Clicks283
Montfort AJPM
3

POÈME-DES-POÈMES 10

Article précédent : Le dieu de l'Antéchrist n'est pas catholique mais androgyne : donc c'est le Diable !

* * *

3401- On est conciliaire et tradi,
Les deux ensemble, oui oui oui,
Car on a vu que c’est pareil
Quoique différent sous le soleil !
La différence est le latin :
Cela ne va pas plus loin
Car on vit de la même façon,
On joue du même accordéon !

3402. - T’es mariée où ? - Chez les tradis !
Et toi ? - Chez les conciliaires !
Tu te confesses où ? - Chez les tradis !
Et toi ? - Chez les conciliaires !
- Qui de nous deux est bien marié ?
- Tous les deux assurément !
- Qui de nous deux est bien confessé ?
- Tous les deux certainement !

3403. - Si tous les deux on est bien marié,
Si tous les deux on est bien confessé,
C’est que tradis et conciliaires
Sont dans la même galère ?
- Assurément, on est pareil,
Et surtout ne te tracasse pas,
Car Monseigneur Lefebvre et François
Naviguent sous le même soleil !

3404. - Si pareil est le lefebvrisme
Que le sédévacantisme
Et que le conciliarisme,
Où est donc le christianisme ?
- Parlons clair ! Il n’est pas
Avec Lefebvre ou François
Ou avec quelques autres chapelles
Qui sont partout en ribambelles.

3405- Écoute bien ceci :
Tu es mariée chez les tradis ;
Moi je le suis à la conciliaire ;
Si maintenant tu considères
Que cela s’est fait validement
En plus de ça licitement,
C’est que conciliaires et tradis
Couchent bien dans le même lit.

3406. - Si ce que tu dis est vrai,
Tout cela est donc parfait,
Et d’ailleurs je m’en doutais,
Sinon je me remarierais
Puisque ne serais point mariée.
- Ma chère, tu n’es point mariée.
- Explique-moi ça, mon cher.
- Je l’ai fait mais vais le refaire.

3407. - Voilà que tu me dis le contraire
Et tu me mets tout à l’envers !
- C’est tout exprès que j’ai agi
Pour que tu saches ce que je dis.
Si conciliaires et tradis
Couchent ensemble au même lit,
C’est qu’ils ont même religion,
Ou point du tout ils n’en ont.

3408. - Ne sont-ils pas tous catholiques ?
- C’est bien ce qu’ils revendiquent,
Car sinon ou toi ou moi
Point marié ne serait, n’est-ce pas ?
- Cela, je le conçois bien.
- Parfait ! Mais allons plus loin.
Les conciliaires sont hérétiques
Et les tradis sont schismatiques.

3409. - N’as-tu pas dit qu’on était bien marié,
Toi chez conciliaires, moi chez tradis ?
- Je te l’ai dit pour rigoler,
Et pour voir ce que tu en dis.
En effet, les deux revendiquent
D’être vrais et bons catholiques,
Et que quand on se marie chez eux
On est bien marié devant Dieu.

3410. - Ah ! c’est bien ce que je disais !
Je suis donc bien mariée, pas vrai ?
Et toi, tu l’es vraiment bien aussi
Quoique ce ne soit pas chez les tradis.
- Il va me falloir te détromper,
Et du coup, c’est pas pour rigoler.
Ou toi et moi sommes en mariage,
Ou nous sommes en concubinage.

3411. - Explique-moi donc cela
Et qu’on en finisse avec ça.
- Ouvre donc tes écoutilles :
Écoute-moi bien, ma fille.
C’est compliqué et simple à la fois.
Moi qui suis marié sous François,
Toi qui es mariée chez les tradis,
Tu n’es épouse ni moi mari.

3412. - Ah là, tu m’en bouches un coin !
Pourquoi ne suis-je pas mariée ?
Est-ce à cause du latin ?
- Je vais te dire la vérité.
Pour être marié validement
Il faut une juridiction.
Chez vous, on n’en trouve nullement,
Sauf à fabriquer des inventions.

3413. - Mais nous avons la suppléance !
- C’est une fausse cadence
Qui pour vos mariages ne vaut pas,
Non plus d’ailleurs que le cas par cas,
Pas plus celle qui vient du bas !
- Et toi, qu’est-ce que tu as ?
- Pas plus que toi, rassure-toi :
On est dans la même kasbah !

