Clicks7
jili22

Le Seigneur Jésus fut élevé dans le ciel, et il est maintenant assis à la droite de Dieu

MÉDITATION POUR LE VENDREDI D’APRÈS L'ASCENSION

Le Seigneur Jésus fut élevé dans le ciel, et il est maintenant assis à la droite de Dieu. (S. Marc)

I. Considérez quelle a été l'entrée triomphante de Jésus-Christ dans le ciel, et avec quelle magnificence il fut reçu dans ce royaume de gloire. Imaginez-vous entendre les cantiques de louanges qui furent chantés à son honneur, et représentez-vous les hommages que lui rendirent tous les princes de la cour céleste.
Oh ! que toutes les pompes et vaines ostentations de la terre sont peu de chose en comparaison de la gloire de ce Roi du ciel ! et s'il est vrai, comme dit le saint Apôtre, que l'œil n'a jamais vu, ni l'oreille entendu, ni le cœur humain pu comprendre les choses que Dieu a préparées à ceux qui l'aimeront, et qui lui rendront un fidèle hommage de leurs sentiments, de quel abîme de gloire et de grandeur n'a-t-il pas environné son Fils unique et bien-aimé !
Sortez donc, filles de Sion, âmes fidèles ; élevez vos pensées de la terre, et voyez ce divin Salomon, ce Roi pacifique, avec le diadème dont son Père l'a couronné au jour de son triomphe et de sa joie.

II. Considérez la différence qu'il y a entre les magnificences du ciel et celles de la terre. Ces dernières passent et son bientôt finies, et presque toujours aux réjouissances succèdent les remords et les sujets de tristesse ; mais dans le ciel tout est stable et permanent, et le triomphe de Jésus n'a pas seulement duré un jour, mais il dure encore et durera éternellement ; sa gloire et son royaume n'auront jamais de fin.
Adorez ce divin Roi dans cet état de gloire éternelle ; dites en son honneur, avec les Esprits célestes : L'Agneau qui a été mis à mort est digne de recevoir l'honneur, la gloire, la louange et la bénédiction. Méprisez l'inconstance du monde, et aspirez à ce séjour de gloire et à cette bienheureuse éternité dont Jésus vous a ouvert l'entrée ; où il n'y a plus de changement ni de vicissitude, mais où tous les biens sont dans une perpétuelle et inviolable stabilité.

III. Considérez ce que la fête de l'Ascension de Notre-Seigneur a de particulier : les autres mystères de sa vie, de sa mort et de sa résurrection, sont passés et accomplis ; mais celui de son Ascension dure encore, et la solennité de son entrée continue tous les jours ; car toutes les saintes âmes qui, au sortir de cette vie, sont reçues dans le ciel, sont autant de suites de son triomphe, qui ne s'achèvera qu'avec la consommation des siècles.
Réjouissez-vous avec toutes ces âmes bienheureuses qui ont contribué et qui contribuent encore tous les jours à l'ornement du triomphe de Jésus : souhaitez d'être du nombre, et voyez quelle résolution vous devez prendre pour vous en rendre digne.

PRATIQUES

Pensez que le ciel est votre véritable patrie. Rappelez-en souvent le souvenir.
Regardez-vous sur la terre comme dans un lieu de bannissement et d'exil. N'y attachez pas votre cœur.

(Méditation tirée de La Couronne de l'Année Chrétienne)

tiré du blog : le-petit-sacristain.blogspot.com