3
4
1
2
Clicks350

2008_5_ita_3

dmt
31
Exhumation de Saint Padre Pio Page 1 Le tribunal ecclésiastique et la commission d'experts. de gauche à droite : M. Giovanni Valerio, assistant ; Dr Nazzareno Gabriell, expert du Vicariat de Rome ; …More
Exhumation de Saint Padre Pio

Page 1

Le tribunal ecclésiastique et la commission d'experts. de gauche à droite : M. Giovanni Valerio, assistant ; Dr Nazzareno Gabriell, expert du Vicariat de Rome ; Dr Orazio Pennelli, médecin légiste ; Don Michele Nasuti, promoteur de justice ; Mgr. Domenico Umberto D'Ambrosio, archevêque de Manfredonia-Vieste-San Giovanni Rotondo ; Frère Francesco Dileo, notaire actuaire ; Frère Francesco D. Colacelli, délégué de l'Archevêque ; Docteur Nicola Silvestri, médecin légiste ; Docteur Michele Bisceglia, anatomopathologiste ; M. Nicola Palazzo, assistant technique ; Docteur Luigi Pacili, directeur médical, « Casa Sollievo della Sofferenza ».

Page 2

Nazzareno Gabrielli est un expert du Vicariat de Rome pour la conservation des saints et biochimiste en service au Saint-Siège. Il a déjà traité les corps de nombreux saints et bienheureux, parmi lesquels Jean XXIII, Pie IX, Pie X, Don Luigi Orione, les époux Beltrame-Quattrocchi, Claire d'Assise, Jean de la Croix et Francesca Saverio Cabrini.
Dans quelles conditions le corps de Padre Pio a-t-il été retrouvé ?
Les téguments sur son visage étaient tous là. Les fosses orbitales et les ailes nasales ne sont évidemment jamais retrouvées, mais nous avons trouvé les pavillons auriculaires, les lèvres, la barbe et la moustache.
La tête, le tronc et le bassin étaient en bon état, avec une altération tissulaire limitée par l'humidité. Pour la même raison, les membres, en particulier les membres inférieurs, étaient détériorés. Cependant, le traitement a permis la récupération complète de tous les téguments. Je dois toutefois ajouter qu'il y a une chose qui a étonné tous les membres du comité pendant le traitement : l'absence totale d'odeurs.
Comment s'est formée l'humidité, étant donné que Padre Pio était dans une triple boîte de fer, de bois et de zinc ?
L'inhumation a eu lieu dans un sépulcre de plâtre encore frais. De plus, l'environnement n'étant pas isolé et il est fort probable que le remblai environnant était également humide, ce qui a aidé à faire passer l'eau dans le plâtre. Lorsqu'il a été enlevé, le cercueil était complètement mouillé, à tel point qu'il y avait des trous dans le cercueil. Le bois est un matériau absorbant et les planches du cercueil étaient complètement imbibées d'eau. La couche d'intérieur en zinc était partiellement corrodée et oxydée. De plus, les housses de rembourrage du cercueil, du coussin et du matelas étaient complètement mouillées. De plus, la température a diminué à l'intérieur de la niche, en particulier sous l'effet de l'alternance nuit/jour, ce qui a amené l'humidité, naturellement présente dans tout l'environnement à l'état de vapeur, pour former la condensation. Ce phénomène s'est produit non seulement à l'intérieur de la tombe, mais également à l'intérieur du cercueil.
Comment cela a-t-il affecté votre corps ?
Avant tout, les vêtements étaient mouillés. Par ailleurs, le pourcentage de vapeur d'eau à l'intérieur de la boîte était très élevé. C'est comme si le corps avait été presque toujours immergé dans l'eau, avec les conséquences imaginables sur les tissus mous. Mais il faut dire que c'est l'eau qui a maintenu compacts ces téguments qui, dans un environnement complètement sec, se seraient pulvérisés.
Quelle aurait donc dû être la condition idéale pour une conservation parfaite ?
L'inhumation n'est pas faite pour la conservation des corps. Les matériaux utilisés sont ceux prescrits par la loi sur les cimetières. La meilleure façon est celle utilisée pour les papes : le bois à l'intérieur, possiblement du conifère ou du cyprès comme pour les papes, donc balsamique, et le métal, imposé par la loi, à l'extérieur et séparé par un espace de quelques millimètres. Ensuite, si vous le souhaitez, vous pouvez avoir un revêtement externe supplémentaire en chêne.

