Clicks666

Comment des homosexuels d'extrême droite se sont glissés dans la FSSPX

Par le Dr. John R. T. Lamont, philosophe et théologien canadien. Il a étudié au Collège dominicain d'Ottawa et à l'Université d'Oxford, et a enseigné la philosophie et la théologie dans des séminaires catholiques.

Les histoires d'abus sexuels et la protection des abuseurs sexuels par la Société Saint-Pie (SSPX) ont récemment reçu une certaine publicité grâce au travail journalistique de Christine Niles, de Church Militant. Les épisodes qui ont été révélés sont horribles et sont documentés par des preuves irréfutables - des jugements de tribunaux, des témoignages crédibles et les déclarations et documents de la direction de la FSSPX. Ils exigent une explication, et il peut être utile pour une personne comme moi, qui a une certaine connaissance de l'histoire de la FSSPX et une certaine familiarité avec les milieux de la FSSPX, de tenter une telle explication.

Je dirai tout d'abord que je suis d'accord en substance avec les positions doctrinales et liturgiques de monseigneur Marcel Lefebvre, je pense qu'il a eu raison de fonder la FSSPX afin de poursuivre ces positions ; je pense qu'il a eu raison de persister avec la FSSPX lorsque Rome a essayé de la supprimer ; et je pense qu'il a eu raison de consacrer des évêques en défiant le Saint-Siège afin de poursuivre sa société religieuse.

En effet, j'ai défendu publiquement les positions théologiques de la FSSPX dans le passé ; j'ai assisté régulièrement aux messes de la FSSPX ; et deux de mes filles ont été baptisées dans des chapelles de la FSSPX. Je fais ces déclarations sur Mgr Lefebvre afin d'écarter toute affirmation selon laquelle ma position sur les abus sexuels au sein de la FSSPX est motivée par une animosité théologique à l'encontre de la Société. La question de leur véracité ou fausseté étant tout à fait indépendante de la question de la nature, de l'étendue et des causes des abus sexuels au sein de la FSSPX, je ne les approfondirai donc pas.

La culture de la couverture

Les faits documentés et, dans certains cas, mis au jour par Church Militant ont montré qu'il existe au sein de la FSSPX une culture de couverture des abus sexuels, de protection des agresseurs sexuels contre la loi et de facilitation de la poursuite des abus. C'est à la fois une culture et ce qui équivaut à une politique officielle de la hiérarchie cléricale, même si je suppose que cette politique n'est écrite nulle part. Les déclarations faites par le district américain de la FSSPX en réponse aux récits de Church Militant ont confirmé cela à tout observateur informé et réfléchi.

Considérez sa déclaration la plus récente. Elle est arrogante et malhonnête, et ne répond à aucune accusation spécifique. Le paragraphe suivant, en particulier, est un énorme mensonge :

La Société regrette profondément que certains de ses membres aient pu commettre des fautes graves et, dans le pire des cas, des comportements criminels ou délinquants. C'est une tache sur le sacerdoce catholique, sur l'Église et sur l'œuvre de Mgr Marcel Lefebvre. Mais cela ne signifie pas que la Société les encourage, qu'elle les protège ou, encore moins, qu'elle les couvre. Au contraire, elle s'efforce chaque fois, en fonction de la gravité des cas, de les sanctionner et de les traiter, selon les règles de la justice, en se souciant avant tout des victimes.

Les activités de la FSSPX en matière de protection et de couverture des pédophiles en son sein sont clairement documentées dans des procédures judiciaires.

Photo: le P. Frédéric Abbet, condamné à 5 ans de prison pour des crimes sexuels contre des enfants.

Le cas du Père Frédéric Abbet en Belgique en est un exemple. Dans ce cas, la FSSPX a entravé les efforts des victimes pour découvrir les crimes du Père Abbet. Après avoir appris qu'il avait abusé de garçons, Mgr Fellay a assigné le Père Abbet à une résidence à côté d'une école de garçons où il a commis d'autres crimes. L'évêque Fellay a agi ainsi malgré l'ordonnance d'un tribunal interne de la FSSPX qui a décidé que le père Abbet ne devait pas avoir de contact avec des enfants pendant au moins une décennie. Il a même annulé la décision très sensée du tribunal selon laquelle le père Abbet ne devait pas être autorisé à accéder à Internet, montrant ainsi qu'il avait examiné l'affaire en détail et qu'il avait l'intention de lever tous les obstacles qui empêchaient le père Abbet de commettre d'autres crimes.

