Clicks322
AJPM

QUAND l'ITALIE PARLE de FONTGOMBAULT ! par Radio Spada

L'original en italien se trouve ici avec les liens : Una strana difesa della Tradizione ; suit un commentaire italien ; traduction française avec DeepL :

Une ÉTRANGE DÉFENSE de la TRADITION

(RadioSpada.org) Nous continuons notre revue des réactions au motu proprio Traditionis Custodes du malheureux Bergoglio.

Dans un article précédent, nous avons souligné la variété des réactions : des réactions des sédévacantistes à celles des sédentaires ; de la déception de certains évêques à la stricte répression d'autres.

La suppression de la messe traditionnelle à Valence par décret du très éminent cardinal-archevêque Antonio Cañizares Llovera, que ses amis (aujourd'hui disparus) appellent "le petit Ratzinger", a suscité un émoi particulier dans le monde conservateur et traditionaliste. Nous avons consacré un bref commentaire à cet événement effectivement symptomatique.

Aujourd'hui, nous aimerions signaler deux réactions assez particulières et étranges (d'où le titre de l'article).

Le premier est celui de l'Abbé de Fontgombault, Dom Jean Pateau OSB. Il s'agit d'une interview accordée à Samuel Pruvot pour famillechretienne.fr et traduite en italien par le blog messainlatino.it.

Le moine souligne à juste titre le bouleversement causé par le document du Vatican, le fait que "le texte du pape suggère que tout doit être fait pour que le mode de célébration de la forme extraordinaire disparaisse au plus vite" et proteste que "l'unité du corps ecclésial a été blessée dès les premiers jours de la réforme liturgique". Les sensibilités liturgiques légitimes et diverses n'ont pas été suffisamment entendues".

Toutefois, soulignant que les accusations portées par Bergoglio à l'encontre des fidèles qui suivent la liturgie antérieure à la réforme de Montini sont étrangères au monde de l'(ancien) Summorum Pontificum car il s'agit de choses propres au "schismatique" Saint Pie X, il affirme : "Rejeter ce texte serait une grave erreur, une injustice envers le Saint Père".

Obéissez donc, mais pas aveuglément. Puis, après tant de réflexions sur les abus liturgiques des nouvelles messes, sur la haine du professeur Grillo pour l'ancienne liturgie, sur l'enseignement liturgique de Benoît XVI et sur le grand succès de la messe traditionnelle auprès des jeunes, vient l'une des choses les plus hilarantes qu'il soit possible de lire : " Comme je célèbre habituellement dans la forme extraordinaire, je continuerai à célébrer dans les deux formes, en latin et en français, dans une immense action de grâce pour la fidélité du Christ qui vient à moi à travers la diversité de la liturgie ". Et ainsi de suite entre l'interdiction des idéologies et l'esprit de rupture et l'appel à la réforme de la réforme de la mémoire de Ratzinger.

L'autre réaction est venue de l'évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey. Son Excellence, habitué à célébrer selon les formes antérieures à la réforme de Paul VI, a célébré le pontifical de clôture à Saint-Pierre pour le pèlerinage Summorum Pontificum en 2019.

Ces introductions étant faites, passons aux déclarations. Nous les tirons d'une interview de lui publiée sur aleteia.org. Ici aussi, une protestation calme du probable découragement causé par le motu proprio et la lettre de Bergoglio aux fidèles liés à l'(ancienne) forme extraordinaire ; une insistance constante sur le désir de rester dans l'unité ecclésiale et l'assurance que "les communautés traditionalistes m'ont plutôt donné l'impression de ceux qui offrent des preuves de grande fidélité à tout le Magistère de l'Eglise, et en particulier au Concile Vatican II" ; l'habituel rappel des abus liturgiques dans la nouvelle liturgie ; une assurance que "le pape François n'a d'ailleurs pas aboli le missel de saint Jean XXIII" ; et un grand final.

Le prélat a déclaré : "Dans le diocèse de Fréjus-Toulon, nous avons élaboré l'année dernière la 'Charte St Léonze', qui organise notamment au sein du diocèse l'accueil et l'intégration des prêtres et des communautés liées à la messe tridentine. Cette charte, votée à l'unanimité par le conseil presbytéral, demande à toutes les personnes et à toutes les réalités ecclésiales du diocèse d'accepter le Concile Vatican II, en particulier sa réforme liturgique, ainsi que le Magistère du Saint-Père".

Accueil et intégration. On dirait un député quelconque de notre parti de gauche, mais c'est un évêque proche de la Tradition !

En bref, pour autant que nous puissions comprendre, le bloc ex Summorum Pontificum (et autres indults) agira de la manière suivante : acceptons le Concile Vatican II (qui, comme l'a dit St Paul VI, "est plus important que le Concile de Nicée") et toutes ses suites (peut-être même Amoris Laetitia et Fratelli tutti) et nous nous battrons pour avoir la Messe traditionnelle, au prix de ne dire que la nouvelle Messe !

COMMENTAIRE de lamprotes

Je peux faire un commentaire concernant l'abbé de Fontgombault, puisque je connais ce site. Ils ont toujours été assez étranges dans cette abbaye. D'une part, ils se sentent en phase avec la tradition et veulent la représenter. D'autre part, ils font tout ce qu'ils peuvent pour éviter d'être parmi les "méchants", sans savoir qu'ils y appartiennent de toute façon à cause de la frange moderniste. Ils ont donc supprimé le manipule (pour paraître en phase avec les réformes) mais ils conservent le bréviaire de 1962. Ils ont repris l'ancienne messe mais avec de nombreuses et subtiles distinctions pour ne pas s'appeler "lefebvriens". Il y en a et il n'y en a pas, ils ne se distinguent pas mais ils se distinguent. Quelque chose de très cérébral et français, typique d'eux. Ce sont des moines pieux, pour l'amour du ciel, mais avec un pape hérétique, ce ne sont certainement pas eux qui descendent dans les tranchées pour témoigner, ils se murmurent plutôt leur indignation entre eux et tout s'arrête là. L'abbé précédent, Dom Forgeaut, que je connaissais personnellement, avait la même ligne. Il a été démissionné en raison de la limite d'âge, a-t-on dit. Je pense qu'il devenait fou, mais évidemment j'aimerais avoir tort. En fait, un jour, il s'est révélé à moi sur Internet, avec l'intention de parcourir toute la toile avec un froncement de sourcils sévère de carabinier afin qu'il n'y ait aucune publicité sur l'abbaye et les chants de ses moines. A ce censeur insistant et nerveux, j'ai écrit : "Mais qu'est-ce que cela peut vous faire s'il y a des chants de cette abbaye que j'ai pris et qui n'ont donc pas de droit d'auteur ? Il a répondu : "Je suis Fontgombault !". Je me suis alors rendu compte que c'était peut-être l'abbé émérite qui n'avait pas toute sa tête, vu sa réponse et l'ensemble de ses attitudes despotiques... Derrière les murs, il y a toujours beaucoup de misère, même dans une abbaye aussi "dame et reine" que Fontgombault veut le paraître...

Traduit avec deepl.com/translator (version gratuite)

>>> FONTGOMBAULT VACCINÉ à PFIZER-AVORTEMENT !!!