Clicks434

L'épopée miraculeuse de Jeanne d'Arc

DDFG5
Jehanne ou l'alouette de notre espérance PDF : en.calameo.com/read/000869313500e1b890303 Concrétisez votre soutien dans nos activités vidéos : en.tipeee.com/sacr-tv Site internet : www.actio…More
Jehanne ou l'alouette de notre espérance PDF : en.calameo.com/read/000869313500e1b890303 Concrétisez votre soutien dans nos activités vidéos : en.tipeee.com/sacr-tv Site internet : www.actionroyaliste.fr Documents PDF : en.calameo.com/accounts/869313 La boutique royaliste : www.boutique-royaliste.fr Découvrez tous nos discours politiques sur soundcloud : soundcloud.com/user5994089 « Nous ne sommes qu'à l'aube des jours qui verront s'accomplir, indéfiniment, sa mission. » Gabriel Hanotaux – Jeanne d’Arc (1911) Le 25 février 1429, lorsque Jeanne se présenta devant Charles VII à Chinon, après une traversée périlleuse du territoire, elle fut mise à l’épreuve pour voir si elle allait reconnaître le vrai Charles VII du faux qui lui fut présenté. Mais elle sut reconnaître le vrai Charles VII, s’approchant de lui, elle lui dit : « J’ai nom Jeanne la Pucelle, et vous mande par moi le roi des cieux que vous serez sacré et couronné dans la ville de Reims et serez lieutenant du roi des cieux qui est roi de France ! » Comme Charles VII restait sceptique, elle lui rappela alors une prière qu’il fit à la Toussaint et que lui seul savait : « Sire, n’avez-vous pas bien mémoire que le jour de la Toussaint dernière, vous, étant en la chapelle du Chatel de Loches, en votre oratoire, tout seul, vous fîtes trois requêtes à Dieu ». Et c’est elle-même qui apporta la réponse à ces requêtes : « Je te le dis de la part de messire : tu es le vrai héritier de France et fils du roi et il m’envoie pour te conduire à Reims y recevoir ton sacre et ta couronne ». Lors de son interrogatoire à Poitier, un des examinateurs, Guillaume Aymeri, lui demanda : « Jehanne, vous prétendez que c'est plaisir de Dieu que les Anglais s'en aillent en leur pays et vous demandez des gens d'armes. Si cela est, il ne faut pas de gens d'armes, car le seul plaisir de Dieu peut les déconfire et les faire aller en leur pays » Elle répondit : « En nom Dieu, les gens d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire » L’alliance entre le Trône des Lys avec celui du Ciel avait été brisée par le traité de Troyes signé le 21 mai 1420 faisant du Roi d’Angleterre le futur Roi de France après la mort de Charles VI ! Jeanne renoua donc cette alliance sacrée le 21 juin 1429 à Saint Benoît-sur-Loire. Cet acte notarié s’appelle la Triple Donation : Voici comment elle s’est déroulée : Le 21 juin 1429, à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Jehanne dit à Charles : « Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ?» Le Roi hésite, puis consent. « Sire, donnez-moi votre royaume ». Le Roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l'ascendant surnaturel de la jeune fille : « Jehanne, lui répondit-il, je vous donne mon royaume ». (1ére donation) Ainsi, en vertu de cet acte, Jeanne a été quelques instants seulement sans doute, mais très réellement Reine de France. Cela ne suffit pas : la Pucelle exige qu'un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi ; après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu'il avait fait : « Voici le plus pauvre chevalier de France : il n'a plus rien ». Puis aussitôt après, très grave et s'adressant aux secrétaires : « Écrivez, dit-elle : Jehanne donne le royaume à Jésus-Christ » (2éme donation). Puis s’adressant à tous les assistants : « A présent, c’est Jésus-Christ qui parle : Moi, seigneur éternel, je donne la France au roi Charles ». (3ème donation) Cette Triple Donation annula littéralement le Traité de Troyes plus que ne le fera le Sacre de Charles VII le mois suivant. Elle avait aussi pour objectif de rappeler que le vrai Roi de France, c’est le Christ lui-même, le Christ Roi de France. Nos Rois depuis Clovis ne sont que ses Lieutenants. Jeanne, dont le village natal a pour nom Domrémy, en référence justement à Saint Rémi dont il est consacré, avait bel et bien pour mission de rappeler la vocation divine de la France en plus de la sauver. Méditons ces paroles de Pie XII : « Et s’il peut sembler un moment que triomphent l’iniquité, le mensonge et la corruption, il vous suffira de faire silence quelques instants, et de lever les yeux au ciel pour imaginer les légions de Jeanne d’Arc qui reviennent, bannières déployées, pour sauver la patrie et sauver la foi. » Notre Jour Viendra !