La déclaration de la FSSPX vise à rallier les sympathisants de la Société à nier la vérité sur la FSSPX et les abus sexuels et à intimider les victimes qui envisagent de raconter leur histoire. Elle montre que la décision de la Société est d'essayer de faire face à ses accusateurs afin de poursuivre sa politique en matière d'abus sexuels. Cette réponse est d'autant plus frappante que la déclaration remplace une déclaration antérieure, beaucoup plus raisonnable, qui avait été affichée puis retirée. Il est probable que la déclaration précédente était l'œuvre de James Vogel, le responsable des relations publiques de la Société, et que son remplacement émane de la direction du clergé.

Des observateurs à l'extérieur trouveront cette affirmation déconcertante. Outre l'iniquité de cette stratégie, sa haine aux yeux du Seigneur que la Société est censée servir, et la sévère vengeance divine qu'elle exercera sur ses auteurs, il est clairement trop tard pour que cela fonctionne. Il y a trop de victimes qui se manifestent, trop d'enquêtes policières et trop de publicité.

Dans tous ces types de scandales, il y a un stade où il est trop tard pour couvrir les choses et remettre le dentifrice dans le tube, et ce stade a maintenant été atteint par la SSPX. Pourquoi la FSSPX poursuit-elle cette stratégie, et pourquoi a-t-elle adopté cette politique à l'égard des abus sexuels en premier lieu ? Telles sont les questions auxquelles cet essai vise à répondre.

Isolée de la réalité

Une explication pourrait être la suivante. La direction de la FSSPX vit dans un environnement quelque peu isolé qu'elle a pu jusqu'à présent dominer entièrement. Cette domination crée de l'arrogance parmi les dirigeants, et signifie qu'ils peuvent souvent s'en sortir avec grande habileté. Elle circonscrit également leur conception de la réalité, leur faisant croire que le monde entier est comme l'environnement artificiel qu'ils ont créé et qu'ils sont capables de contrôler. Ainsi, une partie de l'explication de l'état actuel de la société est que les dirigeants sont des médiocres arrogants qui ne sont pas assez capables de réagir à une situation nouvelle et difficile ou même de saisir réellement la situation dans laquelle ils se trouvent, et qui se contentent de retomber sous pression aux stratégies qu'ils ont toujours utilisées auparavant.

Il y a probablement une part de vérité dans cette explication. Mais les choses sont maintenant allées trop loin pour qu'elle puisse expliquer pleinement la position de la société. Une fois que les enquêtes policières et les accusations criminelles commencent, les tromperies et l'incompétence doivent généralement céder la place. Ce que nous voyons maintenant, c'est un défi délibéré aux tentatives d'opposition à la politique favorable de la SSPX en matière d'abus sexuels. Pourquoi cela se produit-il ?

La première étape pour expliquer les actions de la Société est de bien caractériser leurs motivations et leurs objectifs sous-jacents. Les actions des dirigeants de la Société et de nombre de leurs disciples montrent qu'ils ont intériorisé la psychologie et les dispositions d'un abuseur sexuel.

De manière générale, les abuseurs sexuels ne sont pas seulement des personnes ayant une faiblesse de chair lamentable qu'ils ne parviennent pas à contrôler. Ce sont des criminels sérieux, et ils ont la mentalité et le comportement d'un criminel. Ils sont notamment dépourvus de toute empathie pour leurs victimes et sont capables de mentir sans la moindre culpabilité ou hésitation. Il existe également des caractéristiques qui appartiennent notamment aux agresseurs sexuels. Ils ne se contentent pas de victimiser les gens, ils haïssent et méprisent leurs victimes. S'il n'en était pas ainsi, ils ne prendraient pas plaisir à les blesser et à les tourmenter. Ils les haïssent parce qu'ils leur font du mal, et non l'inverse.

Qui plus est, ils pensent que quiconque s'oppose à leurs abus, s'en mêle ou les condamne leur fait subir une injustice monstrueuse. Si cela se produit, ils se considèrent comme maltraités et ont droit à la vengeance contre les opposants et à une compensation du monde en général.

