Clicks1K
fr.news

Becciu a deux options dans son procès

Dans le procès contre le cardinal Becciu, qui était le bras droit de François, "le verdict semble déjà décidé", écrit Vik van Brantegem sur Korazym.org (27 juillet).

Le 25 juillet, les avocats de Becciu ont déclaré que leur client "totalement innocent" aura l'occasion "de le prouver". Dans un procès normal, c'est la culpabilité qui doit être prouvée, pas l'innocence

Becciu est le premier cardinal de l'histoire de l'Église qu'un pape a voulu faire juger par un juge laïc. Les accusations portées contre lui ont d'abord été diffusées par les journaux des oligarques avant que Becciu ne les voie.

Selon Renato Farina (Libero.it, 27 juillet), la procédure du procès "semble être tirée d'un manuel hérité de l'Inquisition espagnole."

Les procureurs ont admis que "le Saint-Père" les a autorisés à adopter toute mesure de précaution pour établir les faits, même à ignorer les règles en vigueur. Farina traduit : Les procureurs sont au-dessus de toute loi.

Farina doute que l'Italie, la Suisse et le Royaume-Uni auraient collaboré avec le Vatican, s'ils avaient su cela. La contradiction entre les paroles de François et "ses actions en tant que monarque absolu" annule les progrès accomplis depuis Pie XI, commente Farina.

Même un partisan de François, comme l'historien de l'Église Alberto Melloni, a écrit sur Repubblica.it que "le roi François, en abdiquant l'Évangile, a soumis Becciu à une crucifixion par précaution."

Maintenant, Becciu a deux options : soit trahir le secret papal qui lui est imposé, soit se livrer à son juge.

Image: Angelo Becciu, © Mazur, CC BY-NC, #newsObrnoyfdel