Clicks790

la croix L’interdiction des messes avec fidèles a été fixée jusqu’au 2 juin au moins.

L’interdiction des messes avec fidèles a été fixée jusqu’au 2 juin au moins.

Coronavirus : les dernières infos en France et dans le monde

Car, estime-t-il, devoir attendre le mardi 2 juin pour pouvoir célébrer des messes en public est « une souffrance réelle et objective. D’autant plus, poursuit l’évêque de Grenoble, que le rassemblement autour de l’Eucharistie est constitutif de l’Église pour nous catholiques et pour les orthodoxes. »

C’est une même déception qu’exprime Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse qui s’était récemment exprimé dans La Croix pour demander la reprise des messes dès le 11 mai.

« Il n’est pas normal que l’on permette l’accès dès le 11 mai aux écoles, aux commerces et aux transports publics et qu’on ne rende pas possible des célébrations en petit comité pour l’accès aux sacrements », soupire Mgr Le Gall, qui insiste par ailleurs sur « le civisme » des évêques et leur volonté de tout faire pour éviter la propagation du virus.

Suggestion d’un taux d’occupation réduit des églises

En ce sens, les évêques qui avaient pu s’entretenir ensemble lors d’une Assemblée plénière en visioconférence, vendredi 24 avril, suggèrent un taux d’occupation dans les églises de l’ordre d’un tiers. « C’est permis dans les magasins où la promiscuité est plus grande », estime l’archevêque de Toulouse.

Les évêques se disent prêts également à équiper les églises de distributeur de gel hydroalcoolique, d’espacer les fidèles (portant des masques, évidemment), de prendre leur température frontale à l’entrée, « et bien sûr de proscrire les grandes célébrations et les pèlerinages », poursuit Mgr Le Gall qui a déjà annoncé qu’il n’y aurait aucune grande célébration dans son diocèse avant la rentrée de septembre.

Les réactions de certains prêtres

Ce que semblent redouter ces deux évêques, ce sont les réactions de leurs prêtres. « Cette situation est complètement anormale pour nous, d’où l’impatience et parfois même les réactions négatives de certains prêtres », explique ainsi Mgr de Kerimel en précisant qu’il « comprend » ces réactions.

« Je ne sais pas comment je vais tenir mes troupes », ajoute Mgr Le Gall, qui dit « craindre des messes clandestines ». De fait, de nombreux prêtres expriment depuis quelques jours leur lassitude de célébrer la messe devant des églises vides. Et de nombreux fidèles, de même, disent et redisent leur besoin de prier en assemblée et de communier réellement, et non pas seulement spirituellement.

En ce sens, l’évêque de Grenoble propose que dans les départements « verts », peu impactés par le virus, ce qui est le cas de l’Isère jusqu’à présent, « des prêtres puissent avoir la possibilité de célébrer la messe à domicile ».

« Normalement, il n’y a jamais de messe privée, rappelle Mgr de Kerimel, mais chez des personnes en souffrance, cela devrait être possible, en prenant évidemment toutes les précautions nécessaires. On ne peut pas en faire un principe mais cela pourrait être réfléchi en fonction des zones. »

Dans ce contexte, la parole du président de la Conférence des évêques de France, Mgr Éric de Moulins-Beaufort sera très attendue : après s’être entretenu jeudi 30 avril à 9 heures avec le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, l’archevêque de Reims doit s’exprimer le même jour à 11 heures devant la presse, en audioconférence.