Prêtres prédateurs

On peut considérer que cette conception des choses régit la manière dont la FSSPX a traité les agresseurs sexuels dans ses rangs. Prenons l'exemple de Mgr Fellay et du P. Abbet. On peut comprendre pourquoi la FSSPX, d'un point de vue égoïste, a pu décourager les victimes de ses abus et a tenté de faire taire toute l'affaire. Cela aurait évité un scandale et d'éventuelles pertes financières pour la Société. Mais pourquoi alors déplacer le Père Abbet à un poste où il était certain qu'il commettrait d'autres délits ? Pourquoi supprimer toute restriction qui pourrait l'empêcher de commettre d'autres abus ? Cela ne risquerait-il pas de provoquer un nouveau scandale, comme cela a d'ailleurs été le cas ? Pourquoi annuler le tribunal de la FSSPX pour prendre cette décision apparemment contre-productive ?

Des questions similaires sont soulevées par le cas du Père Philippe Peignot, qui a été ordonné prêtre pour la FSSPX en 1982. Il a abusé sexuellement de cinq garçons en 1985-87. Ces crimes étaient connus du père Paul Aulagnier, son supérieur (le père Aulagnier était le supérieur de district de la FSSPX en France de 1976 à 1994), mais il n'a pas été relevé de ses responsabilités sacerdotales. D'autres abus sexuels commis par le père Peignot ont été signalés au père Aulagnier en 1990, et ces rapports ont été portés à la connaissance du supérieur général de la FSSPX de l'époque, le père Franz Schmidberger.
Photo: le P. Philippe Peignot

La victime de ces abus a reçu l'assurance du père Schmidberger que le père Peignot ne serait plus autorisé à avoir des contacts avec des enfants. Cependant, le père Schmidberger a annulé cette décision peu de temps après, autorisant le père Peignot à travailler dans les camps de scouts. Lorsqu'un supérieur du district de France a tenté de rétablir l'interdiction de contact du père Peignot avec des enfants, Mgr Fellay - qui était alors devenu le supérieur général - a de nouveau annulé l'interdiction.

La raison de ces décisions est que le Père Schmidberger et Mgr Fellay ont compris l'abus sexuel comme l'avait compris l'agresseur. Du point de vue de l'agresseur, imposer une quelconque sanction pour un abus sexuel est une injustice criante pour la personne punie. C'est également injuste parce que cela donne à la victime ce qu'elle veut. Puisque la victime est considérée comme un ennemi qui mérite lui-même d'être puni simplement parce qu'il est une victime, il est faux - dans la compréhension des choses de l'abuseur sexuel - de satisfaire les exigences vindicatives et déraisonnables de la victime en imposant toute sorte de punition à la personne qui l'a abusé.

Ils estiment au contraire que c'est le contraire qui devrait être fait. L'abuseur doit être traité de manière à effacer l'injustice de l'accusation et à démontrer que la poursuite malveillante de l'abuseur par la victime est rejetée et contrée de la manière qui lui fera le plus de mal. Pour ce faire, il faut placer l'agresseur dans une position qui lui donne la possibilité d'abuser à nouveau - dans le cas du père Abbet, en le déplaçant dans un prieuré commodément rattaché à une école de garçons.

Nous pouvons voir cette perspective avec de nombreux autres cas où des prêtres de la Société sont reconnus coupables d'abus sexuels et sont non seulement protégés mais aussi déplacés vers de nouveaux champs et de nouveaux pâturages, où ils peuvent continuer à abuser. Le père Peignot, par exemple, a été affecté à plusieurs reprises comme aumônier de scouts et d'événements scouts après que les autorités de la FSSPX aient eu connaissance de ses abus sexuels. Il y a de nombreuses tâches pour lesquelles la Société a besoin de prêtres. Il aurait pu être mis au service d'une paroisse, d'un couvent ou à un autre titre, plutôt qu'au seul endroit où il aurait eu le plus d'occasions d'abuser de jeunes garçons. Il apparaît également dans la pratique étonnante des autorités de la FSSPX qui protègent les abuseurs sexuels qui ne sont pas des prêtres, mais simplement des laïcs ayant un lien quelconque avec la Société. Cela semble être un nouveau départ dans les comportements corrompus au sein de l'Église.

