Eiche
1129.1K
Catholique et Français
@Esprit de Vérité : bravo et merci à vous, vous portez bien votre nom ! Il est absolument hallucinant qu'à notre époque, les Vérités les plus élémentaires et les mieux connues soient niées avec une telle véhémence !!! Veulerie ? Vice ? Lâcheté ? Bêtise ? Oui, nous sommes bien dans la période de "désorientation diabolique" ! 👍
Esprit de Vérité
@Sarah droits de l'Homme

Laissez moi deviner, êtes-vous homosexuelle ? Cela pourrait expliquer que plutôt que lutter contre le péché et le grave désordre qu'est l'homosexualité, vous préfériez tenter de l'intégrer dans la morale catholique, en proposant "échanges et débats démocratiques"... (pardon mais la république et l'église catholique sont deux "terrains" de débats bien différenciés), …More
@Sarah droits de l'Homme

Laissez moi deviner, êtes-vous homosexuelle ? Cela pourrait expliquer que plutôt que lutter contre le péché et le grave désordre qu'est l'homosexualité, vous préfériez tenter de l'intégrer dans la morale catholique, en proposant "échanges et débats démocratiques"... (pardon mais la république et l'église catholique sont deux "terrains" de débats bien différenciés), bien qu'il semble être dans "l'air du temps" et de bon ton chez certains prélats d'aller dans ce sens....

Sachez donc, si tel est le cas (je rappelle que ce n'est qu'une supposition de ma part), que l'Eglise n'a pas pour habitude de rejeter les pécheurs, Jésus lui-même étant venu pour sauver ce qui était perdu, l'appeler au repentir et à la conversion.

