste » à vos yeux et me vaut cette fausse identité d’Emmanuel !? C’est drôle ! Par parenthèse, le progressisme sur certains sujets où des sociétés humaines méprisaient et …More
1) Le simple fait d’avoir publié un commentaire composé intégralement de citations de Papes de la première moitié du XXe siècle sur le sujet de la paternité et de la fraternité universelles fait donc de moi un « progressiste » à vos yeux et me vaut cette fausse identité d’Emmanuel !? C’est drôle ! Par parenthèse, le progressisme sur certains sujets où des sociétés humaines méprisaient et méprisent des droits humains universels inhérents à la haute dignité de la nature humaine (pensons particulièrement à l’exemple extrême de l’esclavage) n’est pas une marque d’infamie en soi, loin s’en faut. Voir aussi l’exemple de la peine de mort abordée dans cette encyclique (cf plus bas).

2) J’ai répondu à l’argument principal erroné qui nie la réalité de la défense de la part du magistère catholique d’une fraternité universelle impliquant des personnes de bonne volonté parmi tous les peuples, fraternité qui repose sur un socle commun de valeurs dignes d’estime pour la loi morale naturelle, comme l’adoration de la transcendance de Dieu, la piété et l’humilité dues à l’auteur de la vie.

3) Cet esprit de fraternité universelle prôné par le magistère catholique ne concerne pas une « fraternité dans la mort » (sic) sinon il n’en aurait pas parlé de façon aussi positive. Au demeurant, la foi catholique condamne l’opinion selon laquelle les non-baptisés parce que non-baptisés ne pourraient pas être sous l’influence de Jésus-Christ et seraient privés d’une quelconque grâce de Dieu. Lire le Denzinger aux points 2305 et 2311 qui concernent les opinions hérétiques des Jansénistes condamnées par le Saint-Office. clerus.org/bibliaclerusonline/fr/f1r.htm

4) Nous sommes tous des frères humains dans l’unique paternité du Père des cieux, que nous le voulions ou non. « Tous frères », titre de cette encyclique du Pape, n’est en rien un énoncé hérétique mais une réalité à deux niveaux qu’il faut comprendre sans en mépriser aucun. C'est l'une des vocations du chrétien que de révéler au travers des bonnes oeuvres de sa vie aux non-chrétiens la réalité de cette fraternité universelle qui certes s’accomplit pleinement et surnaturellement en Jésus-Christ mais qui déjà est possible entre gens de bonne volonté qui sont sincèrement en cheminement vers la vérité entière.

5) Le Seigneur Jésus ne traita pas de fils du diable tous ceux qui ne le considéraient pas explicitement comme leur seigneur et leur sauveur. Tous ceux en Judée qui n’appartenaient pas visiblement aux premières communautés chrétiennes n’étaient pas considérés par Jésus ou par les Apôtres comme des fils du diable. Ceux qui furent qualifiés ainsi par lui formaient une toute petite minorité de gens parmi l’élite religieuse de l’époque, des gens radicalement méchants, orgueilleux et endurcis qui organisèrent sa mise à mort sur la Croix. Votre optique est là aussi partiale et erronée.

6) Il n’est pas vain quant à ce sujet de souligner qu’une partie des non-chrétiens produisent des œuvres morales dignes d’enfants de Dieu tandis que des chrétiens auto-proclamés mais mauvais ne produisent pas des œuvres dignes des enfants de Dieu dans l’Esprit.

7) Ceux parmi les juifs et les musulmans qui ne croient pas explicitement en Jésus-Christ mais qui produisent des œuvres morales dignes de la loi morale naturelle universelle ne peuvent en aucun cas être vus comme des « antichrists ». Votre application des notions d’antichrist et de fils du diable est abusive et extrémiste.

Citation d’un extrait de cette encyclique « Tous frères » sur la question de la peine de mort :

« Dès les premiers siècles de l’Église, certains se sont clairement déclarés contraires à la peine capitale. Par exemple, Lactance soutenait qu’« il ne fallait faire aucune distinction : tuer un homme sera toujours un crime ».[252] Le Pape Nicolas Ier exhortait : « Tâchez de délivrer de la peine de mort non seulement les innocents mais aussi tous les coupables ».[253] À l’occasion d’un procès contre des meurtriers qui avaient assassiné deux prêtres, saint Augustin a demandé au juge de ne pas leur ôter la vie. Et il se justifiait ainsi : « Ce n’est pas que nous nous opposions à ce qui doit ôter aux méchants la liberté du crime, mais nous voulons qu’on leur laisse la vie et qu’on ne fasse subir à leur corps aucune mutilation ; il nous paraîtrait suffisant qu’une peine légale mît fin à leur agitation insensée et les aidât à retrouver le bon sens, ou qu’on les détournât du mal en les employant à quelque travail utile. Ce serait là aussi une condamnation ; mais qui ne comprend qu’un état où l’audace criminelle ne peut plus se donner carrière et où on laisse le temps au repentir, doit être appelé un bienfait plutôt qu’un supplice. […] Réprimez le mal sans oublier ce qui est dû à l’humanité ; que les atrocités des pécheurs ne soient pas pour vous une occasion de goûter le plaisir de la vengeance, mais qu’elles soient comme des blessures que vous preniez soin de guérir ».[254]«

– Pape François, Encyclique Fratelli Tutti, point 265.