La mentalité de l'abuseur sexuel se manifeste également dans la manière dont la Société traite les victimes d'abus sexuels. D'un point de vue intéressé, une bonne approche auprès de ces victimes serait de les apaiser autant que possible, de leur faire croire que la Société sympathise avec elles, qu'elle est de leur côté et qu'elle est choquée et consternée par leur abus et qu'elle fait de son mieux pour éradiquer ce mal. Cependant, la SSPX adopte systématiquement l'approche inverse. Elle tente de miner et d'écraser les victimes chaque fois que cela est possible. Cette stratégie est réalisable à certains égards, mais elle est très risquée car elle est très dommageable pour la société si elle est découverte. Elle est choisie parce qu'elle est conforme au désir de l'agresseur sexuel d'attaquer la victime et de se venger de l'injustice de l'accusation.

Ce diagnostic des motivations et des actions de la SSPX peut sembler étrange à quiconque n'a pas étudié les faits en détail. Cependant, plus on en sait sur la façon dont la FSSPX traite les abus sexuels, plus on voit qu'elle est en fait correcte.
Forte influence des abuseurs sexuels

Pourquoi les autorités de la FSSPX penseraient-elles et agiraient-elles ainsi ? D'une certaine manière, il est facile de répondre à cette question. C'est parce que les abuseurs sexuels sont suffisamment influents au sein de la Société pour pouvoir déterminer sa politique et façonner sa conception d'abuseurs sexuels et de leurs victimes. Ils forment la culture de l'organisation. Par conséquent, les personnes en position d'autorité se conforment et mettent en œuvre des politiques qui reflètent les perspectives et les intérêts de ces abuseurs.

Ce phénomène a été observé ailleurs dans l'Église. Il se produit lorsque les abuseurs sexuels sont à la tête d'une organisation ou deviennent suffisamment influents pour que leurs intérêts ne puissent être sacrifiés bien qu'ils n'occupent pas le poste le plus élevé. La première situation est assez facile à comprendre. Elle s'est produite dans l'organisation des Légionnaires du Christ, qui a été fondée et dirigée par un agresseur sexuel qui avait le contrôle total de ses actions et de son personnel. La seconde situation est plus complexe et nécessite une certaine analyse. Je suppose que la FSSPX n'était pas dirigée par des prédateurs sexuels dès le départ et que c'est cette dernière situation qui est pertinente ici.

Il faut commencer cette analyse en reconnaissant que lorsque la plupart des gens rencontrent des preuves d'abus sexuels, ils ne veulent pas en entendre parler et font de leur mieux pour les nier ou les ignorer. C'est l'une des découvertes les plus choquantes faites par ceux qui sont eux-mêmes victimes d'abus ou qui tentent d'aider les victimes d'abus. La raison en est que reconnaître l'existence d'un abus sexuel conduit à accepter des responsabilités difficiles, bouleversantes et menaçantes.

La plupart des gens ne veulent pas le faire et n'ont d'ailleurs souvent pas les moyens psychologiques nécessaires pour le faire, alors ils choisissent d'ignorer ou de nier l'abus ou de prendre leurs distances par rapport à la situation. Pour justifier ce déni, elles s'attaquent souvent à la victime, qu'elles en veulent d'avoir placé dans une situation inconfortable.

Les détenteurs d'autorité de la FSSPX sont aussi enclins à cette réaction que n'importe qui d'autre, et ils sont également affectés par les graves conséquences pour leur organisation si les accusations sont vraies. Cela donne aux abuseurs sexuels un avantage initial lorsque leurs victimes les accusent.

Cependant, ce facteur entre en jeu lorsque des abuseurs sexuels ont déjà été incorporés dans une organisation. Il n'explique pas comment ils en sont arrivés là dans un premier temps, ni comment ils en sont venus à être présents en grand nombre dans une organisation et à déterminer son approche des abus sexuels.

Toute explication sur la façon dont cela s'est produit avec la FSSPX doit commencer par le fondateur, Mgr Marcel Lefebvre. Je présumerai que cela ne s'est pas produit à sa connaissance ou à la suite de sa décision. Je pourrais me tromper, mais cette hypothèse correspond à ce que l'on sait de son passé. Il a été un missionnaire et un évêque accompli pendant des décennies, et il ne semble pas y avoir de traces de sa désignation et de sa couverture d'agresseurs sexuels dans ces rôles. Néanmoins, l'influence des abuseurs sexuels au sein de la FSSPX est si forte qu'elle a dû s'établir lorsqu'il était supérieur général. Comment cela a-t-il pu se produire ?

Choisir la quantité plutôt que la qualité

Ce qui suit est une spéculation à partir des faits disponibles. L'explication que je propose est que l'influence des abuseurs sexuels au sein de la FSSPX résulte des carences générales des hommes formés et ordonnés prêtres de la Société, carences contre lesquelles Mgr Lefebvre n'était pas suffisamment vigilant, ni même conscient.