En revanche, l'Eglise est très claire sur la question de l'homosexualité et l'abomination que représente le mariage homosexuel alors que peut-il bien y avoir à "débattre" sur un site catholique où chacun est sensé avoir une soumission religieuse de l'intelligence et de la volonté au Magistère ? La question de l'amour entre deux personnes de même sexe ? L'amour a bien des facettes dont l'aspect sexuel est exclu, comme l'amour parental, l'amour fraternel, l'amour d'amitié etc... Donc il n'est pas question d'amour ici, mais d'attirance sexuelle entre deux personnes du même sexe et sur ce point, il n'y a pas à "défendre", tranquillement ou pas, ce que l'Eglise condamne.
Catholique et Français
à Madame "Sarah droits de l'Homme"
- Le mariage : c'est, et ce n'est pas autre chose, la concrétisation, sociale et religieuse, de l'amour entre un homme et une femme. Et le fruit normal de l'amour conjugal, dans une société saine, est évidemment la procréation.
- L'homosexualité : bien avant le "Catholicisme", l'homosexualité est en horreur aux Yeux même du Dieu des Juifs et des Chrétiens (…More
à Madame "Sarah droits de l'Homme"
- Le mariage : c'est, et ce n'est pas autre chose, la concrétisation, sociale et religieuse, de l'amour entre un homme et une femme. Et le fruit normal de l'amour conjugal, dans une société saine, est évidemment la procréation.
- L'homosexualité : bien avant le "Catholicisme", l'homosexualité est en horreur aux Yeux même du Dieu des Juifs et des Chrétiens (depuis l'Ancien Testament jusqu'à Saint Paul, alias Rabbi Shaoul). Il n'y a même pas besoin d'être Catholique pour dire cela, il suffit de lire la Bible...
Un enfant sortant du catéchisme sait -en principe- tout cela !!! (il est vrai que je ne connais ni votre âge ni votre niveau intellectuel).
Pour en finir avec vous, laissez-moi vous dire que vos menaces voilées ne m'impressionnent pas le moins du monde (c'est l'argument des gens qui n'en ont pas !) et que votre allusion, dans ce contexte, à la paille et à la poutre, est tout à fait déplacée et donc grotesque. Je dirai un Notre Père et Un Ave afin qu'Ils vous ouvrent les yeux. Sur ce, salut !
Sarah droits de l'Homme
Cher Catholique et Français, je ne savais qu'il fallait un agrément particulier pour donner son avis ici. J'avais l'impression être sur un site généraliste catholique (dont la racine grecque veut dire "universel", est-il besoin de le rappeler?). Je défends un point de vue certes non partagé par notre Eglise dans son Cathéchisme et sa non remise en compte persistante, mais je le défends …More
Cher Catholique et Français, je ne savais qu'il fallait un agrément particulier pour donner son avis ici. J'avais l'impression être sur un site généraliste catholique (dont la racine grecque veut dire "universel", est-il besoin de le rappeler?). Je défends un point de vue certes non partagé par notre Eglise dans son Cathéchisme et sa non remise en compte persistante, mais je le défends tranquillement.
Provocation, non mais juste proposition d'échanges et de débats, ça se fait, sur un site démocratique.
Bêtise, je ne vous permets pas.
Et Trollage, je pense que si les propos dérapent, je transmettrais en effet ce lien à tous mes amis homos (vous savez? Ceux qui fonctionnent en communautarisme! Bouuuh!! Parce que vos propos ne sont pas communautaires, en plus d'être irrespectueux et intolérants, bien sûr! La poutre et la paille dans son œil et dans celui du voisin, vous connaissez?).
Catholique et Français
Madame "Sarah droits de l'Homme" : que faites-vous sur ce site ? Provocation ? Bêtise ? Ignorance ? Trollage ? 😈
Sarah droits de l'Homme
C'est incroyable comme vous semblez oublier un aspect juste fondamental dans la constitution d'un couple, lequel n'est pas forcément basé sur la procréation... L'amour. Méconnaitre l'amour entre deux personnes, c'est avoir une bien piètre conception du couple, vous ne croyez pas? Acter l'Amour entre deux personnes par le mariage, je trouve ça simplement normal. LA procréation peut être le …More
C'est incroyable comme vous semblez oublier un aspect juste fondamental dans la constitution d'un couple, lequel n'est pas forcément basé sur la procréation... L'amour. Méconnaitre l'amour entre deux personnes, c'est avoir une bien piètre conception du couple, vous ne croyez pas? Acter l'Amour entre deux personnes par le mariage, je trouve ça simplement normal. LA procréation peut être le prolongmeent de l'amour entre ces deux personnes et cela est indiqué dans la conception même de notre mariage catholique, fondant une famille. Mais je ne vais pas parler ici de la construction même du mariage comme pacificateur social et moyen de domination des femmes. J'aimerai juste garder aujourd'hui la conception du mariage comme l'union sacrée entre deux individus qui s'aiment, s'engagent l'un envers l'autre, dans le respect et l'amour. Et cela peut très bien valoir pour le coup pour deux personnes de même sexe.
Qu'un enfant naisse de l'union d'un père et d'une mère, ce n'est pas la religion qui le dit mais bien la nature. Pour autant, si la procréation est naturelle, l'éducation est un processus social qui ne nécessite aucunement la biologie.
Cela n'est pas à occulter dans le cadre des repères donné à l'enfant, mais les repères sociaux sont relativement plus importants que les "acquis biologiques". La Bible parle à foison de procréation, bien. Mais l'amour, le respect de l'autre sont bien les valeurs qui y sont défendues. Parler de polygamie, c'est encore une fois un non-sens qui n'a absolument rien à voir avec la réalité de l'ensemble des couples homosexuels.
Resurection
Tugdual Derville 👏

merci Johannes Paulus secundo- c'est tout à fait ça.
Johannes Paulus secundo
04-11-2011
Homoparentalité, mode d’emploi
Par Tugdual Derville

Petit manuel de manipulation à l’usage de ceux qui veulent imposer à la France un « droit à l’enfant ».

Etape numéro 1 : Transgresser, discrètement


Ce qui est interdit dans l’Hexagone, il faut d’abord l’obtenir à l’étranger. Facile.
Pour les hommes, suivez l’exemple de Marc-Olivier Fogiel. Cette année, l’animateur a ramené avec …More
04-11-2011
Homoparentalité, mode d’emploi
Par Tugdual Derville

Petit manuel de manipulation à l’usage de ceux qui veulent imposer à la France un « droit à l’enfant ».

Etape numéro 1 : Transgresser, discrètement


Ce qui est interdit dans l’Hexagone, il faut d’abord l’obtenir à l’étranger. Facile.
Pour les hommes, suivez l’exemple de Marc-Olivier Fogiel. Cette année, l’animateur a ramené avec son compagnon une petite fille née aux Etats-Unis où ils avaient loué les services d’une mère porteuse. Une pratique strictement interdite en France au nom du droit de l’enfant et de celui des femmes. C’est pourquoi les anonymes ont intérêt à importer discrètement les petits. Il existe des filières pour cela. A signaler, pour les bas salaires, les prix compétitifs dans les pays émergents : des femmes pauvres feraient n’importe quoi pour sortir de la misère. Elles sont soldées.

