Clicks714
fr.news
2

Viganò : "François n'a pas réagi le moins du monde"

Lorsqu'il était nonce aux États-Unis, l'archevêque Viganò a déclaré à François en septembre 2015 qu'à l'époque, plus de catholiques que jamais faisaient partie de l'administration américaine (Biden, Kerry, Pelosi), mais qu'ils étaient tous pro-avortement et en faveur du pseudo-mariage homosexuel et de l'idéologie du genre.

Viganò a déclaré à MarcoTosatti.com (14 septembre) qu'il avait demandé à François , comment expliquer cela mais François "n'a pas du tout réagi".

Pour Viganò, la responsabilité de la trahison de ces soi-disant politiciens catholiques repose entièrement sur le clergé infidèle qui est "asservi à l'idéologie moderniste".

Il voit un lien étroit entre la rébellion du clergé moderniste - dirigé par les jésuites - et l'éducation de générations de catholiques.

En ce sens, pour Viganò, l'État profond et l'Église profonde ont agi ensemble, dans le but de déstabiliser l'ordre civil et ecclésiastique.

Viganò n'est donc pas surpris que les priorités politiques de Bergoglio coïncident avec celles de Biden : l'immigration, l'environnementalisme, l'idéologie du genre, la dissolution de la famille et le mondialisme.

L'"opposition" formelle de François à l'avortement et à l'endoctrinement homosexuel des enfants est pour Viganò "formelle" et "désavouée dans la pratique".

#newsNunvevufot

Catholique et Français
Que monseigneur Vigano, prince de l'Église, clame enfin qu'il y a un "problème" gravissime avec le Concile Vatican II, problème toujours nié et occulté en haut lieu depuis 55 ans, est une très excellente chose. Mais il est maintenant à la croisée des chemins : soit il se retire du coeur du combat pour tenter de sauver dans son coin, dans une voie de garage, ce qu'il reste de la Vérité Catholique …More
Que monseigneur Vigano, prince de l'Église, clame enfin qu'il y a un "problème" gravissime avec le Concile Vatican II, problème toujours nié et occulté en haut lieu depuis 55 ans, est une très excellente chose. Mais il est maintenant à la croisée des chemins : soit il se retire du coeur du combat pour tenter de sauver dans son coin, dans une voie de garage, ce qu'il reste de la Vérité Catholique en abandonnant le reste du troupeau à son vomissement; c'est la triste voie du schisme. Soit, comme David face à Goliath, il attaque l'hydre à la tête, accusant en bonne et dûe forme (Droit Canon...) et exigeant inlassablement, par un jugement au besoin infaillible, Justice et Vérité. Seul ce combat est salutaire. En ce sens, son récent éloge inconsidéré de monseigneur Lefebvre est particulièrement inquiétant...
Aube de la Force
Monseigneur, la ligne droite que vous défendiez ne pouvait pas attirer l'attention bienveillante des promoteurs de la modernité dans l'Eglise.Vous étiez déjà sur le champ de bataille. Nous prions afin que Dieu vous protège et conduise vers vous tous ceux qui ont la charge des âmes. Christe audi nos, Christe exaudi nos.