Le rédacteur en chef d'un journal catholique français respecté m'a dit un jour que Mgr Lefebvre avait fait l'erreur de choisir la quantité plutôt que la qualité lorsqu'il a créé la Société. C'est vrai, mais cela nécessite une explication.

Le point de départ de cette explication est que Mgr Lefebvre ne semble jamais avoir fait de bilan sur l'Église préconciliaire. Il n'a pas identifié les faiblesses qui ont provoqué son effondrement si rapidement et si profondément. Il semble simplement avoir pensé que les systèmes préconciliaires de formation et de théologie étaient de bons systèmes qui avaient été abandonnés à tort en raison de la faiblesse, de la folie ou de la trahison des dirigeants ecclésiastiques, et qu'il fallait les restaurer. Il pensait en effet qu'ils seraient restaurés dans un délai raisonnable et que les changements et problèmes postconciliaires ne seraient pas une condition durable.

Il semble également avoir surestimé le nombre de catholiques qui pensaient comme lui sur des sujets religieux par compréhension et conviction mûres et être prêt à prendre au sérieux les hommes qui venaient demander à rejoindre sa Société. C'est comme s'il considérait ces hommes comme des séminaristes dans les années 1920, lorsque la population de catholiques engagés dans les systèmes et les croyances de l'Église préconciliaire était beaucoup plus importante, que les possibilités et le statut offerts aux séminaristes de ce type étaient bien plus importants et que le soutien de l'autorité ecclésiastique pour ces systèmes et croyances était solide.

Il n'a pas vu que, dans sa situation tout à fait différente, les motivations et le caractère des hommes qui se sont présentés pour se joindre à son entreprise devaient être radicalement différents de ceux des séminaristes des années 1920, et que leurs professions de foi et d'engagement découlaient souvent de motifs et de traits de personnalité qui n'apparaissaient pas en surface et qui étaient loin d'être idéaux.

Il n'a pas non plus tenu compte des implications du fait que le système préconciliaire de formation sacerdotale était fondé sur l'inculcation d'une obéissance aveugle et du conformisme. C'est une chose d'avoir un tel système pour former des dirigeants dans une organisation importante et puissante qui est une force dominante dans de nombreux pays. Dans ce genre de situation, vous pouvez toujours attirer des personnes sérieuses et compétentes qui sont prêtes à supporter la formation et qui y survivront quelque peu intactes. Il existe également un correctif aux effets de cette formation, résultant du fait que les hauts dirigeants doivent finalement assumer d'importantes responsabilités.

La pression de ces responsabilités sélectionne à un moment donné des hommes de caractère et d'initiative. La situation d'une petite communauté marginalisée et méprisée, où les dirigeants sont formés et sélectionnés en vue d'une obéissance et d'un conformisme aveugles, est très différente. Sociologiquement, ce type de communauté présente les caractéristiques d'une secte. En conséquence, les hommes qui se présentent comme séminaristes pour une communauté catholique de ce type seront souvent ceux qui veulent être les leaders d'une secte. Richard Williamson, que Lefebvre a ordonné évêque, est un exemple clair de ce phénomène, mais il y en aura eu beaucoup d'autres.

Politique et prédation

Les relations politiques de nombre des premiers adeptes de la FSSPX auraient également entraîné des problèmes dont Mgr Lefebvre n'était pas au courant. En France, nombre de ces partisans étaient d'anciens partisans du régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient enclins à s'affilier à la FSSPX en partie à cause d'un vieil éloignement du Saint-Siège qui avait été produit par la condamnation de l'Action française de Charles Maurras, et en partie par ressentiment envers une hiérarchie française qui avait soutenu Pétain avec enthousiasme, puis laissé tous les partisans de Vichy dans l'embarras après la victoire des Alliés.

Mgr Lefebvre n'appartenait pas lui-même à cette partie de la société française. Il avait été missionnaire en Afrique pendant la période de Vichy, ce qui signifie que la question de l'implication dans Vichy ne se posait pas vraiment pour lui. En outre, son père avait fait partie de la Résistance française et avait été battu à mort par les Allemands dans le camp de concentration de Sonnenburg en 1944.