Passons aux Françaises désirant enfanter sans s’imposer une relation sexuelle avec le père de l’enfant. Les options sont moins exotiques.
1/ Pour se passer définitivement du géniteur, se rendre en Belgique : on en reviendra enceinte des fameux bébés « Thalys », obtenus par insémination artificielle avec donneur. Il suffit là aussi de payer. Le donneur est oublié.
2/ A tenter, pour les aventurières, l’option bricolage procréatif avec seringue etc. L’affaire peut être montée dans nos frontières, par Internet et toujours sans relation sexuelle, avec un simple rendez-vous. Car des hommes en mal de paternité sont à la recherche de femmes homosexuelles pour concevoir « sans sexe » un bébé, puis se partager l’enfant.
A ce stade, restez discrets sur les techniques de conception. Elles ne sont pas très romantiques, même si l’actuel maire de Paimpol (Parti radical) se félicite en public d’avoir obtenu son fils grâce à une « généreuse collaboratrice » qui lui a donné ses ovocytes.
L’intérêt de l’enfant ? Chut ! N’en parlons pas pour le moment. Il doit s’effacer devant un désir irrépressible. Considérons donc qu’il n’est pas prouvé qu’un petit d’homme ait besoin d’un père et d’une mère. Peu importe que vous ayez privé délibérément un enfant de l’un ou de l’autre : il ne dit rien. Sa petite bouille de nouveau-né entouré de sourires béats fera fondre les critiques. L’affaire est dans le sac. Vous avez le beurre.

Etape numéro 2 : Mettre la France devant le fait accompli

Il vous faut l’argent du beurre. Sortez du bois !
Les enfants sont à dévoiler dans leur cocon de tendresse. A faire filmer et photographier sans modération.
Car le moment est venu de mettre la mère-patrie à contribution. C’est votre chance : elle est généreuse et ne pose pas de question indiscrète. Votre santé et celle de votre bébé « Thalys » seront suivies gracieusement, dès le début de la grossesse et jusqu’à l’accouchement.
Pour les bébés issus d’un bricolage procréatif, vous pouvez même réussir à faire entrer deux femmes et deux hommes en salle de naissance et partager à quatre le grand moment. Sympa d’impliquer les hommes si vous avez négocié avec eux la garde alternée. Rassurez-vous : personne n’osera vous reprocher de discriminer le nourrisson en prévoyant de le balloter entre deux foyers. Par ailleurs, ce serait jouer à la fée Carabosse que de prédire qu’il devra aussi endurer d’autres séparations, en cas de vie sentimentale chaotique des quatre heureux parents.
Si quelque mauvais ange tente une critique, renvoyez le presto à la proportion de couples hétéros en rupture ; ça lui clouera le bec. La priorité : c’est vous. Et l’essentiel, c’est qu’un beau bébé comble votre manque d’enfant.
Pour la suite, la République a bon dos : elle vous fera bénéficier de tout l’arsenal de ses prodigalités : assurance maladie, gratuité scolaire, tarifs préférentiels si vous profitez de l’avantage « monoparental » etc. A calculer au mieux.
Vous voilà avec l’argent du beurre. Il reste à conquérir la crémière.

