Clicks407
fr.news
3

Le docteur Jérôme Lejeune sur le chemin de la sainteté

François a reconnu le 21 janvier les vertus héroïques du généticien français Jérôme Lejeune (+1994) ce qui ouvre la porte à la béatification de Lejeune.

Lejeune a découvert en 1958 que le syndrome de Down était causé par une copie supplémentaire du chromosome 21. Le fait que cette découverte ait été utilisée pour tuer des enfants handicapés a affligé Lejeune et a fait de lui un partisan actif de la vie.

Il s'est opposé à la meurtrière loi française sur le voile qui, en 1975, "autorisait" l'avortement des enfants français. Après avoir reçu le prix Allan, Lejeune a explicitement remis en question la moralité de l'avortement et a ensuite écrit à sa femme : "Aujourd'hui, j'ai perdu mon prix Nobel de médecine".

En 1975, Lejeune a rencontré Wanda Poltawska, 99 ans, une amie du futur Jean-Paul II, qui a fait la connaissance de Lejeune et en a fait le premier président de l'Académie pontificale pour la vie, qui a ensuite été transformée par François en son opposé.

En 1997, Jean-Paul II s'est rendu sur la tombe de Lejeune à Châlo-Saint-Mars.

#newsInnrczbora

Théophile Maizière
Quelle est la valeur d'une canonisation dans cette fausse Eglise ? Il sera "saint" comme Jean XXIII bis et Paul VI, les fossoyeurs de l'Eglise.
Verminator
Exactement, la canonisation par des modernistes hors de l'Eglise ne vaut rien du tout.
Verminator
Comme l'Église est infaillible dans ses canonisations, et que les modernistes ont "canonisé" des hommes hérétiques (dont Jean-Paul II), cela prouve que les modernistes ne font pas partie de l'Eglise. S'ils en faisaient partie, justement ils n'auraient jamais canonisé des hérétiques, qui, ne croyant pas les vérités de foi, sont condamnés à l'enfer (cf. Marc XVI, 16)