apvs
Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de dire ce que croient les protestants luthérien ou autre, vu que chacun d'entre eux est pape, la Bible en main ! Guillaume d'Occam, dont il est question ci-dessous, s'opposa au réalisme de saint Thomas avec son "nominalisme", dont la théorie de la "consubstantiation" est un bel exemple ! En réalité, le pain y deviendrait ( faussement) le Corps …More
Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de dire ce que croient les protestants luthérien ou autre, vu que chacun d'entre eux est pape, la Bible en main ! Guillaume d'Occam, dont il est question ci-dessous, s'opposa au réalisme de saint Thomas avec son "nominalisme", dont la théorie de la "consubstantiation" est un bel exemple ! En réalité, le pain y deviendrait ( faussement) le Corps du Christ POUR UNE DURÉE LIMITÉE : ce qui explique l'absence de préoccupation de leur part quant au reste des "offrandes".
Est-ce que notre Seigneur Jésus Christ a dit : "Dépêchez vous de tous en manger : ceci est mon Corps pendant encore 5mn ! "
C'est ce qu'un protestant comprend lorsqu'il entend : "CECI EST MON CORPS". Mais après tout, le nominalisme n'est-il pas la prétendue liberté d'appeler une chaise une voiture ? Une souris un lion ? Au gré de son ressenti personnel ? Donc, où est le problème ?
apvs
Je ne crois pas du tout que le Seigneur soit offensé du fait qu’ un communiant marcherait, innocemment i.e sans s’en apercevoir, sur une micro-particule d’Hostie consacrée. Le risque existe ici de tomber dans un excès ou déséquilibre, dans une espèce de phobie malsaine animée pourtant de pieux motifs.

Dans ces conditions, c'est sûr qu'on peut bien imaginer que notre bon Seigneur était un peu …More
Je ne crois pas du tout que le Seigneur soit offensé du fait qu’ un communiant marcherait, innocemment i.e sans s’en apercevoir, sur une micro-particule d’Hostie consacrée. Le risque existe ici de tomber dans un excès ou déséquilibre, dans une espèce de phobie malsaine animée pourtant de pieux motifs.

Dans ces conditions, c'est sûr qu'on peut bien imaginer que notre bon Seigneur était un peu agacé, avant Vatican II, de tant de prévoyances de la part de ses ministres, qui prenaient bien soin de ne donner la communion qu'au-dessus d'un plateau, destiné à recueillir les moindres parcelles d'Hostie consacrée ! Quelle "phobie malsaine animée de mieux motifs" ! ( SIC !!! )
Je crois que cette très malheureuse réflexion est inspirée au contraire par un sérieux manque d'amour de son auteur envers le mystère de la sainte Eucharistie.
..
NB : C'est pourquoi aussi, dans le rite traditionnel de la sainte Messe, le prêtre, à partir d'un certain moment, ne doit plus retirer sa main d'au-dessus des Dons sacrés, spécialement lorsqu'il donne la Communion, et doit toujours s'épousseter les doigts au-dessus du calice. Si cela était de la "phobie malsaine", comment saint Pie V l'aurait-Il approuvé ET CANONISÉ ??
( Il faut rappeler cela à un catholique... )