Etape numéro 3 : Revendiquer la transgression

L’homoparentalité que vous avez organisée, en occultant l’intérêt de l’enfant, c’est le moment de la revendiquer… « dans son intérêt » ! Embobiner ainsi la société, c’est le coup de génie.
Mais pour gagner, il faut entrer dans cette bataille judiciaire et médiatique avec agressivité.
Si vos bambins sortent d’une mère porteuse, accusez « la France des droits de l’homme » de priver vos pauvres enfants d’état civil. D’en faire des apatrides. Criez que c’est inhumain.
L’enfant vient-il d’une insémination avec donneur ? Pour forcer la société à reconnaître qu’il doit avoir deux mamans, faîtes planer la menace de votre propre mort ou d’une séparation d’avec votre compagne. Votre objectif d’étape : obtenir pour elle la « garde conjointe ». Faite confiance à votre avocat pour monter un dossier béton et le médiatiser.
Surtout, n’ayez pas peur de vos contradictions. Avoir sciemment contourné la loi démocratiquement votée, qui vous gênait, ne vous empêche aucunement d’utiliser à fond les lois qui vous intéressent, et même de les manipuler à votre avantage. Au besoin, faîtes bien sentir que vous vous inscrivez dans le sens de l’Histoire. Laissez entendre que ce que vous désirez est « inéluctable » : c’est le meilleur moyen de le faire advenir. Intimidez vos adversaires en brandissant les lois anti-homophobie propres à les réduire au silence. Et s’ils les critiquent, mettez en avant la démocratie.
Si les Parlementaires semblent réticents, le concept d’homoparentalité peut pénétrer les cerveaux par des artifices juridiques voire judiciaires. Déjà, vous avez réussi à faire oublier qu’un enfant ne peut – pour le moment – être conçu que d’un homme et d’une femme. En attendant le clonage. Il vous a suffi d’occulter totalement le géniteur ou la génitrice. Mais attention, pas de gaffe ! Gardez-vous, pour toujours, de les nommer père ou mère biologique.

En réalité, ne vous inquiétez pas trop car vous avez des alliés : les personnes qui vivent une relation homosexuelle après avoir, en d’autres temps, procréé naturellement, dans le cadre de relations avec une personne de sexe opposé, parfois même d’un mariage en bonne et due forme, suivi d’un divorce. Ils sont incontestablement « parents » et se disent « homosexuels ». Ce sont les fers de lance de la notion d’ « homoparentalité ». Il faut les dire très nombreux, puisqu’ils sont incalculables… Par un tour de passe-passe, leur lobbying a réussi à faire accoler à une pratique particulière (l’homosexualité) une réalité antinomique : le fait de devenir parent. Peu importe que l’homoparentalité n’existe pas dans les faits (une relation homosexuelle restant inféconde), l’usage du mot a imposé la légitimité de votre revendication dans les esprits. Quand on dit que la parole est créatrice !

Etape numéro 4 : Passer à l’enseignement

Et ce n’est pas tout : il manque encore le sourire de cette crémière. L’homoparentalité triomphante, dont vous êtes les pionniers, il faut l’enseigner aux petits Français, sans tarder.
Grâce à vous, on peut dynamiter le modèle ringard d’une famille hétéro-centrée. C’est le parti socialiste qui le dit, et la majorité présidentielle hésite à lui résister. Les politiques détestent par dessus tout être suspectés d’homophobie. C’est un mot piège car il amalgame à l’idée de haine et de discriminations injustes dont peuvent souffrir des personnes homosexuelles toute opposition aux revendications politiques de leur lobby, à commencer par… l’homoparentalité. Amalgame pratique pour tuer la pensée. Arme fatale dans la guerre des mots.
Derrière ce paravent, constituez-vous en association. Inventez une folle statistique : 350 000 enfants concernés. Plus c’est gros, plus ça passe.
D’un coup de gueule, vous obtiendrez d’un ministre de l’Education nationale apeuré l’ajout de la mention « homoparentale » aux familles – notez bien le pluriel – étudiées dans une option de Terminale L. Pour commencer, acceptez d’entrer au lycée par cette petite porte. Vous connaissez le coup du pied passé dans l’ouverture…
Si un conservateur prétendait encore que le petit d’homme a besoin d’être élevé par un père et une mère, faites-lui le coup du choix truqué : il s’agit de mettre en scène un couple hétéro alcoolique qui tabasse sans arrêt ses pauvres gosses face à deux adorables homos qui les cajolent. En général, ça passe. Plus tard vous pourrez traduire en justice vos opposants. Patience.

Un dernier conseil. Vos enfants vont bien. Quoiqu’il arrive, c’est le discours officiel. Il ne faut pas s’en écarter si vous voulez garder l’avantage. Même à l’adolescence. Faites peser le moindre petit coup de blues des rejetons sur le compte de « l’homophobie ambiante ».
Et si, par malheur, l’un d’entre eux avait un jour le culot de vous reprocher de l’avoir privé d’un père ou d’une mère, prenez-le à part et expliquez-lui qu’il vous doit la vie. C’est-à-dire tout.
Dites-lui bien que contester la façon dont vous l’avez conçu reviendrait à remettre en cause son existence même. Ça le calmera.
Johannes Paulus secundo
Dieu a fait l'être humain "homme et femme", c'est ainsi que l'homme est à l'image de Dieu, et c'est ainsi que Dieu lui donne de pouvoir procréer.

