jili22
50

Catéchisme du Concile de Trente (suite 78)

Des ordres mineurs

Après la tonsure, le premier degré pour entrer dans les ordres, c’est l’ordre des portiers. Le portier a pour fonction de garder les clefs et la porte de l’Eglise, et d’empêcher d’entrer ceux qui n’en sont pas dignes. Autrefois il assistait au Saint Sacrifice de la messe pour veiller à ce que personne n’approchât trop près de l’autel, et ne vînt troubler le prêtre occupé à célébrer les Saints Mystères. On lui confiait encore d’autres charges comme on peut le voir par les cérémonies qui s’observent à son ordination. L’évêque en effet prend les clefs sur l’autel, les met entre les mains de celui qu’il institue portier, et lui dit: « Conduisez-vous comme devant rendre compte à Dieu des choses qui sont enfermées sous ces clefs. » Dans l’ancienne église, la dignité de cet ordre était très grande. On le voit par les objets qui se gardaient alors dans les temples. Les portiers réunissaient la charge de trésorier à celle de gardien du Tabernacle et des Vases Sacrés. Aujourd’hui encore d’ailleurs , ces fonctions sont des plus honorables dans l’Eglise

Le second degré de l’ordre est celui de lecteur. La fonction de lecteur est de lire dans l’Eglise, d’une voix claire et distincte, les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, et surtout ceux qui se récitent pendant la psalmodie de la nuit. Autrefois il était encore chargé d’enseigner aux fidèles les premiers éléments de la religion chrétienne. C’est pourquoi l’évêque., quand il l’ordonne, lui remet en présence du peuple le livre où sont renfermées les choses qui regardent ce ministère, et lui dit: « recevez et transmettez la parole de Dieu ; si vous remplissez fidèlement et avec fruit votre ministère, vous aurez part avec ceux qui ont dignement annoncé la parole divine dés le commencement »

Le troisième ordre est celui des exorcistes. Ils ont le pouvoir d’invoquer le nom du Seigneur sur ceux qui sont possédés par des esprits immondes. C’est pourquoi l’évêque., en les ordonnant, leur présente le livre où sont contenus les exorcismes, et prononce en même temps ces paroles: « Prenez ce livre, et gardez-le dans votre mémoire, et recevez le pouvoir d’imposer les mains sur les énergumènes, tant ceux qui sont baptisés, que ceux qui sont encore catéchumènes. »

Enfin le quatrième et dernier des ordres mineurs est celui des acolytes. Ils accompagnent les ministres supérieurs, diacres et sous-diacres, dans le service de l’Autel, et ils ont pour charge de les aider. En outre ils portent et gardent des cierges allumés, pendant la Messe, et surtout pendant la lecture de l’Evangile, ce qui leur a fait donner aussi le nom de céroféraires, et voici le rite que l’évêque a coutume d’observer pour leur ordination. D’abord il les instruit des devoirs de leur charge, puis il donne à chacun d’eux un flambeau allumé, en disant: « Recevez ce chandelier avec ce cierge, au nom du Seigneur, et sachez que vous êtes chargé d’allumer les cierges de l’église. » ensuite il leur présente vides les burettes dans lesquelles on met le vin et l’eau du sacrifice, et il ajoute: « Recevez au nom du seigneur ces burettes, pour servir l’eau et le vin nécessaires à la consécration de l’Eucharistie de Notre-Seigneur »