Je ne crois pas du tout que le Seigneur soit offensé du fait qu’ un communiant marcherait, innocemment i.e sans s’en apercevoir, sur une micro-particule d’Hostie consacrée.
Il y a certes des degrés de responsabilité dans le péché : celui qui a peu reçu ne recevra qu'un petit nombre de coups, contrairement à celui qui a beaucoup reçu.
Le Seigneur fut infiniment offensé lorsqu'on lui distribua sans motif des coups et des crachats, quand on le condamna à mort, quand ses membres très délicats furent transpercés de gros clous émoussés et fixés au bois de la croix... IL L'EST DE MÊME LORSQU'IL EST PIÉTINÉ PAR LES FIDÈLES QUI N'ONT MÊME PAS PRIS LES DISPOSITIONS LES PLUS ÉLÉMENTAIRES POUR ÉVITER CE SACRILÈGE, COMME DE RECEVOIR LA COMMUNION A GENOUX ET DANS LA BOUCHE.
Bien sûr, la responsabilité première revient au pape , aux évêques et aux prêtres, mais tous les communiants ne sont pas si "innocents" que cela, qui s'approchent avec une profonde indifférence de l'autel pour se fourrer un morceau d'hostie dans la bouche, avant de sortir dare dare de l'église sans même un bout d'action de grâce...
Psaume 62
Aussi bien les luthériens (qui croient en la présence réelle eucharistique mais sous la forme doctrinale erronée de la consubstantiation) que les catholiques communiaient en général directement sur la langue dans les années 60, à la différence des dits réformés (calvinistes) qui ne croient pas en cette présence réelle. Des évêques progressistes désobéissants ont profité d’un indult du Siège …More
Aussi bien les luthériens (qui croient en la présence réelle eucharistique mais sous la forme doctrinale erronée de la consubstantiation) que les catholiques communiaient en général directement sur la langue dans les années 60, à la différence des dits réformés (calvinistes) qui ne croient pas en cette présence réelle. Des évêques progressistes désobéissants ont profité d’un indult du Siège Apostolique pour généraliser régionalement la pratique de la communion via la main (laquelle n’est pourtant toujours pas recommandée par les textes officiels du Magistère en cette matière), mais dans des conditions qui ne respectent plus l’esprit du rite antique de la communion via la main [ qui fut donc pratiquée de façon habituelle et durant de nombreux siècles par les chrétiens catholiques : lire cette page de citations de Pères de l'Eglise et voir cette vidéo à partir de 20 minutes et 40 secondes ] car elle était cependant accompagnée de précautions et attentions qui évitaient à tout prix de banaliser voire de désacraliser la Sainte Communion, à l'inverse hélas trop souvent de notre époque. D’autant que beaucoup de catholiques ont été mal catéchisés par la faute de pasteurs négligents. Beaucoup d’évêques ont ainsi voulu révolutionner l’Église durant l’après-Concile, en allant à l’encontre des recommandations du magistère des Papes d’alors.

Cela dit, la discipline sacramentelle quant à la façon de communier comporte une dimension culturelle évidente, jadis comme actuellement. Il suffit pour s’en rendre compte de citer ce passage d’un Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie : « Juste après la fraction du pain, le diacre proclame publiquement l’exclusion des indignes qui, effectivement, quittent l’assemblée. Ceux qui désirent communier s’avancent alors, en suivant l’ordre hiérarchique, c’est-à-dire (en ce qui concerne les laïcs car, bien sûr, le clergé communie en premier) les nobles et les personnes de condition d’abord, les hommes précédant évidemment les femmes. Toutefois, ces dernières ne reçoivent pas l’hostie directement dans leur main, mais sur un linge spécial (sic!) qu’elles apportent pour la circonstance. Et, juste après avoir reçu la sainte hostie, le communiant baise la main du célébrant. » (Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de Liturgie, Letouzey et Ané, III, col. 2427-2440)

Il est donc parfaitement faux de prétendre (ainsi qu'on peut le lire régulièrement sur ce site, notamment dans des articles de "fr.news") que la communion via la main pour les non-clercs serait en soi sacrilège !

Si l’amour du Coeur eucharistique de Jésus exige bien entendu d’éviter attentivement que ne tombent par terre des particules visibles d’hosties consacrées et plus encore bien sûr des hosties complètes et des morceaux, en revanche il est impossible d’éviter tout cela infailliblement, ne serait-ce qu’ au plan de la micro-physique. Je ne crois pas du tout que le Seigneur soit offensé du fait qu’ un communiant marcherait, innocemment i.e sans s’en apercevoir, sur une micro-particule d’Hostie consacrée. Le risque existe ici de tomber dans un excès ou déséquilibre, dans une espèce de phobie malsaine animée pourtant de pieux motifs.