Mais il ne semblait pas reconnaître ce que signifiait la loyauté envers Vichy et l'extrême droite dans les années 1970. C'est comme si cette loyauté pour lui ne signifiait rien de plus qu'un conservatisme générique des années 1920 qui incluait une certaine sympathie pour l'Action française. En particulier, il n'a pas saisi la signification morale de l'antisémitisme engagé après l'Holocauste.

L'une des pires taches de la France de Vichy a été le fait qu'elle a dépouillé les Juifs de leurs droits civils dans son Statut des Juifs et qu'elle a livré les Juifs aux Allemands pour qu'ils les assassinent - sans même que l'occupant ne le lui demande. Après la guerre, de nombreux partisans de Vichy ont rationalisé ces crimes antisémites sans les affronter ni les approuver. Mais certains d'entre eux ont non seulement approuvé ces crimes, mais ont également approuvé le régime de Vichy parce qu'il les avait commis.

Il ne serait pas juste de reprocher à Mgr Lefebvre de ne pas avoir exclu de son mouvement les partisans de la France de Vichy. D'une part, la majorité des Français ont appartenu à cette catégorie à un moment donné. Mais il ne semble pas avoir fait preuve d'assez de discernement à l'égard de ce groupe. Il ne semble pas avoir compris qu'ils comportaient des éléments très sinistres, qu'il fallait identifier et rejeter.

On peut supposer avec certitude qu'il y avait un lien entre la politique d'extrême droite, l'antisémitisme et la pédérastie parmi les éléments du clergé et des fidèles de la FSSPX. Il est bien connu qu'il y avait un important élément homosexuel et pédéraste dans les milieux national-socialistes et fascistes. Le journaliste anglais homosexuel Johann Hari a décrit cette association dans le cas d'Ernst Röhm, le commandant des troupes d'assaut de Hitler (les SA) de 1930 à 1934, un homme qui a joué un rôle clé dans la prise de pouvoir de Hitler en Allemagne.

Tiré d'un article de Huffpost de janvier 2008 :

Comme [Ernst Röhm] l'a dit dans son autobiographie, "Comme je suis un homme immature et méchant, la guerre et les troubles m'attirent plus que le bon ordre bourgeois". Comme l'explique l'historien Louis Snyder, Röhm "a projeté un ordre social dans lequel l'homosexualité serait considérée comme un modèle de comportement humain de grande réputation. ... Il a affiché son homosexualité en public et a insisté pour que ses camarades fassent de même. Il pensait que les hétérosexuels n'étaient pas aussi doués que les homosexuels pour l'intimidation et l'agression, c'est pourquoi l'homosexualité était très valorisée dans les SA".

Hitler fit fusiller Röhm comme menace pour son pouvoir en 1934, mais l'association de l'homosexualité avec les sympathies nazies persista après la chute du Troisième Reich.

Jörg Haider, l'homme politique autrichien de droite qui est mort en 2008, en est un exemple. Hari remarque : "A l'exception de Jean-Marie Le Pen, tous les fascistes les plus importants en Europe au cours des 30 dernières années ont été homosexuels". Dans la France de Vichy, l'homme de lettres homosexuel et traître Robert Brasillach est devenu un héros et un martyr pour l'extrême droite française après avoir été très correctement exécuté par de Gaulle. Il est toujours glorifié par eux.

Les extrémistes d'extrême droite qui ont rejoint la FSSPX en tant que prêtres ou qui ont été influents en tant que donateurs laïcs ont peut-être appartenu à une aile pédérastique de cet élément. Cela aurait fourni un noyau et un réseau d'abuseurs sexuels. Les réseaux de ce type ne s'annoncent pas, de sorte qu'il est impossible, en l'état actuel des connaissances, de dire dans quelle mesure cela a été le cas.

Pour les raisons évoquées ci-dessus, dès le début, une partie importante des hommes qui se sont présentés comme séminaristes de la FSSPX ont été attirés par le poste de dirigeant d'une communauté marginalisée, fermée et autoritaire, et/ou étaient sympathiques aux idéaux politiques nazis et fascistes. Ces hommes étaient moralement, intellectuellement et spirituellement faussés. Leurs défauts les rendaient naturellement enclins à l'abus sexuel comme forme de gratification sexuelle, car un tel abus implique la domination, l'humiliation et la destruction de ses victimes - exactement le genre d'activité qui les attirait, leur donnait envie d'être des leaders dans un groupe culte et les attirait vers des opinions politiques d'extrême droite.

