Clicks424

Asservissement "coronaique": une plaie qui ne cicatrisera pas.

Et quand bien même cette sinistre comédie cesserait demain matin, et quand bien même ils avoueraient leurs mensonges et nous demanderaient pardon, le manque de réaction des populations de la terre et leur acceptation servile de cette immonde dictature qu’un peu de bon sens aurait pourtant suffit à démasquer, resteront une tache indélébile dans l’histoire de l’humanité, presque un deuxième péché originel (si c’était possible). C’est que notre asservissement consenti et participatif aura non seulement prouvé que l’être humain est essentiellement manipulable, créant ainsi une sorte de « jurisprudence civilisationnelle » permettant dorénavant que cela se reproduise indéfiniment, mais surtout, il représente un affront contre le Tout-Puissant. Dieu nous a laissé le libre arbitre, et nous, qu’avons-nous fait? Nous avons accepté de nous faire museler, écraser, déshumaniser, castrer, masquer et « maquer » par ces scélérats des lobbies internationaux, eux même larbins du Démon. Nous avons accepté de renoncer à l’essentiel de notre condition d’être humain, celle qui en toute dernière analyse nous sépare du règne animal et qui n’est rien d’autre que cette faculté d’être « capable de Dieu » et notamment par le libre exercice du culte religieux.

On dit souvent, et à juste titre, que s’il n’y avait plus une seule bombe atomique sur terre, le principe de destruction potentielle de l’humanité demeurerait néanmoins intact, car « la technique » sera en soi toujours disponible et pourrait en principe être à tout moment réactivée. Eh bien il en va de même pour notre soumission à cette dictature de l’hygiène. De même que pour le principe de la bombe atomique, nous avons prouvé que nous aussi nous avons « la technique » pour nous laisser déshumaniser. Nous l’avons fait une fois, donc potentiellement nous pourrons à nouveau recommencer, indéfiniment.
Pardon Seigneur !