En temps d’épidémie, sous réserve de précautions de circonstance (lavement des mains avec du gel avant la communion, etc.) et sur un plan général, la communion par la main paraît nécessairement être plus hygiénique que la communion directement sur la langue - risque de contact direct avec de la salive - , laquelle bien sûr peut cependant être pratiquée au cas par cas à part, tout en respectant le désir de l’assemblée de limiter, autant que possible, dans un esprit de charité, le risque de contamination mutuelle. L’Église dans l'histoire fut d'ailleurs inventive et adaptative pastoralement durant les temps d’épidémie. Lire : La créativité pastorale de l’Église durant les pandémies
apvs
Même lorsque les autorités de l'Eglise ont fait l'erreur de permettre momentanément la communion dans la main pour les fidèles, ce n'est pas de cette manière désinvolte et sacrilège qu'elle le permettait : jamais il n'était question de se saisir soi-même de la sainte Hostie, mais de la porter avec ses deux mains en forme de coupe jusqu'à sa langue, qui ramassait et l'Hostie consacrée ET toute …More
Même lorsque les autorités de l'Eglise ont fait l'erreur de permettre momentanément la communion dans la main pour les fidèles, ce n'est pas de cette manière désinvolte et sacrilège qu'elle le permettait : jamais il n'était question de se saisir soi-même de la sainte Hostie, mais de la porter avec ses deux mains en forme de coupe jusqu'à sa langue, qui ramassait et l'Hostie consacrée ET toute miette résiduelle. Comme les risques étaient tout de même encore trop grands de profaner le Corps sacré du Seigneur, l'Église abandonna très sagement cet usage au profit de la communion dans la bouche.
La manière actuelle de communier, elle, est inspirée directement du protestantisme, comme d'autres modifications introduites dans le nouvel ordo : les protestants ne croient pas à la réalité de la transsubstantiation eucharistique, et peu leur importe donc de sauver la moindre miette des saintes Espèces. Les modernes leur emboîtent le pas, certainement dans l'espoir de leur être agréables, perdant au passage pour un très grand nombre la foi catholique en la Presence Réelle. Mais ce n'est qu'un simple détail, naturellement.

Dans le cas particulier de cet homme, il aurait été tout naturel et démesurément simple pour ces prêtres sans jugement de donner par exemple rendez-vous après la messe à ce monsieur et sa fille pour qu'ils puissent communier dans la bouche, et permettre au prêtre de se désinfecter les mains avant et après.

Jamais comme maintenant, dans l'histoire de l'Eglise, on n'a fait passer le bien spirituel des fidèles après les mesures d'hygiène, le salut de l'âme après celui du corps. C'est déplorable, mais prévisible dans le nouveau rite.

Pour ce qui est des éléments très nombreux qui prêchent pour le respect de la communion exclusivement dans la bouche, voici un lien assez complet.
Psaume 62
Quant à la discipline sacramentelle en rapport avec la façon de communier, la discipline de l’Église est de par sa nature même (à la différence des domaines de la foi et de la morale) sujette à certaines évolutions importantes (dans les domaines de l’alimentation, des vêtements, de la liturgie, etc.) suivant les cultures, les mentalités, les nécessités et les dangers des temps successifs. Par …More
Quant à la discipline sacramentelle en rapport avec la façon de communier, la discipline de l’Église est de par sa nature même (à la différence des domaines de la foi et de la morale) sujette à certaines évolutions importantes (dans les domaines de l’alimentation, des vêtements, de la liturgie, etc.) suivant les cultures, les mentalités, les nécessités et les dangers des temps successifs. Par exemple dans l'Eglise primitive le clergé ne se distinguait pas des fidèles par des vêtements particuliers : « Nous devons nous distinguer des fidèles ou des autres par la doctrine et non par l'habillement, par la conduite et non par la tenue extérieure » (pape saint Célestin Ier en 428). Pour ce qui concerne la communion via la main (déjà distribuée par des non-clercs dans certains cas), les chrétiens l’ont pratiquée durant les premiers siècles de l'histoire de l’Église. Voir sur ce sujet cette vidéo (à partir de 20 minutes et 40 secondes) qui fait état de certains faits historiques indéniables.

Citation : C'est plus encore en ces temps de désorientation diabolique et de mondialisation qu'il faut s'accrocher à la Tradition et au Dogme comme on doit rester accroché au Rocher Protecteur.