Toute la base du mariage est là. Le mariage civil n'est qu'une copie anti-cléricale, anti-chrétienne et anti-religieuse tout court du mariage tel que Dieu l'a implicitement voulu. Rappelons que l'anti-cléricalisme napoléonien permet toujours au …More
Dieu a fait l'être humain "homme et femme", c'est ainsi que l'homme est à l'image de Dieu, et c'est ainsi que Dieu lui donne de pouvoir procréer.

Toute la base du mariage est là. Le mariage civil n'est qu'une copie anti-cléricale, anti-chrétienne et anti-religieuse tout court du mariage tel que Dieu l'a implicitement voulu. Rappelons que l'anti-cléricalisme napoléonien permet toujours au Gouvernement français de mettre en prison un prêtre qui célebrerait un mariage religieux avant le mariage civil.
Les lois protègent toutes les diversités socio-culturelles... à l'exclusion des chrétiens que l'on peut attaquer par tous les moyens, y compris en donnant raison au mariage homosexuel.

Alors pour le mariage homosexuel ou pour Dieu... il faut choisir son camp, et arrêter de vouloir tout et son contraire
One more comment from Johannes Paulus secundo
Johannes Paulus secundo
MARIAGE HOMOSEXUEL
ou
FOI EN DIEU,

IL FAUT CHOISIR !


Que des athées ou agnostiques puissent demander le mariage chrétien, c'est simplement une erreur. En effet, ce que les philosophes appellent la "Loi naturelle" - les "écologistes" ne devraient-ils pas s'y intéresser ? - montre qu'un couple stérile de par sa conformation (ne pas confondre avec la stérilité d'une personne) ne peut être …More
MARIAGE HOMOSEXUEL
ou
FOI EN DIEU,

IL FAUT CHOISIR !


