Brigitte Marie Michellod
149

Per Ipsum « Domine, ad quem ibimus? Verba vitae aeternae habes. » Jn 6,68

Dimanche 21 Novembre

Dernier Dimanche après la Pentecôte


Évangile selon saint Matthieu 24,15-35.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Quand vous verrez, présente dans le lieu saint, l'abomination de la désolation dont vous a parlé le prophète Daniel, — que le lecteur comprenne ! —
alors, que ceux qui seront dans la Judée s'enfuient dans les montagnes ;
que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas prendre ce qu'il y a dans sa maison ;
et que celui qui sera dans les champs ne revienne pas en arrière pour prendre son manteau.
Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !
Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat ;
car il y aura alors une grande tribulation, telle qu'il n'y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, et qu'il n'y en aura plus.

Et si ces jours n'avaient été abrégés, nul vivant n'échapperait ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
Alors, si quelqu'un vous dit : " Voici le Christ ici ! " ou " là ! " ne le croyez point.
Car il s'élèvera de faux christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu'à induire en erreur, s'il se pouvait, les élus mêmes.

Voilà que je vous l'ai prédit.
Si donc on vous dit : " Voici qu'il est dans le désert ! " ne partez point ; " Voici qu'il est dans le cellier ! ", ne le croyez point.
Car, comme l'éclair part de l'orient et apparaît jusqu'à l'occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.
Où que soit le cadavre, là se rassembleront les aigles.
Aussitôt après la tribulation de ces jours, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera pas sa clarté, les astres tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.

Alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l'homme, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec grande puissance et gloire.
Et il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

Du figuier apprenez cette comparaison : dès que sa ramure devient tendre et que ses feuilles poussent, vous savez que l'été est proche.
Ainsi, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que l'événement est proche, aux portes.
Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.


Extrait de la Bible catholique traduite par le chanoine Crampon
St Gélase Ier

Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157)
abbé cistercien
1er Sermon pour l'Avent, SC 166, Cerf, p. 101

« Sachez que le Royaume de Dieu est tout proche »
Seigneur Jésus, grâces te soient rendues ! Nous sommes devant toi, nous t'attendons ! Non pas Élie le Prophète, pour qu'il vienne nous faire descendre, mais toi, notre Seigneur, pour que tu viennes nous prendre.
« Encore un peu de temps ! » (Jn 16, 16) Ainsi fais-tu promesse sur promesse ; mais moi, une fois pour toutes, j'ai fait confiance à tes promesses. Pourtant, viens en aide à mon incrédulité pour que, demeurant là, je t'attende, je t'attende encore, jusqu'à ce qu'enfin je voie ce que je crois.
Oui, je le crois, « je verrai les biens du Seigneur, sur la terre des vivants. »
Et toi, le crois-tu ? Alors, attends le Seigneur, agis avec virilité, que ton cœur se fortifie, qu'il attende avec patience le Seigneur ! Car, dit l'Ecriture, « Malheur aux hommes qui ont perdu patience et qui se sont égarés dans des voies mauvaises ! »
Que feront-ils quand le Seigneur
commencera son examen ? S'il prescrit une longue patience, il promet cependant de venir « bientôt ». C'est que tantôt il nous forme à la patience, et tantôt il réconforte les découragés ; il effraie les négligents, il active les paresseux. « Voici que je viens bientôt ! » dit-il. « Ma récompense est avec moi, je vais rendre à chacun selon ses œuvres. »

Et parlant à Jérusalem, il ajoute : « Bientôt viendra ton Salut ! Pourquoi te laisser consumer par la douleur ? »
C'est vrai, le temps est court, surtout pour chacun d'entre nous, bien qu'il semble long à qui se consume soit de peine, soit d'amour... Il viendra, il viendra certainement ce Seigneur ! L'objet de notre crainte et de notre désir, le repos et la récompense de ceux qui peinent, le bonheur de tous, Jésus Christ, notre Sauveur !