Depuis ton point de vue réactionnaire matériellement schismatique et hérétique, tu prends pour des espèces de dogmes intangibles des points qui ne le sont pas aux yeux de la Foi catholique (exemple : la façon de communier) et tu ne prends pas pour des vérités catholiques essentielles des points qui le sont aux yeux de l'Eglise catholique (exemple : le devoir de respect et de bienveillance envers l'Autorité enseignante de l'Eglise).
Psaume 62
Calomniateur « Spina Christi 2 »,
Passons une fois de plus rapidement sur la bouffonerie « hérésiarque » (sic ! et lol ! Le mot « hérésiarque » que j’avais employé récemment dans cette phrase : " De la même façon que des schismatiques et hérésiarques tels que Calvin et Luther parlaient de prétendues condamnables nouveautés introduites par la Tradition catholique romaine au fil du temps par …More
Calomniateur « Spina Christi 2 »,
Passons une fois de plus rapidement sur la bouffonerie « hérésiarque » (sic ! et lol ! Le mot « hérésiarque » que j’avais employé récemment dans cette phrase : " De la même façon que des schismatiques et hérésiarques tels que Calvin et Luther parlaient de prétendues condamnables nouveautés introduites par la Tradition catholique romaine au fil du temps par rapport à la Tradition apostolique originelle. ", que tu as répété obsessionnellement aussitôt, t’a visiblement sonné tel un uppercut... 😂). Quant au mot « pet », je trouve qu'il sied bien à ton commentaire. Quand j’expose quelques faits objectifs et quand je développe des arguments pertinents qui t’énervent, tu réagis comme un petit démon agité, tu dévies le sujet vers des boules puantes, vers des attaques personnelles HORS SUJET qui de fait sont calomnieuses. Ce faisant, tu discrédites ton point de vue et tu te discrédites toi-même malgré toi. Mon avis sur cette forme de tolérance pratique (qui n’est en rien tolérance idéologique et spirituelle au sens libéral ou maçonnique) dont le Christ a témoigné envers cette femme adultère (type de tolérance que j’ai expliquée ailleurs), qui sans cette tolérance majestueuse et miséricordieuse du Christ aurait été lapidée par des esprits surchauffés de ton engeance, sûrs d’être dans le bon camp et fort empressés d’appliquer « la loi de Dieu » d’intolérance d’alors pour ce type de péché, N’EST PAS LE SUJET. Ni d’ailleurs mon opinion relative à un cas de conscience électoral et politique, opinion de tolérance non bien entendu vis-à-vis du mal pour lui-même, lequel doit être combattu patiemment et courageusement par tout chrétien, mais de tolérance malgré la haine légitime de ce mal, en vue d’éviter un plus grand mal et de préserver en particulier le bien d’enfants innocents, dans un contexte défavorable et sous certaines conditions sine qua non.
Grosminet
Depuis des décennies et bien avant l'apparition du virus chinois, lorsque j'assiste à une messe N.O.M., j'ai de la difficulté à recevoir la sainte communion sur la langue, même en demeurant debout. J'essuie une remarque déplaisante, quand ce n'est pas un refus catégorique. Lorsque je n'ai pas accès à la liturgie de toujours, je me contente désormais de faire une communion spirituelle, elle-même …More
Depuis des décennies et bien avant l'apparition du virus chinois, lorsque j'assiste à une messe N.O.M., j'ai de la difficulté à recevoir la sainte communion sur la langue, même en demeurant debout. J'essuie une remarque déplaisante, quand ce n'est pas un refus catégorique. Lorsque je n'ai pas accès à la liturgie de toujours, je me contente désormais de faire une communion spirituelle, elle-même source infinie de grâces.
Spina Christi 2
Hérésiarque "Psaume 62" (puisque auteur de cette hérésie : "Le Seigneur Jésus a enseigné à tolérer l’adultère d’une femme")

Non, on ne va pas "passer rapidement" là-dessus ainsi que tu le souhaiterais !

Tu ne peux pas te prétendre "catholique" et défendre (outre l'opinion favorable à une forme d'union civile homosexuelle) cette hérésie, ce poison, que Notre Seigneur "enseigna à tolérer, entre…
More
Hérésiarque "Psaume 62" (puisque auteur de cette hérésie : "Le Seigneur Jésus a enseigné à tolérer l’adultère d’une femme")

Non, on ne va pas "passer rapidement" là-dessus ainsi que tu le souhaiterais !

Tu ne peux pas te prétendre "catholique" et défendre (outre l'opinion favorable à une forme d'union civile homosexuelle) cette hérésie, ce poison, que Notre Seigneur "enseigna à tolérer, entre autres, le péché d'adultère" !!!!

Tout le reste de tes commentaires du coup ne vaut que ce qu'il vaut : pas même pet de lapin.

Néanmoins...


"Je crois cependant de mon côté qu'à l'heure des moyens d'information, de communication et de transport mondiaux il n'était plus possible d'empêcher rigidement des chrétiens de l'Ouest" ... de ne plus aller à la Messe et d'y recevoir le Seigneur debout, dans la main et de la main de laïcs (VS Concile de Trente)

Eh ben non, progressiste hérésiarque !

C'est plus encore en ces temps de désorientation diabolique et de mondialisation qu'il faut s'accrocher à la Tradition et au Dogme comme on doit rester accroché au Rocher Protecteur.


