Clicks830
fr.news
1

Trois jours trop tôt ? 134 plaisantins demandent "l'abolition" de la messe latine traditionnelle

Un groupe de 134 inconnus, pour la plupart des Italiens, a signé le 29 mars une lettre ouverte demandant l'abolition de la messe latine traditionnelle.

La lettre aurait dû être publiée trois jours plus tard. Le chef de file du groupe est Andrea Grillo, un anti-catholique qui enseigne la "liturgie" pour les Bénédictins à Sant'Anselmo à Rome.

La lettre de Grillo affirme que la messe latine est "fermée dans un passé historique". On pourrait dire la même chose du Christ, de l'Evangile, de Mozart.

Il qualifie cette messe qui - contrairement au Novus Ordo - attire les jeunes familles, les jeunes et les jeunes vocations d'"inerte", "cristallisée", "sans vie", "sans vigueur".

Selon lui, elle "immunise" les fidèles de ce qu'il appelle "l'école de prière du Concile Vatican II", alors que l'"école de prière" de ce Concile était la messe latine.

Pour Grillo, l'échec de la réforme liturgique de Paul VI, qui a rompu avec le concile, "a été providentiellement donné au cheminement ecclésial commun".

Ainsi, il pense qu'"une forme rituelle double et conflictuelle conduira à une division significative de la foi". Simultanément, Grillo soutient un rite amazonien, mais semble ignorer qu'il existe actuellement 17 rites différents dans la seule Église latine, dont il ne veut que détruire la messe latine.

Il est symbolique qu'il ait publié la lettre précisément au moment où le Novus Ordo est suspendu dans le monde entier, alors que la messe latine traditionnelle continue partout dans la clandestinité.

Image: © Joseph Shaw, CC BY-NC-SA, #newsPecydmalkn

Gérard de Majella
LOes evèques son égales à des Vafen SS , c'est toujours ce même esprit qui oeuvre sur terre , aussi au Vatican aujourd'hui .Et vous savez depuis quand .