3414. - Cela me rassure un peu :
On est sur le même plan tous les deux.
Mais ce que tu dis ne vaut rien :
Chez les orthodoxes on se marie bien.
- Tu le dis et avec raison ;
Mais voilà : plusieurs générations
Depuis le schisme se sont écoulées :
Dans le Code, c’est bien expliqué.

3415. - Combien faut-il de générations ?
- Je ne sais plus exactement :
Deux ou trois certainement.
- Je comprends ton explication.
Mais il me reste une question :
Que nous reste-t-il donc à faire
Puisque nous concubinons ?
- Régulariser, voilà l’affaire.

3416. - Mais comment régulariser ?
- Canon mille-quatre-vingt-dix-huit !
- Canon mille-quatre-vingt-dix-huit ?
- Par là il faut bien passer !
- Mais chez nous, cela se fait !
- Sauf que cela n’est pas vrai
Puisque vos consentements par vos prêtres
Sont reçus, ce qui ne doit pas être.

3417- Voilà comment vous trouvez valides
Vos mariages qui sont tous invalides.
- Il n’y a que le tien de valide ?
- Le mien est aussi invalide
Puisqu’accompli chez des hérétiques,
Comme le tien chez des schismatiques.
Si plusieurs générations passaient,
Valides ils redeviendraient.

3418. - Alors, dis-moi ton cérémonial !
- Oh ! il n’a rien d’original !
Je vais t’en dévoiler la pratique
Si tu n’as pas de prêtre catholique.
Les futurs échangent leurs consentements
Devant, pour le moins, deux témoins.
En sus il n’est demandé rien
Pour que s’accomplisse le sacrement.

3419. - Mais nos prêtres sont catholiques !
- Non point, mais bien schismatiques !
- Les tiens sont tous hérétiques !
- Ce que tu dis est catholique
Puisque tu sais où est l’hérésie !
Saisis donc où est le schisme aussi !
- Ils ont la doctrine catholique !
- Comme l’ont les Vieux-Catholiques...

3420. - Si le schisme est chez les tradis,
Chez les conciliaires l’hérésie,
Où se trouve l’Église catholique ?
- Chez tous ceux qui restent catholiques,
Ce qu’on appelle l’Église domestique ;
Mais la hiérarchie catholique
Reviendra un jour, rassure-toi
Bien, après le faux-pape François.

3421. - Tu sais, on ne te croira pas !
Pourquoi ris-tu de ce que je dis là ?
- D’abord, me crois-tu la première ?
- Écoute, je ne suis pas conciliaire !
Je me suis mariée chez les tradis
Et je compte bien rester ainsi !
- Tiens, qu’est-ce que je te disais :
Tu ne crois pas que je dis vrai !

3422. - Bon, te voilà coincé !
- Et que me conseilles-tu ?
- Oh ! c’est pas compliqué :
Fais comme moi, vois-tu !
Tu as dit la théorie :
C’est parfait, je t’en remercie !
Mais, mon cher, dans la réalité,
Fais comme si tu étais marié.

3423. - Nous revoilà au début,
Et c’est pourquoi je continue !
Oui oui, nous voilà mariés,
Et même plus que bien mariés !
Qu’est-ce que cela peut bien faire
Que ce soit dans la conciliaire
Ou que ce soit chez les tradis :
Le principal, on est uni !

3424. - Eh là, mon vieux, tu débloques !
- Mange ton œuf à la coque
Et ne me casse pas la cellule :
Au fait, prends-tu la pilule ?
- Quelle question ! C’est évident !
Mais tu sais, c’est thérapeutique !
Je n’empêche pas les enfants !
- Oui oui, c’est très catholique !!!

3425. - Ta moitié t’attend au lit !
- Tu voudrais bien que j’y aille !
- Écoute, tu es son mari :
Accomplis donc ton travail !
- Fais la même chose toi aussi,
Puisque tu as un mari !
Après tout, on est tous marié,
Ou à deux ou en communauté !!!

3426. - Pense au préservatif
Car il faut être positif !
- Dis donc, pour une tradi...
- Tu en es ahuri ?
Mais nous autres les tradis,
On fait comme les conciliaires,
Avec du retard ; mais on s’y est mis :
Tête en bas et pieds en l’air !

3427. - Je comprends que tu n’aies pas cru
Tout ce que je t’ai raconté
Puisque, ma chère, vois-tu,
Tu es toi aussi infectée,
Et donc je puis continuer
Comme au début, à débloquer !
Oui oui, il faut vivre sa vie,
Qu’on soit conciliaire ou tradi !