Cette inclination se serait traduite en action dans de nombreux cas. Et les personnes de ce type qui ne partageaient pas ces inclinations, ou du moins qui n'y donnaient pas suite, auraient eu une sympathie naturelle pour ceux qui y donnaient suite. Elles auraient également été issues d'un milieu d'extrême droite dans lequel de tels abus n'étaient pas rares, et où leur tolérance et leur occultation étaient la règle générale. C'est ainsi que les auteurs d'abus sexuels ont acquis une présence importante au sein de la FSSPX.

Le camouflage idéal

Non seulement Mgr Lefebvre ignorait les risques d'ordonner des hommes de ce type, mais il aurait été facile pour des individus de ce genre de lui faire passer leurs traits pour des vertus. Dans une interview accordée au journal The Wanderer, le père Paul Aulagnier fait remarquer que l'abbé Lefebvre "hait l'esprit révolutionnaire du monde moderne qui refuse la sujétion, la soumission, la subordination à un ordre créé, à un ordre divin". Ces individus déformés pouvaient facilement se présenter à lui comme partageant cette haine et comme étant à 100% de son côté à cet égard.

De plus, dans le dispositif qu'il a mis en place, ils ont obtenu des résultats, jusqu'à un certain point. Leur soif de pouvoir et leur amour de l'humiliation de leurs subordonnés ont fait que, dans une communauté religieuse établie sur des lignes préconciliaires qui imposaient une obéissance aveugle et inconditionnelle, ils ont pu assurer la discipline et faire en sorte que les choses se passent bien aux yeux de leurs supérieurs. Leurs méthodes et leur personnalité ne leur permettaient pas d'obtenir des résultats significatifs ni de favoriser la croissance des communautés dont ils avaient la charge. Leur influence expliquerait en grande partie l'énorme taux de défection parmi les prêtres de la FSSPX, estimé à 40% après l'ordination. Mais ces échecs pourraient être expliqués par la difficulté d'opérer dans un monde hostile et anti-catholique.

De nombreuses personnes, dont l'auteur de cet article, ont été étonnées et prises de court par le contraste extrême entre les doctrines morales et théologiques qui sont la raison d'être de la FSSPX et la pratique de la Société en matière de protection des abuseurs sexuels. Mais du point de vue des abuseurs eux-mêmes, ce contraste présentait des avantages importants. Il leur a fourni le camouflage idéal et leur a permis de faire appel aux doctrines mêmes qu'ils violaient afin de se protéger. La foi catholique étant, en fait, vraie, elle constitue le meilleur et le plus puissant appât pour amener les gens à accepter une organisation de type sectaire. Dans la psychologie tordue des abuseurs sexuels et des sociopathes, cet appel trompeur à la foi qu'ils profanaient ajoutait un plaisir et un goût supplémentaires à leurs abus.

Certains facteurs particuliers semblent avoir été obtenus avec la SSPX aux États-Unis. La première tentative d'établissement de la FSSPX aux États-Unis a été un fiasco qui a entraîné le départ pour le sédévacantisme de nombreux prêtres ordonnés par la Société dans ce pays. L'archevêque Lefebvre, d'après ce que j'ai entendu, était enclin à abandonner les États-Unis à la suite de cette tentative. Il en a été dissuadé par l'alors père Richard Williamson, l'un des rares prêtres de la FSSPX aux États-Unis à ne pas partir vers le sédévacantisme.

Williamson, à partir de ce moment-là, a été la figure fondatrice la plus influente de la Société aux États-Unis. Son antisémitisme et ses sympathies nazies sont bien connus, mais n'épuisent pas ses caractéristiques répulsives. Même les adhérents de la SSPX les plus lavés de leur cerveau ont pu constater que son comportement est parfois bizarre, aberrant et déséquilibré.

Un ancien novice d'un couvent contemplatif de la FSSPX m'a dit que lorsque Williamson est venu donner une conférence spirituelle aux religieuses, son exposé portait exclusivement sur les théories de conspiration concernant l'assassinat du président John F. Kennedy. L'ancien séminariste de la FSSPX, Arturo Vasquez, a observé : "Je suis entré sur la scène de la FSSPX à la fin des années 1990, lorsque le puissant triumvirat du Père Peter Scott, du Père Ramon Angles et de Mgr Williamson a dirigé le district des États-Unis, le transformant presque en une secte d'extrême droite."
Photo: le P. Angles

Le Père Angles est un exemple de la combinaison des vues nazies et de la pédérastie mentionnée ci-dessus, vénérant Hitler et sodomisant un garçon de 14 ans, Michael Gonzalez, qui s'est ensuite suicidé et a fait référence au crime du Père Angles dans sa lettre de suicide. La combinaison de Williamson, Scott et Angles était une recette pour un désastre sans précédent, produisant des communautés SSPX aux États-Unis qui pullulaient avec toutes sortes d'abus physiques et sexuels.

