viensmevoir65
413

La pensée de la mort

La pensée de la mort est un grand exercice de réalité pour chaque homme et chaque femme de ce monde. Pour un chrétien, cependant, la pensée de la mort n'est pas seulement l'expérience de se heurter à la vérité que notre vie a une limite , un remblai qui l'enferme. Un chrétien sait que face à la mort, il doit nous défendre, car Jésus est venu nous arracher aux ténèbres et à la confusion, nous mettant en position de vivre la mort avec une nouvelle perspective. Depuis que Jésus est entré dans l'histoire nous ne sommes plus perdus, nous sommes au contraire saisis par un bien qui ne nous quitte plus surtout lorsque nos forces et nos possibilités s'épuisent. C'est dans l'ADN vocationnel de Jésus :

« Tout ce que le Père me donne viendra à moi ; celui qui vient à moi, je ne le rejetterai pas, car je suis descendu du ciel pour faire non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. Et c'est la volonté de celui qui m'a envoyé, que je ne perde rien de ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour ».

C'est pourquoi aujourd'hui nous célébrons non seulement une mémoire liturgique liée à ceux qu'ils ont aimés, mais nous célébrons une liturgie qui nous rappelle que rien de ce que nous avons aimé n'a été perdu . La résurrection est la nouvelle lumière qui nous aide à éclairer les ténèbres de la mort. En ce sens, la gloire des saints célébrée hier est la seule toile de fond autorisée à servir de toile de fond à la mémoire des fidèles défunts. Nous ne sommes pas nés pour la mort, nous sommes nés pour la vie, et notre destin est la vie et non la mort. Et si la mort existe c'est uniquement parce qu'elle est un passage.Jésus a transformé ce qui n'était auparavant qu'un mur en une porte. C'est ainsi qu'il faut accueillir la mort : non pas comme un mur à frapper, mais comme un seuil à franchir. L'expérience de la rencontre avec le Christ est précisément ce passage :

« C'est en effet la volonté de mon Père, que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; Je le ressusciterai au dernier jour ».

La foi, c'est croire ou non en ce fait décisif par lequel la vie se tient ou tombe.