10:49
jili22
3667
POURQUOI SE CONFESSER ? LE CURE DE CUCUGNAN .La joie parfaite ?↓ Dans l'octave découvrons que pour vivre de la miséricorde de la joie de Pâques il faut ajuster sont cœur à Dieu il faut découvrir …More
POURQUOI SE CONFESSER ? LE CURE DE CUCUGNAN .La joie parfaite ?↓

Dans l'octave découvrons que pour vivre de la miséricorde de la joie de Pâques il faut ajuster sont cœur à Dieu il faut découvrir qu'Amour et verité fonctionne ensemble . Justice et paix s'embrassent
le sacrement de réconciliation est le sacrement de la joie !
« il y a plus de joie parmi les anges pour un pécheur qui se converti (qui entre dans un confessionnal) que pour quatre-vingt-dix-neuf justes »
qui jugent que ce n’est pas encore le moment, que rien ne presse et qu’ils peuvent encore attendre.
La racine la plus profonde du désespoir du monde moderne, c’est peut-être l’ignorance, le refus de croire à la rémission des péchés.Regardons la joie du Pardon. Célébrons la Pénitence,car l’Eucharistie est le festin des pécheurs pardonnés. Zachée (Jésus s’invite chez lui à manger), Matthieu (qui invite tous ses collègues, tous les pécheurs du coin), Le fils prodigue (et le veau gras), Marie-Madeleine (au cours d’un repas et ensuite, elle recevra le Seigneur à sa table). Il y a urgence à proclamer au monde comme aux chrétiens qu’il existe une rémission des péchés : cela veut dire qu’il n’y a pas d’échec définitif, de vie ratée, de maux sans remèdes.
A partir de chaque faute, de chaque échec, Dieu nous propose un plan de rédemption meilleur que si nous n’avions pas péché. Là où le péché abonde, la grâce surabonde, dit St Paul. Quand Dieu recrée, il y a toujours un saut qualitatif en chaque cœur réconcilié.En confessant ses fautes, en se reconnaissant pécheur, nous mettons en premier la miséricorde de Dieu, nous le laissons agir et nous passons de la Justice à la Miséricorde. Dieu ne se décourage jamais, il vient nous sortir de toutes nos impasses, de nos refuges où nous nous sommes enfermés.Nous entrerons au ciel comme des pauvres, les mains ouverte non pas en demandant à Dieu des explications mais parce que nous nous serons impliqué
Commençons par :
- Reconnaître que Dieu a la main dans ma vie : qu’il veut mon bonheur et fait tout pour y arriver (foi en Dieu), Dieu ne peut ni me tromper ni se tromper puis dire un merci concret
- Reconnaître que seule ma liberté mal utilisée peut faire échec au projet de bonheur de Dieu dans ma vie, dans celle de l’Église, dans celle du monde, de toute l’humanité, de toute la Création. C’est moi, personnellement, qui freine l’œuvre de salut de Dieu : et donc, confesser que mes erreurs freinent mon propre bonheur et celui des autres (confession).
On remet au centre l’essentiel : le simple aveu, sans la louange et la foi, est un nouveau péché d’orgueil si je commence à reconnaître l’œuvre de Dieu en moi, je me décentre : « ce n’est plus moi qui vit, mais le Christ en moi ». Je mets Dieu au centre, et ensuite je dis où je l’empêche d’être totalement au centre.L’éclairage vient de Dieu et de l’Église ainsi les commandement de Dieu et de l’église viennent m’éclairer il y a toujours 4 éléments : la contrition et le pardon, l’aveu et la confession, l’absolution et la réconciliation, la satisfaction et la pénitence.

Tout ceci explique la question classique « pourquoi se confesser ? ». Ne suffit-il pas de s’adresser à Dieu ? Est-ce qu’on peut mettre sur le même plan d’égalité un sacrement ( Dieu qui agit directement) et un pardon demandé dans le secret de sa chambre ?
- Je m’arrange avec Dieu ? Oui, mais comment est-on sûr d’entendre sa réponse ? De lui laisser aussi la liberté de me répondre, quitte à me bousculer, à me dire qu’avant le pardon, il faut bien tout faire pour ne pas recommencer. Cela demande souvent un partage. Et Dieu s’incarne à travers une personne concrète, qui lui prête son cœur et son corps.De plus c'est Dieu qui te le demande donc fait lui cette joie
« Il souffla sur les Apôtres et leur dit « recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les maintiendrez, ils leur seront retenus ».

Nous pouvons nous mettre à l’école de Sainte Thérèse qui disait au moment de mourir : « maintenant, si j’avais commis les pires crimes, j’aurais exactement la même confiance en la miséricorde de Dieu ». Nous le chantons parfois. Elle est arrivée au ciel comme une pauvre aux mains vides mais ouvertes.
Ne jamais oublier que c’est Dieu qui nous montre nos fautes : nous ne nous voyons pécheurs qu’à la lumière de Dieu. Le pécheur est aveugle et sourd. Ainsi, quand on dit qu’on ne sait pas quoi confesser… on, ressent bien qu’il y a un souci avec la présence de la lumière divine en mon cœur.
Ainsi, cela devient une joie de voir ses fautes : cela prouve que Dieu est à l’œuvre en nous. Il travaille en nous, Il ne nous laisse pas tranquilles. Si nous les remarquons, c’est parce que nous avons commencé à changer, nous avons décelé que nous pouvions dépasser nos fautes.
Il n’y a qu’une chose que Dieu ne peut pas nous pardonner : si nous ne pardonnons pas à nous-mêmes et aux autres.
… à très bientôt pour une rencontre autour du Sacrement de la Miséricorde ! Amen !

La Contrition parfaite avec st Ignace voir Juge/ pardon qui est haine du péché / confiance en Dieu ↓
Paix et bonheur abbé Da rocha
Elie Jah Eloise
Ou plutôt… si tout le monde reconnaissait ses fautes ses indigences, et son ignorance, beaucoup d’âmes iraient au Ciel !!!!! Petit clin d’œil à CERTAINTES ÂMES qui se prennent pour des « SAINTES ».
Sainte Blandine
Excellent. Si tous les prêtres étaient comme lui, beaucoup d'âmes iraient au Ciel.
jili22
C'est si important !