Gloria.tv And Coronavirus: Huge Amount Of Traffic, Standstill in Donations
Clicks592

Nanga Parbat, l'ascension extrême (2010)

shazam
1
En 1957, à Villnöss, commune italienne germanophone du Trentin-Haut-Adige, Reinhold et Günther Messner, deux frères, n’ont qu’une idée en tête : escalader tout ce qui se présente. En 1970, les deux …More
En 1957, à Villnöss, commune italienne germanophone du Trentin-Haut-Adige, Reinhold et Günther Messner, deux frères, n’ont qu’une idée en tête : escalader tout ce qui se présente.

En 1970, les deux complices se joignent à l’expédition de Karl Maria Herrligkoffer et partent au Pakistan, à l’assaut du Nanga Parbat ("montagne nue" en sanscrit). Ses 8 125 mètres d’altitude ont coûté la vie à nombre de téméraires.
Il s’agit cette fois de l'aborder par la face sud, le réputé imprenable versant du Rupal.

Une fois le camp de base installé, la cordée progresse péniblement. Le chef Karl Maria Herrligkoffer, qui a échoué plusieurs fois dans cette ascension, se plaît à attiser les rivalités. Le mauvais temps rend la situation encore plus confuse. Pourtant les deux frères Messner réussiront, seuls, à se hisser jusqu’au sommet.
Mais en redescendant sur l’autre versant, un drame se produit…
shazam
Propagande nazie, avalanches et attentat taliban : le Nanga Parbat, la "montagne tueuse" qui dévore les alpinistes (Extraits d’un article sur francetvinfo.fr, Accès article en entier en cliquant sur le lien en bas)
Du haut de ses 8 125 mètres, le Nanga Parbat est l'un des sommets les plus redoutés des alpinistes chevronnés. Soixante-douze personnes ont perdu la vie en tentant l'ascension et onze …More
Propagande nazie, avalanches et attentat taliban : le Nanga Parbat, la "montagne tueuse" qui dévore les alpinistes (Extraits d’un article sur francetvinfo.fr, Accès article en entier en cliquant sur le lien en bas)
Du haut de ses 8 125 mètres, le Nanga Parbat est l'un des sommets les plus redoutés des alpinistes chevronnés. Soixante-douze personnes ont perdu la vie en tentant l'ascension et onze autres ont été tuées lors d'un attentat perpétré dans l'un de ses camps de base, en 2013.

Franceinfo retrace l'histoire de la terrible "montagne tueuse", à travers quatre événements.
(I) La "montagne du destin", obsession des alpinistes nazis (Voir article sur le site)
(II) L'entêté Hermann Buhl, premier homme à vaincre le Nanga Parbat (Voir article sur le site)

(III) L'ascension dramatique des frères Messner (le sujet de ce film)

(IV) Un carnage perpétré par les talibans (ce sujet n’est pas traité par ce film)
La triste histoire du Nanga Parbat ne tient pas uniquement aux accidents survenus sur ses flancs escarpés. La montagne se dresse dans le Cachemire, une zone disputée du nord du Pakistan qui sert aussi de base arrière à certains groupes musulmans extrémistes, rappelle Le Parisien. Des tensions qui ont tourné au drame dans la nuit du 22 juin 2013.

En début de soirée, Zhang Jingchuan installe sa tente au pied du versant Diamir. Soudain, seize hommes armés, déguisés en militaires pakistanais, font irruption au milieu du camp de base. L'alpiniste chinois, pieds nus et seulement habillé de sous-vêtements protégeant du froid, est menotté. Il rejoint une dizaine de touristes étrangers et un Pakistanais chiite, tous attachés et à genoux. Les autres Pakistanais du camp ont, eux, été rassemblés dans une tente à l'écart et sommés de rester calmes jusqu'au départ des assaillants, rapporte le Guardian (en anglais).

Durant les premières minutes, les otages croient à une attaque de brigands. Mais les assaillants détruisent les ordinateurs qu'ils trouvent. "Après qu'ils eurent fouillé tout le monde, le massacre a commencé", témoigne Zhang Jingchuan. Onze personnes sont abattues froidement par des tirs de kalachnikov. Une balle est tirée en direction de la tête de l'alpiniste chinois. Elle frôle son crâne, lui entaillant le cuir chevelu. Zhang Jingchuan perd connaissance.

Lorsqu'il reprend conscience, quelques instants plus tard, il tente le tout pour le tout. Parvenant à libérer ses mains, il s'enfuit dans le noir et se cache dans un fossé à 30 mètres du camp. L'alpiniste reste caché durant quarante longues minutes, grelottant de froid, pendant que les assaillants tentent de le retrouver. Il finit enfin par réussir à ramper jusqu'aux tentes, pour trouver des vêtements chauds et un téléphone satellite. Il donne l'alerte. Les militaires pakistanais interviennent par hélicoptère dès le lever du jour. Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) revendique le carnage, en représailles à une attaque de drone américaine qui a tué son numéro 2, indique www.montagnes-magazine.com/blog-attentat-c….

La mort d'un Américano-Chinois, deux Chinois, trois Ukrainiens, deux Slovaques, un Lituanien, un Népalais et leur guide pakistanais n'a pas découragé les alpinistes, relève L'Express. Ils continuent de tenter l'ascension de la "montagne tueuse", année après année, malgré les risques naturels et terroristes. Lorsqu'ils ont réussi la première ascension du Nanga Parbat en hiver, en février 2016, Alex Txikon, Ali Sadpara et Simone Moro étaient toutefois escortés par des policiers lourdement armés.
le Nanga Parbat, la "montagne tueuse" - Franceinfo
-
2 Photos du film.
La troisième photo date du 16 février 2016, et n'est pas extraite de ce film : suite au carnage des talibans, les alpinistes sont dorénavant sous protection policière.