Clicks8
jili22

MÉDITATION POUR LE MARDI DES ROGATIONS

Qui est celui d'entre vous qui, ayant un ami, ira le trouver sur le minuit pour lui demander qu'il lui prête du pain ? (S. Luc, ch. 11)

I. Considérez la condescendance et la bonté ineffable du Fils de Dieu, qui se sert de la comparaison familière d'un homme pressé par le besoin et s'adressant à son ami, afin de mieux nous faire connaître combien grande est sa charité envers nous, et avec quelle confiance nous devons avoir recours à lui en nos nécessités.
Il y a néanmoins cette différence, que les amis du monde manquent souvent de constance en leur amitié, principalement quand il y va de leur intérêt : mais ce divin Sauveur nous a aimés jusqu'à la mort, et a daigné verser jusqu'à la dernière goutte de son sang pour notre salut.
Pensez donc combien grandes sont les obligations que vous avez à l'amour immense de ce Sauveur ; voyez quel sentiment vous devez en concevoir, quelle reconnaissance vous lui en devez témoigner.

II. Considérez que cet homme étant allé, au milieu de la nuit, demander à son ami quelque assistance, il trouva la porte fermée ; et néanmoins ayant insisté à heurter et à demander, il obtint tout ce qu'il désirait. Il est bien vrai que la porte du ciel est ouverte jour et nuit à nos prières ; on est toujours bien venu auprès de Dieu quand on demande le secours de sa miséricorde, pourvu que ce soit avec un cœur bien disposé.
Si quelquefois il ne vous exauce pas aussitôt que vous le désirez, s'il tarde à vous accorder l'effet de vos prières, vous ne devez pas pour cela perdre courage, mais, au contraire, persévérer dans l'oraison avec une ferme constance : s'il diffère de vous exaucer, ce n'est que pour vous rendre digne, par votre persévérance, d'obtenir plus que vous demandez, et de recevoir quelque grâce plus avantageuse que le sujet de votre prière.

III. Considérez l'efficace de la persévérance dans la prière, même envers ceux qui n'ont aucune volonté d'accorder ce qu'on leur demande, comme était ce méchant juge dont il est parlé dans l'Évangile ; lequel, quoiqu'il n'eût aucune crainte de Dieu ni des hommes, ne laisse pas pourtant de rendre justice à une pauvre veuve, seulement à cause qu'elle venait tous les jours le solliciter et presser pour ce sujet. Si cette persévérance a tant de vertu et de force envers les méchants, que ne fera-t-elle point envers celui qui est bon par essence, et qui a infiniment plus de désir et de volonté de nous communiquer ses dons et ses grâces, que nous n'en avons nous-mêmes pour les lui demander !
Relevez donc vos espérances en Dieu dans la vue de cette source inépuisable de bonté qui est eu lui ; continuez tous les jours de votre vie à lui offrir vos prières avec respect, avec amour, avec confiance ; car c'est là un souverain moyen d'obtenir la continuation et l'augmentation de ses grâces : la principale de toutes est le don de la persévérance finale !

PRATIQUES

Quels sont vos amis ? Sont-ils les amis de Dieu ? n'en ayez point d'autres.
Ne demandez jamais à un ami que ce que sa conscience et son honneur peuvent vous accorder.

(Méditation tirée de La Couronne de l'Année Chrétienne)

tiré du blog : le-petit-sacristain.blogspot.com