La légalité, est-elle supérieure à la vérité?

À l’aide de quelques exemples simples, allant de l’invasion de la Crimée et des quatre provinces ukrainiennes par les Russes jusqu’au problème de la légalisation de l’avortement, nous allons essayer d’éclaircir cette question essentielle qui est au fond la clé de voûte pour comprendre l’erreur fondamentale de la culture occidentale postchrétienne.

1) Mr Poutine a-t-il eu raison d’envahir la Crimée ainsi que plus récemment les régions de Donetsk et Lougansk, Kherson et Zaporijjia?
Si ces invasions sont, sur le papier, illégales, elles sont néanmoins conformes au libre choix des peuples de déterminer leur destin et leur appartenance culturelle et nationale. Le référendum organisé le 14 mars 2014 en Crimée ne laisse aucun doute: 96,77% de la population était favorable au rattachement à la Russie (que les apparatchiks de l’ONU ne l’aient pas validé, ne change rien à la chose). Nous savons aussi, à moins d’être malhonnête, que la majorité des populations de l’est de l’Ukraine y sont elles aussi favorables (bien que dans une moindre mesure). Au final, il a fallu faire le choix entre la légalité onusienne et la vérité. Vladimir Poutine a choisi la vérité et il y eu raison.

2) Après l’armistice signée le 22 juin 1940 à Rethondes qui au fond créa une nouvelle légalité (ratifiée, bien que honteusement, en bonne et due forme, donc légale), la résistance s’organisa (illégalement) face aux nouvelles lois et à la nouvelle constitution de l’État Français. À-elle eu tort? Jean Moulin a-t-il eu tort de faire dérailler les trains allemands? Charles de Gaulle, a-t-il eu tort de privilégier la vérité sur la légalité, c’est-à-dire de penser que cette France Fille aînée de l’Église, à terme, ne pouvait «essentiellement» pas perdre contre les barbares nazis, et que quand bien même avec l’aide des alliés, elle finirait par gagner la guerre?
Et Oskar Schindler qui sauvait (illégalement au regard des lois d’infamie du Reich) des juifs en Allemagne nazie, a-t-il lui aussi eu tort?

Et Nelson Mandela, a-t-il eu tort de refuser ce système d’apartheid abominable qui régnait en Afrique du sud (soit dit en passant, un système qui avait la bénédiction de la reine Elizabeth II…). A-t-il eu tort de se révolter, y compris avec les armes, contre l’atroce légalité du moment?

3) Les opposants à l’avortement (meurtre de l’innocent sans défense à naître, chose qui est la pire des intolérances), ont-ils tort?
Si demain une infâme loi permettait de violer les petites filles dans la rue, devrait-on aussi, sous prétexte du respect de la légalité, l’accepter? Ne devrait-on pas au contraire, fouler au pied cette «poufiasse de légalité» et prendre les armes pour lutter contre cette abomination?

4) La légalisation du mariage «contre Dieu et nature» qui détruit les structures de la famille traditionnelle, condition sine qua non à la survie des peuples et des cultures, faut-il aussi s’y plier parce que «c’est légal» ?

5) Et les Chinois, ont-ils raison de persécuter les catholiques sous prétexte que le pays est « légalement » communiste?
Non, bien sûr que non! La seule légitimité de la légalité est quand elle repose sur la vérité, la justice et la conscience universelle. La conscience universelle, cette petite voix au fond de nous qui n’est autre que le « chuchotement de Dieu ».

En réalité, cette légalité créée artificiellement par l’homme post moderne (que ce soit dans les pays communistes ou en occident pourri par le politiquement correct satanique), n’est que le bricolage d’une fausse éthique élastique et «à la carte» dont le but est de permettre aux uns et aux autres de faire le mal tout en ayant l’illusion de faire le bien.

La seule légitimité des lois (c’est-à-dire de la légalité) est quand, à l’instar des Dix Commandements dictés par Dieu, elle repose sur la vérité.
Quand la légalité ne repose pas sur la vérité, alors elle n’est qu’une ruse «de plus » du Démon, car l’infamie des lois finit par générer l’infamie des êtres.
Jean-Pierre Aussant, auteur du complot inconscient et de l'instrumentalisation du corona.
jean pierre aussant
Mon article aussi dans "moutons enragés" La légalité, est-elle supérieure à la vérité?
Guntherus de Thuringia
Auch Russland beruft sich auf das Völkerrecht (UN-Charta). Dieses hat zwei Bestimmungen, die potenziell miteinander in Konflikt stehen: die Unverletzlichkeit der Staatsgrenzen und -territorien; das Selbstbestimmungsrecht der Völker. Den Präzedenzfall schuf der Westen durch Herausbrechen des Kossowo aus Serbien, obwohl es dessen uraltes Staatsgebiet ist. Dass dies rechtens gewesen sei, ließ er sich …More
Auch Russland beruft sich auf das Völkerrecht (UN-Charta). Dieses hat zwei Bestimmungen, die potenziell miteinander in Konflikt stehen: die Unverletzlichkeit der Staatsgrenzen und -territorien; das Selbstbestimmungsrecht der Völker. Den Präzedenzfall schuf der Westen durch Herausbrechen des Kossowo aus Serbien, obwohl es dessen uraltes Staatsgebiet ist. Dass dies rechtens gewesen sei, ließ er sich sogar vom internationalen Gerichtshof bestätigen. Für Russen darf das natürlich nicht gelten, wenn es nach der westlichen Heuchel- Wertegemeinschaft geht.