"s'inspirer en partie, de ce que des traditions des chrétiens de l'Ouest offrent de saint, de bon et de beau"
Et donc la communion à genoux et dans la bouche c'est mauvais, mal et moche ????????
Psaume 62
S'agissant du dernier commentaire de "Spina Christi 2", passons rapidement sur le qualificatif "hérésiarque" (sic et lol !) ***. En revanche, la nécessité pastorale ou non de maintenir et de faire observer de façon rigide à des fidèles catholiques des attitudes de prière spécifiques appartenant à des traditions et des cultures anciennes mais qui ne relèvent pas de la matière morale impérative, …More
S'agissant du dernier commentaire de "Spina Christi 2", passons rapidement sur le qualificatif "hérésiarque" (sic et lol !) ***. En revanche, la nécessité pastorale ou non de maintenir et de faire observer de façon rigide à des fidèles catholiques des attitudes de prière spécifiques appartenant à des traditions et des cultures anciennes mais qui ne relèvent pas de la matière morale impérative, est un vrai sujet. Je crois cependant de mon côté qu'à l'heure des moyens d'information, de communication et de transport mondiaux il n'était plus possible d'empêcher rigidement des chrétiens de l'Ouest de s'inspirer en partie de ce que des traditions des chrétiens de l'Est offrent de saint, de bon et de beau. Par exemple la prière devant des icônes. D'autre part, les pasteurs de l'Eglise devraient-ils imposer aux fidèles une discipline d'uniformisation des postures de prière durant la célébration de l'Eucharistie afin notamment d'éviter de donner l'impression extérieure d'une espèce de disharmonie, de manque d'unité de l'assemblée dans la prière, les uns s'agenouillant, les autres stationnant debout à des moments clés de la prière de l'Eglise ? C'est également un vrai et difficile sujet, du fait que les fidèles occidentaux sont marqués par une culture moderne, comportant certaines qualités de certains de ses défauts, une culture qui place la liberté individuelle au-dessus des conventions collectives rigides, au risque de l'individualisme et du désordre, et du fait que la loi du Christ est avant tout une loi de liberté dans l'Esprit sous le regard bienveillant de Dieu et non une loi de légalisme charnel aliénante sous le regard de jugement des hommes.

*** [ attaque personnelle bouffonne et hors sujet de la part de "Spina Christi 2" qui pour justifier ses accusations calomnieuses, a l'habitude de couper et de déformer le propos de son adversaire idéologique, hors du contexte d'un développement argumentaire qui précise en particulier la signification de termes donnés dans un cas d'espèce, par exemple celui de "tolérance" ]
Wilhelmus
Même d'après les normes actuellement en vigueur, ce que font cet évêque et ce prêtre est interdit. Ce monsieur est donc en droit de déposer un recours contre ce refus de distribuer la communion sur la langue, d'abord auprès de son évêque, et si cela ne suffit pas, à Rome, auprès de la Congrégation pour le Culte Divin. Tous les détails sur cette démarche se trouvent ici.
Spina Christi 2
Hérésiarque "Psaume 62"
"Les catholiques orientaux se tiennent debout lorsqu'ils reçoivent la Sainte Communion (sur la langue) et ce depuis au moins le VIe siècle. Dans leur culture..."

Oui, LEUR culture.

Et dans la NOTRE c'est à genoux et sur la langue, et non debout dans la main et de la main de laïcs ainsi que les responsables et les complices de la nouvelle messe rénovée y ont …
More
Hérésiarque "Psaume 62"
"Les catholiques orientaux se tiennent debout lorsqu'ils reçoivent la Sainte Communion (sur la langue) et ce depuis au moins le VIe siècle. Dans leur culture..."

Oui, LEUR culture.