Page 3

Quelle était donc votre tâche ?
Celle de sortir le corps du cercueil sans causer le moindre dommage par le déplacement. Pour cette raison, après un traitement avec une solution à haute concentration de formol dans l'alcool, qui a eu un effet stérilisant et stabilisant du point de vue de sa solubilisation, nous l'avons protégé avec une sorte de moule, obtenu avec de grandes gazes, trempées dans la paraffine. Celles-ci, en se solidifiant, ont créé une protection rigide autour du corps, ce qui nous a permis de continuer le traitement sans risquer une éventuelle désolidarisation articulaire. Enfin, l'intervention de conservation a été perfectionnée à l'aide d'une solution à base de créosote, d'acide benzoïque et d'essence de térébenthine, qui a stabilisé davantage les téguments, les rendant inattaquables dans le temps par les micro-organismes et les polluants chimiques et physiques. Le corps ainsi traité était enveloppé dans des bandes, à l'exception de la tête et des mains, et revêtu de la robe de capucin, mitaines, chaussettes, sandales et étole. Ensuite, il a été posé sur un matelas en plexiglas, avec la face supérieure perforée et à l'intérieur deux conteneurs contenant des granulés de gel de silice qui servent à stabiliser l'humidité, recouvert d'un tissu en velours. Le tout a été placé dans une urne « visarm » en verre ultra clair, dans laquelle l'air a été remplacé par de l'azote, ce qui permet d'éviter tout processus d'oxydation et d'inhiber le développement d'une microflore bactérienne et fongique aérobies et d’œufs d'insectes qui se trouvent parfois dans les tissus, notamment ceux de laine.
Avez-vous remarqué des stigmates dans les mains, les pieds et le côté ?
Objectivement, nous n'avons rien détecté sur le corps.
D'autres reconnaissances seront-elles nécessaires ? Et finalement, dans combien de temps ?
Si les conditions d'éclairage, de microclimat, température et humidité restent les mêmes, théoriquement un traitement supplémentaire peut ne pas être nécessaire.
Que ressent-on lorsqu'on traite le corps d'un saint tant aimé par des millions de personnes dans le monde entier ?
Je ne cacherai pas le fait que la pensée de devoir me consacrer à ce travail m'a empêché de dormir et que, parfois, j'ai trouvé dans la prière le bon moyen de surmonter l'émotion et surtout le sentiment d'indignité face à cette tâche. Une fois les opérations commencées, cependant, l'esprit était concentré sur les tâches à accomplir. Le moment émotionnel le plus fort a été, cependant, d'être devant le corps habillé après le traitement. À ce moment-là, nous revoyons Padre Pio.

Page 4

Orazio Pennelli est médecin légiste. Ancien directeur de la santé de la « Casa Sollievo della Sofferenza », il est aujourd'hui surintendant et directeur de l'espace santé de la Fondation « Istituto San Raffaele - G. Giglio » à Cefalù. Il est aussi l'un des huit fils de Pia Forgione, le seul neveu vivant de Padre Pio.
Y-avait-il un élément de l'état du corps de Padre Pio qui vous ait fait penser à quelque chose d'extraordinaire ou de préternaturel ?
J'espère ne scandaliser personne en disant que l'espoir humain, que chacun de nous nourrit intimement, je crois, de trouver son corps incorruptible ou du moins d'y découvrir un signe surnaturel, a été déçu. Malheureusement, les transformations naturelles, qui ont respecté son apparence humaine, ont effacé toute trace des « sceaux sacrés » que le Seigneur avait imprimés sur « ce corps » qui depuis un demi-siècle renferme « l'essence véritable de la Croix » et qui a été le « creuset de l'immense dons spirituels ».
Au-delà de ce premier constat, qui a engendré un profond bouleversement émotionnel à l'intérieur de moi, il y a eu de nombreuses réflexions qui, avec le déroulement des opérations de reconnaissance, se sont accumulées dans mon esprit.
Souvenez-vous du message marial « Offrez, souffrez en silence ! » reçu de Mère Marie Élue de Jésus, et contemplant le corps mortel de saint Pio, je lui ai spontanément dit en secret : « Tu as offert, tu as souffert et maintenant tu es silencieux ! Tu as offert ta vie entière pour les autres ! Pour votre don gratuit, vous avez souffert des douleurs, morales et physiques, que l'on ne peut nier sous le poids de la « croix » qui a eu une place centrale dans votre vie et qui « ne peut être comprise ou apprise si elle ne porte pas cette douleur et ne s'en approche pas » (Madre Maria Eletta di Gesù).
Cette croix que tu as portée sur tes épaules toute ta vie, bien conscient que, de toute façon, « La souffrance disparaîtra, mais ce qui suivra ne finira jamais ». De ces souffrances aujourd'hui, nous n'avons pas trouvé de traces matérielles sur votre corps, qui a fini de remplir sa mission salvatrice pour nous tous. Mais ce qu'il reste de toi est quelque chose de plus puissant que ces signes que notre fragilité et notre curiosité humaine auraient aimé voir, à savoir.. : la grande force de votre héritage spirituel ».
Tel est le message puissant qui émane de plus en plus intensément de ce Sépulcre.
C'est un message que j'ai eu la grâce de saisir directement. Et aussi pour cela, je remercie Dieu. Je le remercie toujours et aussi pour ce dernier grand cadeau reçu, pour lequel je me demande toujours pourquoi il m'a choisi. Peut-être parce que j'avais besoin de fortifier ma foi ou peut-être pour confirmer que « le Seigneur choisit ce qui est insensé dans le monde... faible... ce qui n'est rien.... Que personne ne se glorifie devant lui » (1 Corinthiens 1, 27-29).
Et même maintenant, je n'arrête pas de dire : « Merci, Padre Pio ! Une fois de plus tu m'as manifesté un signe tangible de prédilection, déterminant en moi un séisme spirituel bénéfique et transformant en réalité ce désir secret que je nourris depuis 40 ans : participer aux opérations d'exhumation de ton corps. Vous m'avez écouté à nouveau cette fois-ci, comme vous l'avez fait tant d'autres fois et en particulier le 15 septembre 1968, lorsque vous m'avez orienté vers un chemin professionnel qui m'a permis aujourd'hui de vivre cette expérience privilégiée qui, je le croyais, allait me conduire à redécouvrir votre corps incorruptible. Au lieu de cela, tu m'as …
DDFG5
Isodoro Matamoros : la tombe du Padre Pio était vide? comment ça se fait? merci
Ils vont bien nous trouver un truc alambiqué pour nous enfumée ,je ne crois plu rien venant de ces gens là .
jili22 likes this.
Isidoro Matamoros
La revue Chiesa Viva disait que la tombe était vide. Le "corps" vénéré du Padre Pio tel qu'on voit maintenant, est une poupée !

PADRE PIO – una tomba vuota? – page 12
gerard57 likes this.