ok.ru/video/2492198357614 plus articles , photos, 2 liens de sites et une magnifique prière

Ce film noir et blanc est un bijou, la reconstitution du procès est authentique et provient de sources historiques, ce sont vraiment les paroles prononcées par Sainte Jeanne d'Arc et par ses accusateurs, l'actrice est merveilleuse , elle ne surjoue pas , les autres acteurs sont aussi très bons. je pense que chaque français devrait voir ce film du procès de la sainte patronne secondaire de la fille aînée de l'Eglise. Bien sûr en ce temps là les gens s'exprimaient en vieux français , je vous mets le lien de deux sites dont voici l'épilogue du premier : Epilogue : Qui était Jeanne d'Arc ? La vérité de l'histoire
La journée du 30 mai 1431 s’acheva de façon bien sinistre dans la bonne ville de Rouen. Pourtant les Anglais auraient dû avoir bien grande joie car leur pire ennemie était morte. Le bourreau qui avait été convoqué pour la torturer dans le donjon de Rouen rapporte ceci :
" Une fois dans le feu, elle cria plus de six fois : Jésus ! Et surtout en son dernier souffle, elle cria d’une voix forte : Jésus ! Au point que tous les assistants purent l’entendre ; presque tous pleuraient de pitié. "

Un maçon qui avait effectué plusieurs travaux dans le château où Jeanne fut emprisonnée et jugée et qui l’avait vue plusieurs fois, raconte également :

" J’ai entendu dire que maître Jean Tressart, secrétaire du roi d’Angleterre, revenant du supplice de Jeanne, affligé et gémissant, pleurait lamentablement sur ce qu’il avait vu en ce lieu et disait : nous sommes tous perdus, car c’est une bonne et sainte personne qui a été brûlée ; et qu’il pensait que son âme était entre les mains de Dieu
et que, quand elle était au milieu des flammes, elle avait toujours clamé le nom du Seigneur Jésus. " Le sens profond de la vie de Jeanne s’exprime ainsi dans ses derniers instants.
Dans le film Ste Jeanne d'Arc ne le prononce qu'une seule fois ce qui n'est pas exact.

Le deuxième lien concerne notamment le procès détaillé de Ste Jeanne d'Arc en vieux français mais aussi en français et latin et vous connaitrez pratiquement tout de sa vie. stejeannedarc.net Il y a trop de rubriques et le contenu est trop dense , il vous faudra choisir ce qui vous intéresse le plus et qui est bien sûr différent selon chacun et chacune.
Dans la bibliothèque numérique vous découvrirez des chefs d'oeuvre


Prière à Sainte Jeanne d’Arc

O Jeanne d’Arc,

Toute pieuse et toute charitable,
Formée par les Saintes du Ciel,


Secondée par Saint Michel et ses Anges,

Vous êtes la Gloire du Christ-Roi,



Vous êtes l’honneur de la Patrie !

Vous êtes notre Joie !

O notre « bien-aimée Jeanne »,

O Vierge guerrière dont les Victoires

Couronnaient les Saintes Vertus ;

O chaste Pucelle,

Victime consumée pour la France chrétienne,

Délivrez-la de ses Ennemis

Du dedans et du dehors,

Et rendez-la au Sacré-Cœur de Jésus !

Avec Jeanne, parmi les flammes,


Mon Dieu, je vous aime,

Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur,

Mon Dieu, je vous aime de toute mon âme,

Mon Dieu, je vous aime de tout mon esprit,


Mon Dieu je vous aime de toute ma force !


ers neuf heures, Jeanne, qui avait repris l'habit de femme, sortit de prison pour se rendre à la place du Vieux-Marché. Elle allait au jugement, mais c'était à la mort, et tout l'annonçait dans l'appareil dont elle était environnée. Sa sentence était d'avance écrite sur son front : elle était coiffée d'une mitre où on lisait ces mots : hérétique, relapse, apostate, idolâtre. Sept à huit cents hommes marchaient autour d'elle, portant glaives et bâtons, « tellement qu'il n'y avoit homme qui fût assez hardi de parler à elle, excepté frère Martin Ladvenu et maître Jean Massieu (le confesseur et l'huissier). » Jeanne ne cherchait point à contenir sa douleur. Elle pleurait..., larmes respectables, qui ne trahissaient point la sainteté de sa cause : en montrant en elle la faiblesse de la femme, elles témoignaient d'où lui était venue la force qui l'avait soutenue dans sa mission. Elle pleurait, se recommandant à Dieu et aux saints; et tout le peuple pleurait avec elle. Nicolas Loyseleur lui-même ne put tenir à ce spectacle. C'était en lui que Jeanne s'était fiée le plus, l'accueillant comme un compatriote, l'écoutant comme un conseiller, le suivant comme un directeur; et on a vu comment, jusqu'à la fin, il avait trompé sa confiance. Lorsqu'il vit qu'on la menait mourir, il sentit le remords, et se précipita vers la charrette pour lui demander pardon : mais les Anglais le repoussèrent avec menaces, l'appelant traître, parce qu'il ne l'était plus. Ils l'auraient tué, sans le comte de Warwick; et le comte lui déclara qu'il ne répondait pas de sa vie, s'il ne quittait Rouen au plus tôt (1).

ivre X - ROUEN - Le supplice
II - La place du Vieux-marché - p.284 à 293

Jeanne d'Arc - Henri Wallon - La place du Vieux-marché