Conversions dues à la puissance de la médaille miraculeuse de la Sainte Vierge : d'autres témoignages

Conversion d'un pécheur

Hôpital de Gratz (Autriche).

Un artiste peintre dont la conduite laissait beaucoup à désirer, se trouvait à l’hôpital ; un matin, la sœur de service fut toute surprise qu’il lui exprimât le désir de se confesser. Elle laissa voir son étonnement ; mais il lui dit : « Ce matin, ma sœur, la porte de la chapelle était entr’ouverte et j’ai aperçu de mon lit la statue de la sainte Vierge (c’était celle de l’Immaculée Conception). Elle me parla fortement au cœur ; je n’ai plus de repos, il faut que je mette ordre à mes affaires ! » Il se confessa plusieurs fois, et répéta souvent : « Ah ! quelle vie j’ai menée et à quel point Marie est venue à mon aide ! » On lui demanda ce qu’il croyait avoir attiré sur lui le regard de Marie, et il répondit : « Je n’ai fait que considérer la statue sans réfléchir, et mon cœur s’est gonflé subitement en pensant à ma vie passée, je me suis senti glacé de frayeur, et en même temps Marie me remettait tout en mémoire et changeait entièrement mon cœur ! » Le repentir et la réparation y étaient entrés à la suite du regard miséricordieux et maternel de Marie Immaculée !
Conversion d'un malade protestant

La Nouvelle-Orléans (États-Unis).

Dans un hôpital, à La Nouvelle-Orléans,
une sœur essayait depuis longtemps d’instruire un protestant des vérités les plus essentielles, afin de le disposer à recevoir le baptême ; mais celui-ci ne
voulait pas en entendre parler. Un jour, elle lui montra une médaille miraculeuse, en lui en expliquant l’origine ; il parut l’écouter assez attentivement, mais comme elle lui offrait la médaille : « Ôtez-moi cela, dit-il d’un ton mécontent, cette Vierge est une femme comme toute autre. — Je vais la laisser sur votre table, répondit la sœur, je suis sûre que vous réfléchirez à mes paroles. » Il ne répliqua rien, mais pour ne pas avoir cet objet sous les yeux, il posa sa bible dessus. Chaque jour, la sœur, sous prétexte de ranger les petits objets du malade, et d’essuyer la table, s’assurait que la médaille était là. Plusieurs jours se passèrent pendant lesquels l’état du malade s’aggrava de plus en plus : une nuit qu’il souffrait cruellement, il aperçut une brillante lumière autour de son lit tandis que le reste de la salle était dans une obscurité complète. Très-étonné, il parvint à se lever, malgré sa faiblesse, et à monter le bec de gaz pour se rendre compte de cette lumière étrange. Ne trouvant rien, il rentra dans son lit, et quelques moments après, il vit que les rayons lumineux s’échappaient de la médaille. Il la prit alors dans ses mains et la garda ainsi le reste de la nuit. Dès que sonna la cloche qui éveille les sœurs à quatre heures, il appela l’infirmier, le priant d’aller dire à la sœur qu’il voulait être baptisé. On avertit immédiatement M. l’aumônier qui s’écria : « C’est impossible ! », car ayant entretenu souvent le malade, il savait quels étaient ses sentiments. Néanmoins, il se rendit auprès de lui, et le trouvant parfaitement disposé à profiter de son ministère, il lui administra les derniers sacrements, et peu après ce pauvre homme mourut en bénissant Dieu et la sainte Vierge des grâces dont il avait été favorisé.

Conversion d'une fille protestante

La Nouvelle-Orléans (États-Unis).

Une pauvre fille protestante, amenée à l’hôpital pour une maladie grave, avait une si grande horreur
de notre sainte religion, qu’elle était comme possédée dès qu’elle apercevait auprès d’elle une personne catholique.
La présence de la sœur l’excitait surtout ; elle alla un jour jusqu’à lui cracher au visage ; mais la sœur, espérant toujours que le Dieu des miséricordes changerait ce loup en agneau, ne cessait pas de lui prodiguer ses soins : plus la malade lui manquait de respect, plus elle redoublait de bonté et de prévenance.
Il lui vint enfin en pensée de glisser une médaille miraculeuse entre ses deux matelas ; elle le fit, et la nuit suivante l’image de Marie Immaculée devenait pour cette âme coupable la source du salut et du bonheur. Privée de sommeil par les ardeurs de la fièvre, elle se tourna et se retourna sur son lit, et trouva la médaille sans pouvoir s’expliquer comment. Grand fut l’étonnement de la sœur, le lendemain matin, en voyant que non-seulement elle la tenait entre ses mains, mais qu’elle la couvrait de baisers ; mais sa surprise augmenta encore, lorsqu’elle s’aperçut de la transformation merveilleuse opérée par la grâce dans le cœur de cette pauvre pécheresse. Une lumière surnaturelle lui avait dévoilé le triste état de sa conscience, sa vie criminelle lui faisait horreur, et remplie de regret de ses égarements passés, elle ne soupirait qu’après le baptême. Son désir fut satisfait, dès qu’elle eut reçu l’instruction nécessaire, et pendant toute sa maladie, qui fut longue, rien n'altéra sa patience et sa ferveur. Elle persévéra dans ses sentiments édifiants jusqu’à ce qu’une heureuse mort vint mettre le sceau aux grâces qu’elle avait reçues par l’entremise de Marie Immaculée.