Clicks492

Petite histoire "drôle" (dans le sens étrange) à la française

C'est l'histoire de deux juges français qui sont en train de bavarder à une terrasse de café quand tout d'un coup un type vient et vole son téléphone à l'un d'eux en prenant la fuite en courant.

Le lendemain, alors que le juge qui s'est fait volé son téléphone ouvre sa séance, il reconnait justement son voleur qui a dû se faire arrêter peu après pour un autre délit.

Décidé à récupérer son bien, il s'arrange auprès du gendarme présent pour obtenir ses informations et mettre son dossier en tête de pile. Les premiers jugements commencent et très rapidement donc arrive le cas du voleur du juge. Ce dernier s'enquière du dossier et découvre que c'est justement pour un autre vol de téléphone que le prévenu se trouve devant lui.

Après quelques questions, il comprend que son téléphone est définitivement perdu tandis que le voleur s'est fait pincé peu après dans un autre quartier de la capitale pour un autre téléphone qu'on a justement retrouvé. Ayant le téléphone sous les yeux, il s'aperçoit alors que c'est celui de son collègue juge avec qui il était la veille, lequel n'avait pas pu se retenir de rire qu'il ait été aussi naïf pour avoir laissé son téléphone sur la table au point de se le faire piquer.

Bien décidé à se venger, il décide donc de relaxer le voleur et de lui rendre le téléphone volé en déclarant qu'il y a un vice de procédure.

Une semaine plus tard, le voleur de téléphones n'ayant pas trouvé de martingale plus rentable se refait prendre. Cette fois, il passe devant le second juge pour le vol duquel il a été relaxé précédemment. Le juge se souvenant du tour que celui-ci avait commis sur son collègue et de la bonne rigolade qu'il en avait eu décide de lui donner un coup de pouce et de le relâcher, n'étant pas informé que c'était aussi lui qui avait récupéré son téléphone un peu plus tard dans un autre quartier de Paris avant de se faire prendre.

Un jour que la république finit par être renversée par une dictature cette fois officiellement communiste, voilà que le voleur par le plus grand des hasards en raison de la tournure des évènements devient juge et que les deux juges se retrouvent sans emploi n'ayant pas été aussi dynamique qu'auparavant pour suivre le baratin des révolutionnaires et le parler. Alors, les deux ex-juges pour survivre avec les famines successives se mettent à la rapine et finissent bien évidemment un jour par se faire attraper et à comparaître à leur tour devant l'ancien voleur de téléphones. Leur juge leur dit alors : "les places sont chères et quand on ne sait pas y faire, il vaut mieux se souvenir du principe de Peter. Vous irez donc en formation au sein du quartier général de la Santé pour apprendre les ficelles du métier et pour ne plus dépareiller dans la profession"

Quelques mois passent, puis enfin les ex-juges sont libérés. Obligés de vivre dans une cité pour avoir un logement et se réinsérer à leur tour, ils se mettent à parler en finissant leurs phrases par des "wesh, t'as vu", "ça va cousin", etc etc

Le "turfu", pourront-ils dire en rigolant et en serrant sur leur coeur une photo de François Hollande pour se souvenir de leurs meilleures années.