Clicks990

La décision du conseil d'état pour le culte est un piège !

Sans surprise, le conseil d'état a donc demandé au gouvernement de revoir
a copie du 11 mai. Mais attention ! Ce que la république accorde n'est jamais innocent et confirme à la lettre ce que nous avons crains dès le début.

Nous avons cessé de mettre en garde les catholiques de ne pas rentrer dans ce jeu de la révolution sanitaire dont le but ultime est le flicage, le traçage de tous les citoyens et l'asservissement à un pouvoir "anonyme" (le prince de ce monde en fin de compte). Le gouvernement actuel y met toute son énergie avec Bill Gates en tête et il faudrait avoir de la crotte dans le yeux pour ne pas le voir et le comprendre.

Or que va-t-il se passer en demandant, quémandant le droit de culte à cette république ? Deux choses très graves pour la suite :

1° on permet aux maçons de rappeler leur chère devise "liberté pour tous", "liberté fondamentale de culte" ... même si Civitas ne l'a pas demandé, le résultat est là !

2° Le conseil d'état ne se prive pas de rappeler les exigences sanitaires pour l'exercice de ce culte. C'est donc une intrusion directe dans la liturgie et une obligation d'imposer aux consciences déjà bien ramollies "la liturgie hygiénique" avec ses masques (disons muselière c'est plus réaliste), sa distinction sociale (vive la charité... on se souvient de St Louis Marie qui embrassait le lépreux) etc ...

Au final, cette décision est davantage un mal qu'un bien dans le combat que nous menons pour le Règne du Christ Roi car il témoigne d'un asservissement à des autorités qui se moquent du Christ, de son Eglise, de sa Liturgie et de ses droits.

Que les Catholiques, évêques, prêtres et fidèles pratiquent alors sans tenir compte de ces dangereuses contraintes sanitaires qui ne fera que les amener au pire des esclavages.

Ce n'est pas faute de l'avoir dit !

Lisez bien le communiqué et vous verrez :

Communiqué du Conseil d’Etat
Le juge des référés du Conseil d’État ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».
Saisi par plusieurs associations et requérants individuels, le juge des référés du Conseil d’État rappelle que la liberté de culte, qui est une liberté fondamentale, comporte également parmi ses composantes essentielles le droit de participer collectivement à des cérémonies, en particulier dans les lieux de culte. Elle doit, cependant, être conciliée avec l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé.

Dans l’ordonnance rendue ce jour, le juge des référés relève que des mesures d’encadrement moins strictes que l’interdiction de tout rassemblement dans les lieux de culte prévue par le décret du 11 mai 2020 sont possibles, notamment compte tenu de la tolérance des rassemblements de moins de 10 personnes dans d’autres lieux ouverts au public dans le même décret.
Il juge donc que l’interdiction générale et absolue présente un caractère disproportionné au regard de l’objectif de préservation de la santé publique et constitue ainsi, eu égard au caractère essentiel de cette composante de la liberté de culte, une atteinte grave et manifestement illégale à cette dernière.
En conséquence, il enjoint au Premier ministre de modifier, dans un délai de huit jours, le décret du 11 mai 2020 en prenant les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu applicables en ce début de « déconfinement », pour encadrer les rassemblements et réunions dans les établissements de culte.
Paul1977
Parfaitement d'accord !
Ces abrutis de Civitas et cie ont fait la pire des boulettes.
Traditions
le piège c'est l'INEXISTENCE de la pandémie !
AveMaria44
Le piège c'est l'existence de la pandémie et la compétence de l’État à régler le culte
Etienne bis
Ces réflexions paraissent tarabiscotées.
Comme si obtenir que l'état recule sur des injonctions injustes, ne serait pas une bonne chose mais paradoxalement, une dangereuse soumission.
Mais, ne pas obtenir cette décision, ça, c'était une capitulation en rase campagne ; oui ou non ?
blanche52
23 mai : fin du ramadan ! qu'est-ce qu'on parie qu'ils vont pseudo-libérer la messe à cette date, ou le lendemain ?
Traditions
Porter le masque c'est se soumettre à une tyrannie avec une muselière
SE Monseigneur Lefebvre
Liberté du culte ! Les catholiques défendent la liberté des musulmans ?
France Fidèle
c'est bizarre que Civitas crie victoire quand on lit le texte !
Qonun
oui c'est évident