Clicks211
viensmevoir65

Férie

La liturgie latine ne célèbre pas les saints de l’Ancien Testament, quoiqu’ils figurent dans le martyrologe. A l’exception très étrange des Macchabées, le 1er août.

Ce jour, les premiers noms du martyrologe sont saint Zacharie et sainte Elisabeth, les parents de saint Jean Baptiste. Lors de la béatification puis de la canonisation de Louis et Zélie Martin, j’avais lu ici et là que c’était une nouveauté que l’Eglise canonise un couple. Quiconque connaît un peu le martyrologe sait que ce n’est pas vrai. Il y a dans le livre officiel des saints de l’Eglise de nombreux couples. Le 5 novembre il y en a même deux. Car après Zacharie et Elisabeth, il y a Galation et Epistème.

A Emèse, en Phénicie [aujourd’hui Homs, en Syrie], les saints martyrs Galation et Epistème son épouse. Durant la persécution de Dèce, ils furent déchirés à coups de fouets ; on leur coupa ensuite les mains, les pieds et la langue ; enfin ils eurent la tête tranchée et consommèrent ainsi leur martyre.

La liturgie byzantine fête aujourd’hui les saints Galaktion et Epistème. (Cette liturgie faisant, comme chaque fois qu’elle le peut, un jeu de mots sur le nom du saint, c’est plutôt Galaktion que Galation, selon le génitif du mot signifiant le lait : galaktos) :

Nourri du lait de l'ascèse, dans les peines, les afflictions, tu as atteint l'âge du Christ, Galaktion, pour devenir un sacrifice agréé, une victime parfaite, bienheureux immolé selon ton propre désir. Quelle sublime fermeté, quelle sûreté dans la foi : par elle te voilà près de Dieu, plus que jamais divinisé.

Tu recherchas savamment la source de tout bien, le sommet de tes désirs, l'âme et le cœur illuminés de sa clarté, et par ta résistance obstinée, bienheureuse, tu l'emportas sur les multiples ruses de l'antique serpent, Epistème, divine beauté, ornement des vierges consacrées, martyre aux multiples combats.

Deux astres d'intense clarté par grâce de l'Orient spirituel se sont levés pour éclairer l'entière création dans la foi par la splendeur éblouissante de leurs combats et le divin éclat des guérisons ; et nous qui célébrons leur splendide festivité, nous voulons ainsi glorifier le Christ qui sanctifie par eux l'entière humanité.

(Stichères des vêpres)