3
4
1
2
Le testament de Pierre le Grand ou la clef de l'avenir par Mgr GAUME, 1876. (Extraits) AVANT-PROPOS De grands événements se préparent : la question d'Orient est la question du monde. Nous touchons …More
Le testament de Pierre le Grand ou la clef de l'avenir par Mgr GAUME, 1876.

(Extraits)

AVANT-PROPOS

De grands événements se préparent : la question d'Orient est la question du monde. Nous touchons à un avenir plein d'espérance pour les uns, de terreur pour les autres, de mystère pour tous. Éclairer la situation, guérir les endormeurs, réveiller les endormis : tel est le but de ce modeste travail.

I. Pendant le règne de Louis-Philippe, qu'on appelait le Napoléon de la Paix, les journaux étaient remplis d'annonces plus rassurantes les unes que les autres : plus de guerre ; plus de mal de mer ; plus de cheveux gris. La vérité est que les cheveux continuent de grisonner ; que le mal de mer n'a rien perdu de sa fréquence ni de son intensité ; que l'Europe s'est réveillée au bruit du canon, et que des guerres atroces ont ensanglanté l'ancien et le nouveau monde. Aujourd'hui même tout annonce que nous approchons d'une lutte, dont les proportions et les conséquences n'auront rien de comparable dans l'histoire des peuples chrétiens.

IV. On dit, il est vrai, que ni le Czar actuel ni le Sultan ne veulent la guerre. Quelles que soient les dispositions personnelles des deux souverains, la guerre n'est pas moins inévitable. Ils ne sont plus les maîtres de l'empêcher.

V. De son côté, la Russie veut cette guerre. D'instinct elle l'a toujours voulue. Toute guerre qui la rapproche de Constantinople, et qui, un jour ou l'autre, doit lui livrer l'Asie, est la pensée fondamentale et invariable de sa politique. On dirait volontiers que telle est sa vocation. Malgré les conférences diplomatiques et les assurances de paix, la guerre nous paraît donc inévitable.
VI. Seulement, il faut bien se convaincre que l'ambition de la Russie ne se borne pas à la conquête de la Turquie. Ses prétentions vont bien au delà des frontières de l'empire ottoman. Elle n'aspire à rien moins qu'à la domination universelle du globe. Personne ne peut répondre qu'elle n'y arrivera pas. Étranges prétentions, plus étrange succès, qui demandent à être certifiés non par des raisonnements, mais par des faits : nous allons l'entreprendre.

Quelle que soit l'authenticité de son fameux testament, une chose est certaine : c'est la fidélité religieuse, avec laquelle les Czars en ont fait, de point en point, la règle de leur conduite. Pour comprendre la politique de la Russie, dans le passé, dans le présent et dans l'avenir, il faut relire ce solennel document.