Et dans la NOTRE c'est à genoux et sur la langue, et non debout dans la main et de la main de laïcs ainsi que les responsables et les complices de la nouvelle messe rénovée y ont conduit peu à peu les fidèles.
Catholique et Français
Tout à fait exact, cher ami; c'est d'ailleurs la réflexion que je me suis faite immédiatement : chacun ses traditions et ses manières d'adorer ou de marquer son respect. Cette façon de loucher systématiquement avec admiration sur les coutumes liturgiques des autres pour éventuellement les importer en dénigrant les nôtres remonte d'ailleurs à la période conciliaire; on nous bassinait sans cesse, …More
Tout à fait exact, cher ami; c'est d'ailleurs la réflexion que je me suis faite immédiatement : chacun ses traditions et ses manières d'adorer ou de marquer son respect. Cette façon de loucher systématiquement avec admiration sur les coutumes liturgiques des autres pour éventuellement les importer en dénigrant les nôtres remonte d'ailleurs à la période conciliaire; on nous bassinait sans cesse, surtout avec les orthodoxes à l'époque : et que j'te remplace les vénérables images de Notre-Dame par des icônes byzantines ! Et que j't'admire Athenagoras, le copain de "saint" Paul VI, pour un oui ou pour un non ! Et que j'me pâme devant les chants orthodoxes et tutti quanti. Bien sûr non sans ricaner des antiques traditions catholiques qualifiées de "ringardes", de "poussiéreuses" ou de "formalistes" ! Ils font dans l'Église ce que d'autres font avec la France.
Ludovic Denim
Powerful video testimonies from Catholic youth: I only receive Communion on t... Des jeunes Catholiques expriment leur amour pour la communion sur la langue uniquement et à genoux
Psaume 62
Quant à la communion via la main ( qui, pour plusieurs justes raisons, n’est pas recommandée du tout par la discipline sacramentelle du Magistère romain contemporain de l’Église, du moins hors temps d’épidémie et sous certaines conditions qui rendent la communion par la main plus hygiénique que la communion directement sur la langue ) elle fut cependant pratiquée ( avec dignité et grand respect )…More
Quant à la communion via la main ( qui, pour plusieurs justes raisons, n’est pas recommandée du tout par la discipline sacramentelle du Magistère romain contemporain de l’Église, du moins hors temps d’épidémie et sous certaines conditions qui rendent la communion par la main plus hygiénique que la communion directement sur la langue ) elle fut cependant pratiquée ( avec dignité et grand respect ) dans plusieurs régions au cours du Ier millénaire de l’Église, ainsi qu’en témoignent des écrits de Pères de l’Église. Lire les citations sur cette page (en anglais).
Psaume 62
Les catholiques orientaux ( qui sont autant catholiques que les catholiques latins ) se tiennent debout lorsqu'ils reçoivent la Sainte Communion (sur la langue) et ce depuis au moins le VIe siècle. Dans leur culture, la station debout est symbolique de la résurrection, de l’action de grâce, de l’attente eschatologique de la venue du Seigneur. Il semble d'ailleurs que durant les premiers siècles, …More
Les catholiques orientaux ( qui sont autant catholiques que les catholiques latins ) se tiennent debout lorsqu'ils reçoivent la Sainte Communion (sur la langue) et ce depuis au moins le VIe siècle. Dans leur culture, la station debout est symbolique de la résurrection, de l’action de grâce, de l’attente eschatologique de la venue du Seigneur. Il semble d'ailleurs que durant les premiers siècles, les chrétiens fussent généralement invités à rester debout le dimanche et pendant tout le temps pascal. Saint Justin (IIe siècle) conseillait d'être debout pendant la prière eucharistique. Saint Hilaire de Poitiers (IVe siècle) : « Celui qui prie debout court vers Dieu ». Le Ier Concile de Nicée (IVe siècle) interdisait de se mettre à genoux le dimanche (jour particulier de la résurrection du Seigneur).

Dans la tradition catholique latine, l’agenouillement certes a été nettement privilégié tandis que la tradition orientale a préféré la station debout ainsi que la prosternation. D’autres, pouvant appartenir notamment à des cultures africaines, jugeront non sans raison au vu de nombreux passages de l’Ecriture Sainte ***, que les attitudes de prière de leurs frères chrétiens de l'hémisphère nord sont généralement trop statiques, trop « coincées ».

On voit ainsi la variété des cultures catholiques. Agenouillement, station debout, génuflexion, courbement, prosternation, position assise, mains levées : voilà autant de positions de prière possibles d'après l'Ecriture Sainte et la Tradition. L'important est bien entendu de prier non pour se faire valoir ou pour être dans la norme aux yeux des autres mais pour entrer en contact intime et authentique avec Dieu, dans l'intériorité d'un coeur bien disposé et plein de foi.

Un passage de l’Ecriture Sainte (Apocalypse) montre que la station debout aussi bien que la prosternation sont des attitudes justes face à Dieu. « Après cela, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. Et ils s’écriaient d’une voix forte : « Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le Trône et à l’Agneau ! » Tous les anges se tenaient debout autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants ; se jetant devant le Trône, face contre terre, ils se prosternèrent devant Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! »

***
1 Timothée 2: 8 Je désire donc que partout les hommes prient, levant des mains saintes sans colère ni querelle;

Lamentations 2:19 . . . Versez votre cœur comme de l'eau devant la présence du Seigneur ! Levez vos mains vers lui !

