Clicks527
fr.news
2

Sarah : le coronavirus a paniqué la modernité triomphante

Le cardinal Robert Sarah regrette que l'Église se soit engagée dans la lutte pour un "monde meilleur".

Il a expliqué à LeFigaro.fr (19 mai) qu'en conséquence, l'Église se bat maintenant pour l'écologie, la paix, le dialogue, la solidarité et une répartition équitable des richesses.

Sarah admet qu'il s'agit là de causes "justes" mais observe que ce n'est pas la responsabilité première de l'Église car sa "seule raison d'être" est la foi [ou : la liturgie].

Pour lui, le coronavirus a révélé une "maladie insidieuse" qui ronge l'Église car, dans cette crise, Elle s'est comportée comme une "institution mondaine".

Mais le coronavirus a aussi montré l'effondrement d'une modernité triomphante face à la mort, observe Sarah, "elle est paralysée par la peur de la mort". Et, "Il ne résoudra jamais l'énigme de la mort. La foi seule a la réponse".

Sarah est consciente que les promesses de la technologie permettent d'oublier la peur "pour un instant", mais au final ces promesses "se révèlent illusoires quand la mort frappe".

Image: Robert Sarah, © Mazur, CC BY-NC-SA, #newsKjcnasytlq

Elie M.
Le titre est trompeur. En réalité, il faut écrire : la socio-ingénérie a utilisé la peur immédiate de la mort à grande échelle. Il n'y a pas de défaite de la modernité mais l'application de manipulations médiatico-politiques mondiales.
Sur de nombreuses radios officielles, c'est tous les jours qu'on entend maintenant qu'une "seconde vague" de virus va arriver. Pour entretenir la peur.
La peur …More
Le titre est trompeur. En réalité, il faut écrire : la socio-ingénérie a utilisé la peur immédiate de la mort à grande échelle. Il n'y a pas de défaite de la modernité mais l'application de manipulations médiatico-politiques mondiales.
Sur de nombreuses radios officielles, c'est tous les jours qu'on entend maintenant qu'une "seconde vague" de virus va arriver. Pour entretenir la peur.
La peur rend esclave. Jésus est venu nous affranchir de la peur.
Gérard de Majella
Mais le concile Vatican II n'est il pas une maladie insidieuse sœur du coronavirus , l'un ne vas pas sens l'autre , cher Cardinal Robert Sarah .