Clicks7
jili22

Bonté des Anges pour les pauvres âmes du Purgatoire (http://le-petit-sacristain.blogspot.com/)

Bonté des Anges pour les pauvres âmes du Purgatoire

Posted: 29 Nov 2019 10:42 PM PST

Extrait de « Les Merveilles Divines dans les Âmes du Purgatoire » par le P. G. Rossignoli, de la Compagnie de Jésus :

Dieu enverra ses anges, qui rassembleront ses élus. (Matth. XIII, 27)

C'est une opinion assez commune parmi les saints docteurs, que le Seigneur envoie de temps en temps ses anges du ciel au purgatoire, visiter ces âmes souffrantes et les consoler. Aucun adoucissement, sans doute, ne leur saurait être plus précieux que la vue des habitants de la Jérusalem céleste, dont ils partageront un jour l'admirable et éternelle félicité. Les Révélations de sainte Brigitte sont remplies de traits de ce genre, et on en trouve ailleurs encore, celui-ci par exemple.
La vénérable sœur Paule de Sainte-Thérèse, de l'ordre des Dominicains du monastère de Sainte-Catherine, à Naples, était d'une merveilleuse dévotion envers l'Église souffrante, et elle en fut récompensée, dès ici-bas, par des visions miraculeuses. Un jour, pendant qu'elle faisait dans cette intention une fervente oraison, elle fut conduite en esprit, au purgatoire, et elle y vit une foule d'âmes plongées dans un feu terrible. Tout auprès se tenait le Sauveur, escorté de ses anges, qui en désignait l'une après l'autre quelques-unes pour le ciel, où elles montaient aussitôt avec une joie inexprimable. À cette vue, la servante de DIEU, s'adressant à son divin Époux, lui dit : « Ô Jésus, pourquoi ce choix, dans une si grande multitude ? — J'ai délivré, daigna-t-il répondre, celles qui pendant leur vie ont produit de grands actes de charité et de miséricorde, et qui ont mérité que j'en use de même à leur égard : car c'est moi qui ai dit : Misericordes misericordiam consequentur : Les miséricordieux obtiendront miséricorde. »
Sœur Paule avait coutume, le samedi, de s'adresser spécialement à la divine Marie, toujours en faveur de ces âmes si dignes de notre compassion. Un de ces jours donc, elle fut encore ravie en extase au milieu du purgatoire. Mais quel est son étonnement de le trouver transformé comme en un paradis de délices, avec une grande lumière au lien des ténèbres habituelles! Comme elle se demandait la raison de cet heureux changement, elle aperçut Marie, entourée d'une infinité d'anges, auxquels elle ordonnait d'aller délivrer les âmes qui lui avaient été dévotes, et de les lui amener au ciel. Cette vue lui causa une allégresse profonde, mêlée toutefois de compassion pour celles qui n'étaient point choisies et qui continuaient de souffrir, chacune selon ce qu'elle avait mérité par ses péchés. « Pro mensurâ peccati est et plagarum modus, dit l'Écriture : Le châtiment est proportionné aux fautes. » Celui qui a failli par l'orgueil, par l'ambition des honneurs, est condamné à l'humiliation et à l'opprobre; celui qui a satisfait ses sens révoltés par des plaisirs criminels se voit consumé par les flammes, etc. C'est aussi l'avertissement exprès de l'Apocalypse : « Quantùm glorificavit se et in deliciis fuit, tantùm date illi tormentum et luctum. »
Mais, non-seulement Paule vit les anges descendre au purgatoire et consoler les âmes ; elle les entendait encore élever la voix et supplier en leur faveur. C'était, dans ce fervent monastère de Sainte-Catherine, une pieuse coutume de réciter chaque jour, le soir avant le coucher, les vêpres de l'office des morts; il semblait aux bonnes religieuses convenable de procurer le repos aux pauvres âmes en prenant elles-mêmes le leur. Un soir cependant, par suite de je ne sais quel travail prolongé, on omit la sainte pratique. Le Seigneur alors, pour ne point augmenter la peine de ses servantes, et en même temps assurer aux âmes l'adoucissement qu'elles recevaient ordinairement à cette heure-là, envoya du ciel un chœur d'anges, qui, se plaçant au même endroit que les religieuses, récitèrent d'une voix douce et toute céleste l'office accoutumé. Notre sainte dominicaine, étant en oraison, entendit l'admirable psalmodie; étonnée, elle prête l'oreille, ouvre la porte de sa cellule, et aperçoit la troupe angélique, en nombre exactement pareil à celui des religieuses, afin de bien montrer que c'était pour les remplacer. Paule en bénit DIEU de tout son cœur, et comprit mieux encore le prix de la dévotion à laquelle elle s'était consacrée. On a fait sur ce miracle des vers latins dont voici le sens :
« Pendant que la communauté fatiguée s'abandonne au repos, les anges réunis à sa place chantent la prière des morts. Ce sommeil, je m'imagine, étant le fruit des supplications des âmes elles-mêmes, heureuses de se procurer de tels intercesseurs : Virgineus dùm membra chorus dat languida somno, Funebres cantat coelica turma preces. Virginibus manes credo hunc orâsse soporem, Et precibus superûm substituisse chorum.