3428. Tu prends la pilule ? Tu fais bien :
Cela va bien avec le latin !
Et puis, tu es bien mariée,
Quoique non-juridictionée !
Aujourd’hui, on n’est pas à ça près !
Ce que je dis, c’est ti pas vrai ?
- Eh là ! toi aussi tu es marié
Puisque tu as une moitié !

3429. - Oui, mais j’ai réalisé
Que je n’avais plus de moitié
Puisque je suis un irrégulier :
Je vais donc me régulariser.
- Tu te casses bien le cibouleau
Pour une chose de peu d’importance,
À moins, et je le dis tout haut,
Que tu veuilles changer de cadence !

3430. - Que veux-tu dire par là ?
- Si avec elle tu ne t’entends pas,
Je le soutiens, tu n’es pas marié :
Avec une autre tu peux convoler !
- Oui, par exemple avec toi !
- Ça tombe bien, ma foi,
Car le mien me casse les pieds !
Avec ton canon, on sera bien marié.

3431. - J’observe une chose curieuse !
- Laquelle ? Vite, renseigne-moi :
Avec toi je veux être heureuse !
Tu ne vas pas me refuser ça !
- Tu dis un jour que je suis marié,
Et le lendemain que je n’y suis pas
Pour pouvoir te marier avec moi.
Oui ou non, dis-moi : es-tu mariée ?

3432. - Chéri, si tu veux vivre avec moi,
Je te le dis : je ne suis pas mariée !
Mais, vieux, si tu ne veux pas de moi,
Je le dis très net : je suis mariée !
- Ce que tu dis a le mérite
D’une très grande clarté,
Et tout ce que tu débites
Par tout le monde est pratiqué !

3433. - Il faut être de son époque :
Nous sommes en deux-mille-dix-huit
Et non en mille-quatre-vingt-dix-huit !
- Ah tiens, du canon tu te moques,
Et tu veux te marier avec moi ?
- Tu veux ou tu veux pas ?
Si tu veux pas, tant pis :
Je retourne chez mon tradi !

3434. - Écoute, chérie, je t’aime bien,
Et j’aime aussi beaucoup le latin.
Mais il faut être un peu sérieux
Lorsque l’on veut vivre à deux.
- Je ne comprends pas ton propos.
- Mais moi je comprends bien le tien :
Tu as fait ton aggiornamento.
Maintenant, écoute-moi bien.

3435. - J’ouvre mes écoutilles !
Tu peux y aller : babille !
- Quand on est marié, on est marié.
Si quelqu’un te tape dans le nez,
Tu ne peux pas te démarier
Pour avec lui aller coucher.
Et c’est pour toute la vie.
Mais tout est changé aujourd’hui.

3436. - Bon, rien de neuf dans ton affaire !
- Primo, chez les conciliaires
On peut maintenant divorcer :
En moins d’un mois c’est emballer !
- Chez nous, c’est un peu plus sérieux !
- Cela reste à démontrer
Puisque vous pouvez divorcer
Via vos tribunaux très creux !

3437. - Nos tribunaux sont légitimes !
- Pas vrai : ils sont illégitimes !
D’ailleurs, vous n’en avez pas besoin
Puisque mariés vous n’êtes point.
Je te le dis carrément :
Des tradis, tous les mariages
Ne sont que des concubinages !
Voici le pourquoi du comment !

3438. - Là, tu n’es plus mon chéri
Mais un vieux tronc d’arbre rabougri !
- Il me faut continuer quand même :
Tous vos mariages sont anathèmes !
Et c’est très facile à démontrer !
Comme les jureurs de la Révolution,
Vous n’avez aucune juridiction
Puisque de l’Église séparés.

3439- C’est pareil pour la conciliaire,
Mais un peu plus compliqué :
Nulle ligne blanche n’est tracée,
Mais cinquante ans ont fait l’affaire
Et maintenant on ne peut plus douter :
Les conciliaires ne sont pas plus mariés
Que les tradis ne l’ont été.
- Ouf, me voilà rassurée.

3440. - Mais pourquoi donc te voilà rassurée ?
- Parce que moins plus moins font plus !
- Là du coup, je ne te comprends plus.
- Eh bien, je vais te l’expliquer.
Si les conciliaires ne sont pas mariés
Et si les tradis ne sont pas mariés,
C’est que les uns et les autres sont mariés !
- Voilà un très curieux procédé !