Dans le cas de la FSSPX aux États-Unis, on peut se demander si un certain eurocentrisme n'était pas à l'œuvre. Les méthodes extrêmes et flagrantes des dirigeants de la SSPX aux États-Unis - et les conditions qu'ils ont produites - auraient-elles été considérées comme acceptables par la Société en France, par exemple ? Probablement pas, mais les attentes étaient moindres pour le Midwest américain. Et il faut aussi admettre que les méthodes de mgr Williamson ont donné des résultats à une échelle matérielle.Il a bâti une communauté qui a collecté des fonds, produit des vocations, construit et rempli des séminaires. Il faut malheureusement reconnaître que cela a été possible parce que, à un certain égard, ses méthodes étaient adaptées à l'environnement américain.

Les Américains ont beaucoup de bonnes qualités et j'espère qu'on ne se vexera pas en disant que, comme toutes les autres nationalités, ils ont aussi quelques points faibles. L'un d'entre eux est une certaine vulnérabilité face à l'attrait des sectes religieuses. Après tout, le pays a été fondé par des puritains qui étaient des adeptes de sectes, et leur influence se fait encore sentir aujourd'hui - dans le politiquement correct, par exemple, qui est une secte de type laïque. Williamson (un Anglais) le savait, et a travaillé sur ce point faible pour développer des groupes de type sectaire au sein de la SSPX en Amérique.

L'essentiel

L'explication proposée pour l'influence des abuseurs sexuels dans la FSSPX est donc la suivante : Ils se sont solidement implantés dans la société sous la direction de Mgr Lefebvre pour les raisons indiquées ci-dessus. L'existence et l'activité de la Société, toujours un combat difficile, est devenue encore plus difficile après la mort de son fondateur. Agissant par solidarité, la faction des abuseurs sexuels aurait pu se rendre indispensable à celui qui était responsable de la Société et s'assurer que le dirigeant de la Société était - sinon un de ses membres - au moins en pleine sympathie avec elle. Mgr Fellay correspond parfaitement à ce profil. Ce pouvoir a permis à la faction de faire en sorte que la politique et les attitudes mentales des dirigeants de la Société soient conformes aux siennes en matière d'abus sexuels, avec les résultats que nous constatons aujourd'hui.

Photo: Mgr Bernard Fellay

Des développements assez similaires se sont produits dans de nombreux autres diocèses et ordres religieux à travers le monde au cours du 20e siècle. Les seules différences significatives dans le cas de la Société sont les mécanismes particuliers par lesquels les abuseurs sexuels sont arrivés au pouvoir et à l'influence et le contraste entre l'exemption déclarée de la Société de la corruption qui frappe le reste de l'Église et la situation réelle.

Quel est l'avenir de la FSSPX dans ces conditions ? Une véritable réforme semble peu probable. La corruption est trop bien établie dans la Société, et il n'y a pas de volonté à Rome d'intervenir et de forcer des changements positifs. Une possibilité est que la Société décide de réduire ses pertes et de mettre effectivement fin à ses opérations aux États-Unis, en se préservant en Europe et dans d'autres pays où ses activités sont plus sûres. Les dirigeants savent que la tolérance à l'égard des abus sexuels est moindre aux États-Unis et que le problème y est plus grave. Il semble toutefois peu probable que cette stratégie puisse fonctionner à long terme, en raison de la gravité des informations déjà rendues publiques et du fait que ces délits continueront à être commis en l'absence d'une réforme radicale de la société. L'avenir de la FSSPX est aussi incertain que l'avenir de tout ce qui concerne l'Église catholique corrompue et largement ruinée.

Le Dr. John R. T. Lamont est un philosophe et théologien canadien. Il a étudié au Collège dominicain d'Ottawa et à l'Université d'Oxford, et a enseigné la philosophie et la théologie dans des séminaires catholiques. Il est l'auteur de nombreux articles scientifiques et du livre Divine Faith.

Source: Church Militant
Mater Ter Admirabilis