Que des athées ou agnostiques puissent demander le mariage chrétien, c'est simplement une erreur. En effet, ce que les philosophes appellent la "Loi naturelle" - les "écologistes" ne devraient-ils pas s'y intéresser ? - montre qu'un couple stérile de par sa conformation (ne pas confondre avec la stérilité d'une personne) ne peut être voulu dans un univers où le couple ne justifie son existence que par sa fécondité.
Mais que des croyants en Dieu, qu'ils soient chrétiens, juifs ou musulmans, puissent réclamer le mariage des homosexuels, là c'est autre chose qu'une erreur philosophique : c'est une hérésie.
DIEU A FAIT L'HOMME, ET IL L'A FAIT HETEROSEXUEL
Voyons cet étonnant verset : Genèse 1,27 "Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa". Dans la même phrase, l'homme est évoqué au singulier en tant que genre humain unique à l'image de Dieu, puis au pluriel pour être évoqué en tant qu'existant selon deux sexes. Le fait que le singulier et le pluriel soient utilisés dans une même phrase signifie que la totalité de l'humanité réside dans le masculin et féminin et que cette totalité ne peut être représentée par un seul des deux sexes.
La phrase affirme même, par deux formules similaires mais croisées, que l'être humain est à l'image de Dieu, et que le fait qu'il soit séparé en deux sexes est secondaire. Mais la phrase veut aussi dire que ce sont ces deux "états" qui font que l'être humain est à l'image de Dieu. Non seulement parce que les richesses propres aux hommes d'une part et propres aux femme d'autre part trouvent leur origine en Dieu qui, possède toutes les richesses, mais surtout parce que l'être humain est plus proche de l'image originelle de Dieu lorsqu'il fait de la dualité homme/femme une image du potentiel de Dieu.
Car ce n'est pas l'être humain masculin seul ou l'être humain féminin seul qui est à l'image de Dieu. C'est l'être humain global. Dès lors que l'on élimine volontairement l'un des deux sexes, l'image de Dieu en l'homme est fragmentée, elle devient incomplète, et la vie de l'homme n'a plus rien à voir avec le projet de Dieu.
LE MARIAGE VISE LA PROCREATION
Genèse 1,27 (suite) : "Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre...". Depuis quand la sodomie est-elle féconde ??? Qu'on pardonne cet humour un peu "limite", mais sans doute Pierre Dac et Francis Blanche auraient pu dire "Par là je ne féconde pas grand-chose...". Il suffit d'y penser pour en avoir la nausée !!!
Tout le monde sait bien quel est l'avis de Dieu sur la question : l'histoire de Sodome serait-elle un compliment pour les pratiques homosexuelles ?
Un couple artificiel et stérile serait naturel ? On ne peut que rire en constatant que les "écologistes", attachés à protéger la procréation des oiseaux, ne pensent jamais à protéger la procréation de l'homme. Ils vont défendre l'existence de couples artificels qui ne peuvent procréer, et pendent ce temps trouvent que l'avortement est un acte non condamnable (on milite en faveur de l'avortement et de l'euthanasie, mais on fera tout pour sauver un chien de la mort ! Quand contradiction et débilité s'en mêlent...)
OU EST LA FAUTE ?
Alors évidemment se pose la question : un homosexuel est-il condamnable en raison de ce qu'il est ? Non. La réponse est claire : c'est non, trois fois non !
Seuls les actes sont des fautes, non pas les états. Homosexuel, c'est un état, ce n'est pas condamnable. Les pratiques homosexuelles sont des actes, elles sont condamnables.
ET LA LIBERTE ?
Elle reste totale ! Chacun est libre de croire ou de ne pas croire ; chacun est même fondamentalement libre de faire soit le mal soit le bien. L'Eglise se contente simplement de prévenir des conséquences selon le cas. Mais qu'on ne demande pas à l'Eglise de renier l'exemple donné par Dieu aux hommes. L'Eglise continuera à dire ce qu'elle dit, car elle ne peut qu'être d'accord avec ce qui est son fondement. L'Eglise ne peut donc que dire sa désaprobation totale devant le mariage civil homosexuel, qui est déjà contre nature.
DES HOMOSEXUELS TRICHEURS ET ANTI-DEMOCRATES
On ne peut pas non plus accepter ce militantisme qui tient à placer les homosexuels comme un troisième sexe (les allemands disent "genre", tour de passe-passe d'incultes), et qui amène beaucoup d'entre eux à devenir tellement pro-homos, qu'ils en deviennent anti-hétéros. On a même vu un certain abruti reprocher au Président d'Act-Up de ne pas être malade du sida (oui, vous avez bien lu !). Voilà où on en arrive.
Ainsi, il existe toute une frange d'homosexuels, ceux qui vocifèrent, qui promeuvent la gay-pride, qui se déguisent en religieuses lubriques (si ce n'est pas de l'incitation à la haine religieuse, qu'est-ce c'est ???), qui exigent que les valeurs classiques soient écrasées. Pendant ce temps, la majorité des hétéros, plus nombreux il me semble, tiennent à conserver les valeurs classiques. Mais la minorité homosexuelle veut imposer son point de vue de... minorité. Les mêmes vont aussi se prétendre démocrates. Contradiction, quand tu nous tiens !
ILLOGIQUE ET INCONSEQUENCE
Et qu'est-ce que c'est que que ces réformateurs de société qui se disent contre les valeurs classiques, mais qui les réclament pour eux ? Le mariage, institution ringarde, devait être concurrencée par le pacs. Le pacs a été obtenu, jettant ainsi un pavé dans la mare des affreux conservateurs. Les promoteurs du pacs avaient remporté une grande victoire, disaient-ils. Eh bien non, en fait ! Une fois le pacs obtenu, ils se sont aperçu que le mariage c'était mieux ! Ô triste déconvenue ! Alors maintenant ils veulent le mariage, cette institution arriérée qu'ils avaient auparavant tant voulu démoder. Il faudrait savoir !!!
Bon, qu'ils se rassurent. Les promoteurs du mariage gay n'ont finalement rien gagné. Il leur manque encore le mariage à l'église, le bouquet de la mariée à la Sainte Vierge, la robe blanche et les enfants d'honneur, bref, ce qui annonce le passage d'une vie familiale ordonnée à une autre vie familiale ordonnée. Ceci leur est inaccessible car ils luttent contre cette culture. Leur combat n'est pas fini, surtout contre le ridicule.
Sainte Croisade
Alain Escada a raison : des voix se sont déjà élevées pour légaliser les "unions multiples", autrement dit polygames.
Il n'y a donc rien d'exagéré ni de paranoïaque dans le fait de mettre en garde ainsi contre ce genre d'évolutions.