3441. - Je ne pourrai jamais accroire
Que personne ne soit plus marié.
- Je parle en généralité
De ce qu’il nous faut croire.
Les saints canons nous renseignent :
Suivons donc leur enseigne.
Mais comme on ne croit plus en Dieu,
Forcément, on ne croit plus en eux.

3442. - Donc, c’est le libre examen ?
- Eh oui, tu as tout deviné !
On fait le chacun pour sien,
Et on envoie Dieu promener.
Tout le monde se croit marié,
Et la conscience est rassurée !
François ne dit pas autre chose
Puisque l’important c’est la rose !

3443. - Et la rose, c’est quoi ?
- Tout ce qu’aime le François
Et qu’il n’est pas besoin de dire
Ni davantage de décrire
Puisque tout le monde a compris,
Et conciliaires et tradis.
- Oh ! tu es bien ésotérique !
- Non non, je suis très catholique.

3444. - Donc, pour te résumer,
Personne n’est plus marié ?
- Ce n’est pas tout à fait ça,
Mais ça ressemble à cela,
Dans le sens que c’est la conciliaire
Qui est atteinte dans cette affaire
Comme le fut en son temps l’orthodoxie,
Et le protestantisme dans son temps aussi.

3445. - Les conciliaires ? Donc pas les tradis !
- Si, tous les genres de tradis
Puisqu’ils sont nés de la conciliaire :
Ils sont donc pareils que leur mère.
- Contre la conciliaire ils sont !
- Non, mais d’elle, partie ils font !
Beaucoup même la reconnaissent,
La nommant même à leurs messes.

3446. - Non una cum est ma chapelle !
- Rien n’est changé dans l’essentiel
Car la cause n’est pas là
Si mariage il n’y a pas.
- Mais où se trouve donc la cause ?
- Je t’ai déjà dit la chose :
Una cum ou non, point de juridiction
Puisque schismatiques tous ils sont.

3447. - Je commence à te comprendre,
Mais je ne veux pas en changer !
- C’est bien là le drame, ma grande,
Car personne ne veut changer !
On ne veut pas régulariser
Et on continue à concubiner !
C’est aussi simple que cela !
- J’ai bien compris, mais tant pis pour moi.

3448. - Ne m’as-tu pas dit tout à l’heure
Vouloir te marier avec moi ?
Pourquoi veux-tu retourner chez toi ?
Ce que tu m’as dit, est-ce un leurre ?
- Non non, je t’ai dit la vérité !
Mais en même temps, je ne veux pas changer.
Marions-nous donc avec ton canon
Et puis à la chapelle nous irons.

3449. - Du bricolage, Virginie !
- Absolument pas, Missouri !
- Mais que feras-tu de ton mari ?
- Je l’enverrai en Amazonie !
- Que voilà bien peu de charité !
- Et toi, que feras-tu de ta moitié ?
- Tout simplement, je lui demanderai
Si elle veut bien régulariser.

3450. - Mais suppose qu’elle ne veuille pas !
- Alors on se séparera !
- Et avec moi tu te marieras
Avec mille-quatre-vingt-dix-huit n’est-ce pas ?
- Il faut commencer par le commencement
Et ne pas brûler les étapes,
Car si j’ai son consentement...
- Arrête-là : tu me frappes !

Gilbert Chevalier,
l'Aveugle-Vendéen

>>> POÈME-DES-POÈMES 9
>>> POÈME-DES-POÈMES 11

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU
Album POÈMES
Symphytum
@GChevalier Au mieux c’est une impiété de la Fsspx, mais ça vraiment sa ne m’etonne pas. Au pire c’est faux car une telle chose ne c’est jamais vue chez les sedevacantistes. C’est pas souvent que je dirais ca vu les temps qui courent, mais pas d’amalgame ! Puis c’est pas pour autant que le premier mariage contracté est invalide.
GChevalier
Ma femme rencontre un copain
Qui veut lui demander sa main.
Les tradis vont bien sûr les marier,
Ne faisant aucune difficulté,
Disant que son mariage précédent
Était invalide évidemment
Puisque fait chez les conciliaires.
As-tu bien compris l'affaire ?
Montfort AJPM
L'extrême miséricorde porte le Seigneur à avoir compassion de nos misères ;
Moi j'ai compassion des bestioles, dit Antéchrist : je suis comme Brigitte Bardot ! Tiens, il va falloir que je lui passe un coup de fil.