avecrux.avemaria
Bien parlé ! J'avais oublié le meurtre des enfants avortés 😍 🤗
jean pierre aussant
Rien de nouveau sous le soleil...
shazam
Piqûre de rappel :

Le poème écrit à Dachau par le Pasteur Martin Niemöller

« Je n’ai rien dit... »

« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus …More
Piqûre de rappel :

Le poème écrit à Dachau par le Pasteur Martin Niemöller

« Je n’ai rien dit... »

« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai rien dit,
Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait plus personne pour protester »

Pasteur Martin Niemöller
Président des Eglises réformées de Hesse-Wassau.
Partisan de l'arrivée d'Hitler puis résistant.
Déporté à Dachau de 1938 à 1945.
jean pierre aussant
Martin Niemöller

Als die Nazis die Kommunisten holten, habe ich geschwiegen; ich war ja kein Kommunist.

Als sie die Gewerkschaftler holten, habe ich geschwiegen, ich war ja kein Gewerkschaftler.

Als sie die Juden holten, habe ich geschwiegen, ich war ja kein Jude.

Als sie mich holten, gab es keinen mehr, der protestieren konnte.
jean pierre aussant
Pour "les catholiques" je n'ai pas retrouvé la citation. Mais il est vrai que nombre de catholiques ont été persécutés par les nazis (l'establishment polonais ainsi que les 5000 prêtres européens tués à Dachau pour ne citer que deux exemples)
shazam
J’ai trouvé cette version sur :
lafauteadiderot.net/Poeme-ecrit-a-Dachau-par-le

Je dis version, car la version officielle se trouverait en fait sur Wikipedia :
Je cite l’auteur de l’article, qu’il appelle :

« Quand ils sont venus chercher… » est une citation du pasteur Martin Niemöller (1892–1984) sur la lâcheté des intellectuels allemands au moment de l'accession des nazis au pouvoir et des …More
J’ai trouvé cette version sur :
lafauteadiderot.net/Poeme-ecrit-a-Dachau-par-le

Je dis version, car la version officielle se trouverait en fait sur Wikipedia :
Je cite l’auteur de l’article, qu’il appelle :

« Quand ils sont venus chercher… » est une citation du pasteur Martin Niemöller (1892–1984) sur la lâcheté des intellectuels allemands au moment de l'accession des nazis au pouvoir et des purges qui ont alors visé leurs ennemis, un groupe après l'autre.

De nombreuses variations et adaptations dans l'esprit de l'original ont été publiées dans différentes langues.

Le discours s'est fait connaître avant tout sous la forme de poèmes qui ont commencé à circuler dans les années 1950.
« Niemöller a créé plusieurs versions du texte pendant sa carrière. Les discours les plus anciens, écrits en 1946, mentionnent les communistes, les patients incurables, les juifs ou les Témoins de Jéhovah, et les civils des pays occupés par le IIIe Reich. Dans chaque version, l'impact va crescendo, partant du groupe le plus petit et éloigné pour arriver au plus grand groupe, celui des Juifs, et aboutir finalement à lui-même, en tant que critique désormais déclaré du nazisme. »

Le musée du Mémorial de l'Holocauste des États-Unis cite la version suivante :
First they came... (Quand ils sont venus chercher...)
Ils sont d'abord venus chercher les socialistes, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas socialiste
Puis ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas syndicaliste
Puis ils sont venus chercher les Juifs, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas juif
Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour me défendre

La version suivante est une de celles reconnues comme définitives par la Fondation Martin Niemöller :
« Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »
-

Quoi qu'il en soit, on constate que la fondation a retenue :
communistes plutôt que socialistes, protester plutôt que défendre ; que les juifs ont disparus de la version définitive (!), et que les catholiques ne sont pas cités, ni dans la version du musée de l’holocauste, ni de la fondation... (!)