Lamentations 3:41 Levons nos cœurs et nos mains vers Dieu dans le ciel.

Néhémie 8: 6 Et Esdras bénit l'Éternel, le grand Dieu; et tout le peuple répondit: «Amen, Amen», levant la main; et ils inclinèrent la tête et adorèrent l'Éternel la face contre terre.

Psaume 28: 2 Écoute la voix de ma supplication, tandis que je t'appelle au secours, tandis que je lève les mains vers ton sanctuaire le plus saint.

Psaume 63: 4 Je te bénirai donc tant que je vivrai; Je lèverai les mains et invoquerai ton nom.

Psaume 134: 2 Levez vos mains vers le lieu saint, et bénissez l'Éternel!

Psaume 141: 2 Que ma prière soit comptée comme de l'encens devant toi, et l'élévation de mes mains comme un sacrifice du soir!
CoeurdeFrance
Quiconque ayant rencontré le Christ sait qu'on ne peut se tenir debout face à Lui, car tout notre être étant alors en adoration, nos genoux fléchissent d'eux-même, soit, naturellement.
Question qu'on est donc en droit de se poser : vu qu'ils imposent la sainte communion debout, ce qui révèle leur conception désacralisée du Corps du Christ, que vaut au juste leur consécration des hosties ?
Spina Christi 2
pierrestan48
"nous serons jugés sur l'amour"

Il est vrai que refuser la communion à des fidèles pour ce qu'ils demandent à recevoir le Seigneur à genoux et dans la bouche est une extrême preuve d'amour.
Ludovic Denim
C'est aussi parce que les autres fidèles ne comprennent pas l'importance de s'agenouiller que cela est possible.
Spina Christi 2
Et les défenseurs de la messe rénovée de nous rabâcher à longueur de temps que la communion debout et dans la main n'y est en rien liée !
pierrestan48
Il me parait important de rappeler ici que nous serons jugés sur l'amour, et non pas sur des formalités (sur du formalisme ou du ritualisme) lors du Jugement dernier.

Je pense bon souligner que la Vierge Marie a bien indiqué aux voyants de Medjugorje ce qui est important lors de la réception de l'eucharistie, et ce qui n'a pas grand chose à voir avec ce christianisme de pur formalisme et des …More
Il me parait important de rappeler ici que nous serons jugés sur l'amour, et non pas sur des formalités (sur du formalisme ou du ritualisme) lors du Jugement dernier.

Je pense bon souligner que la Vierge Marie a bien indiqué aux voyants de Medjugorje ce qui est important lors de la réception de l'eucharistie, et ce qui n'a pas grand chose à voir avec ce christianisme de pur formalisme et des apparences dont certains chrétiens font leur priorité absolue (et leur cheval de bataille).

Voici ce qu'a dit la Vierge Marie au sujet de la communion (ce qui est le plus important selon la Vierge Marie), ainsi que le rapporte une des voyantes de Medjugorje : « La question a été posée à la Vierge Marie, au cours d'une de ses apparitions à Medjugorje : " Est-il préférable de recevoir la Sainte Eucharistie sur la langue... ou dans les mains (debout ou à genoux) ? " Et la réponse de la Vierge a été : « "Il est bon de la prendre (l'eucharistie) avec le cœur". Je pense qu'elle a voulu dire que ce n'est pas de prendre la communion dans la main ou sur la langue (debout ou à genoux) qui est important, mais que c'est de la prendre avec son coeur. »... (et dans l'obéissance aux directives des pasteurs que Dieu donne à Son Église). (Source : www.facebook.com/…/1685963878320654)
Catholique et Français
"...nous serons jugés sur l'amour, et non pas sur des formalités (sur du formalisme ou du ritualisme) lors du Jugement dernier..." : Formalisme ? Ritualisme ? >>>

Fatima, automne 1916 : «La troisième apparition a dû avoir lieu en octobre, ou fin septembre, parce que nous n'allions déjà plus passer les heures de sieste à la maison, raconte Lucie.
«Après avoir pris notre repas, nous nous mîmes d'…More
"...nous serons jugés sur l'amour, et non pas sur des formalités (sur du formalisme ou du ritualisme) lors du Jugement dernier..." : Formalisme ? Ritualisme ? >>>

