jili22
291

Le Combat Spirituel LORENZO SCUPOLI ( CHAPITRE XIV - DE LA CONDUITE À TENIR QUAND LA VOLONTÉ SEMBLE VAINCUE ET DOMINÉE PAR L’APPÉTIT SENSITIF )

S’il vous semble parfois impossible de repousser les assauts des passions et des ennemis qui vous obsèdent, et cela parce que vous ne sentez point en vous-même une volonté efficace de leur résister, tenez bon cependant : vous avez le droit de vous croire victorieux, aussi longtemps que vous n’aurez point la certitude d’avoir succombé.

Comme la volonté supérieure n’a pas besoin de l’appétit sensitif pour produire les actes qui lui sont propres, jamais la violence de l’attaque ne peut, malgré elle, la forcer à s’avouer vaincue.

Dieu a doué notre volonté d’une liberté et d’une force telles qu’alors même que toutes les passions, tous les démons et toutes les créatures se ligueraient ensemble pour la combattre, elle conserverait, en dépit de leurs efforts, une liberté complète de faire ce qu’elle veut et de ne pas faire ce qu’elle ne veut pas, et cela autant de fois, aussi longtemps, de la manière et pour la fin que bon lui semble.

Si vos ennemis vous attaquent et vous pressent avec tant de violence que votre volonté, en quelque sorte étouffée, ne puisse plus reprendre haleine pour se dégager de leur étreinte, ne perdez point courage, et ne jetez point les armes : mais appelez la parole à votre aide et criez au tentateur : jamais je ne céderai à les suggestions. Arrière, arrière : je ne veux point de toi. Faites comme un homme qui, se trouvant aux prises avec un ennemi acharné et ne pouvant le percer de son épée, le frappe avec le pommeau.

Et de même qu’il s’efforce de reculer de quelques pas pour pouvoir donner de la pointe à son adversaire, ainsi retirez-vous en vous-même, considérez votre impuissance et votre néant, et, ranimant votre confiance en Dieu, élancez-vous sur la passion ennemie, en vous écriant : Aidez-moi, ô Seigneur et mon Dieu ; Jésus et Marie, venez à mon secours, de peur que je ne succombe.

Et si l’ennemi vous en laisse le temps, appelez l’entendement au secours de la volonté. Faites les considérations qui vous sembleront les plus propres à relever votre courage et à ranimer vos forces épuisées.

Prenons un exemple. Vous êtes, je suppose, sous le poids d’une persécution ou de toute autre peine ; et vous vous sentez porté à l’impatience au point de ne pouvoir ou de ne vouloir plus rien souffrir.

Fortifiez votre volonté en arrêtant votre pensée sur les considérations suivantes ou sur d’autres semblables.

• Premièrement, voyez si vous ne méritez pas le mal que vous endurez, et si vous n’y avez pas donné occasion ; si ce mal est arrivé par votre faute, dites-vous que ce n’est que justice de souffrir patiemment les blessures que l’on s’est à soi-même.

• Deuxièmement, si vous n’avez rien à vous reprocher à cet égard, rappelez à votre souvenir les fautes dont Dieu ne vous a pas encore châtié ou que vous n’avez pas encore expiées vous-même par la pénitence et, voyant que Dieu daigne en sa miséricorde commuer la peine éternelle ou temporelle qui vous était réservée dans l’autre monde en cette peine incomparablement plus légère qu’il vous envoie ici-bas, recevez-la non seulement avec joie, mais avec actions de grâces.

• Troisièmement, si vous voyez avoir fait beaucoup de pénitences et peu offensé la majesté divine (pensée contre laquelle il faut vous prémunir toujours), songez qu’on n’entre dans le royaume des cieux que par la porte étroite des tribulations.

• Quatrièmement, considérez que si une autre voie vous était ouverte, la loi d’amour devrait vous empêcher de la suivre, puisque le Fils de Dieu et les saints, qui sont ses membres, sont entrés au Ciel par un chemin semé d’épines et de croix. Enfin, ce que vous devez surtout envisager ici et en toutes choses, c’est la volonté de Dieu : il a tant d’amour pour vous qu’il prendra un plaisir extrême à voir les actes de vertu et de mortification que vous accomplirez pour correspondre à son affection et vous montrer fidèle et généreux défenseur de sa cause. Tenez pour certain que plus la persécution sera injuste et odieuse de la part de son auteur, et partant plus pénible pour vous, plus aussi votre constance sera agréable au Seigneur. Elle lui montrera que, jusque dans les choses répréhensibles en elles-mêmes et pour vous remplies d’amertume, vous savez approuver et aimer cette volonté adorable qui fait plier sous sa loi les événements qui lui sont le plus contraires et les ramener à l’ordre invariable de sa Providence.