Clicks517
shazam
2
La réponse des cosaques Zaporogues au sultan turc. Reply of the Zaporozhian Cossacks to the Turkish Sultan Lecture de la lettre irrévérencieuse que les Cosaques de la Zaporoguies (l’actuelle Ukraine)…More
La réponse des cosaques Zaporogues au sultan turc.

Reply of the Zaporozhian Cossacks to the Turkish Sultan

Lecture de la lettre irrévérencieuse que les Cosaques de la Zaporoguies (l’actuelle Ukraine) ont écrite en réponse au sultan ottoman de Constantinople Mehmed IV de Turquie en 1676 après que celui-ci exige des Cosaques qu’ils se rendent.
Extrait du film : Tarasboulba (2009) pour illustrer le tableau du peintre Russe Ilia Répine : Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie.
shazam
Le tableau d’Ilia Répine :

Contexte

Les Zaporogues viennent de repousser victorieusement une attaque des armées turques, et tatares, contre la Sitch (le centre politiques des Cosaques), mais contre toute attente, le sultan ottoman exige cependant d'eux qu'ils se soumettent !...

Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie est une peinture du peintre russe Ilia Répine.
L'…More
Le tableau d’Ilia Répine :

Contexte

Les Zaporogues viennent de repousser victorieusement une attaque des armées turques, et tatares, contre la Sitch (le centre politiques des Cosaques), mais contre toute attente, le sultan ottoman exige cependant d'eux qu'ils se soumettent !...

Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie est une peinture du peintre russe Ilia Répine.
L'œuvre de 2,03 m × 3,58 m est commencée par Répine en 1880 et terminée seulement en 1891.
Le tableau est aujourd'hui conservé au musée Russe de Saint-Pétersbourg. Il existe une deuxième version du tableau, qu'Ilia Répine commença avant la livraison du premier tableau, en 1889. Elle est conservée au musée d'art de Kharkov.
Des esquisses sont conservées à la galerie Tretriakov et au Musée national des beaux-arts de Biélorussie.
Il s'agit d'un tableau historique, montrant des Cosaques zaporogues rédigeant un courrier au sultan ottoman, regorgeant d'insultes. Le peintre sait rendre le plaisir intense que les Cosaques éprouvent à imaginer de nouvelles grossièretés. Il suscite une sympathie irrésistible pour un peuple aguerri et épris de liberté, que Répine considère avec admiration et dont il indique dans une lettre adressée au critique d'art et journaliste russe Vladimir Stassov :
« Tout ce que Gogol a écrit sur eux est vrai ! Un sacré peuple ! Personne dans le monde entier n'a ressenti aussi profondément la liberté, l'égalité et la fraternité. La Zaporoguie est toujours restée libre, rien ne l'a soumise ! »
Mais quel était le contenu de cette lettre ?

La lettre du sultan

« En tant que sultan, fils de Muhammad, Frère du Soleil et petit-fils de la Lune, Vice-roi par la grâce de Dieu des royaumes de Macédoine, de Babylone, de Jérusalem, de Haute et Basse Égypte, Empereur des Empereurs, Souverain des Souverains, Invincible Chevalier, Gardien indéfectible jamais battu du Tombeau de Jésus Christ, Administrateur choisi par Dieu lui-même, Espoir et Réconfort de tous les musulmans, et très grand défendeur des chrétiens,
J’ordonne, à vous les Cosaques zaporogues de vous soumettre volontairement à moi sans aucune résistance.
Sultan Mehmed IV

La réponse du Cosaque Yvan Sirko


Les Cosaques - réputés pour leur diplomates et leur sens de la formule pleine de tact - lui répondirent :
« À Toi Satan turc, frère et compagnon du Diable maudit, serviteur de Lucifer lui-même, salut !
Quelle sorte de noble chevalier au diable es-tu, si tu ne sais pas tuer un hérisson avec ton cul nu ?
Mange la vomissure du diable, toi et ton armée. Tu n'auras jamais, toi fils de putain, les fils du Christ sous tes ordres : ton armée ne nous fait pas peur et par la terre ou par la mer nous continuerons à nous battre contre toi.
Toi, scullion de Babylone, charretier de Macédoine, brasseur de bière de Jérusalem, fouetteur de chèvre d'Alexandrie, porcher de Haute et de Basse Égypte, truie d'Arménie, giton tartare, bourreau de Kamenetz, être infâme de Podolie, petit-fils du Diable lui-même, Toi, le plus grand imbécile malotru du monde et des enfers et devant notre Dieu, crétin, groin de porc, cul d'une jument, sabot de boucher, front pas baptisé !
Voilà ce que les Cosaques ont à te dire, à toi sous produit d'avorton ! Tu n'es même pas digne d'élever nos porcs. Tordu es-tu de donner des ordres à de vrais chrétiens !! Nous n'écrivons pas la date car nous n'avons pas de calendrier, le mois est dans le ciel, l'année est dans un livre et le jour est le même ici que chez toi et pour cela tu peux nous baiser le cul !
Signé le Kochovyj Otaman Ivan Sirko et toute l'Armée zaporogue »
(Note : Le sultan n°4 je ne sais pas, mais choqué après avoir lu cette réponse irrévérencieuse de Yvan, j’ai repris des moules.)

Qui est Ivan Sirko ?

Wikipedia : en ukrainien : Іван Сірко, en russe : Иван Сирко), né aux alentours de 1610, mort le 11 août 1680, est un chef militaire cosaque, koshovyi ataman de l'armée zaporogue et auteur, présumé, de la célèbre réplique des Cosaques zaporogues au Sultan, qui inspira une toile célèbre d'Ilia Répine. Il est aussi un cosaque kharaktérnik, c'est-à-dire un guerrier-chaman zaporogue.
-

Shostakovich 14: 8. Reply of the Cossacks to the Sultan of Constantinople (2mn) ‘Shosta’ aussi 🤔 ?
youtube.com/watch?v=BbD8jlusgDc
Une mise en scène du poème de Guillaume Apollinaire "Réponse des cosaques zaparogues au Sultan de Constantinople". Sous-titres anglais.

Plus criminel que Barrabas
Cornu comme les mauvais anges
Quel Belzébuth es-tu là-bas
Nourri d'immondice et de fange
Nous n'irons pas à tes sabbats

Poisson pourri de Salonique
Long collier des sommeils affreux
D'yeux arrachés à coup de pique
Ta mère fit un pet foireux
Et tu naquis de sa colique

Bourreau de Podolie Amant
Des plaies des ulcères des croûtes
Groin de cochon cul de jument
Tes richesses garde-les toutes
Pour payer tes médicaments

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)
Traduction de (toutelapoésie.com)
Catholique et Français
Vous êtes islamophobe ! Votre commentaire est un appel à la haine ! Et le tableau un blasphème pire que les cochonneries de Charlie Hebdo !