Fatima, automne 1916 : «La troisième apparition a dû avoir lieu en octobre, ou fin septembre, parce que nous n'allions déjà plus passer les heures de sieste à la maison, raconte Lucie.
«Après avoir pris notre repas, nous nous mîmes d'accord pour aller prier à la grotte qui est située de l'autre côté de la colline. Il nous fallut donc contourner la pente de cette colline et escalader quelques rochers qui se trouvent en haut de la “ Pregueira ”. Les brebis réussirent à passer, non sans difficulté. Dès que nous fûmes arrivés, nous agenouillant, le visage contre terre, nous nous sommes mis à réciter la prière de l'Ange : “ Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime etc..."
«Je ne sais combien de fois nous avions répété cette prière lorsque nous vîmes briller au-dessus de nous une lumière inconnue. Nous nous sommes relevés pour voir ce qui se passait et nous avons revu l'Ange qui tenait dans sa Main gauche un calice sur lequel était suspendue une Hostie de laquelle tombaient quelques gouttes de Sang dans le calice.
«Laissant le Calice et l'Hostie suspendus en l'air, Il se prosterna près de nous jusqu'à terre et répéta trois fois cette prière :
«Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je vous offre le Très Précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les Mérites infinis de son Très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.
«Puis, se relevant, Il prit de nouveau dans ses mains le Calice et l'Hostie. Il me donna la Sainte Hostie et partagea le Sang du calice entre (saint) François et (sainte) Jacinthe en disant en même temps :
– Mangez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu.
«Il se prosterna de nouveau jusqu'à terre et répéta avec nous encore trois fois la même prière : “ Très Sainte Trinité" etc..., puisIil disparut.
«Poussés par la force du surnaturel qui nous enveloppait, nous avons imité l'Ange en tout, c'est-à-dire que nous nous sommes prosternés comme Lui et avons répété les prières qu'Il disait... Nous sommes restés dans la même attitude, répétant toujours les mêmes paroles. Ce fut (saint) François qui se rendit compte que la nuit approchait. Ce fut lui qui nous en avertit et pensa à reconduire notre troupeau à la maison.»
Comme après les deux premières apparitions, le besoin de silence se faisait impérieusement sentir aux trois enfants.
« Dans la troisième apparition, confie Lucie, la présence du surnaturel fut encore plus intense. Pendant plusieurs jours, même (saint) François n'osait plus parler. Il disait plus tard :
– J'aime beaucoup voir l'Ange, mais le pire c'est que, après, nous sommes incapables de faire quoi que ce soit. Je ne pouvais même plus marcher, je ne sais pas ce que j'avais.
«Après quelques jours, et lorsque nous eûmes retrouvé notre état normal, (saint) François me demanda :
– L'Ange t'a donné, à toi, la sainte Communion, mais à moi et à (sainte) Jacinthe, qu'est-ce qu'il a donné ?
« Et (sainte) Jacinthe aussitôt, débordant d'une joie qu'elle ne pouvait contenir, lui répondit :
– Mais c'est aussi la sainte Communion ! Tu n'as donc pas vu que c'était le Sang qui tombait de l'Hostie ?
« Alors (saint) François, comme s'éveillant d'un rêve, lui dit :
– Je sentais que Dieu était en moi, mais je ne savais pas comment cela s'était fait.
«Et se prosternant à terre, avec sa petite sœur, il demeura très longtemps à répéter la prière de l'Ange : “ Très Sainte Trinité...»
L'amour, le respect, la vénération, l'adoration, s'ils ne sont pas de façade, entrainent AUTOMATIQUEMENT une attitude extérieure d'amour, de respect, de vénération, d'adoration qui ne saurait en aucun cas être qualifiée de formalisme, de ritualisme ou, pire encore d'hypocrisie ! Et il arrive que l'inverse soit vrai...
Quant à la "
Vierge Marie" de Medjugorje, heu, comment dire ? Et puis zut, non, vaut mieux ne rien dire ici...
siterM
s'agenouiller est une marque d'amour! Si un homme pause un genou à terre pour demander sa femme en mariage pourquoi tout homme ne s'agenouillerait pas en signe d'amour et d'adoration envers le seul et unique Dieu et Seigneur...
Aube de la Force
Communion spirituelle dans ce cas et s'écarter de ces affreux qui ne représentent en rien l'Eglise Catholique.